chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
136 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme

Interview

Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme Entretien avec Nathan Thebault (Guitare) (2021)
1. Salut Nathan et merci de me consacrer un peu de temps pour répondre à ces quelques questions, tout d’abord pour commencer peux-tu me parler de l’histoire du groupe et comment il a vu le jour ?

Salut et merci à toi de nous consacrer cette interview !! NERVOUS DECAY est un groupe de Death Metal qui s'est formé fin 2017 ! J’ai d'abord rencontré Greg, qui joue de la guitare comme moi, via un forum internet pour trouver des zicos, et on s’est tout de suite très bien entendu musicalement. On avait le même attrait pour tout ce qui sonnait “à l’ancienne” dans le Metal, que ça soit dans l’approche ou dans la production. On aime quand les musiciens repoussent les limites et créent de nouvelles sonorités tout en délivrant une violence brute de décoffrage et sans compromis, comme c’est le cas dans le Thrash, le Black et le Death Metal.

On a très vite commencé à composer tous les deux et à rechercher d’autres musiciens pour compléter le line-up. J’ai connu Guillaume (Chant – Basse) via une connaissance commune. Je lui demande s’il connaît des gens dispo pour faire la basse ou le chant dans un groupe de Death Metal, il me répond qu’il peut faire les deux ! C’est un homme ambitieux, le Guillaume, d’autant plus qu’il n’avait pas joué de basse depuis des années !! Enfin on a trouvé Guilhem (Batterie) en postant des annonces sur des groupes facebook. Aucun d’entre nous ne se connaissait avant ça mais tout le monde s’est impliqué au maximum, et au fil des répèts, des réunions artistiques et des concerts, le groupe est devenu plus soudé que jamais !

2. Comment s’est passée la genèse de cet album et le processus de composition ? Les grandes lignes étaient-elles déjà présentes au départ ou tout est-il venu progressivement durant l’avancée de l’écriture ?

Tous les morceaux composés depuis la création du groupe se sont retrouvés sur cet album ! On n’a rien eu à jeter, on a peaufiné chacun des morceaux et on les a laissé mûrir jusqu’à ce qu'on atteigne un résultat qui nous convienne pleinement ! On a d’abord commencé par “Daily Poison”, “Doomsday Clock” et “Mirrors Of Pain” qu’on a bossé simultanément et pour lesquels les parties de guitares étaient déjà finies avant l’arrivée de Guillaume et Guilhem. On a continué avec “Nervous Decay” et “Cerberus’ Brace”. Puis on a fait “Lobotomy” pour compléter le set. Le dernier arrivé a été “Shield Of Delusion”.

Quand on écrit un morceau, on commence en premier lieu par les guitares rythmiques. J’arrive en général avec un ou plusieurs riffs suffisamment bons pour constituer la base d’un morceau, on élabore le reste de la compo avec les autres idées et riffs qui nous viennent au fur et à mesure. Le défi est toujours de construire une structure cohérente, qui conserve la dynamique des morceaux, avec des éléments de surprise et des alternances d’ambiances. Le résultat final doit être percutant !

Guillaume et Guilhem composent ensuite leur partie de basse et de batterie, et on se retrouve en répets pour peaufiner les derniers arrangements, et le chant est écrit à la toute fin. Pour les paroles, on choisit un thème fort, et on pousse à l’extrême l'absurdité découlant de la situation décrite. On ne lésine pas sur les métaphores afin d’évoquer des images marquantes, tout en restant ancré dans le réel.

3. Le vécu de chacun des membres dans ses formations antérieures a-t-il été un plus pour NERVOUS DECAY ou les compteurs ont-ils été remis à zéro une fois le groupe au complet ?

Il faut admettre que c’est toujours un bonus d’avoir l’expérience de la compo, des répéts, de la scène avant de se lancer sérieusement dans un groupe ! Même si chacun de nous avait de petites expériences musicales avant NERVOUS DECAY, on a tout repris de zéro pour construire des bases saines !

On a pu éviter certains écueils qu’il pouvait y avoir dans d’autres projets (mésentente dans le groupe, manque de régularité ou de motivation …) et mener au mieux notre barque ! Malgré les autres projets que nous avons eu ou avons actuellement - NYARLATH (Black Death) pour Guilhem, MENTAL VORTEX (Thrash/Death) pour Greg et moi, STONECAST (Heavy) pour Greg et NOKTURN GORGON (Black/Death) pour moi - il est vrai que NERVOUS DECAY c’est notre bébé et qu’on a vraiment mis de nous-même dedans (je parle au nom de tous), ce qui n’est ou n’était pas autant possible sur nos autres formations.

4. D’ailleurs quelles sont vos influences communes ? Y’a-t-il des grosses différences au niveau des goûts personnels ou cela est-il finalement assez semblable ?

Nos goûts musicaux sont variés et peuvent porter sur des horizons différents pour chacun ! On a tous cependant un tronc commun, le Metal en général et le Death Metal en particulier ! On aime tous la musique que l’on fait, et c’est ça qui lui confère sa spontanéité !

5. Au niveau des textes on se retrouve en plein dans l’actualité entre le covid, la parano créée par les chaînes infos, les fléaux sociaux en tous genres… vous avez tapé dans le mille je trouve, ceux-ci auraient même trouvé leur place dans un groupe de thrash, tu es d’accord avec tout cela ?

Le thème “Nervous Decay” décrit effectivement la difficulté qu’ont les humains à réfléchir dans un monde moderne aseptisé. Bien que la connaissance n’ait jamais été aussi riche et disponible, l’individu perd son libre arbitre et pense uniquement de manière biaisée. Le tout est exacerbé par les dérives et travers inhérents aux sociétés occidentales.

Nos textes sont inspirés de notre perception du monde, on fait ressortir au maximum l’absurdité des situations mises en scène afin de vraiment marquer les esprits. Cette tendance à parler de sujets de société, qui nous touchent directement, aurait pu en effet trouver sa place dans des groupes de Thrash, je pense notamment à KREATOR, SODOM, METALLICA ou plus récemment HAVOK, qui sont très engagés. A noter que le groupe DEATH est lui aussi assez friand de ce genre de thème. Quoi qu’il en soit on ne voulait pas rester dans le schéma cliché de l’occulte et du gore, typique chez les groupes de Death Metal.

6. Ce qui m’a marqué sur ce disque c’est la production qui sonne vraiment live, avec la basse bien en avant ! Ce choix était-il voulu à l’origine ou s’est-il imposé après coup ?

Nous souhaitions obtenir une production qui se démarque et qui sonne organique ! Je ne suis vraiment pas fan de la tendance actuelle dans le Metal qui veut rendre toutes les productions massives et lisses. Les batteries programmées étant le pire selon moi ! Il n’y a plus de dynamique et tout est calé sur le click au poil de fesse, c’est sûr qu’à la fin c’est plus carré mais ça enlève tout le charme !! On a donc enregistré la batterie avec des micros, c’est plus galère et le résultat n’est peut-être pas parfait mais ça a quand même plus de cachet !

Quoi qu’il en soit, nous avions fait un gros travail de répartition des fréquences en amont, pour que chaque instrument ait sa plage à lui, où il peut s’exprimer librement. Il fallait qu’en live tous les éléments soient propres, définis et audibles. Pour l’album, on a employé la même formule ! On a fait tout ça avec notre super ingé son Laurent, que l’on félicite et remercie ! Il nous a bien aidé durant les prises, et il a fait un boulot superbe sur le mix ! Au final on a réussi à obtenir une production qui sonne “à l’ancienne”, comme on le souhaitait. Les guitares pourraient être encore plus scooped mais je pense qu’on a ici un bon compromis entre l'agressivité et la spontanéité d’une prod “old-school” et le punch d’une prod moderne !

Pour ce qui est de la basse nous voulions qu'elle ressorte bien dans le mix, d’autant plus qu’un certain nombre de riffs donnaient cette envie d’avoir la basse en avant, comme sur ”Cerberus Brace” ou encore ”Daily Poison” ! On a donc poussé le gain à fond sur le préampli et on a fait ressortir les fréquences médiums !

7. Concernant la musique en elle-même ce mélange des genres à la fois sobre et naturel était-il voulu dès le départ ? Cela a-t-il été une des bases de la création de l’entité ?

Nous écoutons tous énormément de musique de genres très variés, même si nous partageons le même amour du Death, du Thrash et du Black Metal ! Il peut donc nous arriver de piquer des inspirations d’autres styles que le Death par-ci par-là. Grégoire est aussi un énorme fan de Heavy et j’ai un goût particulier pour les riffs épiques, du coup ça se ressent dans nos compos et surtout dans les solos (”Daily Poison”, ”Mirrors Of Pain”, ”Doomsday Clock” …). On part du principe qu’on fait du bon gros Death Metal et on se laisse aller ensuite ! L’incorporation des influences n’est jamais forcée, on compose des parties qui sonnent bien pour le morceau, ce qui confère un côté assez naturel à ce mélange. Le tout est de créer une musique que l’on aime, et dont nous sommes fiers !!

8. L’autre force de cet album est le haut niveau technique de chacun d’entre vous, vous êtes-vous bridés pour ne pas en faire trop et garder une fluidité, ou tout a-t-il été joué à l’instinct ?

Nous nous sommes tous les quatre énormément améliorés depuis la formation du groupe, et pour sûr le prochain album sera encore plus poussé techniquement (je me base sur les premières démos des nouveaux morceaux en cours de composition) ! A vrai dire plus j’écris des riffs, plus je me sens capable de créer des éléments complexes et intéressants, tout en poussant le potentiel du riff au maximum, pour moi la qualité et la technique augmente avec l’expérience !! Idem pour les arrangements et compos tous ensemble ! C’est bien d’avoir de la technique sur les instruments, ça élargit le champ des possibilités, cependant la dynamique des morceaux et l'efficacité reste notre priorité !!

9. On sait que Great Dane à l’habitude de signer beaucoup de nouveaux noms sur son catalogue, comment vous-êtes retrouvés chez eux ?

Dès l'enregistrement de l'album terminé, nous avons démarché différents labels portés sur le Metal extrême. On a connu Great Dane Records grâce aux groupes avec lesquels nous avions tourné (dans l’est notamment), on a tout de suite apprécié leur roaster de qualité, et très majoritairement Death Metal ! De leur côté, ils étaient immédiatement intéressés pour publier notre album ! Alors nous y voilà !!

10. La scène nantaise est actuellement très riche de nouvelles têtes, êtes-vous proches avec certains noms locaux ?

On est bien copains avec un groupe tout nouveau, INCARNHATE, qui sont basés en Vendée, et avec qui on a pour projet de partager des scènes quand on le pourra ! On connaît de loin les membres de WAR INSIDE et de MALKAVIAN qui sont très cool ! On est assez proche de SILENT SEAS aussi, dans un autre style !

11. Y’a-t-il récemment des découvertes et coups de cœur que tu souhaiterais faire partager à nos lecteurs ?

Un album d’un groupe pas très connu que je recommande vivement : ”Necrosmose” de ARMAGEDDON DEATH SQUAD ! On les a découverts après avoir joué avec eux à Strasbourg ! C’est du bon gros Death Mid tempo bien malsain, avec une patte très distincte et du génie créatif ! Guillaume, quant à lui, vous conseille l’album de FREITOT, et en particulier le titre “Mission” ! Du pur Death hyper efficace avec des musiciens expérimentés !

12. Tu me disais être lecteur de Thrashocore et y avoir découvert nombre de bonnes choses, tu l’es toujours aujourd’hui ?

J’ai commencé à écouter du Metal avec METALLICA, qui m’a également accompagné au début de mon apprentissage de la guitare électrique, au fil du temps j’ai découvert des groupes de plus en plus variés et de plus en plus violents. Les chroniques de Thrashocore ont aidé mes oreilles à découvrir les groupes de références des nouveaux styles que j’abordais, et je m’en suis servi comme d’un soutien à mes écoutes. C’était également utile afin de connaître les albums à écouter en priorité dans une discographie. J’ai bien dû poncer toutes les chroniques sur SLAYER, DEATH, IMMORTAL, BOLT THROWER, MORBID ANGEL et j’en passe ! Aujourd’hui je connais mieux mes goûts et mes classiques et j’ai malheureusement moins la fièvre de la découverte, alors je ne consulte plus que rarement Thrashocore ! Quand je vois passer une chronique d’un groupe avec un nom qui m’attire l'œil, il m’arrive de cliquer pour découvrir et écouter quelque chose de nouveau, à l’occasion ! En tout cas je tiens à vous féliciter pour la qualité et l’énorme travail de couverture que vous fournissez, c’est vraiment top pour toute personne souhaitant s'immerger dans les styles de Metal les plus extrêmes !!

13. Avec quelles formations aimeriez-vous partager l’affiche ?

Partager l’affiche avec les étendards nationaux du Death, les vieux de la vieille comme on dit, ça serait un honneur ! On pense par exemple à MISANTHROPE, CARCARIASS ou MORTUARY ! On aimerait bien rejouer avec RAZOR BUTCHERS et ARMAGEDDON DEATH SQUAD car leur musique déboite et ce sont des gars super cool ! Le principal est de jouer et de défendre notre musique sur scène quand les événements nous le permettront ! Tant qu’on joue avec des groupes dont la musique nous plaît et avec qui le courant passe bien, ça nous va !! Dans le meilleur des mondes on peut espérer jouer avec MORBID ANGEL, OBITUARY ou IMMOLATION un jour !! Laissez-nous rêver !

14. Le Hellfest et le Motocultor sont proches de chez vous, aimeriez-vous y jouer quand cela sera possible ?

Pour tout groupe de Metal, ce sont des festivals qui font rêver de par leur renom et l’excellente programmation qu’ils proposent. Ce serait un honneur et également un défi d’y jouer ! Il ne faut cependant pas griller les étapes. Nous allons continuer à travailler dur et multiplier les concerts, et on espère mériter prochainement notre place sur leurs scènes !! En attendant nous serons présents dans des festivals comme l’Omega Sound Fest à Angers, au mois d’octobre prochain, avec une belle programmation !

15. C’est l’heure de se quitter, je te laisse le dernier mot !

Merci encore pour cette interview ! J’en profite pour rappeler aux lecteurs qu’ils peuvent aller lire la chronique de notre album, et bien sûr je leur recommande d’aller écouter notre galette qui est en libre écoute sur notre bandcamp !!! Si ça vous plaît, n’hésitez pas à nous suivre sur facebook et à vous abonner à notre chaîne Youtube !! On vous souhaite une bonne journée et on espère vous croiser bientôt (en concert, on l’espère) !! En attendant portez-vous bien, et continuez à soutenir le Metal underground !!

Bandcamp: https://nervousdecay.bandcamp.com/

Facebook: https://www.facebook.com/Nervous.Decay.Band/

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCjpJXRDAkv6YYnf1g4VBPFQ

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Nervous Decay
Nervous Decay
Death Metal - 2017 - France
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique