chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Knoll - Interstice

Chronique

Knoll Interstice
Vous savez à quel point j'aime Full Of Hell. Tout comme vous savez à quel point le groupe me laisse désespérément tiède depuis quelques sorties. Pas foncièrement mauvais, loin s'en faut, mais je peine à retrouver la rage débridée, la fougue, qui avait, à mon sens, atteint son paroxysme sur leur collaboration avec Merzbow. Pas grave, c'est une route que je les laisse poursuivre (sans cesser de guetter leurs sorties), un succès d'estime amplement mérité qu'ils ont bien le droit de savourer. Je ne suis pas amer, non, pour la simple et bonne raison que j'ai trouvé un excellent dérivatif. Certes un poil vert, mais Ô combien efficace.

Pas question d'un fabricant de meubles ni d'une obscure étagère sortie des tréfonds du dernier catalogue Ikea : Knoll est une toute jeune formation des Etats-Unis, qui signe, avec "Interstice", ses tout premiers pas dans la cour des grands. C'est qu'il est beau, le poupon ! Facile, en même temps, quand les fées qui se penchent sur ton berceau sont Kurt Ballou, Bard Boatright, et Ethan McCarthy qui vient parachever le Grand Œuvre au moyen d'un artwork sobre et scabreux. Néanmoins, résumer l'incroyable force de frappe de nos six compères à la minutie des trois hirsutes sus-cités serait plutôt injuste, tant "Interstice" regorge de plans alambiqués, de riffs qui confinent à l'ultime, de crocs-en-jambe incarnés par ces plages de Noise toujours judicieuses, et jamais putassières. Si j'ai débuté mes bafouilles par une allusion à Full Of Hell, c'est que Knoll, de toute évidence, les aime autant que moi. Lorsque j'ai découvert le groupe au travers de son premier single, "Scattered Prism", j'ai réellement cru entendre la bande de Dylan Walker retrouver sa paire de couilles et larguer les longues plages bruitistes de cinq minutes sur le bas-côté. Impression confirmée par ce premier longue-durée, autoproduit : "Callus of the Maw" démarre, au plan près, de la même manière que "Burst Synapse" (issu de la collaboration avec Merzbow).

Si le décor est planté, et l'influence principale évidente, rien n'enlève à Knoll son apparente envie de bien faire, de rester méchant, mordant, sans compassion aucune pour l'auditeur. Un boxon d'inspirations en tous genres, parfois mal dissimulées, certes... Mais cet écueil est largement compensé par l'allant de l'album entier, au croisement du Grindcore, du Death Metal, de la grosse Industrie et de la Noise. Avec une petite lichette de Black Metal, tant qu'à faire ! Pour un résultat... Éprouvant. C'est le moins que l'on puisse dire.

"Interstice" est à prendre comme un crescendo de 12 titres, sommet atteint sur "Fjord Peaks", pièce ahurissante de brutalité et de saccades de près de 7 minutes. Tout y est désagréable au possible, et pourtant, on y retourne. De ces bourdonnements de machine jusqu'à la batterie proprement inhumaine, cette partie centrale qui enchaîne les crochets du droit sans jamais pouvoir remettre sa garde en place... Y'a pas, il conclut en beauté un album qui place la brutalité en fil d'Ariane, rouge sang, bien épais. L'impitoyable "Lambent Urn" où l'on cherche désespérément à reprendre son souffle, ce petit côté Portal allégé sur le démarrage et le chant soufflé du superbe "Impetus in Mire", ce mid-tempo taillé pour le pit qui entame "Inherent of Life", les pédales martyrisées de l'interlude Noise "Door To Moil" qui t'envoient littéralement te faire foutre... Pas moyen de reprendre pied. Tu trouves ça bordélique ? Pourtant, que de maîtrise ! Pas un seul membre n'est à la traîne. Le batteur est impérial, les guitaristes ont correctement appris leurs leçons, dispensant des parties qui font, immanquablement, serrer le poing (l'ouverture de "Grasp" !), la basse sait rester sinistre, et le chant... S'il m'impressionne à vouloir sonner plus Dylan Walker que Dylan Walker, notamment sur les parties hystériques, je dois bien avouer que son manque de nuances finit, malheureusement , par me taper un peu sur le système. C'est cohérent avec la teneur de l'opus, oui, mais... Un poil plus de variété, ou de place laissée aux instruments, n'aurait pas été de refus.

Mais baste ! Normal qu'une première sortie, surtout lorsqu'elle choisit l'ambition sur le confort, puisse parfois s'embourber. Ce qui reste certain, c'est que cet "Interstice" est tight, comme je m'y attendais. Assez impressionnant, dans la technique comme dans l'homogénéité du rendu, Knoll signe un premier essai foutrement réussi. Un disque qui vient gratter, à la pointe du schlass, la démangeaison que je ne parvenais pas à apaiser. Des défauts ? Certainement. Mais la passion qui suinte de chaque titre excuse (presque) tout. A découvrir le 26 Février prochain !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Knoll
Death/Grind Expérimental
2021 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Knoll
Knoll
Death/Grind Expérimental - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 26 Février 2021

écoutez
vidéos
Lambent Urn
Lambent Urn
Knoll

Extrait de "Interstice"
  

tracklist
01.   Callus of the Maw
02.   Gracian Axiom
03.   Lambent Urn
04.   Impetus in Mire
05.   Grasp
06.   Earth's Iron Lung
07.   Door to Moil
08.   Inherent of Life
09.   Scattered Prism
10.   Loom of Wills
11.   Myr
12.   Fjord Peaks

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique