chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"

Interview

Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine" Entretien avec Clément Flandrois (Chant - Guitare) (2018)
1. Salut Clément et merci de répondre à ces quelques questions, tout d’abord revenons sur les origines du projet qui a été actif au départ de 2007 à 2010, puis mis à l’arrêt plusieurs années avant de renaître en 2016. Qu’est ce qui t’a poussé à créer le groupe, et pourquoi cette longue période d’absence ? Etait-ce liés à tes activités dans SVART CROWN ?

Salut à toi. Plusieurs choses m'ont poussé à créer HYRGAL, la plus prédominante étant le fait que ce moyen d'expression, je parle du Black-Metal, fait partie intégrante de ma vie depuis très longtemps. J'avais un besoin viscéral de m'exprimer via ce médium, c'était évident pour moi et très naturel d'en arriver à composer ce genre de musique. Effectivement cette période d'absence était liée à mes activités avec SVART CROWN. Pour être précis, j'ai intégré le groupe en 2008 et je l'ai quitté fin 2015, donc 7 ans d'une aventure extraordinaire, qui m'a formé en tant qu'homme et musicien mais qui m'a surtout demandé beaucoup de dévotion et d'y être focus à temps plein. J'ai essayé de mener de front le projet de 2008 à 2010, mais après avoir quitté la ville où je résidais et où j'avais formé le groupe, je ne pouvais plus m'y concentrer comme il se devait. Vu que je n'aime pas faire les choses à moitié, j'ai préféré mettre le groupe en stand-by, pour me consacrer entièrement à SVART CROWN.

2. Relancer la machine s’est-il fait facilement ? Comment s’est passé le recrutement du batteur Emmanuel Zuccaro (alias Z.E.) ?

Ce fut très naturel en effet. J'avais rencontré Emmanuel lors d'un show avec SVART CROWN en 2012. Il ouvrait pour nous avec son groupe et nous avons très vite accroché ensemble, nos points de vue sur la musique, nos goûts musicaux et notre dévotion à cette musique étaient vraiment similaires voir identiques. Je lui ai parlé d’HYRGAL, et du fait que je voulais profondément continuer cette aventure. Nous vivions dans la même ville à cette époque et nous nous sommes dit : "Pourquoi ne pas essayer de jouer un peu ensemble ?" et ce malgré le temps qui me manquait dû à SVART CROWN. Cela a très vite fonctionné et il m'a fait part de sa patience au vu de mes activités avec SVART CROWN. Je me suis toujours dit qu'un jour nous travaillerions ensemble. C'est chose faite et de surcroît il est devenu un acteur principal dans ce projet. C'est un ami très proche et un frère d'arme important pour moi. Quand j'ai quitté SVART CROWN en 2015 et que j’ai commencé à maquetter les pré-prod’ de "Serpentine", je lui ai envoyé quelques titres en lui laissant carte blanche. Là, je me suis dit que j'avais eu raison de garder le contact avec lui car son travail de la batterie correspondait vraiment à ce que j'attendais.

3. Pourquoi les anciens d’OTARGOS (le batteur Arkhamian et le guitariste Kernuun) ne sont-ils plus de la partie ?

C'est assez simple. Certes mes activités avec SVART CROWN m'ont poussé à mettre le groupe en stand-by, mais ce n'était pas la seule raison. J'ai eu un gros différend avec le batteur, et pour moi il m'était impossible de continuer à travailler avec lui et c'est bien mieux comme ça. J'ai besoin d'être en totale cohésion avec mes musiciens, et avec lui ce n'était plus le cas. Pour Kernuun, j'ai essayé de le recontacter, mais sans succès, j'ai donc laissé tomber. Je pense qu'il est passé à autre chose, surtout après 7 ans d'absence. Mais aujourd'hui je travaille avec des musiciens de grandes qualités, qui sont en plus des amis proches, donc j'ai gagné au change en quelque sorte.

4. Quel est la signification du nom HYRGAL ? Y’a-t-il un sens particulier à celui-ci ?

A l'époque où je cherchais un nom pour mon projet, je voulais absolument qu'il y ait une consonance ancienne, qui fasse référence à un héritage du passé, quelque chose de très vieux, de folklorique, de mystique. J'étais dans une période où je m'intéressais à la culture scandinave et aux folklores nordiques. Les runes sont un élément primordial dans ces cultures là et j’ai trouvé intéressant de les utiliser pour le groupe. Leurs puissances symboliques et leurs origines anciennes collaient parfaitement à ce que j'avais envie d'exprimer. Quelque chose de colérique, de froid et d'ancien. Aujourd’hui, 10 ans se sont écoulés, je suis un peu moins dans l'érudition de ces cultures là, mais la symbolique et la signification d'HYRGAL reste encore en adéquation avec beaucoup de choses en moi. C'est pour cela que j'ai décidé de reprendre le même nom pour la renaissance du groupe.

5. Votre album vient de sortir sous le format vinyl chez « Les Acteurs de l’Ombre » (et a bénéficié d’une réédition en cd), comment vous êtes-vous retrouvés sur le label angevin ?

C'est assez simple, lorsque nous cherchions un label pour sortir "Serpentine", je discutais avec Jb de SVART CROWN sur les différentes structures qui seraient susceptibles de sortir notre album. J'avais déjà quelques pistes, mais il m'a conseillé d'envoyer des titres à Gérald, le label manager de LADLO. Nous les lui avons envoyés, mais nous sommes restés sans réponse de sa part. C'est alors que nous avons validé une sortie digipack chez Naturmacht Production, un label allemand, pour 300 copies. Quelques mois après, Gérald m'a recontacté en m'expliquant qu'il avait passé une étape très compliquée dans sa vie personnelle et qu'il n'avait pas eu le temps d'écouter notre album, mais une fois qu'il l'eut fait il était vraiment tombé amoureux de l'album et voulait absolument travailler avec nous. Etant donné que nous étions sous contrat avec Naturmacht Production nous avons essayé de trouver une solution pour quand même travailler ensemble, et c'est là que l'idée du vinyle est apparue. La réédition du digipack est venue plus tard lorsque nous avions fini notre deal avec Naturmacht Production. Nous sommes vraiment très contents de faire partie de LADLO car ce sont vraiment des gens passionnés et ils ont fait un travail remarquable pour nous. En plus d'être un label Français et donc de correspondre à l'identité d'HYRGAL, ils sont très compétents et surtout éminemment dévoués.

6. "Serpentine" a été unanimement salué tout autant par les webzines (il a d’ailleurs fait partie de la sélection 2017 de Thrashocore), les fans que par la critique professionnelle, j’imagine que cela doit vous faire plaisir, êtes-vous attentifs à ces retours ?

Bien sûr que cela nous fait plaisir et nous touche et nous remercions ceux qui nous soutiennent et qui sont réactifs à notre musique. Evidemment que nous y sommes attentifs, c'est un trait de caractère de l'égo humain. Mais je compose, vis et joue cette musique pour des raisons bien particulières et très personnelles, donc même si les critiques avaient été assassines je n'aurai pas changé ma manière de faire pour autant.

7. La force de cet opus est qu’il va à l’essentiel et ne s’encombre pas de longueurs excessives ni d’effets inutiles, sa courte durée est d’ailleurs une de ses grandes forces. Cela était-il voulu dès le départ ou l’instinct a-t-il fait son œuvre ?

Comme tu le dis, l'instinct a fait son œuvre, je n'ai rien calculé lors de la composition de "Serpentine", j'ai juste laissé mon âme et mes tripes parler sur cet opus. J'avais des envies certes, comme de composer quelque chose de primitif, et surtout adapter mes points de vue artistiques sur le Black-Metal dans cet album, tant au niveau du son, de la production et de l'exécution, mais le tout fût très naturel. Je pense que les adjectifs que tu lui as donnés sont certainement dus au fait que dans cet album il y a une notion "d'urgence", j'avais vraiment des choses à dire qui étaient restées trop longtemps enfouies et un besoin pressant de cracher le tout via ce médium musical.

8. Avec le recul es-tu toujours satisfait de ce disque ou as-tu vu quelques petits détails qui auraient mérités d’être retravaillés ou modifiés ?

Je suis encore très satisfait du disque. Les défauts et qualités d'un disque sont pour moi essentiels en tant qu'amateur de musique. Ils donnent un caractère au disque, une profondeur, une histoire. Evidemment nous pouvons toujours trouver à dire sur une production après coup et trouver maints défauts, mais s’ils étaient modifiés ils changeraient tout le caractère du disque. Un album, c'est un moment précis, c'est une expérience, ça se marque dans l'instant présent mais ça reste intemporel, il y a des choses qui sont délivrées lors d'un enregistrement, c'est puissant et c'est ce qui lui donne un caractère unique. Donc pour "Serpentine", certes il y’a beaucoup de défauts mais c'est ce qui fait aussi son caractère, retravailler tout ça lui ferait perdre son âme.

9. Les paroles ont été écrites entièrement en français, pourquoi ce choix ? Penses-tu que cela sera encore le cas sur le prochain disque ?

Il était très important pour moi, lors de l'écriture des textes, de les rédiger en français. J'avais besoin de ça, et je voulais absolument insuffler à HYRGAL une identité française, d'une part par fierté pour mon pays et de mes racines et d'autre part par soucis de cohérence avec les thèmes traités. C'est devenu une marque de fabrique pour HYRGAL et toutes les prochaines lignes rédigées seront en français. Cela n'est pas prêt de changer.

10. Quelles ont été tes sources d’inspiration pour les textes ?

La nostalgie et la contemplation de la région qui m'a vu naître, le folklore montagnard, le rejet de notre évolution sociale et sociétale, la colère que cela engendre au fond de moi, pas mal d'évènements personnels, beaucoup de désillusion, et surtout des ressentis et des émotions personnelles. Tout cela forme le substrat qui m'a servi d'inspiration à l'élaboration des textes. C'était la première fois que je m'essayais à l'écriture en français et de manière aussi personnelle, j'ai donc essayé d'être le plus honnête possible, sans vraiment calculer les choses ou faire parler des influences directes. J'ai juste mis par écrit ce qui me rongeait le cœur et l'âme.

11. En parlant du futur, avez-vous déjà commencé à écrire pour un nouvel album ou cela n’est-il pas encore à l’ordre du jour ? Penses-tu qu’il continuera dans cette même voie à la fois atmosphérique et brutale, ou l’un de ses éléments prendra le pas sur l’autre ?

Bien sûr, nous avons déjà enregistré deux nouveaux titres, qui sortiront sur un Split au mois d'octobre chez Les Acteurs de l'Ombre. Je travaille maintenant sur le deuxième album, je ne pourrais pas te dire si un élément prend le dessus sur l'autre, ce sera aux auditeurs de le définir, ça reste du HYRGAL dans lequel j’ai injecté mon évolution personnelle, mes ressentis actuels et mes émotions du moment.

12. Les différentes photos en noir et blanc présentes sur l’album ont été réalisées par un membre de ta famille disparu en 2012. Où ont-elles été prises et que représentent-elles ? Est-ce que les publier était pour toi une manière de lui rendre hommage ?

Effectivement, ces photos ont été prises par mon père décédé en 2012. Ce sont les photos d'un chalet d'alpage qui appartient à un membre de ma famille, il est situé en Savoie. Je les ai utilisées car, évidemment, c'était un moyen pour moi de lui rendre hommage, mais aussi car je trouvais que ces clichés étaient cohérents avec la musique que je proposais. Je voulais faire apparaitre mes racines alpines, la dimension de solitude, d'isolation et je trouve que ces photos le retranscrivent très bien. Je pense d'ailleurs continuer à utiliser ses photos, car en plus d'avoir été une personne d'une immense qualité, c'était un excellent photographe.

13. HYRGAL est-il désormais ton projet principal ou comptes-tu le partager avec PILLARS ? D’ailleurs va-t-il y avoir du nouveau son pour ce dernier ?

HYRGAL est effectivement devenu et restera ma priorité mais j'essaie de trouver du temps pour PILLARS. Il y’a beaucoup d'affect pour ce projet et en plus je travaille avec une super équipe donc je m'organise pour être le plus souvent disponible. On a enregistré notre premier album en octobre dernier et on finalise en ce moment les artworks. Si tout se passe bien, l'album devrait sortir courant septembre, voir octobre. Si vous aimez le Doom, il y a des chances pour que ce disque vous plaise. Nous avons aussi enregistré une reprise de CATHEDRAL pour un tribute qui sortira à la fin de cette année.

14. A titre personnel que représente pour toi le Black-Metal ? Un mode de vie particulier et bien défini, ou alors juste une expression musicale négative et nihiliste ?

C'est évidemment pour moi un style de vie. Le Black-Metal a autant détruit ma vie qu'il ne l'a sublimée. Pour moi c'est le seul style musical, je parle dans les courants extrêmes bien sûr, qui a la capacité d'amener l'auditeur ou le compositeur à s'élever, spirituellement et humainement. Ce n'est pas une blague ou un hobby, ou même un passe-temps. Pour moi c'est du temps plein, ça me forge et me fait grandir à chaque seconde, ça m'alimente, ça coule dans mes veines, ça me donne envie d'apprendre des choses, de sonder mon âme, de me connaitre un peu plus chaque jour. C'est une bénédiction et à la fois une malédiction car lorsqu'on le vit vraiment, on ne peut plus s'en défaire, ça encre chaque organe et chaque partie de ton être. C'est puissant et surtout vital.

15. Doit-il selon toi rester confiné à l’underground et réservé à une poignée d’initiés, ou alors s’ouvrir afin de le faire connaître à plus de monde ?

Le fait est qu’avec ce style de musique, l'appréhension par le plus grand nombre est compliquée. La majorité des gens ne le comprenne pas, ou alors pas de la bonne manière. S’il reste confiné comme tu dis à l'underground et aux initiés, c'est parce que peu d'âmes comprennent réellement le sens de cette musique, alors qu'elle soit promue à grande échelle ou connue du grand public n'y changera rien. Cet art tu le vis, tu le ressens au fond de ton âme. Si c'est juste pour parader et l'appréhender de la mauvaise manière alors, tant mieux qu'il ne soit accepté et connu que de certains érudits, mais cela ne reste que mon avis. Il y’a énormément de groupes aujourd'hui usant de cette étiquette mais peu en ont le contenu, c'est souvent vide de sens et d'émotion.

16. On ne présente plus la scène noire du Var tant celle-ci a eu son heure de gloire dans les années 90 et 2000, est-elle toujours aussi active et sulfureuse selon toi ? Y’a-t-il de nouvelles formations qui émergent dans la région et qui méritent que l’on s’y attarde ?

Alors là, bonne question ! Pour être honnête, je ne m'intéresse que très peu à la scène varoise et aux scènes en général. Active, oui elle l'est, sulfureuse je ne pense pas. Il y a quelques groupes qui me parlent, avec bien évidemment SVART CROWN, mais aussi quelques jeunes formations qui vont sortir d'ici peu, je pense à VERFALLEN et BA'A qui sont des amis très proches et avec qui je partage la même vision de la musique et de la spiritualité.

17. Es-tu d’accord sur le fait que de nombreux observateurs (amateurs comme professionnels) considèrent la scène Black française comme une des plus prolifiques et originales à l’heure actuelle ?

Je suis assez d'accord, nous sommes un pays artistiquement fort et puissant avec des groupes de grande qualité. Comme je te le disais je ne suis pas très fan du concept de "scène", pour moi il y a juste des âmes qui ont besoin de s'exprimer au travers de ce médium qu'est la musique et plus précisément le Black-Metal. Originale je ne sais pas, mais prolifique c'est certain. Peut-être qu'aujourd'hui, en France, nombreux sont ceux qui ont trouvé refuge et transcendance là-dedans et de ce fait proposent une musique honnête, personnelle et profonde, d'où le côté original dont tu fais référence.

18. Y’a-t-il des groupes nationaux qui trouvent grâce à tes yeux ?

Bien sûr et ils sont nombreux. Il y a d'excellents projets, qu'ils soient Black-Metal ou non. Nous avons un bon vivier de groupes ici en France, qu'ils soient encore en activité ou non. Je ne vais pas lister toutes mes références car elles sont beaucoup trop nombreuses mais pour te citer quelques groupes que j'écoute en ce moment, je dirais BLUT AUS NORD, TIME LURKER, PESTE NOIRE, SÜHNOPFER, CENDRES, VI, CARCOLH et bien sur BA'A et VERFALLEN avec qui nous partagerons le Split qui paraitra au mois d'octobre.

19. Des concerts sont-ils prévus pour la seconde moitié de 2018, voire une tournée ?

Oui des shows sont en train d'être bookés. Pas de tournée pour l'instant mais des concerts dans notre région en septembre et octobre. Nous avons un show sur Bordeaux de prévu le 6 octobre avant de partir pour Nantes, où nous nous produirons sur le festival des Acteurs de l'Ombre afin de célébrer les dix ans du label.

20. Avec qui rêverais-tu de partager l’affiche ?

J'ai déjà eu la chance de partager la scène avec beaucoup de groupes que j'apprécie grandement, que ce soit avec SVART CROWN ou même sur les débuts d'HYRGAL en 2008. Aujourd'hui j'aimerais bien me produire aux côtés de FURIA, PRIMORDIAL, BOLZER ou TAAKE qui sont de grandes influences pour moi mais je pense que mon rêve serait de partager l'affiche avec CORRUPTED, car je suis un immense fan de leur musique et de leur état d'esprit concernant l'expression musicale.

21. C’est l’heure de conclure, je te laisse le mot de la fin …

Un grand merci pour cette excellente interview et merci pour votre soutien. Merci aussi à tous ceux qui nous suivent et qui nous soutiennent. Rendez-vous en fin d'année pour la sortie du Split et pour les futurs concerts. Vive la France.

Hyrgal :

Full stream : https://www.youtube.com/watch?v=v8MKNYkKA8g
Facebook : https://www.facebook.com/Hyrgal
Bandcamp : https://hyrgal.bandcamp.com/

Label :

Website & shop : https://lesacteursdelombre.net/
Facebook : https://www.facebook.com/LADLOproductions/
Bandcamp : https://ladlo.bandcamp.com/

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/09/2018 13:48
Vincere a écrit : Merci pour cette interview de qualité, autant pour l'intervieweur que la personne interrogée. "Serpentine" a été mon album favori de 2017 et il tourne toujours, effrontément. Si vous pouvez vous déplacer, rendez-vous au LADLO Fest les 6e t 7 octobre, ça va être grand.

Merci pour ton retour l'ami ! Très content également des réponses à mes questions qui sont particulièrement développées et permettent ainsi de bien resituer l'album dans son contexte Sourire
Vincere citer
Vincere
10/09/2018 11:00
Merci pour cette interview de qualité, autant pour l'intervieweur que la personne interrogée. "Serpentine" a été mon album favori de 2017 et il tourne toujours, effrontément. Si vous pouvez vous déplacer, rendez-vous au LADLO Fest les 6e t 7 octobre, ça va être grand.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Hyrgal
Hyrgal
Black Metal Mature - 2007 - France
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique