chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

AODON pour l'album "11069"

Interview

AODON pour l'album "11069" Entretien avec M-Kha (Chant – Guitare Lead – Batterie) (2020)
Bonjour et merci de prendre un peu de temps pour répondre à ces quelques questions, tout d’abord peux-tu me raconter la genèse d’AODON, et ce qui t’a poussé à créer ce projet ?

Bonjour, pas de souci. J’étais batteur dans BLODORN, un groupe de Death-Black. Fin 2015 le groupe a splitté, du coup j’ai mis un peu la batterie de côté et j’ai ressorti ma gratte laissée en plan depuis plusieurs années. J’ai sorti quelques riffs, puis tout s’est enchaîné assez rapidement, quelques compos ont émergé. J’ai alors eu envie de les enregistrer avec un son studio et d’en faire un album. AODON est donc né avec la sortie de ce premier album « Sharphood » en 2016.

Le premier album « Sharphood » a reçu de très bons échos, avec le recul es-tu toujours aussi satisfait du résultat ou y’a-t-il des choses que tu aimerais modifier ou améliorer ?

On peut toujours revenir sur les choses mais sans dire que j’en suis pleinement satisfait, je ne modifierai rien si c’était à refaire. « Sharphood » est un album qui s’est fait sans trop se poser de questions, il est fidèle à ce que j’avais en tête à ce moment-là et a ouvert la voie sur la suite.

Son successeur attendu a mis presque quatre ans à voir le jour, il faut dire qu’il y’a eu pas mal de changements en interne, et également la signature chez Willowtip Records, ce qui est un vrai bond en avant niveau promo et distribution. Comment vous-êtes -vous retrouvés sur le label américain ? Celui-ci cherche t’il à élargir son catalogue, car il est franchement spécialisé Death Metal à la base ?

C’est vrai, « 11069 » a été composé sur un laps de temps beaucoup plus long que « Sharphood ». Au départ, je n’avais pas forcément dans l’idée de faire un deuxième album mais au fil du temps l’envie de composer a refait surface jusqu’à donner suffisamment de matière pour envisager une seconde sortie.

Une fois l’enregistrement terminé on pensait rester en autoprod’ puis on a décidé d’envoyer le mix à quelques labels. Si je me souviens bien, Jason Tipton, le patron de Willowtip Records, a répondu un ou deux jours après l’envoi, je te laisse imaginer notre surprise ! Étant amateurs de Death, et tout particulièrement de nombreux groupes passés et présents sur le label, ce fut unE vraie bonne nouvelle ! Je ne sais pas s’il cherche à élargir son catalogue, je ne peux pas répondre pour lui, tout ce que je peux dire c’est qu’il n’a pas hésité à signer un petit groupe français inconnu au bataillon !

L’autre grosse évolution c’est que désormais AODON est un groupe à part entière, avec l’arrivée d’Alix à la basse (qui avait déjà écrit les textes de « Sharphood ») et de Laurent à la seconde guitare, comment s’est passé leur recrutement ? Ce choix d’évoluer sous forme de trio vient-il aussi de la volonté de jouer sur scène et/ou de te soulager pour les enregistrements ?

On ne peut pas vraiment parler de recrutement dans la mesure où je connais Alix et Laurent depuis de nombreuses années. Ils ont assisté à la création d’AODON et font indirectement partie du projet depuis le début, aujourd’hui ils sont juste là plus officiellement. Cela n’a rien changé à l’enregistrement que je continue de faire tout seul. Après j’avais la volonté de faire vivre la musique d’AODON autrement que sur un enregistrement et comme je l’ai dit plus haut, Alix et Laurent ont naturellement rejoint le projet. Pour le moment le live est réduit à notre plaisir perso on joue ensemble régulièrement mais pas de scène programmée à cet instant.

Au niveau musical je trouve que ce second volet est la suite logique du précédent, tout en étant mieux produit et plus travaillé. Comment s’est passé son processus d’écriture ?

Effectivement il y’a une certaine continuité entre les deux albums, le processus de composition est d’ailleurs toujours le même. C’est à dire sans organisation particulière !

Alix s’est-elle encore une fois occupé intégralement des textes comme pour le précédent album, ou t’es-tu partiellement investi dedans ?

Je ne suis pas des plus à l’aise avec les mots, c’est pas mon truc. Alix s’est donc à nouveau intégralement chargé de l’écriture des textes pour « 11069 ». On se consulte néanmoins mutuellement chacun dans notre domaine, musique et textes sont liés. Notamment cette fois ci pour le choix des textes en français, c’est une décision commune qui permet d’écrire et de brailler beaucoup plus naturellement...

Le titre de cet opus (« 11069 ») est particulièrement étrange, peux-tu m’expliquer sa signification ?

11069 fait référence au numéro d’une chambre d’hôpital.

Un très bon point de celui-ci est qu’il mélange habilement brutalité, mélodie et ambiances, c’était important pour toi d’arriver à un certain équilibre des forces en présence ?

Je te remercie pour ces mots. Je ne cherche pas à respecter un équilibre particulier, cependant les trois éléments que tu cites sont effectivement des choses que j’aime musicalement donc je suis heureux si tu les retrouves dans les compos.

La pochette est particulièrement soignée, laissant planer pas mal de mystère sur le contenu global, qui s’en est chargé ?

L’artwork est une œuvre originale réalisée par Ludovic Robin. Il a écouté l’album, lu les textes et nous avons eu quelques échanges pour finalement aboutir au résultat que tu connais. Je suis très heureux de cette collaboration.

La production est d’une grande beauté, particulièrement claire et lumineuse, faisant ainsi ressortir toutes les nuances et arpèges, là-encore comment cela s’est-il passé ?

Une fois la composition terminée, je savais déjà que je voulais travailler à nouveau avec HK au Vamacara Studio. Quelques années se sont écoulées depuis « Sharphood » et il me semble qu’on a tous les deux évolué dans notre domaine, du coup la prod’ s’en ressent. Le mix et le master ont d’ailleurs dépassé mes attentes ! Ce fut là encore une excellente collaboration.

Tu t’es surpassé je trouve au niveau du chant possédé et prenant comme jamais, ainsi que derrière ta batterie où ton jeu tout en dynamisme et variations fait des merveilles. Comment t’es-tu préparé pour ces prestations de haut vol ?

Merci beaucoup à toi pour ces éloges ! Concernant le chant, les textes en français sont largement plus adaptés pour sortir ses tripes. N’étant pas du tout anglophone quand je comprends ce que je gueule c’est quand même vraiment mieux ! Je ne regrette absolument pas le choix qu’on a fait Alix et moi d’opter pour le français cette fois-ci.

Pour la batterie, j’avais envie de lui réserver une place de choix et non pas la laisser en arrière-plan. Du coup j’ai essayé de faire au mieux pour que cette place soit justifiée, heureux que ça te plaise.

Tu es très éclectique musicalement, car tu as aussi évolué dans BLODORN qui est très éloigné d’AODON, tu as des styles favoris ? Parmi les instruments que tu joues, y’en a-t-il un où tu t’éclates plus qu’un autre ?

Pas de style de prédilection même si je suis plus naturellement attiré par le Black et le Death. Pour ce qui est des instruments, la gratte et la batterie sont complémentaires mais je les aborde différemment. Je ne suis pas un grand guitariste, je ne cherche pas la technique, je compose simplement des riffs qui me parlent. Pour la batterie je dois me contraindre à un peu plus de travail pour essayer de m’approcher au plus près de mes objectifs.

Au niveau des vos influences, y’a-t-il des groupes qui fassent l’unanimité parmi vous ?

Je pense pouvoir dire ALCEST, BLUT AUS NORD et V:28 sans trop prendre de risque.

Quels sont les projets d’AODON pour cette année ? Des concerts sont-ils prévus ?

J’aimerai vraiment donner vie à AODON en live, je ne sais pas encore quand ça sera possible, pas de concert prévu pour le moment mais ça fait effectivement partie de nos projets…

C’est l’heure de se quitter, je vous laisse le mot de la fin…

Je te remercie pour l’interview ainsi que tous ceux qui auront la curiosité de jeter une oreille à AODON !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Aodon
Aodon
Post-Black Atmosphérique - 2016 - France
  

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique