chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thron - Pilgrim

Chronique

Thron Pilgrim
Deux ans et demi après le sympathique « Abysmal » revoilà le combo de Forêt-Noire, bien décidé à poursuivre dans cette même voie musicale et dont on espère qu'il a corrigé certains défauts récurrents de cette livraison, principalement une durée globale beaucoup trop longue (presque une heure) et une influence NECROPHOBIC un peu trop marquée. Du coup celui-ci (où est arrivé un nouveau guitariste ainsi qu’un autre batteur) se sait attendu au tournant et n'a désormais plus le droit à l'erreur s'il veut grimper dans la hiérarchie et dépasser le statut de première partie agréable où il est réduit depuis ses débuts en 2015. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il s'est donné les moyens de grandir via le soutien toujours indéfectible de son label du Pas-de-Calais et au gros travail de promotion qui en découle. Si une fois encore on pourra regretter que les allemands se sont laissés allés à allonger certains plans de façon inutile, il faut néanmoins remarquer que l’ensemble est plus cohérent et voit moins de baisses de régime que précédemment. Du coup même ce troisième opus n’est pas encore parfait ni ne sera celui qui fera de ses créateurs une formation incontournable dans le genre, il montre quand même plus de force et de savoir-faire sans pour autant s’affranchir de ses bases suédoises, qui apparaissent directement sur le brutal et classique « The Prophet ».

Reprenant pratiquement point par point les riffs et patterns de Joakim Sterner et ses acolytes ce premier morceau joué de façon très classique et rapide montre cependant certaines lacunes, principalement cette partie centrale plus sombre et calme mais qui n’amène rien de plus hormis casser le rythme qui était pourtant bien engagé. Cependant après ce début en demi-teinte la suite va montrer un bien meilleur visage, et en premier lieu sur l’épique et guerrier « To Dust » absolument imparable, porté par un mid-tempo rageur et remuant à souhait (où quelques blasts font également leur apparition). Ce schéma entraînant et de préparation au combat va se retrouver un peu plus sur le tout aussi réussi et furieux « The Valley Of The Blind » aux ambiances neigeuses et hivernales, d’obédience viking et qui sent bon le nord de l’Europe. Entre tout cela le groupe n’hésite pas à y ajouter plus de mélodie au milieu des déferlantes, à l’instar de l’excellent « Nothingness » où l’alternance entre brutalité et ralentissement permet de densifier sa musique et ainsi de l’améliorer, surtout quand en plus un solo tout en finesse et mélodieux fait son apparition. Il faut d’ailleurs souligner l’apport de ceux-ci tout au long de l’écoute, tant ils permettent d’aérer l’ensemble et de jouer de fait sur plusieurs tableaux sans perdre de vue la ligne directrice, et ce même quand l’ensemble s’emballe et montre une vision plus directe et énervée comme sur le très bon « Hosanna In The Highest » qui ne se pose pas de questions, et balance la purée en continu.

Si cette plage particulièrement réussie marque la fin de la première partie de ce long-format, la seconde elle (une fois l’interlude passé) va commencer un peu mollement via le décevant « The Reverence » plombé par sa conclusion tribale inutile et qui s’étire trop sur la longueur. Heureusement ceci n’est que mineur et la suite va être plus convaincante, avec tout d’abord le plus sombre et éthéré « Den Of Iniquity » qui mise lui sur une rythmique au ralenti et lancinante où les arpèges coupants et doux se mélangent aux riffs plus obscurs et occultes. Confirmant que les gars arrivent à être aussi efficaces en levant le pied ceux-ci persistent dans cette voie avec « Gaia » qui reprend les mêmes éléments que précédemment sans pour autant atteindre le même niveau de qualité, la faute (encore et toujours) à une répétition des idées un peu trop poussée, mais qui n’est pas pour autant éliminatoire, tant ça sert ainsi de tremplin à la conclusion nommée « Into Disarray » où toute la panoplie technique des teutons est mise à l’honneur, et permet ainsi de clôturer les hostilités de très bonne façon, confirmant ainsi les progrès entendus pratiquement en continu sur cette galette.

Gagnant en homogénéité comme en accroche il est indéniable que les mecs ont pris du galon sans pour autant prendre des risques, tant ça reste très standard et balisé même si ça s’écoute très simplement et est parfaitement en place. S’ils restent pour l’instant encore un peu trop scolaires pour espérer viser plus haut ils montrent néanmoins une musicalité intéressante qui est peut-être pour eux le début d’une nouvelle ère, vu qu’ils ont ce qu’il faut pour recruter de nouveaux fans à défaut d’en attirer un nombre important et de devenir un nom important dans le genre, comme au sein de la scène Metal internationale d’ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thron
Black/Death
2021 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.86/10

plus d'infos sur
Thron
Thron
Black/Death - 2015 - Allemagne
  

nouveaute
A paraître le 19 Février 2021

tracklist
01.   The Prophet
02.   To Dust
03.   Nothingness
04.   Hosanna In The Highest
05.   Epitome
06.   The Reverence
07.   The Valley Of The Blind
08.   Den Of Iniquity
09.   Gaia
10.   Into Disarray

Durée : 54 minutes

line up
voir aussi
Thron
Thron
Abysmal

2018 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Varathron
Varathron
Untrodden Corridors of Hades

2014 - Agonia Records
  
Bliss Of Flesh
Bliss Of Flesh
Tyrant

2020 - Listenable Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique