chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"

Interview

Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents" Entretien avec Spellbound (Chant) (2018)
1. Salut et bravo pour cet excellent album qui figurera sans aucun doute dans notre bilan de fin d’année, tout d’abord pourquoi ce si long silence musical ? Etait-ce un choix voulu au départ, où cela vient-il de divers éléments musicaux et/ou extérieur ?

Salut à toi et merci pour ton retour ! En ce qui concerne cette longue période d’inactivité, disons qu’après notre second album « La Cité Des Vents » vers 2010, nous sommes devenus un groupe live, nous avons eu l’occasion d’effectuer de belles dates très rapidement et partager la scène un peu partout en France avec des gars comme TAAKE, HELHEIM, VULTURE INDUSTRIES, BRANN BAR, etc… Mais à cette époque j’étais dans une période compliquée de ma vie, j’avais alors pris la décision de stopper les scènes et je pense que ça a un peu cassé notre élan à ce moment-là. Ensuite, des choses basiques de la vie nous ont un peu ralenti : des éloignements géographiques, certains d’entre nous sont devenus parents etc... Quand nous avons vraiment voulu relancer la machine, il a fallu trouver les idées, faire mûrir les compositions, se pencher sur les textes, enregistrer, bref tout le processus d’un nouvel album et cela nous a aussi demandé du temps et de la concentration. En plus de ça, NKS (Guitare Rythmique) possède désormais son propre studio d’enregistrement qu’il a fallu construire de A à Z, et donc nous étions plus ou moins bloqués pendant les travaux qui ont quand même été conséquents. Dans tous les cas, nous sommes maintenant prêts pour donner suite à « L’Esprit Des Vents » et poursuivre l’aventure AORLHAC. Je peux t’assurer que nous n’attendrons pas aussi longtemps pour le prochain méfait.

2. Vous êtes désormais signés chez « Les Acteurs De L’ombre » dont la qualité du catalogue n’est plus à démontrer, comment vous êtes-vous retrouvés chez eux ?

Nous avons connu Gérald le label manager à l’époque où il nous avait fait venir à Luynes pour jouer sur le "Nordic Black Mass" avec TAAKE, en 2010, déjà 8 ans... Nous n’étions pas particulièrement en contact régulier depuis, mais ça faisait un petit moment que Gérald s’intéressait plus ou moins à nous et venait aux nouvelles de manière épisodique, et quand il nous a fait une proposition pour la sortie du dernier album en date, nous ne pouvions clairement pas refuser. En fait, je crois sincèrement que ce deal a été une étape décisive dans notre carrière, car après autant d’années sans trop faire parler de nous, nous retrouver simplement sur un catalogue sans suivi particulier aurait peut-être signé la fin d’AORLHAC, nous nous serions probablement démotivés. Nous avons la chance d’avoir été approchés par ce super label qu’est LADLO, et ils ne sont clairement pas étrangers à la montée en puissance du groupe ces derniers temps, même si nous jouissions déjà d’une certaine "aura". C’est vraiment une équipe structurée, avec un réseau fort et des gens motivés. Aucun groupe ne se retrouve par hasard chez eux, on ressent une réelle volonté d’être au plus près de chaque formation, nous sommes donc vraiment heureux de cette collaboration.

3. L’une des forces de cet opus est sa cohésion, l’ensemble n’a jamais été aussi dense que sur celui-ci, comment s’est passé sa composition ? Tout était-il prêt lors de votre entrée en studio ou y’a-t-il eu des arrangements qui se sont effectués à ce moment-là ?

Tu sais, nous avons évolué au fil des années, nous avons gagné en expérience aussi, en ce sens et si on veut rester positif, la coupure (même si bien trop longue je te l’accorde) a été bénéfique. C’est agréable et surtout naturel de constater une certaine forme d’évolution, que ce soit dans le son ou l’intention globale. C’est vrai que « L’Esprit Des Vents » est plutôt dense et qu’il y’a pas mal d’informations à assimiler tout au long de ces 57 minutes, mais pour moi chaque titre est à sa place. Il n’est pas exclu que le prochain album soit plus direct ou plus court, mais nous aimons que la musique prenne le temps de s’étaler et de se développer généralement. Après, même si nous fonctionnons pas mal à l’instinct et plus ou moins dans une certaine forme d’urgence, cette fois ci la plupart des titres avaient quand même été maquettés, ce qui n’était pas vraiment le cas sur les précédents efforts. Il y avait donc une bonne base, une ossature pré établie avant de se lancer dans l’enregistrement. Nous savions où nous allions, ça s’est plus ou moins fait sur le long-cours, au moins musicalement car pour les voix, je ne prévois rien à l’avance quasiment, ça a été un jour, un titre et je trouvais la plupart du placement vocal et des idées sur le vif du moment (souvent aidé par quelques Imperial Stout ou de la Suze). Au final, il y a eu des ajouts bien évidemment, comme par exemples des solos de guitares, des mélodies doublées, et même des changements de paroles de dernière minute, je pense notamment à « Infâme Saurimonde » qui a été travaillé seulement quelques jours avant que je ne pose mes voix sur le titre.

4. La production vraiment excellente, à la fois puissante, profonde et naturelle, a été réalisée en interne, pourquoi ce choix ?

D’abord pour des questions de budget, mais aussi parce que nous travaillons ainsi depuis le départ et l’aspect multi casquette de NKS n’est pas étranger à cela. Même s’il est vrai qu’un producteur peut aider à y voir plus clair à certaines étapes du processus d’enregistrement, nous aimons travailler de cette manière-là, autonomes et sans pression externe. Nous avons maintenant à disposition encore plus de matériel que lors des sessions des anciens albums, et un véritable studio. Nous utilisons les capacités de NKS autant pour les prises sons, que pour le mixage ou le mastering, donc nous pouvons nous permettre de rester en vase clos. Je ne pense pas que ce soit quelque chose qui changera à l’avenir et je ne crois pas que nous ayons besoin d’une tierce personne pour nous guider lors de telle ou telle étape.

5. L’artwork absolument magnifique est signé Stan W. Decker, a-t-il eu carte blanche ou l’avez-vous orienté dans une direction précise ?

Oui je trouve que l’artwork est vraiment très beau aussi. En fait nous avions depuis un moment l’idée de bosser avec Stan, déjà parce qu’il est Auvergnat, et tout simplement parce que nous aimons son travail. Nous avions une vision d’ensemble assez floue mais nous voulions quelque chose qui rappelle à la nature, la forêt, quelque chose d’un peu inquiétant, sur des tons bleutés. Avec le peu de directives que nous lui avons donné, je pense qu’il s’en est vraiment super bien sorti. Ce visuel casse un peu avec nos pochettes antérieures, qui étaient plus dans le « fait maison » mais c’est justement ce que nous voulions. Même si nos précédents travaux visuels étaient cohérents et faisaient passer un message en lien avec les thématiques abordées, là on tient quelque chose de beaucoup plus poussé, nous en sommes donc très satisfaits. Il n’y a que sur le livret où le travail était peut-être plus centré et dirigé, la plupart du travail fourni étant en rapport avec les textes, le boulot à effectuer était donc moins abstrait.

6. Outre la musique enivrante (qui est une incitation au voyage et à mieux connaître les faits et les légendes de votre région) les textes qui l’enveloppe sont une fois encore particulièrement travaillés et intéressants, comment s’est déroulé leur écriture ?

Merci beaucoup. Et bien s’il m’est arrivé d’écrire certains textes sur nos précédents efforts (« Mémoires d’Alleuze », « Plérion » notamment) depuis cet album, je prends en charge l’intégralité du concept et des textes. J’ai donc essayé de rester dans les thèmes et le style d’écriture des deux autres rejetons de la trilogie tout en y apposant une patte un peu plus personnelle forcément. Je me suis servi de certaines légendes occitanes encore non exploitées et plus ou moins confidentielles, de certains écrits sur des bandits ou des personnages forts ayant marqués nos contrées, je me suis également inspiré d’endroits près desquels nous évoluons, comme une sorte d’hommage à notre terroir si singulier… Tous ces éléments font partie intégrante de notre identité et nous ne faisons que retranscrire et remettre en lumière ce que la nature ou les écrits des érudits locaux nous ont eux-mêmes légués !

7. Peut-on imaginer le groupe parler d’autre chose que de l’histoire occitane ou médiévale ? Ces points précis sont-ils indissociables du groupe ?

C’est une très bonne question. Maintenant que nous sommes dégagés des contraintes que nous nous étions imposés avec cette trilogie croisée/cité/esprit, la question reste entière. Ceci dit, je pense que nous avons encore énormément de sources exploitables à développer sur des sujets ou des faits historiques et que c’est simplement quelque chose qui nous anime et qui est présent depuis le départ, c’est donc compliqué de se départir de cet aspect. Après, je n’ai pas non plus envie de m’enfermer et me retrouver piégé avec le fait de devoir écrire absolument dans telle ou telle direction, donc ça reste une vraie question. C’est encore un peu flou mais j’ai déjà quelques concepts sur lesquels je dois travailler dans les semaines à venir. Je crois que le propos évoluera peut-être, tout en restant dans une forme de cohérence vis-à-vis de ce que représente l’histoire AORLHAC. Il ne faudra donc pas s’attendre à un virage à 180 ° concernant les paroles.

8. Comment se passe la collaboration entre toi et ton frère Lonn (Guitare Lead) ? Y’a-t-il des désaccords où êtes-vous toujours sur la même longueur d’onde ?

En fait les désaccords sont plus réguliers avec NKS en ce qui me concerne, haha. Lui et moi sommes le noyau dur du groupe, on est là depuis le tout début, nous avons deux personnalités fortes, et des visions parfois différentes, il est donc normal que certaines tensions pointent le bout de leur nez de temps à autres. Nous sommes des gens passionnés ! Avec Lonn, c’est différent, son rôle au sein du groupe étant un peu plus limité quoi que primordial, sans sa présence nous se serions probablement jamais remonté sur scène par exemple. Je ne veux pas parler à sa place, mais je sais qu’il n’est pas forcément motivé pour prendre part à la composition. Son rôle est vraiment centré sur le fait de sortir le maximum de solos d’enculés, et je crois que c’est très bien comme ça. La répartition des tâches en studio ont toujours été définies : NKS aux compos, basse et guitare, Lonn aux leads et moi-même au chant et aux paroles. Ceci dit, tout est possible et les choses peuvent évoluer, et vu que je joue beaucoup de guitare ces dernières années, rien n’est exclu !

9. Le talent d’Ardraos derrière sa batterie n’est plus à démontrer, il s’est d’ailleurs surpassé une fois encore, pourquoi ne fait-il pas partie officiellement du groupe ?

Oui Ardraos a fait un très bon travail sur l’album, il nous a permis de passer une étape en termes de technicité, les parties sont carrées et s’accordent bien avec le jeu de guitare. Par rapport à la place de chacun, je crois qu’on ne s’attache pas vraiment à tel ou tel mot pour définir les rôles des uns et des autres, tout ça se fait de manière assez naturelle avec les autres membres. Il est très clair autant pour Ardraos que pour Alex notre bassiste, qu’ils font partie intégrante de l’équipe AORLHAC, chacun sait où est sa place et personne n’a de soucis avec cet aspect.

10. La grande majorité des retours vous concernant (à la fois critiques comme publics) sont assez dithyrambiques et cela est mérité. Y êtes-vous sensibles ?

Nous sommes effectivement très surpris des retombées, mais c’est génial ! Ça fait dix ans que nous existons et nous voyons le projet grossir encore et encore, c’est une sensation étonnante. Nous ne sommes pas là à quémander quoi que ce soit, mais forcément, quand tu vois se former une réelle communauté autour de ton projet, et de réelles retombées, tu ne peux qu’être fier. Nous avons toujours eu le désir de créer une musique personnelle et c’est plus ou moins quelque chose de vital. Nous le faisons d’abord car nous en ressentons le besoin. Mais il y’a aussi une volonté de partage dans tout cela : partager des émotions, partager notre passion pour notre pays et son histoire aussi. Donc oui, nous sommes sensibles à tout cela et c’est un réel moteur.

11. Vous avez été dernièrement victime d’une polémique sur les réseaux "sociaux", et y avez répondu par un communiqué sur votre page Facebook qui a le mérite de mettre les choses au clair. Tout ceci est-il désormais rentré dans l’ordre ou y’a-t-il encore des excités qui colportent des ragots et rumeurs erronées à votre sujet ?

En fait au départ je n’étais pas super motivé pour écrire ce truc, c’est toujours à double tranchant. Je crois qu’on l’a surtout fait pour rassurer le label et les organisateurs de concerts. Je te dirais que j’y prête pas plus attention que ça, et que si des abrutis veulent faire interdire de la musique, communiqué ou pas, ils le feront. Pour le moment je n’ai pas vu de ragots particuliers depuis le communiqué officiel, espérons que ça reste comme ça. Perso je n’ai pas vraiment d’énergie à consacrer à toutes ces conneries je suis très vite passé à autre chose, tous comme les autres membres du groupe.

12. Vous avez fait il y’a peu votre retour scénique, comment cela s’est-il passé ? Outre le festival organisé par votre label en octobre à Nantes, peut-on espérer vous voir bientôt dans d’autres salles ou dans des festivals d’été ?

Concernant notre retour sur scène à ce super évènement qu’est "Beltane", quelques détails à régler, mais dans l’ensemble on est satisfaits. L’accueil a été excellent, les gens ont véritablement dévalisé notre stand merch’, nous avons eu l’occasion de rencontrer beaucoup de fans ainsi que la plupart des personnes qui composent l’équipe LADLO, sans parler des bières locales à l’effigie AORLHAC bref, de supers souvenirs, vraiment. Après 6 ans d’absence sur la route, ça fait beaucoup de bien, et d’excellents souvenirs. Nous espérons avoir d’autres propositions, outre le LADLO FEST premier week-end d’octobre comme tu le mentionnais, nous serons aussi le 20 octobre au "Beermageddon 8" à Paris. Je pense que d’autres dates viendront, tout sera annoncé sur notre page Facebook en temps et en heure.

13. Toi et ton frère faites partie également de AN NORVYS qui n’a rien sorti depuis 2011, où en est ce projet parallèle aujourd’hui ? Est-il toujours actif ?

En fait du groupe, seuls NKS et moi-même faisons partie d’AN NORVYS, lui aux compos/guitares et moi m’occupant de la batterie. Lonn ne participe pas. Le projet n’est pas mort mais nous avons déjà beaucoup à faire avec AORLHAC et les choses mettent du temps à se mettre en place concernant la suite discographique. Dans tous les cas, j’invite tes lecteurs à écouter, notamment le dernier EP « Sins And Stones » des extraits sont disponibles sur Youtube.

14. Comment se porte la scène extrême par chez vous ? Outre NEPHREN-KA qui prend de l’ampleur dans le paysage national, et SÜHNOPFER (dont le nouvel album ne devrait pas tarder) y’a-t-il d’autres formations locales qui méritent que l’on s’y attarde un peu ?

Personnellement j’avoue être un peu à l’ouest concernant la scène régionale ou même hexagonale… Je ne pourrais pas vraiment te dire ce qui vaut le coup ou pas du coup. Je peux juste te dire que mon dernier vrai coup de cœur a été l’album d’AU CHAMP DES MORTS, hyper puissant, et très profond.

15. De quels groupes français vous sentez-vous en accord à la fois musicalement et idéologiquement ? Y’en a-t-il au niveau international qui vous marquent tout autant ?

J’écoute énormément de styles différents, je ne suis pas focalisé sur le Black-Metal ou le Metal en général. Aussi, je trouve qu’il est de plus en plus difficile de suivre le mouvement, il y’a des nouveaux groupes qui émergent sans cesse... En projets marquants pour moi de ces dernières années je pourrais te citer des trucs un peu faciles comme SHINING, HELRUNAR, ADVEN SORROW, ou des plus petits projets comme WINTER WILLOW, APATI, OFDRYKKJA, NÖDUTGÅNG:SJÄLVMORD…

16. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas ou peu votre région et qui seraient tentés de la visiter, pouvez-vous me citer quelques monuments, endroits ou lieux historiques méconnus et qui méritent selon vous le détour ?

Je pourrais te citer un tas d’endroits plus ou moins confidentiels, mais je crois que le mieux à faire reste de prendre son sac à dos, une bonne paire de pompes, et une grosse dose de motivation. Il y a partout ici des endroits qui valent le coup, ne serait-ce qu’au détour d’un sentier, d’un village, simplement en s’imprégnant de l’histoire de nos vieilles pierres volcaniques, ou en écoutant les histoires des anciens du coin.

17. C’est l’heure de se quitter je vous laisse le mot de la fin …

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous poser ces quelques questions, également pour la chronique dithyrambique de notre dernier album sur votre site. Excellente continuation et à la prochaine, ici où là.

8 COMMENTAIRE(S)

Foolkiller citer
Foolkiller
19/06/2018 16:05
Interview à paraître dans le numéro 3 de Metal Witchcraft, mon zine papier. Si vous êtes intéressé pour vous tenir au jus des actualités et autres dates de sortie des zines, vous pouvez suivre la page Facebouc: Metal Witchcraft Zine
N4pht4 citer
N4pht4
12/06/2018 13:23
Jean-Clint a écrit : "Le temps de finir l'enregistrement, de mixer et masteriser, voir l'artwork et envoyer le tout au pressage, pas avant début 2019 je pense!"


Naaaaaaaan c'trop long !! Il me faut ma dose !
Mera citer
Mera
12/06/2018 10:28
Très bonne interview ! Et très cool de sa part de s'être vraiment prêté au jeu !
Et puis, un amateur de bonne bière, forcément, ça lui donne un capital sympathie non négligeable Mr Green
Jean-Clint citer
Jean-Clint
12/06/2018 09:21
Fabulon a écrit : Pour en revenir à SUHNOPFER, extrait du facebook du groupe, ce jour : "Parties de basse entièrement enregistrées, et ajout de quelques percussions. Commencement de l'enregistrement des chants prochainement."

Et en rajout dans la foulée : "Le temps de finir l'enregistrement, de mixer et masteriser, voir l'artwork et envoyer le tout au pressage, pas avant début 2019 je pense!"

Et merci pour le commentaire Fabulon ! Sourire
Fabulon citer
Fabulon
11/06/2018 17:31
Pour en revenir à SUHNOPFER, extrait du facebook du groupe, ce jour :

"Parties de basse entièrement enregistrées, et ajout de quelques percussions. Commencement de l'enregistrement des chants prochainement."

Sinon itw bien sympa!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
11/06/2018 13:07
N4pht4 a écrit : Merci pour cette conversation intéressante Jean-clint. Du coup tu aurais plus d'infos quant à la date de sortie du prochain Sühnopfer ? Je n'arrive pas à trouver quoi que ce soit.sur ce sujet. Si il sort encore cette année il y a de fortes chances que lui aussi se retrouve dans le top 10 !

Merci pour ton retour ! Sourire Normalement l'album devrait sortir dans le courant de l'année, il est en cours d'enregistrement depuis déjà quelques temps. Il y'aura de toute manière une news à ce sujet dès qu'une date sera annoncée Clin d'oeil
N4pht4 citer
N4pht4
11/06/2018 12:22
Merci pour cette conversation intéressante Jean-clint. Du coup tu aurais plus d'infos quant à la date de sortie du prochain Sühnopfer ? Je n'arrive pas à trouver quoi que ce soit.sur ce sujet. Si il sort encore cette année il y a de fortes chances que lui aussi se retrouve dans le top 10 !
NightSoul citer
NightSoul
10/06/2018 22:16
Super interview et beaucoup de détails intéressants !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Aorlhac
Aorlhac
Black Metal - 2007 - France
  

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique