chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ulvegr - Isblod

Chronique

Ulvegr Isblod
Et bien voilà, ULVEGR a fêté ses 10 ans. 10 ans d’existence bien sûr, mais surtout 10 ans auprès de nos oreilles puisque sa première sortie avait fracassé la porte du black metal en 2011. Where the Icecold Blood Storms avait débuté ce qui allait être une discographie peut-être pas irréprochable mais particulièrement respectable, intègre et riche ! Oui, riche parce qu’aujourd’hui c’est le 6ème album qui sort. 10 ans, 6 albums, et des variations entre chaque opus tout en gardant un fil conducteur : la hargne et la haine. Les thématiques abordées ont changé à chaque sortie. Les visuels choisis ont changé à chaque sortie. La lourdeur de la production, la durée des titres, l’utilisation plus ou moins en avant des mélodies aussi n’ont jamais été les mêmes à chaque sortie. La hargne et la haine, si.

Des groupes animés par ces sentiments, il y en a beaucoup, et cela s’approche sans doute d’un pléonasme que de dire qu’un groupe de black metal est empli de haine, mais ce qui différencie ULVEGR des formations moyennes, c’est qu’il arrive à la mettre en forme et à la partager. Car tous les groupes sont capables de tabasser, de défoncer la gueule de ce sale type attaché à une chaise dans la cave. Sauf qu’ils le font dans l’obscurité et que nous ne pouvons donc pas assister à leur méfait. Pour voir, il y a besoin de quelque chose qui éclaire. La lumière ? Non, elle atténuerait la violence. Ce qui est nécessaire, c’est d’avoir… la flamme ! Et nos deux Ukrainiens l’ont toujours eue.

Cette flamme brûle encore toujours aussi fort depuis 10 ans, et le duo ukrainien la maîtrise naturellement, rodé qu’il est à jouer ensemble ici et ailleurs. ULVEGR, c’est toujours Helg au micro, à la guitare et la basse, épaulé par Odalv à la batterie. Et ils sont tellement cul et chemise qu’ils jouent aussi tous deux pour KZOHH et GREYABLAZE. Inséparables, mais pas du tout fermés au reste du monde. Ils ont souvent fait appel à d’autres musiciens par le passé, et cette fois-ci c’est à nouveau à Astargh qu’ils ont confié des parties de guitare. Lui qui joue habituellement pour ELDERBLOOD avait même fait des vocaux sur les albums de 2012 à 2017.

Isblod est un album très représentatif de cette formation ukrainienne, mais surtout l’un de ses plus extrêmes. Ce sont ses côtés les plus destructeurs qui ont été mis en avant, ce qui explique aussi une durée assez courte de l’ensemble. Il y a seulement 6 pistes, dont une dernière qui est un instrumental ambiant de 2 minutes, et l’ensemble ne totalise que 29 minutes. On ne doit pas s’en plaindre car la temporalité n’existe plus quand on se lance dans ce marathon d’agressivité. Ici, ce qui compte c’est la désintégration, l’anéantissement, le cataclysme final ! Tout cela est atteint. Une durée plus importante n’aurait rien amené de plus. Là, on a au moins l’envie d’y revenir à nouveau, sachant que notre correction auditive durera une demi-heure seulement.

L’agressivité cache cependant des petits moments jouissifs d’éclaircies, très furtifs mais qui permettent aussi d’éviter la lassitude face à une telle démonstration de force. Il y a ce riff sur « Dodt Morke », la guitare acoustique en plein milieu d’ « Isblod », il y a aussi la mélodie de fond à la finlandaise de « Vargold » ainsi que son solo guitare final… Et puis il y a les vocaux. Sans être très variés, ils appuient parfaitement sur les passages importants et attisent encore plus la flamme. Alors l’originalité n’est peut-être pas au rendez-vous, et ce n’est peut-être pas l’album le plus réussi d’ULVEGR, mais il contribue à perpétuer la légende du black metal destructeur, rappelant parfois MARDUK, TSJUDER ou encore CIRITH GORGOR...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulvegr
Black Metal destructeur
2021 - Ashen Dominion
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ulvegr
Ulvegr
Black Metal destructeur - 2009 - Ukraine
  

nouveaute
A paraître le 1 Février 2021

tracklist
01.   Jotuntre
02.   Dodt Morke
03.   Vargold
04.   Isblod
05.   Dunkelstorm
06.   Askevind

Durée : 29:01

voir aussi
Ulvegr
Ulvegr
Titahion: Kaos Manifest

2017 - Ashen Dominion
  
Ulvegr
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness

2014 - Those Opposed Records
  
Ulvegr
Ulvegr
Vargkult

2018 - Ashen Dominion
  

Essayez aussi
Nocturnal Amentia
Nocturnal Amentia
Necromentia

2012 - Zyklon-B Productions
  
Hyems
Hyems
Anatomie des Scheiterns

2020 - Black Sunset
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Sovereign

2019 - Hammerheart Records
  
1349
1349
Massive Cauldron of Chaos

2014 - Indie Recordings
  
Arkona
Arkona
Lunaris

2016 - Debemur Morti Productions
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique