chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abigail

Interview

Abigail Entretien avec Yasuyuki Suzuki (2015)
Comment faire un dossier spécial black japonais sans parler de ses origines. Et à côté de SIGH on pense souvent à SABBAT et ABIGAIL. Ce dernier est non seulement culte pour être l'un des premiers groupe japonais du style, mais aussi pour son hyperactivité qui a traversé les âges. Oui, ça fait plus de 20 ans qu'ABIGAIL nous défonce les oreilles. Il n'a pas l'intention de s'arrêter là et continue de sortir live, splits et EP à la pelle tout en jouant partout dans le monde. Il a d'ailleurs une demande particulière à faire aux fans français, donc ouvrez bien vos oreilles, vous pourriez pouvoir venir en aide au groupe !!!

Abigail est un groupe mondialement connu avec des fans dans tous les pays.

1. Si on parle de metal japonais on pense tout de suite à SABBAT, SIGH et ABIGAIL.

a. Parlez-moi de vos débuts dans le metal. Quels groupes aimiez-vous à l’époque ?


Quand j’étais collégien j’ai commencé à écouter des groupes de heavy, IRON MAIDEN, BLACK SABBATH, ACCEPT, NIGHT RANGER… J’ai commencé à jouer de la guitare et à faire des reprises avec des potes. Ensuite je suis tombé dingue de Thrash avec VENOM, SLAYER, MOTORHEAD ou encore BATHORY. Et ça a changé ma vie. Au lycée j’écoutais surtout VENOM : « Black Metal », BATHORY : « Under the sign of the black mark », SODOM : « In teh sign of evil », HELLHAMMER : « Apocalyptic Raids », BULLDOZER : « IX », CARNIVORE : Carnivore » etc… Par contre il n’y avait pas grand monde autour de moi qui écoutait cette musique. Ils parlaient tous de « And Justice for All » de METALLICA, alors on n’avait pas trop d’atomes crochus…




b. Pourquoi avoir formé un groupe ?

Après le lycée j’ai rencontré le batteur Youhei et on a formé ABIGAIL. Il était fan de Satanic Metal lui aussi, une chance ! En 1992 le black metal s’est fait connaître à l’étranger, mais au Japon c’est encore le death metal qui avait la côte dans l’underground. C'est aussi pour ça que j'ai voulu former un groupe de black. Quand je repense aux gars qui faisaient du death et se foutaient bien de notre gueule à ce moment-là... Il n’y avait que nous et SIGH et dans ce style à Tokyo.


2. Vous jouez dans le monde entier. C’est rare pour un groupe japonais. Qu’est-ce qui rend ABIGAIL différent ? Pourquoi les groupes japonais luttent-ils pour s’exporter ?

Vers 1992, le black n’était pas encore connu au Japon alors il fallait passer par les concerts pour avoir une activité. Du coup on a fait notre promotion en envoyant des demo tape aux fanzines étrangers, à des groupes etc… La réaction était meilleure qu’au Japon. Alors c’est tout naturellement sur l’étranger qu’on a concentré notre promo. Les groupes japonais ne faisaient pas de promo à cette époque. Ils se concentraient sur les concerts. Mais bon, la plupart de ces groupes ont disparu maintenant…


3. Les pochettes d’album d’ABIGAIL sont toujours différentes. Intercourse & Lust utilise un visuel japonais. Mais par la suite il n’y a pas eu d’ambiances japonaises sur les pochettes.

a. Vous ne vous sentez plus vraiment japonais ?

Je n’avais pas l’intention d’utiliser un visuel japonais sur Intercourse & Lust. Je voulais une pochette satanique. C’est en fait Modern Invasion Records qui l’a créée. J’imagine que c’est une image qu’ils ont choisi en fonction du titre de l’album… Mais maintenant je l’aime bien cette pochette…


b. Comment choisissez-vous vos pochettes ?

On associe quelque chose au titre. On demande au label qui nous prépare un truc. La première pochette de Forever Street Metal Bitch est énorme.


c. Je crois que certaines de vos pochettes sont interdites au Japon. Pourquoi le Japon est-il si strict ? Est-ce que votre musique est justement une révolte contre ce Japon ?

Au Japon les photos de sexe féminin sont interdites. On a d’ailleurs sorti un split avec BOMBER, groupe chilien, mais la douane japonaise a vu la pochette et tout confisqué. On nous a fait écrire des excuses et c’était la galère. C’est une loi totalement conne. On peut bien voir ce qu’on veut avec Internet ! Avant c’était pour protéger les mineurs, mais là, c’est devenu obsolète !




4. Dans la série Alive… qui voit des sorties d’albums live d’ABIGAIL il n’y a pas encore Alive… in France.

a. C’est à cause du public français ?


Non, c’est juste qu’on a pas d’enregistrements faits en France ! Alors si quelqu’un en avait on aimerait bien qu’il nous le fasse parvenir ! On voudrait sortir un LP ! Les fans français étaient excellent ! Je ne peux pas oublier le concert donné en 2000 pour le Drakkar Hell Fest. Et le premier concert à l’étranger qu’on a fait c’était en France, alors c’est un pays spécial pour nous.


b. Vous avez fait des concerts partout. Le public a-t-il des spécificités ? C’est la même ambiance au Japon ?

Maintenant c’est à peu près pareil à l’étranger et au Japon. On a juste remarqué qu’il y avait plus de poivrots à l’étranger (Rire).


5. Des groupes japonais à conseiller ?

Bien évidemment SIGH. On est actifs depuis tellement de temps ensemble maintenant… Leur musique est super.


6. Un message pour les Français ?

Merci pour l’interview. Les fans et groupes français nous soutiennent depuis un bout de temps… On a vraiment envie d’y retourner prochainement. Préparez les bières et le vin rouge pour l’occasion ! Merci !

---
Traduction par Sakrifiss

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AUTRE VERSION
plus d'infos sur
Abigail
Abigail
Black Thrash - 1992 - Japon
  

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique