chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
192 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aria - Playing With Fire

Chronique

Aria Playing With Fire
L'année 1985 voit l'Union Soviétique entrer dans une nouvelle et dernière phase politique de son existence avec le début des réformes de la perestroïka, menées par Mikhaïl Gorbatchev. Cette politique qui vise à moderniser un Etat en retard sur bien des points (nous n'entrerons pas dans les détails, n'étant pas spécialiste de cette période et ne considérant pas utile le fait de devoir approfondir davantage) a des répercussions sur le domaine de la culture et celui de la musique, qui se calque davantage sur le modèle américain où la scène thrash metal bat alors son plein. De ce fait, le label d'Etat Melodiya élargit son catalogue pour intégrer Aria, comme vu dans la chronique précédente, comme une preuve d'ouverture sur l'Occident - il suffit de chercher sur Internet des documents d'archives listant tous les groupes et artistes cultes de hard rock de heavy metal et autres musiques "occidentales" interdits en URSS afin de s'en convaincre.



Le succès d'Aria entamé sur Geroi asfalta (1987) peut donc en partie s'expliquer par cette politique d'ouverture sur l'Occident - en plus de la qualité de la musique, cela va sans dire. Il faut deux ans pour que Aria aboutisse à un quatrième album, titré Igra sagnom à une époque où la chute d'une URSS délabrée est proche et avec elle s'accompagne déjà un premier sentiment de nostalgie pour cette période révolue : certains titres, une fois traduits, sont assez évocateurs ("Qu'avez vous fait de votre rêve ?", "Ebranlons ce monde", "Esclaves de la peur" ou "Le combat continue"). L'album, quant à lui, se nomme Igra sagnom ou "Playing With Fire" et nous propose une des pochettes les plus marquantes du heavy metal, avec ce robot limite kitsch aux aspects tout à fait rétro. Toutes les chansons sont composées par Dubinin, le bassiste, et par Kholstintin, le guitariste. Les paroles, quant à elles, sont signées de la main de la parolière Margarita Pushkina.

Musicalement, peu de choses démarquent Igra sagnom de son prédécesseur et, avec une formule toujours aussi efficace et des compositions suffisamment variées pour ne pas avoir une impression de déjà-vu, Aria signe ici l'un de ses plus grands albums, qui est tout particulier à mes yeux puisque c'est par celui-ci que j'ai découvert les Russes. Plus particulièrement, j'ai été marqué par l'opener "What Have You Done With Your Dream ?", à la cadence particulièrement soutenue et au ton plus qu'épique (ce tapping durant le pré-refrain, bon sang !). Le morceau a tout pour plaire : une intro avec de belles guitares cleans, une montée qui nous met en haleine, des power chords furieux dans le couplet, un Kipelov déchainé dans ses paroles, du tremolo picking par moments, des leads en mineure harmonique, un refrain terriblement catchy que je chanterais probablement tous les jours s'il avait été écrit en anglais, un solo très inspiré avec une performance remarquable dans le shred des deux grands guitaristes Sergei Mavrin et Vladimir Kholstintin et une structure globale relativement simple à comprendre (intro - couplet - refrain - couplet - refrain - solo - refrain - pont - fin) qui donne un côté accessible et "tubesque" au morceau.

Tout le meilleur d'Aria réside donc dans ce titre et sa pôle position le rend incontournable. Mais il arrive des fois qu'un album mette toute son énergie dans un premier titre plus catchy que les autres pour relâcher ses efforts sur les autres. En est-il de même ici ? Bien heureusement non. L'écriture est toujours aussi variée. Niveau riffing, on a tantôt de beaux leads mélodiques en tierce sur "Slaves of Fear", tantôt des riffs plus fédérateurs et "tubesques" à en faire lever le poing avec le main de Playing With Fire, le morceau le plus ambitieux de l'album avec ses neuf minutes. Les soli sont également inspirés. J'ai déjà parlé de ceux de l'opener mais pas encore des autres : citons le shred de "Fight is Going On", le sweep de "Let's Rock this World" et le solo du morceau-titre comme exemples de composition et d'exécution parfaite. Certaines influences se font également ressentir avec notamment le riff de break de "Fight is Going On" et son tremolo en harmonie moins joyeux et davantage thrash. La plus évidente de ces influences, bien sûr, c'est Iron Maiden : à ce sujet, on peut citer le reste de "Fight is Going On" qui rappelle "Somewhere in Time" ou l'intro de "Let's Rock this World" qui peut faire penser à à peu près n'importe quel titre sur Piece of Mind. Le break aux cleans de "Playing With Fire" et ses spoken words, lui, eux, font très Maiden période Powerslave.

Valery Kipelov, toujours en forme, continue de même de nous délivrer de grands moments. Cela passe par les couplets de "What Have You Done With Your Dream" et son ton furieux pour passer sur le refrain épique de "Slaves of Fear" et de "Temptation" ou celui, plus fédérateur de "Let's Rock this World" ou même du dernier titre, "Kick Some Ass!", qui conclut l'album et qui apparait comme le morceau le plus léger de tout l'album avec une atmosphère beaucoup moins sérieuse que sur d'autres titres comme "Fight is Going On" et qui propose une poignée de riffs plutôt sautillants et un chant qui se prend clairement pas la tête. Après un tel album, frôlant parfois l'engagement politique, conclure sur une note légère permet de changer un peu les esprits.

Assurer un album aussi bon que Geroi asfalta était une tâche compliquée ; mais impossible n'est pas Aria avec ce Igra sagnom qui, approfondissant la formule ébauchée sur le disque précédent, est un véritable chef d’œuvre du heavy metal, pouvant être rangé parmi les autres monuments du genre. Varié, efficace, catchy, permettant à tous les instruments de briller à un moment où à un autre, alors que Kipelov et Kholstintin sont au meilleur de leur forme, cette pépite mérite d'être remise au goût du jour de temps en temps pour qui n'est pas trop regardant sur les liens un peu trop étroits tissés avec Iron Maiden.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
01/03/2021 13:43
LeMoustre a écrit : Le meilleur d'Aria, avec son successeur. Grand disque, bravo pour la kro

Merci, le prochain aura aussi une bonne appréciation. Clin d'oeil
LeMoustre citer
LeMoustre
01/03/2021 11:54
Le meilleur d'Aria, avec son successeur. Grand disque, bravo pour la kro

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aria
Heavy Metal
1989 - Melodiya
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Aria
Aria
Heavy Metal - 1985 - Russie
  

tracklist
01.   What Have You Done with Your Dream?  (05:18)
02.   Let's Rock This World  (05:55)
03.   Slave of Fear  (04:32)
04.   Temptation  (03:57)
05.   Play with Fire  (09:00)
06.   Fight Is Going On  (06:02)
07.   Kick Some Ass!  (04:23)

Durée : 39:07

voir aussi
Aria
Aria
Hero Of Asphalt

1987 - Indépendant
  
Aria
Aria
Megalomania

1985 - Indépendant
  
Aria
Aria
Night Is Shorter Than Day

1995 - Indépendant
  
Aria
Aria
With Whom Are You?

1986 - Indépendant
  
Aria
Aria
Blood for Blood

1991 - Indépendant
  

Essayez aussi
Satan
Satan
Life Sentence

2013 - Listenable Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Piece Of Mind

1983 - EMI
  
Judas Priest
Judas Priest
Angel Of Retribution

2004 - Sony Music
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Trilogy

1986 - Polygram Music
  
Angra
Angra
Fireworks

1998 - SPV
  

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique