chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devin Townsend - Acoustically Inclined - Live in Leeds

Chronique

Devin Townsend Acoustically Inclined - Live in Leeds (Live)
Avouez-le, les lives acoustiques vous font moyennement rêver, vous aussi. À part quelques exceptions notables qui apportent leur couche d'émotion supplémentaire aux morceaux originaux, je suis modérément client de la pratique. Pourtant, se fendre d'une telle sortie avait tout de l'excellente idée pour Devin Townsend. Il s'est déjà essayé à l'exercice avec réussite, en 2011 avec Devin Townsend Unplugged. Il y a plusieurs titres de sa discographie, que ce soit dans les disques sortis sous son nom seul, ceux du Devin Townsend Project, du Devin Townsend Band ou même de Strapping Young Lad, qui se prêtent particulièrement bien à l'exercice sur le papier. Il n'a plus rien à perdre : l'oeuvre gargantuesque dont il a douloureusement accouché depuis le milieu des années 1990 l'impose comme l'un des couteaux les plus aiguisés du metal progressif. Le pari de porter sur scène une sélection issue de son océan de classiques dans une atmosphère épurée, simplement accompagné de sa guitare et de quelques volutes de clavier aérien avait tout pour être gagnant. L'affaire est emballée dans une production organique qui fait bien ressortir l'écho de sa six-cordes. En faisant le choix du minimalisme, le Canadien a également le mérite de prendre un risque, de se mettre à nu. Comme Marcelo Bielsa était en train de faire remonter le Leeds United en Premier League, notre vocaliste tombe face à un parterre enthousiaste, prêt à rire à chacune de ses vannes, même les moins drôles. Il ne se prive pas pour interagir avec le public de cette salle intimiste qui lui offre la chaleur et la proximité nécessaires. « What a beautiful venue, I can see anybody! », dit-il d'ailleurs, taquin. Ces échanges qui prennent parfois des allures de stand-up offrent des respirations intéressantes, quoiqu'un brin longuettes, entre les morceaux. Attention de ne pas prendre ce Devolution Series #1 - Acoustically Inclined, Live in Leeds pour ce qu'il n'est pas, à savoir une réalisation majeure du Canadien. Il s'agit plutôt d'une petite douceur qui atterrit avec humilité dans nos oreilles, à déguster pour attendre les full-lengths prévus en 2021 et 2022. Les sorties estampillées Devolution Series, commandées par son label InsideOut Music, devraient se poursuivre dans le futur et comporter des morceaux mis en boîte pendant les confinements ainsi que d'autres raretés.

En tout cas, c'est surtout l'occasion d'entendre la voix habitée de Devin Townsend durant quelques instants touchés par la grâce. Le sublime morceau « Deadhead », issu du sous-côté Accelerated Evolution (2003) n'attendait que sa version acoustique pour être encore plus aérien et enveloppant. La voix instable que Devin Townsend lui offre ici, entre éructation déchirantes et chuchotements doucereux, vaut le coup d'oreille tant sa performance est à la fois surprenante et maîtrisée. Plus inattendu encore, le relooking qu'il offre à « Love? », morceau issu de l'antépénultième full-length de Strapping Young Lad, Alien (2005). Il le reprend avec beaucoup d'autodérision, dans une intention farceuse et délirante. La façon dont il lance le morceau, « eat all the dicks! », me tire un sourire en coin au milieu de la mitraille de vannes. J'imagine les yeux de possédé au moment d'introduire les premiers accords, tout comme la figure hostile grimaçante qu'il doit prendre pour amuser la galerie. Le morceau se voit interrompu plusieurs fois par ses délires. Il retombe toujours sur ses pieds avec la ligne de chant « LOVE ! OH WHAT A FEELING ! », qu'il hurle à plusieurs reprise en guise de ponctuation pour un morceau qui devient totalement expérimental et barré. Sa voix, très mise en avant, est totalement anarchique, juste soutenue par quelques nappes sinistres de clavier, ajoutant un supplément d'exagération à ce moment anthologique. C'est aussi ça, Devin Townsend : des moments d'allégresse absolus qui s'entrechoquent avec des moments de malaise intenses. C'est en cela que ce Devolution Series #1 - Acoustically Inclined, Live in Leeds lui rend son génie.

« So cold in the night,
Where the river flows... »

Quel plaisir d'entendre ce couplet récurrent du morceau « Hyperdrive », issu du frappadingue album-concept Ziltoïd The Omniscient (2007), admirablement chroniqué sur votre webzine préféré par l'émérite lapin jaune. Après avoir raconté au public de Leeds l'histoire improbable de cette vieille chaussette destinée à amuser ses enfants devenue mascotte intemporelle de sa musique, les accords retentissent, pour dériver ensuite dans la mélodie ultime que propose ce morceau. Paré de ses atours contemplatifs, il prend une nouvelle dimension, se transformant en sublime ballade folk dans laquelle notre homme s'autorise quelques envolées dans les aiguës pour parfaire encore l'atmosphère poignante de cette réécriture. Bien qu'il soit à la base un morceau très calme, la version acoustique offerte ici au morceau « Terminal » de l'album Ki (2009) du Devin Townsend Project lui rend très bien son feeling contemplatif et éthéré. L'enchaînement avec le magnifique « Coast » du même album, totalement épuré, est d'une belle fluidité. De quoi amener tranquillement cet album vers son terme. Il était temps. En effet, Devolution Series #1 - Acoustically Inclined, Live in Leeds n'évite pas les longueurs inhérentes à l'exercice. Bien qu'il soit rempli de qualités, cet opus live traîne un peu en longueur. Comme il est seul sur scène, le Canadien fait un peu de remplissage ; disons-le tout net, il cabotine un peu, entre ses multiples vannes et ses exagérations vocales : on pensera par exemple à l'enchaînement « Let It Roll » (du feuillu Synchestra du Devin Townsend Band en 2004) et « Ih-Ah! » (dans Addicted par le Devin Townsend Project en 2009), qui installe un tempo un brin poussif qui ne quittera jamais vraiment ce live, à tel point qu'on pourra se surprendre à bailler aux corneilles à plusieurs moments. En effet, ce concert acoustique est réservé aux fans inconditionnels du Canadien : ils trouveront dans ce Devolution Series #1 - Acoustically Inclined, Live in Leeds un moment hors du temps et de l'époque un peu pourrie que nous vivons, qui saura les prendre par la main pour les emmener dans la galaxie féconde de Devin Townsend.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devin Townsend
Metal progressif
2021 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Devin Townsend
Devin Townsend
Metal progressif - 1997 - Canada
  

écoutez
vidéos
Hyperdrive
Hyperdrive
Devin Townsend

Extrait de "Acoustically Inclined - Live in Leeds"
  

tracklist
01.   Intro  (06:30)
02.   Let it Roll  (03:48)
03.   Funeral  (08:17)
04.   Deadhead  (07:51)
05.   Ih-Ah!  (04:44)
06.   Love?  (08:06)
07.   Hyperdrive  (04:27)
08.   Terminal  (04:58)
09.   Coast  (04:37)
10.   Solar Winds  (03:25)
11.   Thing Beyond Things  (04:34)

line up
parution
19 Mars 2021

voir aussi
Ocean Machine / Devin Townsend
Ocean Machine / Devin Townsend
Biomech

1998 - HevyDevy Records
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Infinity

1998 - HevyDevy Records
  
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Ki

2009 - InsideOut Music
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Empath

2019 - InsideOut Music
  
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Synchestra

2006 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
Tool
Tool
10,000 Days

2006 - Volcano Entertainment
  
To-Mera
To-Mera
Transcendental

2006 - Candlelight Records
  
Klone
Klone
Here Come The Sun

2015 - Klonosphère
  
Pain of Salvation
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day

2017 - InsideOut Music
  
Electro Quarterstaff
Electro Quarterstaff
Gretzky

2006 - Willowtip Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique