chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Masters Of Death

Live report

Masters Of Death Unleashed + Entombed + Dismember + Grave
Le 06 Novembre 2006 à Paris, France (Locomotive)
Quinze ans que les fans de true death metal suédois attendaient cette affiche ultime (de malade mental)… Ultime car les quatre groupes qui ont lancé la vague death en Suède début 90, se sont réunis pour la première fois à Paris en ce lundi 6 Novembre 2006. Arrivé à 17h30 (2h avant les hostilités) pour interviewer le père Fred Estby de Dismember (batteur), c’est dans une Loco absolument vide que je me retrouve (gros contraste dans les heures qui suivront). Ce ne sera qu’à 19h que le fameux personnage arrivera (parti faire une virée à la Tour Eiffel) dans la boîte de nuit/salle de concert. Entre temps, ballade dans les loges, brèves discutes avec les membres des quatre groupes ainsi qu’avec les mecs du son et du merchandising.

Il est 19h30 c’est l’ouverture des portes. Posé devant l’entrée, je remarque un public avec une moyenne d’âge un peu plus élevée que d’habitude : veste en jean à patchs de rigueur ! Petit à petit, c’est une Loco quasi-pleine que l’on retrouve : çà fait plaisir ! Cependant un petit groupe fera tache parmi tous ces chevelus : cinq gugus crânes rasés en bombers (dont un avec un tatouage « White Power » sur le cou, faut le faire…), venus pour Unleashed (paroles guerrières viking/nordiques obligent)… Heureusement pour nous aucune embrouille à noter si ce n’est une petite altercation entre l’attardé chauve (qui semblait bien jeune) portant une écharpe du PSG (qui ne doit pas être trop habitué aux concerts metal) et un métalleux velu.

Une demi-heure et quelques plus tard c’est au groupe vétéran Belge EXTERMINATOR (inconnu pour ma part), qui s’est invité à la fête, de débuter les hostilités. Malgré un set dans la petite Loco (au sous-sol) et le fait que quatre mastodontes suivent à l’étage, ce groupe de thrash/death old school ne se défile absolument pas en offrant un show carré, puissant et au son nickel. Pas transcendant aux premiers abords (l’attente de Dismember et Unleashed ne quitte plus ma tête), çà reste tout de même bien efficace !

Tous entassé devant la scène, il faudra attendre presque une heure (interminable) avant qu’UNLEASHED viennent mettre la salle en feu. Que l’on connaisse ou non la bande à Johnny, les Suédois ont la recette du headbang et toute la salle le comprendra assez vite : basique (très cliché) mais méchamment redoutable ! Le groupe, malgré une très longue discographie (8 albums), essayera de jouer plus ou moins toute sa disco (3 albums en moins) dont trois titres du génialissime Midvinterblot ! Un set rempli d’hymnes qui auront fait mouiller le pantalon des nombreux fans, que ce soit le hit « To Assgaard We Fly » ou le cultissime « Before The Creation Of Time ». On notera un lead guitariste (Fredrik Folkare) monstrueux (malgré une tenue heavy metal), balançant ses soli techniques avec une aisance bluffante ! Le gros Johnny malgré un chant faiblard par moment, chauffera la salle pendant ces 45 minutes, allant même jusqu’à faire participer le public (cf le final sur « Death Metal Victory »), ravi de pousser la chansonnette ! Bref un concert metal comme il faut !


Set list (dans le désordre) UNLEASHED

Into The Glory Ride
To Assgaard We Fly
The Immortals
Blood Of Lies
In Victory Or Defeat
Triumph Or Genocide
Never Ending Hate
Before The Creation Of Time
Onward Into Countless Battles
Death Metal Victory

C’est au tour d’ENTOMBED, visiblement très attendu par le public, de se mettre en scène. Les ayant vu cet été au Hellfest, direction le Quick (désolé, j’avais trop la dalle). Je n’aurai raté que la moitié du set et je m’en suis voulu après… Effectivement le groupe est largement plus en forme qu’à Clisson et offre un concert extrêmement puissant, avec certainement le meilleur son de la soirée (d’où j’étais placé). L.G Petrov est moins bourré que cet été : il hurle et gesticule dans tous les sens avec une réelle motivation. Quant à Alex (mister bonnet), encore seul à la barre à la gratte, c’est une nouvelle fois la star sur scène en portant tout sur ses épaules (et sans fioritures). Comme au Hellfest, le groupe concluera son set par des titres monumentaux de Left Hand Path et Clandestine. Le public sera totalement conquis ce qui surprendra le groupe à la fin du set, ne s’attendant pas un tel engouement.

Ah enfin mon groupe fétiche : DISMEMBER ! Les Suédois débutent comme à leur habitude avec « Where Iron Crosses Grow » et là petite frayeur : un Matti et des guitares inaudibles… Heureusement pour nous, le son s’améliorera (malgré une puissance moindre qu’Entombed) de titres en titres : ouf ! Pas de titres mid-tempo ce soir là : que des titres rentre-dedans (« Skinfather » et « Skin Her Alive ») ou bien heavy (« Of Fire » et « Tragedy Of The Faithful ») ! Le groupe est ravi de jouer ce soir : les gratteux et le bassiste font les « guitar heroes », Matti toujours aussi souriant headbang avec les gugus montés sur scène (dont un particulièrement bourré qui se tordra la cheville en tombant). La bonne humeur est communicative et fait extrêmement plaisir ! David, arborant fièrement ses bras cloutés, reste complètement à l’aise lors des nombreux soli (argh l’anthologique « Tragedy Of The Faithful »). Bizarrement, le groupe ne jouera qu’un titre (« Time Heals Nothing ») de son dernier opus, privilégiant ses nombreux hits passé dont le cultissime « Override Of The Overture » (avec un pit complètement déchaîné). L’enchaînement avec « Dreaming In Red » (ah cette ligne de basse !) se voudra absolument orgasmique ! Comme les deux groupes précédents, tout le public attendra un rappel et au bout du compte aucun (et vlà la liste de hits du groupe non jouée)…. DISMEMBER n’aura même pas joué 40 minutes et devra céder sa place à Grave, la faute à un timing absolument foireux (une habitude à la Loco)….


Set list DISMEMBER

Where Iron Crosses Grow
Casket Garden
Time Heals Nothing
Skinfather
Skin Her Alive
Of Fire
Tragedy Of The Faithful
Override Of The Overture
Dreaming In Red


Je regarde ma montre et là c’est le drame… Dismember aura terminé son show à 00h10-15, il me sera impossible de rester plus longtemps (dernier train oblige) : la rage ! Venu aussi pour voir GRAVE (deux premiers albums cultes) çà ne sera pas pour cette fois… Assez frustrant quand on débute un concert de la meilleure des façons qui soit ! Pourtant avec une ouverture à 19h30, il aura été possible de terminer l’affiche avant 00h30… Enfin bon, je me dis avoir passé une excellente soirée malgré un set de Dismember bien trop court (vivement un concert en tête d’affiche) ! On redemande des affiches de ce calibre : True Swedish Death Metal rulez !

2 COMMENTAIRE(S)

citer
Max
14/11/2006 23:13
J'ai vu la tournée en Suisse et c'est bien dommage que tu aies louper Grave car la set-liste était énorme :

1. Deformed
2. You'll Never See
3. Burn
4. Turning Black
5. Soulless
6. Bullets Are Mine
7. Rise
8. And Here I Die...
9. Through Eternity
10. Into The Grave


Sinon Dismember n'avait pas joué beaucoup plus de 45 min non plus. Et c'est normal étant donné que chaque groupe est tête d'affiche
pj666 citer
pj666
14/11/2006 19:48
Concernant UNLEASHED il me semble que le chanteur se traine une petite réputation de facho, ce qui explique les skins au concert. Mais j'en ai aussi déjà vu pour Slayer...

Sinon le concert était pas mal, c'est un peu basique mais bien joué.

Sinon tout à fait d'accord avec ta review pour Entombed (vraiment un super set, dès le début ;-)) et DISMEMBER, c'était vraiment bon esprit dans la fosse !

Je suis pas resté pour GRAVE, c'était trop tard et j'avais pas du tout accroché quand je les avais vu avec CRYPTOPSY quelques mois plus tôt.

SWEDISH DEATH METAL RULES !!!


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Masters Of Death
plus d'infos sur
Dismember
Dismember
Death Metal - 1988 † 2011 - Suède
  
Entombed
Entombed
Death Suédois - 1989 - Suède
  
Grave
Grave
Death Metal - 1988 - Suède
  
Unleashed
Unleashed
Death Metal - 1989 - Suède
  

Rivers of Nihil
Where Owls Know My Name
Lire la chronique
Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique