chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
180 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abyssal - A Beacon In The Husk

Chronique

Abyssal A Beacon In The Husk
Allez savoir pourquoi, il m’a fallu presque deux ans pour que je me décide enfin à jeter une oreille au successeur du pourtant excellent Antikatastaseis. Les raisons de ce désintérêt (qui d’ailleurs n’en est pas vraiment un) ne sont pas à chercher du côté d’Abyssal et de la qualité de ses productions mais plutôt de ma tête de linotte qui parfois me fait oublier certaines choses dont des sorties qui pourraient pourtant m’intéresser au plus haut point... Bref, me voilà donc aujourd’hui devant vous avec quelques mois de retard pour vous parler enfin de cette oeuvre imposante et magistrale qu’est A Beacon In The Husk, quatrième album du multi-instrumentiste anglais Gregg Cowell.

Sorti en juin 2019 sur Profound Lore Records, ce dernier est superbement illustré par l’artiste Elijah Gwhedhú Tamu (Guðveiki, Haunter, Lykhaeon, Midnight Odyssey, Spectral Lore, Temple Nightside...) qui signe ici une oeuvre architecturale évoquant habilement ces méandres interminables et insaisissables que l’on devine à l’écoute de ce Black / Death torturé, imposant et particulièrement dominateur d’Abyssal. Pour ce nouvel album qui n’a donc plus rien de nouveau aujourd’hui, Gregg Cowell a fait appel aux services du batteur Alex Micklewright (Perversion, ex-Abhorrent Decimation...) pour une prestation qui n’a rien à envier à celle de son prédécesseur, le Finlandais Timo Häkkinen.

Seul maitre à bord depuis les débuts du groupe en 2011, G.D.C. a pris une fois de plus à sa charge l’intégralité du processus de production, s’occupant ainsi de l’enregistrement, du mixage et du mastering. Comme on pouvait s’y attendre, celle-ci s’inscrit bien évidemment dans la continuité des précédents travaux d’Abyssal puisqu’A Beacon In The Husk est une fois de plus marqué par une production d’une impeccable lisibilité et cela malgré toute la densité du propos. Une production qui va permettre de saisir dès les premières écoutes les nombreuses subtilités qu’offre le Black / Death d’Abyssal tout en participant naturellement à la construction de ces atmosphères infernales dans lesquelles baignent ces neuf nouvelles compositions.

Moins suffocante qu’un Portal ou un Impetuous Rituel, moins exigeante qu’un Antediluvian dont le nouvel album intitulé The Divine Punishment risque d’ailleurs de donner du fil à retordre à pas mal d’auditeurs, la musique d’Abyssal s’inscrit pourtant dans le même registre, celui d’un Black / Death particulièrement conquérant et ultra physique dont on ressort difficilement indemne. Pris dans un puissant maelström mené par ces guitares effrayantes qui tourbillonnent lors d’assauts désordonnés et dissonants, par cette batterie synthétique et déshumanisée aux allures Blut Aus Nordiennes et par ce growl particulièrement profond et monocorde, il semble vain de chercher à lutter face à une telle démonstration de force. Mais ces moments, s’ils constituent évidemment l’essentiel de ce que représente Abyssal, sont néanmoins contrastés par d’autres séquences qui, si elles ne possèdent pas le même niveau d’intensité et de folie, n’en demeurent pas moins d’une densité colossale. Ce jeu de nuances, Gregg Cowell l’entretient à coup de mélodies tantôt plus lumineuses évoquant là encore le Blut Aus Nord de 777 desquelles pointent d’ailleurs un bref sentiment d’espoir ("Dialogue" à 5:06, "I - Recollection: Shapes Upon The Retina" à 6:22 et "II - Discernment: Khyphotic Suzerains" à 5:55) et tantôt nettement plus glauques ("Dialogue" à 1:46, la quasi-totalité de "I - Recollection: Awakening / Metamorphosis" ou "II - Discernment: The Triumph Of Fools" à 2:54). Mais c’est surtout lors de ces nombreux ralentissements et autres changements de rythmes que cette quête de relief se fait la plus évidente. Si cela n’était pas aussi flagrant sur ses prédécesseurs, A Beacon In The Husk laisse désormais entrevoir des influences Doom beaucoup plus marquées. C’est le cas notamment sur te terrifiant "I - Recollection: Awakening / Metamorphosis" qui frôle le Funeral Doom à travers ce jeu menaçant et suspendu. Bien entendu, ce n’est pas le seul exemple à retenir puisque nombreux sont les passages plombés à ponctuer ces cinquante huit minutes effroyables et harassantes. Parmi ces moments, on peut évoquer par exemple cette longue séquence sur l’excellent "Dialogue" entamée à 2:29, la troisième partie de "I - Recollection: Shapes Upon The Retina" à 6:01, "II - Discernment: The Cloister Beneath The Grime" de 2:13 jusque’à sa conclusion plus de deux minutes plus tard, "II - Discernment: Khyphotic Suzerains" à 4:02 ou bien encore "III - Descent: A Beacon In The Husk" à 3:09 et surtout 4:50.

D’une noirceur et d’un désespoir sans pareil, A Beacon In The Husk n’est pas un album forcément facile d’accès. S’il se fait moins porté sur l’exploration que son prédécesseur qui, souvenez-vous, laissait entendre quelques sonorités plutôt originales et si la production rend toujours la découverte relativement aisée, il n’en reste pas moins que ces cinquante huit minutes ne sont pas à mettre dans n’importe quelles oreilles. Déjà parce que les riffs n’ont rien d’immédiats en grande partie à cause de ces nombreuses dissonances et de ces constructions décousues et difficilement préhensiles qui composent l’essentiel de l’album. Ensuite parce que cette batterie avec ses couleurs artificielles et déshumanisées apporte un côté résolument froid et presque machinal à l’ensemble. Enfin parce que ces accointances Doom, aujourd’hui grandement mises en avant, confère à ces quelques compositions quelque chose de si écrasant, physiquement et moralement, que cela en devient tout simplement insupportable. Bref, j’ai mis le temps à m’y mettre mais comme vous pouvez le constater je ne suis pas du tout déçu du voyage. Maintenant, avec un peu de chance, il n’y a plus qu’à espérer que la suite arrive relativement rapidement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
15/08/2021 15:17
note: 8/10
Je suis aussi passé à côté de l'album à sa sortie, et pourtant je l'ai vu tourner. Je rejoins ton avis développé dans ta chronique, qui résume très bien l'oeuvre.
BBB citer
BBB
07/08/2021 12:47
...Impetuous Ritual...
Désolé.
Sinon cet album d'Abyssal est vraiment terrible.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abyssal
Black / Death Metal
2019 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Abyssal
Abyssal
Black / Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Dialogue  (07:51)
02.   I - Recollection: Shapes Upon The Retina  (08:06)
03.   I - Recollection: Awakening / Metamorphosis  (06:16)
04.   II - Discernment: The Cloister Beneath The Grime  (04:26)
05.   II - Discernment: Khyphotic Suzerains  (08:51)
06.   II - Discernment: The Triumph Of Fools  (05:01)
07.   III - Descent: We Who Beheld The Fall Of Axioms  (06:33)
08.   III - Descent: A Beacon In The Husk  (08:05)
09.   Soliloquy  (02:44)

Durée : 57:53

line up
parution
21 Juin 2019

voir aussi
Abyssal
Abyssal
Antikatastaseis

2015 - Profound Lore Records
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Azarath
Azarath
Saint Desecration

2020 - Agonia Records
  
Arkhon Infaustus
Arkhon Infaustus
Filth Catalyst

2003 - Osmose Productions
  
Fornication
Fornication
D N hAte

2007 - Rupture Music
  
Lord Belial
Lord Belial
Unholy Crusade

1999 - No Fashion Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Mark Of The Necrogram

2018 - Century Media Records
  

Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique
Gargoyle
Hail to the Necrodoom
Lire la chronique
Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique