chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
189 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Planes Mistaken For Stars - Up in Them Guts

Chronique

Planes Mistaken For Stars Up in Them Guts
Dans les informations peu réjouissantes que l’on a depuis un moment, celle du cancer de Gared O’Donell m’a fait particulièrement mal. Aux dernières nouvelles, tout reste stable, la campagne de dons pour l’aider à guérir ayant porté ses fruits. Il n’empêche que l’éventualité de ne plus jamais entendre cette voix si particulière dans une scène trop souvent prompte au copier-coller m’a fait frémir, au point de revenir vers la discographie de son groupe principal, Planes Mistaken for Stars.

Mais peut-être ne connaissez vous pas encore cette formation et êtes passé à côté de cette merveille qu’est toujours Prey, un retour inattendu mais qui a été un de mes coups de cœurs de l’année 2016. Une réécoute de ce dernier et de ce qui l’a précédé m’a montré que, s’il reste l’album le plus maîtrisé et touchant des Ricains, il ne vient clairement pas de nulle part. Il suffit de lancer Up in Them Guts pour s’en rendre compte : faisant suite à l’enragé mais plus maladroit Fuck With Fire, il est sans doute l’album où Planes Mistaken for Stars a trouvé pleinement son identité, entre violence hardcore et beauté d’un rock interprété comme si sa vie en dépendait.

Sorti sur le label No Idea (The Swarm aka Knee Deep in the Dead, Coalesce ou encore Floor, soit une certaine photographie d’un hardcore en mutation des années 2000), Up in Them Guts peut faire croire au départ que le groupe s’est calmé, le temps d’un « To All Mothers » solennel. Simplement ce qu’il faut pour poser un climat, à la fois désespéré et lyrique, virile malgré une sensibilité à fleur de peau : « Belly Full of Hell » surgit alors avec l’explosion d’une rage qui tient d’un hardcore magnifié, à la fois mélodique et rustre. Un sentiment d’urgence derrière les couches de mélodies que se plaît à empiler la bande qui ne baissera que rarement, allant même jusqu’à étonner par sa rudesse (« A Six Inch Valley » ou encore « Pigs »).

La voix « fil rouge » de Gared, des cailloux et du sang dans la gorge, implorant tout en souhaitant nous retourner de ses émotions et de ses lames (le nom de l’album n’est pas volé : ça vise le ventre, et fort), n’est pas le seul élément époustouflant d’originalité dans cette musique dont on peine à trouver des équivalents malgré des allures classiques. Neurosis et les débuts d’Envy ne faisant plus qu’un ? Ou alors Harkonen se laissant aller à faire rugir ses moteurs intérieurs ? « Post Hardcore », Planes Mistaken for Stars l’est comme Refused, At The Drive In ou encore These Arms Are Snakes le sont : unique à sa façon, placé ici plus par une sensibilité, indiscutablement intense, que par des influences perceptibles.

On notera cependant que, plus que sur un Prey qui brouillera davantage les pistes, les titres ci-présents contiennent leurs lots de bravoure typiques, à la manière de cet élan continu après un premier morceau faisant monter une tension qui culminera avec le furieux « Dying by Degrees ». Hargneux et pourtant étrangement recueilli, c’est dans la transmission de cette envie de tout casser et de laisser ce qu’il a saccagé derrière lui que Planes Mistaken for Stars est le meilleur, donnant à imaginer des rêves de nuits vécues à plein poumons, des nuits sauvages et mystérieuses, où une production ample et organique appuie cette ambivalence entre puissance et atmosphère qui est la particularité de cette musique. Une musique qui ferait presque crier grâce tant elle est chargée, le calme de « No Prize Fighter » s’accueillant avec soulagement.

Car Planes Mistaken for Stars aime jouer avec les limites, et pas seulement celles stylistiques. Visant l’émotion brute à chaque instant, que ce soit dans la décharge fulgurante (le début de « Dancing on the Face of the Panther » ) ou la gradation vers plus en plus d’énergie (« Spring Divorce »), il prend à chaque fois le risque de tirer à blanc. Heureusement, ces coups pour rien sont rares sur Up in Them Guts, un « Say Not a Word » trop routinier, un « Bastards » trop chaotique et frontalement hardcore, étant les seuls instants de baisse à déplorer sur ces presque quarante-six minutes.

On a tendance à retenir Mercy comme album-phare de cette période du groupe, mais c’est bien Up in Them Guts que je vénère plus que les autres. Certes imparfait, les moments éclatants qu’il possède m’ont marqué durablement, sa fluidité constante terminant de m’emporter à chaque fois. Avec cette sensation d’avoir vécu plus intensément lorsqu’arrivent les dernières minutes du grand final « The Last Winter Dance Party », les tripes à l’air.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
25/11/2021 19:24
Et oui... ça m'a un peu plombé la journée. On perd un excellent vocaliste, sans doute un des plus marquants de la scène.
AxGxB citer
AxGxB
25/11/2021 11:08
Malheureusement la nouvelle vient de tomber, il est décédé hier... Ça va au moins me donner l'occasion de me replonger dans la musique du groupe...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Planes Mistaken For Stars
(Post) Hardcore / Punk / Rock
2004 - No Idea
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Planes Mistaken For Stars
Planes Mistaken For Stars
(Post) Hardcore / Punk / Rock - 1997 - Etats-Unis
  

vidéos
Belly Full of Hell
Belly Full of Hell
Planes Mistaken For Stars

Extrait de "Up in Them Guts"
  
Spring Divorce
Spring Divorce
Planes Mistaken For Stars

Extrait de "Up in Them Guts"
  

tracklist
01.   To All Mothers  (2:34)
02.   Belly Full of Hell  (3:42)
03.   Glassing  (1:03)
04.   Dying by Degrees  (3:34)
05.   Pigs  (2:19)
06.   Dancing on the Face of the Panther  (4:23)
07.   Say Not a Word  (5:37)
08.   No Prize Fighter  (1:46)
09.   Spring Divorce  (5:13)
10.   A Six Inch Valley  (3:42)
11.   Bastards  (3:08)
12.   The Last Winter Dance Party  (8:51)

Durée : 45:52

line up
parution
27 Juillet 2004

voir aussi
Planes Mistaken For Stars
Planes Mistaken For Stars
Prey

2016 - Deathwish Inc.
  

Essayez aussi
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  

Aara
Triade I : Eos
Lire la chronique
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Dream Unending
Tide Turns Eternal
Lire la chronique
Proscriptor McGovern's Apsû
Proscriptor McGover’s Apsû
Lire la chronique
Hadal
December
Lire la chronique
Stabat Mater
Treason by Son of Man
Lire la chronique
Congealed Putrescence
Dissolved in Hyphae (EP)
Lire la chronique
Hanternoz
Au fleuve de Loire
Lire la chronique
Gràb
Zeitlang
Lire la chronique
Fosa
Demo MMXVI (Reedicion 2021)...
Lire la chronique
Zulu
My People​.​.​.​Hold On / O...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Olio Tähtien Takana
Spectral Katharsis
Lire la chronique
Phrenelith
Chimaera
Lire la chronique
Tower
Shock To The System
Lire la chronique
Phaëthon
Sacrifice Doth Call (EP)
Lire la chronique
Haalbuaer
Mortal Ones Scream In Horror
Lire la chronique
Tardus Mortem
Armageddon
Lire la chronique
First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique