chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina

Interview

Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina Entretien avec Vindsval (2016)
Bonjour ! Content de pouvoir vous poser quelques questions à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina ! Ævangelist et Blut Aus Nord sont deux groupes à l'identité marquée mais dont l'auditeur peut faire des liens entre l'un et l'autre. Deux musiques différentes et pourtant, des sentiments comparables pouvant traverser l'écoute des deux projets. Comment vous est venue l'idée de réaliser une sortie en commun ?

Aevangelist propose quelque chose d'unique et développe un univers très particulier auquel nous avons eu envie de nous frotter. J'ai évoqué l'idée d'une collaboration avec Phil (de DMP) qui a transmis au groupe et tout s'est ensuite très vite mis en place. Pour que nous ayons envie de collaborer avec un autre groupe, il faut que celui-ci soit suffisamment inspirant pour nous permettre d'aller chercher quelque chose que nous n'aurions peut-être jamais envisagé dans le cadre d'une sortie n'impliquant que BaN.

L'exercice du split me semble toujours un peu compliqué. Me donnant souvent l'impression de réunir deux (ou plusieurs) groupes de façon arbitraire, il est rarement satisfaisant en lui-même, comme s'il n'était que deux EPs mis ensemble sans autre raison que l'envie de se réunir. Codex Obscura Nomina est cependant un peu plus que ça, tant je ressens une évolution naturelle entre la partie de Blut Aus Nord et celle d'Ævangelist. La composition de vos titres a-t-elle tenu compte de cette donnée ? Y a-t-il eu des échanges entre les deux formations pour ces titres ?

J'ai attendu de pouvoir écouter les démos de la partie Aevangelist avant de commencer à travailler sur la partie BaN. Je prends ces splits comme des exercices de style permettant de sortir (encore) d'une zone de confort qui peut rapidement tuer toute forme de créativité. En ayant en tête ce qu'Aevangelist comptait proposer, il a fallu trouver un son, un style, une approche qui soit cohérente et qui entre en résonance avec leur travail. Le but étant au final d'obtenir une œuvre globale et pas deux parties n'ayant aucun lien entre elles. Le split doit être une collaboration autour d'un thème, pas une compilation de morceaux n'ayant aucun lien entre eux. Un tel projet doit donner naissance à un résultat hybride et unique.

Après une trilogie marquée par ce que Blut Aus Nord peut faire de plus malsain et expérimental (la trilogie 777) ainsi qu'un retour vers le black metal onirique des Memoria Vetusta, vous semblez privilégier les collaborations avec d'autres groupes (ici Ævangelist et peu de temps auparavant, avec P.H.O.B.O.S.). Qu'est-ce qui a motivé cette idée ? L'envie de marquer une fraternité avec d'autres projets ? Doit-on espérer d'autres splits à l'avenir ou le temps est-il venu de travailler sur les autres projets que vous avez (Ekstasis par exemple ?) ? Autre chose peut-être ?

Ces deux splits correspondent simplement à une envie d'essayer de nouvelles choses, d'explorer d'autres sonorités, de nouvelles approches... Ce format d'une vingtaine de minutes est parfait pour concrétiser ce genre d'expérimentations. Il y a d'autres collaboration en prévision, nous sommes par exemple en train de concrétiser quelque chose avec DÄLEK, mais les prochains albums de Blut Aus Nord sur lesquels nous travaillons déjà sont aujourd'hui la priorité. D'autres projets sont également en cours, comme EKSTASIS ou YERUSELEM (dont l'album devrait sortir fin 2016 début 2017). Il ne s'agit pas de side projects mais du développement de facettes spécifiques de Blut Aus Nord qui demandent, à mon sens, une exploration un peu plus poussée, la filiation sera donc évidente. J'aime voir BaN comme un tronc donnant naissance à une multitudes de branches musicales.

Cela fait un moment que l'on sent chez Blut Aus Nord ce désir de s'affranchir des codes et d'intégrer toujours plus d'influences, sans pour autant perdre sa personnalité – notamment sur 777 – Cosmosophy. Si cette évolution a pu rendre sceptique bon nombre de fans de la première heure, on sent une certaine logique dans cette progression. De même, cela faisait un moment que j'attendais justement ce basculement vers « autre chose » et votre partie sur Codex Obscura Nomina arrive donc à point nommé avec ce gros son indus hip hop que j'ai beaucoup apprécié. Comment s'est effectué ce choix pour le split ? Est-ce que cela a influé sur votre manière de composer, ou non ? Quelles ont été vos diverses influences ?

Aujourd'hui, je ne parlerai plus réellement d'influences, BLUT AUS NORD se nourrit de lui-même, chaque album pouvant devenir le point de départ d'une nouvelle expérience. La manière de composer est dictée par un résultat visé, une atmosphère particulière à faire vivre, un visuel ou un son de guitare particulièrement inspirant comme ce fût le cas pour MoRT ou encore What Once Was - Liber II qui a été composé et enregistré en 8 ou 10 heures, juste parce que le son invitait à une immersion totale qui facilite l'écriture et la rend presque automatique.

L'Art doit, par définition, s'affranchir des codes, c'est là tout son sens. Il est possible que certains auditeurs aient du mal à suivre ou à adhérer à certaines de nos réalisations mais la majorité d'entre eux respecte le travail effectué et comprend la démarche qui est la nôtre. Ils peuvent faire l'impasse sur un album et adorer le suivant, ça ne nous pose aucun problème. Nous les confrontons peut-être à leurs propres limites, qu'ils dépasseront, ou pas, plus tard. Si j'avais écouté MoRT à 16 ans je l'aurai probablement rejeté en bloc pour l'apprécier 10 ans plus tard. D'ailleurs cet album devenu culte aujourd'hui a été plutôt mal accueilli lors de sa sortie.

Pour ce split, j'avais (puisque j'ai travaillé seul sur ce projet) une idée très précise du résultat final qui devait s'apparenter à une forme de rituel urbain et ce type de beats industriels, cycliques, effectivement parfois proches du Hip Hop, s'est imposé de lui-même. Nous sommes évidemment très loin des standards metal et beaucoup de gens habitués à entendre des patterns de batterie plus traditionnels vont probablement avoir du mal à pénétrer cet univers particulier mais la réception de l’œuvre n'est définitivement pas notre problème.

L’œuvre de Blut Aus Nord est extrêmement riche, comportant en son sein de nombreux triptyques (Memoria Vetusta, What Once Was... ou encore 777). Est-ce que ce format a une résonance particulière pour vous ? Aura-t-on l'occasion d'avoir une nouvelle trilogie de la part de Blut Aus Nord dans l'avenir ?

En fait il n'y a aucun triptyque à part 777. Memoria Vetusta représente une approche musicale qui aura une, ou des, suite(s) et la série d'albums What Once Was n'est pas sensée s'arrêter à trois, l'artwork (et notamment les tranches des Lps) donnent quelques indications à ce sujet. Je ne sais pas si nous travaillerons sur une nouvelle trilogie, nous l'avons déjà fait... Pourquoi le refaire. Mais rien n'est interdit ou impossible, donc...

Debemur Morti et vous avez une longue relation ensemble, qui a donné lieu à beaucoup d’événements (la sortie de l'EP Debemur MoRTi à l'occasion des dix ans du label par exemple). L'une des dernières incarnations de cette relation est la création du label Sundust Records dont la première production (Orphans of the Black Sun de Mütterlein) est sortie il y a peu. Quelles ont été les motivations à créer ce nouveau label ? D'autres projets communs auront-ils lieu ?

La relation avec DMP est inespérée pour un musicien, Phil/Void est passionné, très respectueux et donne absolument tout ce qu'il peut aux groupes qui rejoignent le label. Debemur Morti est une structure intègre qui évite le copinage, allie des valeurs profondément underground et un professionnalisme que j'ai rarement observé dans ce milieu, même chez des labels beaucoup plus importants. Nous avons aujourd'hui une relation qui dépasse le cadre du « travail » et même si d'autres labels nous sollicitent et nous font des offres parfois difficiles à refuser, il est aujourd'hui inconcevable de travailler avec quelqu'un d'autre.

Concernant Sundust, c'est une idée qui a germé progressivement au fil de nos discussions. Nous avons beaucoup de goûts musicaux en commun, hors metal, et nous nous sommes dits qu'il pourrait être intéressant de développer une structure dédiée au développement d'Artistes que nous apprécions mais qui n'ont peut-être pas leur place chez Debemur Morti, ce dernier étant marqué du sceau « metal extrême ». J'avais déjà sorti les deux albums d'OVERMARS chez Appease Me... et j'ai logiquement suivi les aventures Artistiques des membres du groupe depuis leur split. Quand j'ai entendu MÜTTERLEIN, je l'ai aussitôt envoyé à Phil et il nous a semblé évident que ce projet était l'occasion de donner naissance à Sundust. Nous sortirons certainement d'autres albums mais rien n'est concrètement prévu pour le moment, nous n'avons aucun impératif et tout se fera au feeling, quand nous recevrons le bon projet.

Vous semblez actif sur les réseaux sociaux, je pense notamment à la série Echoes qui compile vos influences principales. Il était important de les mentionner à vos fans ? Dans quelle optique faites-vous cela : un partage, un hommage ?

Il ne s'agit pas d'influences mais d'albums qui ont été, ou sont, marquant pour différentes raisons. C'est en effet un partage, nous n'avons aucune autre revendication que celle du son, de la musique au sens le plus large du terme et des émotions qu'elle peut procurer. Une partie de la culture musicale personnelle se fait ainsi, par la transmission. J'aime que l'on me fasse découvrir des Artistes qui vont me toucher et j'aime transmettre ça à mon tour. La musique n'est qu'une question d'émotions, de feeling, elle te touche ou ne te touche pas, peu importe quelle étiquette on a pu lui coller. Si un fan de BaN peut, grâce à ça, jeter une oreille et apprécier CANDIRIA, BILL LASWELL ou encore tenter l'aventure JOHN COLTRANE la démarche devient intéressante et constructive. Cela pourra même l'aider à mieux comprendre les univers multiples de BLUT AUS NORD.

Blut Aus Nord a toujours été intéressé par de nombreuses thématiques variées. On pourrait citer : le paganisme, l'impulsivité, le mysticisme ou encore des questions plus métaphysiques. Quelle est l'importance de ces thèmes dans la construction de la discographie de Blut Aus Nord ?

Ces thèmes sont au centre de toute la discographie de BaN et au centre de ma vie personnelle, ils sont un chemin d'évolution, spirituel et mystique. La musique, et le Black Metal en particulier, sont des supports parfaits pour évoquer ces questions métaphysiques en proposant différents niveaux d'écoute et d'appréciation qui peuvent vite s'apparenter à une forme de quête initiatique, certains groupes ou Artistes poussent cela très loin.

Le Black Metal est un Art d'opposition qui doit être animé par une certaine forme de subversion, tant dans la forme que dans le fond. MARDUK ou WATAIN par exemple ne sont pas des groupes de Black Metal à mes yeux. J'appellerai ça de la pop vaguement énervée, ils livrent exactement ce que l'on attend d'eux, leur attitude est codifiée, leur musique est codifiée, classifiée, facilement reconnaissable et assimilable. Ils sont des produits du siècle, parfaitement formatés pour un public identifié, à l'opposé même de ce qu'est l'essence du Black Metal. Où est la subversion, où est le choc ? Où sont les questionnements ? Qui peut encore imaginer que la glorification de Lucifer aujourd'hui soit un acte transgressif ? C'est au contraire jouer un jeu simple et évident, servir l'époque... Quand le monarque est l'adversaire d'hier alors le visage de la rébellion, dans ce monde et ses valeurs, est peut-être celui du Christ. Le Black Metal peut il être christique...Voilà le genre de thématique intéressante à développer et qui peut aboutir à un résultat inattendu sur plan musical. Plus inspirant en tous cas me concernant qu'un hail satan inoffensif et convenu.

Tous ces thèmes sont donc des moteurs, personnels, mais libre à chacun de ne s'en tenir qu'à la forme, comme je te l'ai dit nous n'avons aucune autre revendication que celle du son.

L'un des points communs entre Ævangelist et Blut Aus Nord est d'avoir affaire avec une musique qui dépasse la « simple » écoute de notes plus ou moins harmonieuses une fois mises ensemble. Une recherche spirituelle, entre philosophie et mystique pure, qui peut prendre différentes formes chez l'un ou l'autre mais peut, selon moi, se réunir sur certains aspects (comme le sentiment d'avoir une œuvre d'art totale entre ses mains, où la musique, le visuel et les paroles servent un but commun). C'est d'ailleurs une tendance que je ressens dans le metal aujourd'hui qui, malgré un nombre toujours conséquent de groupes mettant des monstres photoshopés sur leurs pochettes « parce que c'est cool », compte beaucoup de membres n'ayant plus peur d'esthétiser leur musique par d'autre biais, ou même de la voir comme porteuse d'un message loin des clichés usuels. Aujourd'hui, des musiciens de metal n'ont plus peur de chercher à faire appel aux sens ou aux cerveaux de façon approfondie/originale. Partagez-vous ces impressions ? Si oui, à quoi est due cette évolution selon vous ?

Je pense que le public est aujourd'hui beaucoup plus ouvert et demande un peu plus aux musiciens. Il y a quelques années les groupes qui osaient sortir des clichés et des sentiers battus se faisaient lyncher par un public qui préférait CANNIBAL CORPSE ou DEICIDE à VOIVOD, CORONER ou GODFLESH qui ne rencontraient alors qu'un succès très limité. Il y a évidemment toujours des gens qui réclament des monstres et vont se satisfaire du nouveau DARK FUNERAL, mais ils ne sont plus l'écrasante majorité. Une partie du public ne voit aucune contradiction dans le fait d'écouter BOARDS OF CANADA le matin et BURZUM le soir, la culture musicale s'élargit et ce public devient par conséquent plus exigeant et plus difficile à satisfaire. C'est une très bonne chose qui oblige les Artistes à se remettre en question et proposer des œuvres toujours plus travaillées et moins évidentes qui vont à leur tour demander une certaine implication des auditeurs, cela crée une émulation réciproque qui permet d'élever le niveau.

C'est une question classique, mais je suis curieux de lire votre réponse vous concernant : qu'écoutez-vous en ce moment ? De nouvelles sorties à recommander ?

Le nouveau DAVID BOWIE, fascinant, qui semble cacher un autre niveau d'appréciation bien plus profond, c'est un disque à la fois beau et réellement troublant. J'écoute également beaucoup les derniers albums de SELAH SUE, CHTHE'ILIST, TERRA TENEBROSA, POLICA et INTRONAUT. J'attends les nouveaux VIRUS et MESHUGGAH, deux groupes uniques dont je suis fan depuis longtemps et aussi beaucoup de Death Metal des 90's, étant particulièrement nostalgique du vieux catalogue d'Earache.

4 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
07/08/2016 22:18
Goodnacht a écrit : Depuis quelques albums chez Blut, le discours est devenu plus important que la musique elle-même...

Serait peut-être temps d'avoir l'idée (le courage ? les couilles ?) de publier les paroles... le discours pseudo élitiste ne me suffit pas pour renter dans l'oeuvre...


Me semble qu'il y a des paroles dans le digi de MV III
Goodnacht citer
Goodnacht
07/08/2016 12:15
Depuis quelques albums chez Blut, le discours est devenu plus important que la musique elle-même...

Serait peut-être temps d'avoir l'idée (le courage ? les couilles ?) de publier les paroles... le discours pseudo élitiste ne me suffit pas pour renter dans l'oeuvre...
Stockwel citer
Stockwel
27/07/2016 11:06
Interview très intéressante, et le split est pas mal du tout (contrairement à ce que j'attendais, je suis pas toujours ultra fan des expérimentations de BAN)
Dantefever citer
Dantefever
19/07/2016 12:12
toujours intéressant ce que Vinsdsval a à dire... Et c'est couillu de poser la question d'un BM christique

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Psychedelic Black Metal - 1994 - France
  

Lire aussi
Blut Aus Nord / Ævangelist
Blut Aus Nord / Ævangelist
Codex Obscura Nomina (Split-CD)

2016 - Debemur Morti Productions
  

Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique