chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
197 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Edoma - Immemorial Existence

Chronique

Edoma Immemorial Existence
Si l'on ne cesse régulièrement de mettre en exergue le niveau pathétique de la scène Russe il y'a heureusement quelques bonnes surprises qui émergent de temps en temps, comme c'est le cas ici pour cette jeune formation de Saint-Petersbourg formée en 2017, et qui voit son premier album bénéficier d'un vrai coup de pouce mérité. Car sorti initialement au mois de mai dernier sur une toute petite structure Britannique celui-ci est arrivé jusqu'aux oreilles des Néerlandais d'Hammerheart Records qui ont décidé de mettre ces géniteurs en avant, via leur toute jeune filiale Petrichor destinée aux groupes plus sombres et énervés. Et pour ça le quatuor maîtrise très bien ces éléments pratiquant sans vergogne un Black/Death glacial très marqué par la Pologne comme la Suède tant on y retrouve des éléments typiques de chez MGLA et surtout de chez NECROPHOBIC, où froideur, puissance et noirceur se mélangent avec brio, confirmant qu'on est en présence ici de jeunes loups très prometteurs et qui signent un vrai coup de maître avec ce premier jet.

Si musicalement le combo ne réinvente rien il se montre suffisamment appliqué et sérieux tout en restant dans les clous, histoire d’éviter les excès et la sortie de route préjudiciable, tant malgré un calibrage assumé et des plans presque pompés sur la bande à Joakim Sterner l’ensemble se montre particulièrement agréable et fluide, vu que les trois-quarts d’heure passent relativement facilement. D'ailleurs d'entrée on va être tout de suite embarqué dans l'univers glacial en noir et blanc de la bande via le très bon « Herald Of Death » où l'alternance des rythmes est de mise, avec néanmoins une prépondérance pour la vitesse qui oscille entre passages mid-tempo propices au headbanging et d'autres encore plus rapides, qui donnent la sensation d'être coincé en plein blizzard. Voyant le tout jouer les montagnes russes ce titre d'ouverture nous gratifie en prime d'un solo tout en mélodie, qui amène ainsi un supplément de lumière et d'espoir au milieu de cette tempête hivernale qui ne fait que commencer, et qui va se maintenir au fur et à mesure de l'avancée de l'écoute. N'hésitant pas à jouer sur les différentes variantes rythmiques et de rapidité celle-ci ne va faiblir nullement faiblir par la suite tant l'homogénéité va rester présente en continu que ce soit avec le plus radical et primitif « Edoma », ou l'excellent « Northern Heart » aux ambiances épiques affirmées et au riffing qui n'est pas sans rappeler le IMMORTAL seconde période. D'ailleurs cette ambiance guerrière viking va se retrouver dans la foulée sur le tout aussi réussi « Depletion Of Faith » à la fois rampant et conquérant, et aux parties de guitares affûtées (qui renvoient là-encore du côté d’Anders Strokirk et ses acolytes), ainsi que sur l'excellentissime « Permafrost » qui clôt les hostilités en montrant une facette plus lourde propice au secouage de tête et particulièrement accrocheuse, sans pour autant en oublier l'alternance des tempos.

Au milieu de tout cela rien n'est à jeter également, tant le frontal et déchaîné « Last Hours » (aux nombreux blasts) trouve parfaitement sa place avec le reste, à l'instar des deux moments différents de cette galette qui interviennent sous les noms de « Labyrinth Of Torment » et « Demons Of Eternal Twilight », et sont tout aussi brillants que ce qui a été entendu jusqu'ici. Si le premier d'entre eux révèle des ambiances Heavy de haute volée (notamment sur le long lead qui en découle), pour le deuxième c'est une obscurité exacerbée qui renvoie presque à une cérémonie occulte et mystérieuse, de par les riffs des guitaristes qui ont alourdi un peu leur son pour le densifier, sans y perdre en agressivité et feeling. Car les gars ne s'encombrent pas d'excès techniques inutiles et privilégient la fluidité au trop-plein indigeste, ce qui vu le genre pratiqué se révèle être la meilleure chose à faire surtout vu la qualité de l'écriture qui ne faiblit jamais. Avec sa production très sèche et ses compos qui ne s'éternisent pas inutilement cette œuvre impeccable et dense montre un vrai potentiel de la part de ses créateurs qui ont tout ce qu'il faut pour faire parler d'eux, et relèvent ainsi le niveau de la scène Metal de leur pays qui en a bien besoin. Même si ça reste parfois un peu trop standard pour espérer plus de visibilité et de succès on ne peut qu'encourager à découvrir ce disque imparable et agréable, qu'on prendra plaisir à réécouter régulièrement surtout en ces temps hivernaux propices à la rêverie et à une certaine nostalgie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Edoma
Black/Death
2021 - Petrichor
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Edoma
Edoma
Black/Death - 2017 - Russie
  

nouveaute
A paraître le 12 Février 2021

tracklist
01.   Gates
02.   Herald Of Death
03.   Edoma
04.   Northern Heart
05.   Depletion Of Faith
06.   Labyrinth Of Torment
07.   Last Hours
08.   Demons Of Eternal Twilight
09.   Permafrost

Durée : 44 minutes

line up
Essayez aussi
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Mysterium

2015 - Agonia Records
  
Requiem Laus
Requiem Laus
The Eternal Plague

2008 - 666 Production
  
Necrowretch
Necrowretch
Putrefactive Infestation (EP)

2011 - Detest Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
The Covenant Progress

2003 - Rivel Records
  
Omegavortex
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)

2019 - Goat Throne Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique