chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pustilence - The Birth Of The Beginning Before The Inception Of The End

Chronique

Pustilence The Birth Of The Beginning Before The Inception Of The End (EP)
Débarqué en fin d’année dernière de Brisbane, Australie, Pustilence n’a pas manqué de se faire remarquer grâce à ce nom qui doit évidemment beaucoup à Patrick Gromelon mais également à la sortie d’un EP dont le titre un brin kamoulox n’est pas passé inaperçu. Intitulé The Birth Of The Beginning Before The Inception Of The End, ce dernier est paru tout d’abord sur Bandcamp en fin d’année dernière avant d’être proposé aux formats cassette et CD il y a seulement quelques semaines grâce aux labels Rotted Life Records et Personal Records. À ces débuts en fanfare s’ajoute également une signature sur le label espagnol Memento Mori pour la sortie d’un premier album prévu pour 2022.

Formé en 2020, Pustilence compte dans ses rangs des membres de formations modestes et discrètes telles que Bone Marrow ou Hinterkaifeck. Des noms qui ne doivent pas vous dire grand chose (à moi non plus soit dit en passant) et qui du coup ne mettent pas spécialement en appétit. Pour autant, malgré la foultitude de petits groupes à percer ces dernières années qui fait que l’on ne sait plus où donner de la tête et ce line-up soulevant peu d’enthousiasme et de curiosité, Pustilence mérite grandement que l’on prenne le temps de s’y intéresser.

Derrière ce titre à rallonge qui prête quelque peu à sourire se cache un trio aux ambitions peu élevées (comprendre par là que Pustilence n’a pas l’intention de bouleverser quoi que ce soit avec sa formule) mais néanmoins doté d’une force de persuasion particulièrement infaillible. Dans un esprit typiquement australien avec notamment cette frénésie et cette intensité qui qualifient en règle générale une bonne partie des groupes de l’île (sans pour autant chercher à égaler le degré de bestialité d’entités telles que Sadistik Exekution, Bestial Warlust et autre Abominator), la jeune formation ne va pas manquer de convaincre et cela sans avoir à s’y reprendre plusieurs fois. Cette immédiateté, on l’a doit justement à ces attaques frontales que Pustilence va mener ici le plus clair du temps (notamment sur "Gateways To Enigma: I" et "Dissolute Delirium: III"). Un caractère primitif que le groupe entretien jusque dans cette production qui est ici le seul véritable point faible de ce court EP. En effet, malgré son caractère pour le moins lisible, la batterie manque par exemple cruellement d’attaque et de nerfs alors que le son de guitare, plat et rachitique malgré une certaine abrasivité, ne permet pas vraiment de révéler le plein potentiel de ces quelques compositions. Rien de rédhibitoire car encore une fois on distingue aisément chaque instrument (à l’exception de cette basse aux abonnés absents) mais c’est un point que Pustilence aura à améliorer à l’avenir s’il veut pouvoir faire la différence.

En attendant de voir de quoi sera fait ce premier album prévu pour 2022, ces quatre titres remplissent largement leur office. Aussi, en dépit d’une approche pour le moins passéiste, Pustilence montre sa capacité à varier les plaisirs en offrant avec le titre "Unto Pandemonium: II" quelque chose d’un peu plus posé. Si on y trouve à mi-parcours une séquence légèrement plus soutenue, la tendance générale est ici au mid-tempo. Un mid-tempo dont le groove ne manquera pas d’en faire dodeliner plus d’un. ""Journey To The Altar Of The Unknowns"" fait quant à lui figure d’interlude relativement inutile même si sa durée réduite (un petit peu plus d’une minute) réussit à le rendre largement acceptable. Mais là où Pustilence marque le plus de points, c’est sur des titres tels que "Gateways To Enigma: I" et "Dissolute Delirium: III" menés comme ont l’a vu à grand renfort de blasts sauvages, de riffs ultra nerveux, de solos mélodiques particulièrement bien sentis et de changements de rythmes capables d’apporter un peu plus de la profondeur à des titres qui derrière ce caractère primitif cachent tout de même quelques inclinaisons techniques pour le moins évidentes.

Malgré quelques imperfections (notamment cette production trop maigrelette et cet interlude à l’intérêt relativement limité), The Birth Of The Beginning Before The Inception Of The End n’en reste pas moins un très chouette EP qui devrait réussir à convaincre les amateurs de Death Metal rappelant les premiers albums de Cannibal Corpse, Morbid Angel et même Suffocation. Une formule aujourd’hui vue et revue mais que le trio semble plutôt bien maitriser à en juger par la qualité de ces quelques titres aussi efficaces qu’inspirés. En attendant une suite plus conséquente, les quatre titres de ce premier EP ne manqueront pas de tourner régulièrement chez moi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
15/04/2021 15:11
Drug-Sniffing Dog a écrit :
Vraiment très cool Pustilence oui ! Merci d'en avoir parlé sur le fofo il y a quelque mois maintenant.


Bah j't'en prie Clin d'oeil
Concernant Hinterkaifeck, il faut que j'approfondisse. En rédigeant la chronique de Pustilence, j'étais quand même allé jeter une oreille mais ça c'était arrêté là. Je vais creuser.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
15/04/2021 13:55
Mon CD, commandé chez Personnal (avec le dernier EP de Wharflurch) ne devrait plus tarder à arriver maintenant. (enfin j'espère haha)
Vraiment très cool Pustilence oui ! Merci d'en avoir parlé sur le fofo il y a quelque mois maintenant.
J'avais pas fait gaffe au lien avec Hinterkaifeck, je te conseille (et aux autres) fortement d'aller jeter une oreille à ces loustics, car eux, le rapprochement avec Sadistik Exekution est assez évident... je parlerai d'ailleurs prochainement de leur premier album sur mon petit espace perso que tu connais. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pustilence
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pustilence
Pustilence
Death Metal - 2020 - Australie
  

formats
  • Digital / 15/12/2020 - Autoproduction
  • K7 / 26/02/2021 - Rotted Life Records
  • CD / 05/03/2021 - Personal Records

tracklist
01.   Gateways To Enigma: I  (04:12)
02.   Unto Pandemonium: II  (04:27)
03.   ''Journey To The Altar Of The Unknowns"  (01:10)
04.   Dissolute Delerium: III  (05:21)

Durée : 15:10

line up
parution
15 Décembre 2020

Essayez aussi
Death
Death
Leprosy

1988 - Combat Records
  
Perilaxe Occlusion
Perilaxe Occlusion
Exponential Decay (Démo)

2020 - Chaos Records
  
War Possession
War Possession
Doomed To Chaos

2017 - Memento Mori
  
Wound
Wound
Inhale The Void

2013 - F.D.A. Records
  
Gatecreeper
Gatecreeper
Deserted

2019 - Relapse Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique