chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

TINA TURNER FRAISEUR

Interview

TINA TURNER FRAISEUR Entretien avec Jo (chant), Max (batterie), Taup (basse) et Seb (guitare) (2024)
Les Thrasho lecteurs les plus attentifs auront peut-être vu le live report du concert Grindcore de janvier à Paris, à l’affiche duquel on trouvait TINA TURNER FRAISEUR. Leur prestation nous a donné envie d’en savoir plus sur ce groupe qui fête d’ailleurs ses 10 ans cette année, et qui a quelque chose à nous annoncer pour la rentrée de septembre…


1/ Dans votre groupe, qui est fan de Tina Turner et qui est tourneur-fraiseur ?

Nous sommes tous des fans de Tina Turner évidemment ! Quelle femme, quelle voix et quelle vie a-t-elle eue ! Par contre, aucun de nous n’est tourneur-fraiseur… On a un paludier (NDLR : personne qui travaille aux marais salants), un artisan, un technicien du spectacle et un développeur.

2/ Le changement de nom depuis ANALKOLIK, c’était pour signifier que vous passiez du Grind pipi-caca au Grind philosophico-culturo-social ?

Déjà basés à Nantes, Jo (chant), Taup (basse) et Max (batterie) étaient dans un groupe de Black Death Metal nommé SEPHIROTH. Après une dizaine d’années, l’envie de faire des morceaux plus courts est venue. ANALKOLIK est créé. Hervé (dernier guitariste de SEPHIROTH) est parti en 2013 et Seb (guitare) le remplaça après avoir quitté son ancien groupe SINSCALE. Il a rapidement intégré, digéré et développé la nouvelle direction du groupe. ANALKOLIK était un bon jeu de mot mais ne correspondait pas à notre identité, trop assimilé pipi caca (qu’on n’a jamais fait d’ailleurs !). En 2014, ANALKOLIK est finalement remplacé par TINA TURNER FRAISEUR pour mieux coller à notre état d’esprit.

3/ Autour de quoi tournent généralement vos textes ?

Ils tournent généralement autour de l’humanité et son autodestruction, ses vices, sa connerie... Nous faisons cette musique avant tout pour nous amuser ! Si on prend un de nos titres par exemple, « Clignotant », on tente de faire passer un message léger et plein d’amour sur les chauffards qui ne mettent pas leur clignotant !

4/ Dans votre split « Six Stab Wounds » (avec 5 autres formations françaises de Grindcore), vos 8 titres sont le nom des 7 péchés capitaux classés par ordre alphabétique. Mais il y a un intrus puisque le 2ème morceau est intitulé « 3 1 9 7 » ; vous nous expliquez ?

7 péchés capitaux, 8 titres… Il en manque un ! Donc on a dû ajouter un titre différent, et au lieu du célèbre « 1 2 3 4 », on trouvait ça plus « logique » de mettre « 3 1 9 7 ». On ne peut que conseiller à tous ceux qui liront cette interview d’aller écouter cette compilation, tout y est bon ! D’ailleurs un grand merci à “Coups de Couteau” au passage.

5/ Le sujet « péchés capitaux » fait le lien avec cette question religion : j’ai vu que tu avais traduit le « C'est noël » d’un de tes posts par « It's Satan time » (mdr). Quel est votre point de vue sur la religion et le satanisme ?

On est tous d’accord là-dessus : chacun fait bien ce qu’il veut tant qu’il ne vient pas nous faire chier et nous l’imposer ! Pour ce post, c’était surtout pour provoquer, et parce que noël est une fête commerciale et hypocrite… mais pas de lien avec la religion... on s’en bat les couilles ! Donc pas de sataniste chez nous. Juste des gens qui se posent des questions.

6/ Parlons politique : vous pensez toujours vous présenter à la présidentielle ?

Oui, en 2027. Nous sommes encore en train de peaufiner notre programme sur l’autogestion, le partage, le Grind à l’école et la fin de la bétonisation…mais la partie concernant les artistes à vomir qui passent dans toutes les radios et télés 15 fois par jour, ainsi que les influenceurs.euses, les présentateurs.trices douteux.ses, les politicards.es véreux.ses, les violeurs.euses, les banquiers.ères, les actionnaires et les ultras-riches, est terminée.

7/ Un mot sur Léonce Rudelle ?

Le feat avec Mr Rudelle (RIP) sur le dernier morceau de notre EP « Fracture » de 2017 était un clin d'œil à cet homme qui avait inventé, dans son garage, sa mobylette électrique. Humble, débrouillard et avant-gardiste, et qui à cet âge ne devait pas ou plus comprendre cette société, déshumanisée, industrialisée et individualisée. D’où le titre du morceau d’ailleurs, « Monde entier », subtil jeu de mots avec « mon dentier », faisant référence au décalage qui se fait de manière fulgurante dans ce monde, entre nos aïeux et notre génération.

8/ Si on en vient à la musique, vous vous entendez sonner plutôt Grindcore, Power Violence, Fastcore ou « Turbo Mongol Violence » ?

Alors on n’arrive pas trop à se placer, mais on a une idée globale de ce que l’on veut entendre dans ce style, qui fait ce que sont nos morceaux et notre son. Quand on nous parle aux concerts ou ailleurs, on entend souvent les termes Grindcore, certaines fois Power Violence, ou encore Fastcore… On est assez éclectique sur la musique en général tous les 4 : rap, hip-hop, toute sorte d’électro, rock prog, funk, soul, Marie Laforêt… En tout cas, on essaie de ne pas se cantonner à un style précis et d’ajouter des petites choses par-ci par-là, même si ça ne s’entend pas directement…

9/ « C’est pas si facile de faire du bruit qui groove ! » ; comment vous y prenez-vous ?

C’est l’intention qui compte ! Plaisir et lâcher prise !

10/ Thématiques et son réunis, vous sentez-vous plus proche du Death Metal ou du Punk/Hardcore ?

Punk/HxC ! Le Death Metal c’est bien, on en écoute à balle, mais le Punk nous correspond plus, que ce soit le style ou le public.

11/ Votre dernier EP « Fracture » date de 2017 et on a eu le « Live Shitnoise 7 » en 2019 pour patienter. Auriez-vous par hasard maintenant une nouvelle production à annoncer ?

Yes, le Covid est passé par là et on n’a rien fait pendant cette période malheureusement… MAIS, on est sur la fin de création d’un album, avec des nouvelles idées pour toujours plus de violence ! On devrait rentrer en studio courant avril, pour une sortie espérée en septembre 2024.

12/ Des couleurs sur la prochaine pochette (à part pour le split avec LIFE CRIME et NEID, elles sont toutes en noir & blanc) et une signature chez Universal (c’est une rumeur persistante ;-)) ?

On va encore rester sur une pochette noir et blanc, tout simplement parce qu’on aime bien le rendu. On va tenter de communiquer la sortie du nouvel album à différents labels, moins sales que Universal…

13/ Les clips issus de « Fracture » (réalisés avec de la pâte à modeler, du fil de fer, des bouchons de liège, de la laine et des punaises) mettant en scène de petits personnages sont vraiment créatifs et originaux. A qui les doit-on et que représentent-ils ?

On les doit à Max (batteur) et sa pote Maud qui ont créé « les Trucs En Boite » (films d’animation de récup’ : https://www.youtube.com/@lestrucsenboite5160). Ils représentent les membres du groupe !

14/ Vous avez été actifs au sein de l'association « Assaut » il y a un moment. C’est encore d’actualité ? Si non, faites-vous partie d’autres réseaux ?

L’association « Assaut » est en stand-by. On a des coups de motivation de temps à autre pour relancer le truc, faire des concerts sur Nantes et alentours, mais on n’y arrive pas par manque de temps. On a tous pas mal de projets en parallèle qui ne concernent pas forcément la musique et nous n’avons pas envie de faire plein de trucs bâclés mais quelques trucs bien !

15/ Il y a quelques années, on vous a demandé un tampax usiné en forme du logo TINA TURNER FRAISEUR ; ça en est où (« les Français veulent savoir ») ?

Hein ? Où est-ce que tu as vu ça ?
(NDLR : je n’ai pas retrouvé, j’ai peut-être rêvé… ou alors c’est un fantasme inavoué !)

16/ Vous nous faites un coup de projecteur sur la scène nantaise…

La scène nantaise bouge grave, il y a des événements très souvent, mais côté Grind, c’est extrêmement rare ! Il y avait la Scène Michelet mais elle a été reprise… Malheureusement, il n’y a plus de bars qui accueillent du Grind et dérivés. Les quelques fois où on a tenté de monter une date, on s’est fait refoulé parce que le dernier groupe était trop vénère pour leurs frêles oreilles de barmans… 30 minutes… Ça veut faire du méchant ? D’accord, mais avec un torchon sur la caisse claire, des balais, et l’ampli à 1… Et moins il y a de concerts énervés, moins il y a de public, et moins il y a de voisins tolérants. On espère toujours organiser un concert à Nantes avec des groupes cools un de ces 4 dans un lieu propice !

17/ Vous avez joué dans pas mal de festivals Grindcore (Obscene Extreme, Moshfest, Carnage fest, Grind Here Right Now…). Vous meilleurs souvenirs et pires galères ?

On a eu la même galère pas mal de fois : BAF, sacré loustic (NDLR : membre du groupe P.O.R.C.) ! C’est le genre de type qui fait la chenille à 4 pattes et qui te passe entre les jambes en levant la tête dans tes parties, pendant que tu joues par exemple… À part ça, on touche du bois, pas de galères, que des bons souvenirs, des gens cools, des orgas au top. Du moins, on a eu bien assez d’expériences positives pour ne pas retenir les 2 ou 3 soirées moins cools.

18/ J’ai trouvé votre concert de janvier à Paris avec P.O.R.C., GRUIIIIK et PENDRAK vraiment top : bagarre et convivialité au programme ! Quels retours en avez-vous eu ?

Merci, et nous sommes contents que ça t’ait plu ! Cette date était bien ouf, une vraie bonne surprise ! Encore un grand merci à Adeline pour l’orga de cette date ! Et vu la bagarre, Seb (guitariste) qui sortait d’un lumbago n’avait qu’une peur, c’était de se refaire mal avant de se taper la route pour le Grind Here Right Now en Allemagne ! En tout cas, plein de bons retours, et c’est la 1ère année qu’on ouvre autant la caisse de merch (#grosnoobs, caisse de merch qu’on avait zappée en partant d’ailleurs, on a dû faire demi-tour…). On a pu échanger un peu plus que d’habitude avec des gens curieux et intéressés…C'était que du bonheur de voir ces têtes souriantes te dire qu’ils avaient kiffé, ce à quoi on leur faisait penser... Par contre, c'est toujours dommage que, par politesse, ceux qui ont moins aimé ne viennent pas te le dire…de manière constructive bien sûr. Finalement, beaucoup souhaitent nous voir plus souvent sur Paris et dans l’Est en général, et nous avec ! Une personne nous a aussi dit : “Vous me promettez hein, de faire au moins aussi violent sur le prochain (album) ?...C’est prévu !

19/ Un petit bilan après les 10 ans d’existence de TINA TURNER FRAISEUR ?

Pas sûr qu’on se serait imaginé répondre à cette question il y a 10 ans, quand on s’est rejoint, ça passe tellement vite ! Aujourd’hui, on est ultra motivé pour continuer dans cette lancée, faire un peu plus de live, voir quelques mini-tours, pour faire toujours plus de belles rencontres…et surtout continuer à faire ce que l’on aime faire ! À notre rythme !

20/ On vous laisse faire un petit coup de pub pour votre prochain concert et conclure l’interview !

On joue le 13 avril au No Man’s Land Industry au sud de Nantes. L’affiche est en cours de programmation, on vous y attend ! En tout cas, merci pour cette interview et au plaisir de vous recroiser ! Faites l’amour pas la guerre.

2 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
28/02/2024 13:01
c'est vrai que ça fait longtemps qu'on le voit passer ce groupe... Comme Jean-Clint, je n'ai jamais pris le temps d'écouter, je vais remédier à cela !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
28/02/2024 09:39
Sympa cette interview ! Pas fan du genre à la base mais je vais aller écouter ça pour me faire une idée de la musique des loustics ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
plus d'infos sur
Tina Turner Fraiseur
Tina Turner Fraiseur
2013 - France
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique