chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ufych pour l'album "All Stars"

Interview

Ufych pour l'album "All Stars" Entretien avec Bzour, pistolero en chef (2010)
Sur « Crazy M.A.C. », Bzour et sa bande de Dalton braquaient la diligence interplanétaire assurant la liaison Vega-Antares et visitaient les bordels des bas fonds Vénusiens. Sur « All Stars » cette fois les forbans de l'espace ont garé leur navette spatiale en plein wild wild west, et leur volonté est claire: dézinguer du desperados au pistolet laser, vider des chopines de Whiskey frelaté et prêcher la bonne parole du metal'n'roll survitaminé à une populace qui arrose paresseusement sa sieste de Pulco citron à l'ombre des sombreros. Yiiiiiiiiiiiii Ha!

Vous vous êtes déjà expliqués sur les raisons du passage de Ufych Sormeer à Ufych (plus pratique, plus en phase avec la nouvelle orientation …). Pourtant sur la tranche du CD on peut encore voir marqué Ufych Sormeer. Alors, bourde de packaging ou transition en douceur? Et sinon, allez, la vérité vraie: la vraie raison de ce lifting, c'est que vous en aviez marre des calembours à 3 sous et de la rime avec « ta mèèèèèèère »? :)

C'est une bourde packaging au final assumée! En fait, ce changement de nom était bel et bien programmé de notre côté. Nous pensions que ce nouvel album serait signé « Ufych Sormeer » mais qu'il serait le dernier avant de passer définitivement à « Ufych » pour nos prochaines réalisations. Le label a souhaité ajouter un petit encadré « Ufych (ex-Ufych Sormeer) » sur la pochette de notre dernier l'album « All Stars ». Au final ce n'est pas trop grave, ça précipite juste un peu le changement de nom, c'est tout.


Le titre et la pochette de l'album sont loin d'évoquer les étendues intersidérales infestées d'indiens à l'affût. Pourquoi ne pas avoir exploité pour la cover une illustration du style du dessin que l'on peut voir à la fin du livret ou bien ce cowboy cartoonesque que l'on voit sur les teasers video dispo sur le site du groupe? Et pourquoi ne pas avoir intitulé l'album « Wild Coyotes from the Dark Side of the Moon »? Peur de l'effet Too Western, Too Cartoon, Too Much? Quelle est finalement le « message » derrière le choix de ce titre et de cette pochette ?

Nous voulions que cette pochette soit épurée pour souligner un peu notre passage vers autre chose: notre plus grande efficacité! La pochette ne devait pas faire trop chargée en affichant directement le concept « Space West » de l'album, cela m'aurait semblé en peu indigeste en vitrine. Nous souhaitons que cette album ait une existence dans la sphère rock d'où un visuel assez basique. Le logo fait 70% de la pochette de « All Stars » et le concept nous plaît! En ce qui concerne le nom de l'album: même principe! Pas de titre à rallonge façon « Wild Coyote From Outter Space » il fallait que cela soit facilement assimilable avec juste une discrète référence à l'Espace grâce au mot « Stars ».


Les morceaux de ce nouvel album sont plus immédiats et surtout plus accessibles que ceux de « Crazy M.A.C. ». Pourtant les arrangements sur les voix, les samples et les passages multi-couches avec quadruple interpénétration de pistes sont encore monnaie courante. Vous n'arrivez décidément pas à faire simple (et continuez donc comme ça please !) ?

Nous avons pourtant fait des efforts!! Les multicouches sont présentes mais de façon très ponctuelle et elles ne sont pas du tout indispensables à l'efficacité des titres. Les morceaux sonnent très bien sans leurs présences. Cela me permet en live d'interpréter les morceaux de façon relativement fidèle aux versions enregistrées. Quelques backings seront pris en charge par les loustics qui m'accompagnent. La chose était totalement impossible avec l'album « Crazy Mac » car les effets étaient trop nombreux, trop changeants. C'était presque mission impossible de restituer ça en live. Le public pouvait ressentir comme un manque par rapport à cela, et moi en premier d'ailleurs! Je pense qu'« All Stars » est vraiment taillé pour la scène c'est une grosse nouveauté pour Ufych qui, ne l'oublions pas, avant la signature chez Holy Records, était plus un projet studio qu'un véritable groupe.


Quels titres de ce nouvel album sont pour toi les dignes successeurs tubesques de « Shun Loafer » et « Space Cowboys » ? « Galactic Sallon » et « Time Trip » semblent tout désignés, mais l'offre est tellement large cette fois que le choix de singles serait draconien s'il se présentait, non?

Je suis entièrement d'accord avec toi! Pour l'album « All Stars » les morceaux à avancer sont difficiles à choisir tellement chacun des titres a été calibré pour foutre la grosse claque. Alors pour choisir les titres promo, on s'adapte à la demande, ou encore mieux, on demande aux chroniqueurs de choisir eux même! C'est moins prise de tête pour nous et les gens peuvent se faire plaisir. Nous avons l'impression d'avoir pondu un album de titres forts. Pour arriver à cela, nous avons enregistré une vingtaine de morceaux en studio et nous n'en avons gardé que 12, les plus significatifs de notre trip Ufychien fin 2009. Il est donc à noter pour les fans que nous avons pas mal de B-sides dans nos tiroirs! Peut être de quoi faire un album « All Stars advanced » qui sait?...


Tu le mentionnais dans une autre interview: ces nouveaux morceaux semblent fortement inscrits dans une dimension cinématographique. On le sent en particulier sur un « Westbound Lane » qui évoque quasi-visuellement la fin d'un western, le coucher de soleil et le THE END final. Pourrais-tu nous en dire plus à propos de comment, personnellement, tu vois l'association entre les morceaux de « All Stars » et l'univers du cinéma? Est-ce que certains morceaux sont directement associés à des films en particulier?

Pas vraiment de films en particulier, Mais je dois dire que ce sont davantage des styles cinématographiques qui sont représentés. La lecture de chaque titre de nos morceaux donne les clefs pour saisir le décor des tableaux. Par exemple dans le morceau « Galactic saloon » l'ambiance dégagée est proche de celle des bars que l'on peut apercevoir dans « Star Wars » où un groupe d'extraterrestres tape un boeuf, Ou encore les pubs futuristes que l'on peut voir dans ce vieux dessin animé des années 80: « Cobra » ou des mutantes dénudées dansent sur une musique totalement tripée. « Dream land » c'est du Edgar Allan Poe et je vois bien un visuel semblable à celui du film d'animation français « Gandahar » de René Laloux. « Cybercity cops », c'est carrément l'univers décrit dans le jeu de rôle « Cyberpunk ». Certains romans d'Asimov ou de Philip K. Dick nous ont inspirés. Niveau films ça se rapproche des backgrounds cyber-technologiques à la «Terminator », «Robocop », «Judge Dred » ou encore «Blade Runner ». « Scary Manor » , C'est entre les « Zinzins de l'espace » et des films d'horreur kitsch tels que « House on Haunted Hill » de William Castle dont les images nous ont permis de faire un clip ici : http://www.youtube.com/watch?v=fTWcO1bhOJk&feature=related. « Westbound lane » comme tu l'as remarqué c'est du pur western spaghetti façon Sergio Leone avec mélodie sifflée à la façon Ennio Morricone (http://www.youtube.com/watch?v=IsJFEQ0lg-o&feature=related)


On sent le groupe vachement plus détendu sur cet album que sur « Crazy M.A.C. ». Vous n'avez pas ressenti l'effet « Pression du N+1eme album »?

Pas du tout franchement! La seule pression ressentie durant l'enregistrement de l'album c'était de la Leffe et de la Corsendonk et tout particulièrement pendant les prise grattes de « The Traveller » où on a fini la tête à l'envers! Depuis le début dans Ufych nous fonctionnons ainsi : "il arrivera ce qu'il arrivera". Nous continuons à jouer ce qui nous fait envie sur le moment. On ne se pose aucune question, on aime à retrouver le feeling que nous éprouvions lorsque nous étions potes au collège et que l'on découvrait encore nos grattes. Ufych c'est du 100% naïf 100% bien heureux 0% de calcul! En gros rien à foutre de la gueule de la scène actuelle, de ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas. Ceux qui aiment Ufych tant mieux, ceux qui n'aiment pas tant pis, on s'en cogne! Notre but n'est pas de faire l'unanimité. Si on veut dire un truc avec Ufych c'est ça: on prend juste ce qu'il y a à prendre. D'où le lâcher-prise audible sur l'album « All Stars » On se fait avant tout plaisir! On peut taper dans le rock, le funk, le rap ou le disco, rien ne nous semble inenvisageable. On fait un mélange de tout ça avec une sauce Western épicée et une pincée de claviers tripés façon 80's, on décline tout ça sur plusieurs histoires, dans plusieurs décors, souvent des stéréotypes du genre fantastique, et ainsi sont nés les titres les plus jouissifs d' « All Stars »: Une véritable orgie.


Peux-tu nous parler des nouveaux arrivants au sein du groupe ? Faut-il nécessaire s'appeler Grégoire pour tenir la batterie chez Ufych ?

Héhé! Presque ça! En fait, plus exactement nous passons d'un Greg à l'autre. Sur « Crazy Mac »nous avions fait appel à Grégoire Galichet d'Hectic Patterns et sur « All Stars » nous avons eu recours à Grégory Degrave qui nous vient de Century Scream. La transition fut toute simple en répète! Notez tout de même, le coup de génie de la DRH Ufych...


Sur « The Grand Architect », qui traite du Grand Barbu, de « où vais-je » et de « dans quel état j'ère », tu prends des intonations à la Megadave Mustaine. C'est intentionnel, pour charrier / rendre hommage au célèbre New Born Christian ?

Bien vu! On a presque l'impression que Dave Mustaine est présent sur ce morceau! Surtout que je suis gros fan du groupe depuis longtemps. J'ai une étagère entière dédiée à Megadeth chez moi. Je suis déçu de leur dernier album mais rien ne me fera oublier la nervosité jouissive atteinte par le groupe sur certain de leurs disques... Au niveau du message transmis, ce morceau essaie de mettre le doigt sur un constat personnel: TOUT ce qui nous entoure est pour moi preuve qu'il existe un autre chose, un grand (ou gros) barbu comme tu dis. Sans faire allusion à aucune religion, c'est vraiment pas ma tasse de thé. Toutefois, je pense qu'il existe "un Grand Architecte", une volonté d'organisation céleste, une logique. Cette logique est à ce point parfaite qu'elle laisse place au chaos dans son fonctionnement. Le hasard dans certains domaines est... frais! Les accidents génétiques créant parfois de nouvelles espèces plus adaptées à leur écosystème. La loi pose les règles et la pincée de chaos met sa petite touche qui une fois sur mille s'avère être un coup de génie ! Loi et chaos sont un peu les outils du grand architecte. Ce monde est semblable à une horloge, des règles mathématiques la régissent. La gravité, la révolution des astres, la reproduction des êtres vivants... TOUT! Ces règles sont si simples qu'il est aisé pour la plupart de les écrire sur un petit bout de papier. Ces règles existent, c'est un fait! Mais qui? Qui en fut leur instigateur? Tombé du ciel? Je ne pense pas, pour moi ce constat est la preuve d'une logique de création! Si le monde se résumait à un grand "n'importe quoi", je doute fort que des règles aussi tangibles puissent régir la globalité de notre univers. D'ailleurs, sans elles, je vous écrirais probablement avec un bras atrophié au beau milieu de mon front, en me grattant le cul avec l'index de ma fesse droite. Au lieu de cela, notre morphologie obéit encore une fois à une règle basique: un simple axe de symétrie passant au beau milieu de nos yeux. Hasard? Je ne pense pas. C'est ce que raconte le morceau « The Grand Architect ».


C'est un kazoo ou une autre bête instrumentale de ce type que l'on entend fréquemment à partir de 0:40 sur « My Wild Country Friends », à:53 sur « The Great Architect », et par la suite encore sur « Westbound Lane »? Son utilisation va devenir un gimmick ufychien au même titre que les sifflements?

C'est une guimbarde! Tu peux l'entendre aux endroits que tu as cité de l'album et j'adore vraiment comme ce truc sonne. Ce petit instrument pose directement une ambiance Ouest sauvage façon vallée de la mort. Effectivement c'est un ingrédient dans le potage Ufych qui apporte sa couleur. La petite chose qui s'ajoute et qui fait pourtant beaucoup, puisque toi même tu m'en parles ici! Idem pour cette tendance à siffler quelques petites mélodies sur l'album. C'est une autre Ufych touch!


A ce propos, te rends-tu compte qu'avec tous ces gimmicks vocaux (listés en début de chronique de l'album), tu es en train de devenir le Bruce Dickinson – que dis-je – le Michael « Hii-hiiiiiiiiii ! » Jackson de la scène hard rock française? :)

Ah excellent! Pour Michael Jackson je sais pas!, mais c'est vrai que je souhaite au maximum donner de l'identité à Ufych à l'aide de ce genre de petites idées. Quelque part, c'est aussi une façon d'appliquer ce que l'on dit quand on laisse entendre que nous ne sommes pas frileux pour faire différemment les choses. La musique doit aussi et avant tout être comme cela: le plus possible affranchie des normes. Les normes, il en faut un peu, mais pas trop en musique! L'ENORME c'est mieux! Et l'ÉNORME, Ufych essaie de l'obtenir par l'originalité de ses compostions.


Au vu des samples de demoiselles en pâmoison sur « Modern Gods » et « Time Trip » et des photos figurant dans le livret, on a un peu l'impression que vous avez le bout du lasso qui brûle et que les squaws vont avoir du souci à se faire backstage. Les bières du Galactic Saloon ne suffisent plus à calmer votre trop plein de testospermone? :)

Tes questions m'éclatent vraiment! Et bien oui, nous ne sommes que des mecs, il faut bien avouer.... Alors sur deux morceaux on a laissé traîner des voix de filles en train de prendre du bon temps. Pour « Time trip », il s'agit d'un sample d'origine lointaine. Mais sur « Modern Gods » c'est du fait maison! Une jolie créature s'est prêtée au jeu. Gentleman, j'ai pris sur moi de l'aider...je dois bien avouer que cette prise non seulement avait de la gueule, mais en plus, elle m'a totalement converti au chant féminin dans le metal!


Vous n'avez pas peur que les Chiennes de Garde lancent une fatwa contre le groupe pour rendre hommage au « Shut up bitch, I'm speaking » de « Time Trip »? :)

On n'a pas peur non! Pour planter un peu le décor, « Time Trip » c'est l'histoire d'un savant fou pervers. Ce dernier a en effet une vision assez réductrice du sexe opposé. Mais tu peux t'asseoir sur ton scoop! Pas de misogynie dans Ufych! D'ailleurs, si tu approches le livret d' « All Stars » d'une flamme de bougie tu verras apparaître sous les paroles l'inscription "GROSSE CHEVRE, TOUTE RESSEMBLANCE AVEC DES PERSONNES EXISTANT OU AYANT EXISTEES SERAIT VRAIMENT LE FRUIT D UNE PURE COINCIDENCE"


Quand vont commencer les offensives live? Je ne crois pas avoir vu le logo d'Ufych sur beaucoup d'affiches de festivals cet été … Verra-t-on les charmantes cowgirls du livret faire du rodéo à vos côtés sur les planches?

Effectivement pas de festoches encore pour nous... alors les cowgirls on n'y pense pas tout de suite! Malheureusement pour nous Holy Records n'oriente absolument pas ses efforts là dessus. Nous pensons évidemment que c'est une grosse erreur. Ufych a plus que jamais une carte à jouer en live, et plutôt du genre Jocker! Autant nous pouvons être satisfaits du travail de notre label sur le packaging que nous restons sur notre fin en matière de booking. Nous avons besoin d'aide et je crois que si quelqu'un du milieu se penche sur le problème, on le demande en mariage! J'ai la sensation qu'on pourrait faire des choses cool. Bien sûr de notre côté, nous avons déjà commencé à nous produire sur scène. Récemment, on l'a fait d'une façon assez peu commune: Notre première date suite à la sortie d'« All Stars » a eu lieu le 23 Mars dans un bar à Lille que nous avons fréquenté avec une certaine assiduité! Nous nous sommes payé le délire de reprendre la quasi totalité du nouvel album en version Country! Ambiance Far West: que de l'acoustique! Nous avons fait les choses en grand en allant même jusqu'à ramener une énorme antiquité de piano bastringue. Le truc chiant, c'est qu'il était accordé de façon peu académique, en La 427 exactement! Alors nous nous sommes tous accordés par rapport à lui. Même le banjo que Guillaume avait tout spécialement ramené pour l'occasion!. La guimbarde était bien sûr au rendez-vous... Malgré quelques galères de son, le résultat était vraiment cool. Le piano nous a conféré un grain totalement déglingué, on a tripé. Alors nous allons garder la formule pour les petites salles pas vraiment calibrées pour l'amplification électrique des grattes. Nous avons tellement aimé l'exercice que nous projetons d'enregistrer cette version Country d' « All Stars » prochainement. Ce sera donc une rareté que tout bon fan d'Ufych se devra de posséder!!


Le mot de la fin revient traditionnellement au poor lonesome cowboy ...

Et bien tout d'abord je vais remercier Trashcore Webzine et tout particulièrement Cyril pour l'intérêt porté au groupe. J'ajoute pour les autres que si vous êtes curieux, à la recherche de fraîcheur, Ufych vous promet un voyage assez unique! Alors venez-vous forger votre propre avis en tapant UFYCH sur n'importe quel moteur de recherche et en testant ce qui tombe. Il y a plein de nouveaux morceaux et de nouvelles vidéos. Sinon cliquez ICI pour faire un tour sur notre site officiel ou LA pour flâner sur notre myspace. Bonne écoute à tous !!

Yeah! Un album d'Ufych version country, des B-sides à la pelle (à inclure en bonus sur l'album country, ça serait cool!) et la promesse d'autres albums à venir (en lisant entre les lignes de la réponse à la 1ere question): on n'est pas prêt de descendre de cheval, et c'est tant mieux!

2 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
05/04/2010 09:02
just gnu it a écrit : Décidemment faut que je me l'enquille ce "All Stars" moi...

Définitivement !!!
just gnu it citer
just gnu it
05/04/2010 08:43
Rigolol !
Super interview les gars. Décidemment faut que je me l'enquille ce "All Stars" moi...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Ufych (Sormeer)
Ufych (Sormeer)
Space western metal'n'roll barré - 1997 - France
  

Lire aussi
Ufych (Sormeer)
Ufych (Sormeer)
All Stars

2010 - Holy Records
  

Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique