chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grima - Rotten Garden

Chronique

Grima Rotten Garden
Depuis son deuxième album, le groupe russe GRIMA ne cesse de gagner en popularité et de convaincre une large audience, alors c’est peu dire d’affirmer que le quatrième était attendu avec impatience ! Eh bien il est là, arrivant finalement à nouveau 2 ans tout juste après Will of the Primordial. 2 ans... comme à chaque fois en fait puisque ce sont toutes les années impaires que sont sortis ses méfaits. Le premier date de 2015, et il vient d’ailleurs d’être réédité début 2021, permettant à tous ceux qui l’avaient raté de comprendre pourquoi ce n’est pas celui-ci qui a fait exploser le groupe. Il n’est pas mauvais, mais il ne contient pas encore la bonne formule, pas celle qui sera maîtrisée dès la suite. GRIMA en a d’ailleurs conscience, et il le prouve en ajoutant sur ce Rotten Garden une nouvelle version de l’une de ses toutes premières compositions, retravaillée : « Devotion to Lord ». L’auto-reprise est réussie et l’on redécouvre le titre sous un meilleur jour, dans la veine actuelle du groupe.

Alors en 2021, GRIMA est bien entendu composé du même line-up qu’à ses débuts. Il faudrait vraiment un étrange alignement des planètes ou la malédiction OASIS pour que les deux jumeaux perdent leur complicité et leur bonne dynamique ! Du coup ils n’effectuent aucun changement, gardant précieusement en leurs mains la bonne formule magique. Ils ont de la personnalité, leur propre son, un visuel fort... Tout est déjà réuni, et ils en ont conscience. Même le label reste le même, et c’est toujours Naturmacht qui s’occupe d’eux depuis le premier album. GRIMA n’a donc plus qu’à peaufiner son art d’une sortie sur l’autre et les 7 nouvelles pistes sont le prolongement idéal de l’album précédent.

Il nous balance un black atmosphérique au rythme principalement emporté, et un résultat digne des meilleurs, tel LUNAR AURORA. On se sent pris dans blizzard fou qui nous soulève, qui nous secoue, mais qui pourtant nous déponse parfois subitement dans des contrées perdues dans la nature, gigantesque, magnifique. Ce sont dans ces moments-là des mélodies sombres à la guitares ou au clavier qui résonnent, imparables. Les illustrations du digipack et les clips postés sur YouTube ajoutent également énormément aux ambiances, apportant des éléments visuels forts à la musique. Les frères sont masqués, énigmatiques, et se montrent toujours dans des espaces majestueux. Et on y est, mais tellement, dans ces espaces majestueux ! Durant 43 minutes un peu trop courtes, on se sent happé, on se sent minuscule, on se sent fort et ensuite si impuissant.

Et ces ambiances, elles ne sont pas uniquement portées par des claviers comme sur « Rotten Garden » ou par les riffs comme sur « Grom », mais également par l’un des éléments récurrents du groupe : l’accordéon. Tenu cette fois-ci encore par Sergey Pastuh, il colore quelques passages, mais sans devenir systématique, restant ainsi un joker efficace de GRIMA. Et puis il y a toujours des petits détails qui sont la cerise sur le gâteau, comme des samples de cris de chouettes dès la première piste. C’est léger, mais c’est terriblement bon, car cela contribue à parfaire le paysage qui s’est glissé dans notre espirt.

L’album est donc au niveau de ce que les fans attendaient, et les seuls qui rouspèteront devraient être ceux qui détestent les éclaircies dans le black metal et considèrent que cela transforme le style en soupe... La soupe à la GRIMA...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
04/04/2021 09:53
Quel pied franchement, j''ai l'impression que ce groupe est déjà grand, mélodique, épique, porté par une voix puissante bien black, tous les ingrédients sont réunis que dire de plus, si, une touche d'originalité, j'adore ce son d'accordéon et la façon dont il est incorporé, bucolique et mélancolique, sans être pouet pouet c'est vraiment très bon! Comme Solarian j'avais trouvé le 2ème un peu deça, sans parler de déception mais y avait 2-3 perles à côté de 2-3 morceaux ou je décrochais rapidement, peut-être trop mou ou trop porté sur les ambiances...

Bon celui-là est déjà commandé, pour le voyage dans les forêts profondes de Sibérie c'est tous les 2 ans, avec Grima!
Solarian citer
Solarian
04/04/2021 08:56
note: 9/10
Le précédent m'avait bien déçu voire par moments carrément emmerdé. Trop contemplatif, trop poussif et mélodiquement moins inspiré que TOTEW.
Celui-là renoue complètement avec la profondeur, la mélancolie et le souffle épique propres à l'excellent deuxième opus tout en regagnant en intensité et en dynamisme.
Cocktail parfait et donc sur ma liste d'achats prioritaires avec le dernier Mare Cognitum !
seb niggurath citer
seb niggurath
03/04/2021 17:58
encore un album de Grima que j'achete les yeux fermés et qui ne me déçoit pas! le seul reproche que j'ai à faire pour Grima c'est que c'est trop long les t shirts à arriver depuis la Sibérie jusqu'en France....
Goodnacht citer
Goodnacht
03/04/2021 17:12
Actuel album de l'année 2021 pour ma part !

Putain c'est beau, émotif, coloré, intense, profond, le chant est extra. Un must. une scie.


Black Metal Lives Matter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grima
Black Metal Atmosphérique
2021 - Naturmacht Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  9.1/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Grima
Grima
Black Metal Atmosphérique - 2014 - Russie
  

vidéos
Cedar and Owls
Cedar and Owls
Grima

Extrait de "Rotten Garden"
  

tracklist
01.   Cedar and Owls
02.   Mourning Comes at Sunset
03.   At the Foot of the Red Mountains
04.   Old Oak
05.   Rotten Garden
06.   Grom
07.   Devotion to Lord 2020

Durée : 43:28

parution
22 Janvier 2021

voir aussi
Grima
Grima
Will of the Primordial

2019 - Naturmacht Productions
  
Grima
Grima
Tales of the Enchanted Woods

2017 - Naturmacht Productions
  

Essayez aussi
Wędrujący Wiatr
Wędrujący Wiatr
O turniach, jeziorach i nocnych szlakach

2016 - Werewolf Promotion
  
Summoning
Summoning
Minas Morgul

1995 - Napalm Records
  
Dynfari
Dynfari
Myrkurs Er þörf

2020 - Code666
  
To Conceal The Horns
To Conceal The Horns
Purist

2020 - Purity Through Fire
  
Ostots
Ostots
Hil argi

2016 - Altare Productions
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast