chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellfest 2011 - Premier jour

Live report

Hellfest 2011 - Premier jour Kruger + Church Of Misery + Krisiun + The Damned Things + Eyehategod + Down + Karma To Burn + Corrosion Of Conformity + Clutch + Morbid Angel + Rob Zombie + Monster Magnet + Possessed
Le 17 Juin 2011 à Clisson, France
Retour sur les terres Clissonaises pour la première fois depuis 2008 pour votre serviteur avec, ô surprise, un temps bien pourri qui ravive les angoisses de l'édition 2007 et du mudfest, pardon, de l'infâme édition du Sonisphere de l'année dernière en Suisse. Chat (noir) échaudé craignant l'eau chaude (copyright Laurent Blanc), un minimum d'organisation s'impose (bottes de pêcheur façon "Souviens Toi l'Eté Dernier" de rigueur) pour ne pas subir l'évènement outre mesure, le but restant d'enchaîner au maximum les sets entiers et de picorer à droite à gauche quelques bonnes pioches inattendues.

Exit les joies du camping et ses six heures de sommeil en trois jours, place à Citea et ses résidences de 45 mètres carré avec piscine sur le site pour une récupération maximale, entre deux points mercato et autres préparations de sandwiches pour échapper aux staphylocoques dorés qui doivent se tapir dans l'ombre des stands de bouffe. La journée commence bien avec la signature de Morel à l'OM pour 2,5 millions, l'affaire Jean Louis Triaud peut donc se carrer son Tremoulinas à 8 patates where the sun never shines. Reste plus qu'à récupérer Diarra, mon accred en compagnie du régional de l'étape Niktareum et place à la redécouverte du site avec une scène supplémentaire depuis mon dernier passage et une organisation qui a fait ses preuves, le Hellfest 2011 ne souffrant aucune faille à ce niveau sinon le rendu déplorable des guitares sur la Main Stage 2. Le temps de fureter dans les tentes d'un merch pris d'assaut par les festivaliers, c'est déjà l'heure de l'apéro en compagnie du Stoner Crew (featuring les thrashomembers Henrik et Gorillaz), lesquels m'annoncent que le postcore façon ISIS plus puissant qu'atmosphérique de KRUGER fait bien plus la différence que sur disque. Mention bien également pour les japonais de CHURCH OF MISERY, dont le stoner doomy puissant et habité diffuse quelques effluves bluesy bien grassouillettes en arrière plan.

Mais puisque la journée du vendredi s'annonce sous des auspices plus rock n' roll que foncièrement sauvages, autant évacuer la chose brutale en compagnie des brutasses de KRISIUN, trio de déménageurs Brésiliens avec qui je croise le fer pour la 4ème fois. Ça sera du classique et de l'efficace avec l'imparable « Bloodcraft », un des rares bons titres du décevant « Southern Storm » (« Sentenced Morning ») et un nouveau morceau bien thrashy qui change du déluge de blasts auxquels nous sommes traditionnellement soumis lors d'un concert de KRISIUN. Pas de « Conquerors Of Armageddon » au programme mais « Vicious Wrath » n'étant pas mal dans son genre, on est vite rassuré par le son de la Rock Hard Tent, compte tenu des légendes du death old school amenées à se succéder sur les planches ce weekend.

(Niktareum) Après les bisous de retrouvailles et une pause désaltérante obligatoire,direction la Rock Hard Tent pour l'un des rares groupes de brutal death du festival. Une vraie tranche de poésie qui permettra aux festivaliers du vendredi d'assouvir leurs penchants les plus guerriers. Les trois frangins nous prouvent qu'ils sont toujours en pleine forme avec les exactions « Bloodcraft », « Combustion Inferno », « Hatred Inherit » ou autre « Vicious Wrath ». Le nouveau titre qu'on avait pu découvrir il y a quelques temps nous est également proposé, montrant des inspirations thrashy assez étonnantes pour nos trois brésiliens mais ma foi plutôt convaincantes. Le son assez correct nous rassurera sur la suite des hostilités, personne n'ayant envie de revivre l'abomination sonore que fut le set de NECROPHAGIST l'an passé. Bref, une bonne entrée en matière brutale pour le plus grand plaisir des plus féroces des festivaliers massés nombreux pour l'occasion. Un petit détour par la Terrorizer Tent pour s'assurer de l'absence de Scott au sein de THE DAMNED THINGS et pouvoir aller se rincer au VIP Room sans regrets. Jack Daniel's nous voilà!

(T.J.) Je file ensuite sous la Terrorizer Tent et ses squelettes samouraï pour découvrir EYEHATEGOD, groupe dont on me chante les louanges depuis de nombreuses années et qui colle parfaitement à la thématique stoner de cette première journée. Prestation bien lourde et efficace pour ce qui m'apparaît rapidement comme un cousin germain de SOILENT GREEN sans les blasts, leur metal sludge de borne d'arcade pour die hard fans de beat them up plombant autant le public que des ralentissements de console 16 bits première génération. Apologie de la drogue, nouveau titre bien groovy et setlist composée de purs classiques dixit Goriyaz, Jimmy Bower s'échauffant les poignets à la guitare avant de rejoindre DOWN un peu plus tard dans la soirée.

Comme on me vend la musique des ricains KARMA TO BURN comme de l'excellent stoner instrumental, je fais le pied de grue en attendant une leçon de riffs délivrée de mains de maître par des zicos sachant ce que le mot rythmique veut dire, le pouvoir de captiver l'assistance sans aucun adjuvant lead ou vocal (le chanteur annoncé pour égayer leur reformation n'a pas donné signe de vie) n'étant pas donné à tout le monde. Léger bémol pour le son de gratte toutefois, en retrait par rapport à une basse absolument parfaite.

Détour par la Main Stage 1, Phil Anselmo oblige, n'ayant jamais vu PANTERA à l'époque pour cause de mauvais tour Al Quaïdien 15 jours avant le Tattoo The Planet. J'envisage bien d'aller démolir les quelques sosies d'Oussama qui traînent devant la scène mais le vent tourbillonnant et quelques averses de trop faisant craindre un magma sonore à la MASTODON, je me place au mieux pour profiter du set d'un DOWN qui rassure vite son monde, malgré un Phil Anselmo moyennement en voix – hormis son look crâne rasé période « Vulgar Display Of Power », le bougre n'a pas récupéré l'intégralité de ses moyens d'antan – et passablement éméché qui cassait trop le rythme du concert avec ses interventions. Le soleil pointe le bout de son nez le temps d'un hommage à Dimebag et les classiques s'enchaînent sans trop de temps morts (« Crawling », « Hail To The Leaf », « Lifer », « Ghost Along The Mississipi », « New Orleans Is A Dying Whore »), DOWN confirmant sans mal sa réputation de poids lourd de la scène. Un final sur « Bury Me In Smoke », le contrat est rempli. S'ils n'ont pas délivré la meilleure prestation du weekend, les américains nous ont fait passer un très bon moment.

(Niktareum) Place à l'un des groupes les plus attendus de ce week end. Phil et ses potes débarquent sur la Main Stage et entament « The Path », pour ce qui restera l'un des grands moments du festival, l'aura du frontman n'ayant rien perdu de sa superbe. « Lifer », « New Orleans Is A Dying Whore », « Ghosts Along The Mississippi », l'excellente « Temptation's wings »... un public conquis qui scandent en choeur les refrains, un Phil toujours en grande forme et inévitablement émêché, l'incontournable « Stone The Crow » pour terminer sur « Bury Me In Smoke », Jimmy Bower qui fini en soutif, que demander de plus? Bon je n'aurais pas craché sur un petit « Losing All » mais on ne peut pas tout avoir. Un set que, pour les mêmes raisons que Toto, je n'aurais raté pour rien au monde!

(T.J.) Et visiblement, l'incitation à la consommation de substances illicites a porté ses fruits puisque nous décidons avec Niktareum, d'un commun accord avec nous-mêmes, d'aller nous finir au Whiskey Coke en écoutant « Ride The Lightning » en bagnole. L'occasion rêvée de poser son derrière en découvrant quelques bons titres thrash danois (ESSENCE, « Lost In Violence ») en attendant le pugilat annoncé de samedi après midi en la matière !

Je passe donc à côté de CORROSION OF CONFORMITY mais pas le Stoner Crew, pour qui les COC ont apporté de la fraîcheur avec un contenu oscillant entre vieux titres alternatifs et hardcore, avec Pepper Keenan en guest sur quelques vox et à la guitare, les autres membres de DOWN assistant au concert de leurs potes sur le côté de la scène. Pour ma part, je resterai sur le souvenir de leur prestation en 1ère partie de METALLICA en 1996 !

Hors de question de rater CLUTCH par contre, groupe brillantissime dont j'apprécie tout particulièrement « From Beale Street To Oblivion ». Démarrage au quart de tour sur « The Mob Goes Wild », répertoire bluesy et chaleureusement rock à décoiffer Tres Ombres en route pour la maison de retraite et auditoire littéralement plongé dans un bain de groove imparable, la victoire est totale pour le grand gagnant de la première journée, voire du weekend ! Hits de « Blast Tyrant » à l'honneur au début et final homérique sur deux extraits de « From Beale Street », un Neil Fallon parfait et un batteur fin tacticien au possible, les membres de CLUTCH auraient tout aussi bien pu jouer le répertoire de Gilbert Montagné trois heures durant que tout le monde y aurait trouvé son compte tant leur maîtrise fut totale.

(Niktareum) Et la palme du concert le plus rock n' roll du week-end est attribuée à... CLUTCH! C'était probablement l'un des groupes les plus décalés de la programmation de cette année et pourtant c'est bel et bien CLUTCH qui a mis le feu en ce vendredi soir sous une Terrorizer Tent pleine à craquer! A peine arrivé sur scène que le groupe nous balance l'un de ses meilleurs titres « The Mob Goes Wild » et c'est parti pour les 50 minutes les plus rock n' roll du festival. Les corps se trémoussent, la bière s'avale goulûment et quelques fumées bien odorantes se font sentir. Sans communication excessive, Neil Fallon et sa bande parviennent à délivrer un set bourré d'énergie qui ne laissera personne de marbre. Le charisme naturel du frontman et sa voix suave suffisent seules à captiver son auditoire. Avec une fin en apothéose sur un « Electric Worry » dont les Bang bang bang bang! Vamanos vamanos! doivent encore hanter les champs clisonnais, les Américains prouvent qu'on peut tout à fait contenter un public étiqueté "métal" avec du bon gros wock n' woll. Comme quoi toute la musique qu'on aime elle vient de là...

(T.J.) Je quitte la Terrorizer pour reprendre mes esprits et rejoindre l'espace VIP, l'occasion de serrer la pince au lapin jaune et d'entendre la voix goth de David Vincent sur un agréable « God Of Emptiness », MORBID ANGEL bouclant sa setlist du soir par un déjà plus oubliable « Nevermore ». Quelques instants plus tard, Cyril me confirme que Trey et ses sbires ont joué la sécurité et que les pires exactions de « Illud » sont restées sagement au placard. Pas de quoi me faire regretter d'avoir privilégié CLUTCH, MORBID ayant déjà tout ravagé lors de mon dernier passage en 2008.

Discussion passionnante entre spécialistes oblige, je rate les trois quarts du show de ROB ZOMBIE mais le rendu pitoyable de « Devil Man » et « Dragula » me confirme que j'ai fait le bon choix. Jeu de scène donnant dans le minimum syndical, son dénué de toute puissance, tout concoure à faire de cette rareté métallique un foutage de gueule en bonne et due forme, le plaisir de voir Rob himself déambuler en walking dead s'estompant rapidement devant la nullité profonde de l'interprétation. A oublier très vite.

(Niktareum) De rares souvenirs de ROB ZOMBIE dont je me fous totalement, un POSSESSED passé aux oubliettes, fin de soirée au Metal Corner pour un mix métal abominablement nul, les quelques excès de la soirée rendront floues les dernières heures mais le fun était bien là, malgré les averses. Allez, dodo dans le coffre de la voiture familiale et on remet ça!

(T.J.) On termine néanmoins sur une très bonne note avec le concert musclé de MONSTER MAGNET, l'image gentiment rock et posée des extraits du petit dernier en date laissant la place à une correction furieusement métallique. Bien plus charal et saisissant qu'en studio, MONSTER MAGNET n'a pas pâti le moins du monde du plateau stoner de choix proposé sous la Terrorizer et Dave Wyndorff, en frontman habité et charismatique qu'il est, hurle à pleins poumons sur « Space Mob ». Trois guitares, ça tronçonne sec, pas comme chez MAIDEN et on termine idéalement une première journée parfaite en tous points, exception faîte du temps de merde et des rumeurs envoyant Kaka et Ganso au PSG.

DOSSIERS LIES

Hellfest 2011
Hellfest 2011
Juillet 2011
  

13 COMMENTAIRE(S)

Backstaber citer
Backstaber
08/07/2011 19:18
Il manque effectivement de bonnes prestations dans ce report, entre autres Malevolent Creation, Meshuggah, les Stooges et surtout Maximum The Hormone.
Et quelques mots sur les Melvins et MayheM auraient été les bienvenues.

Tant pis, c'est agréable à lire tout de même.
lkea citer
lkea
29/06/2011 21:59
Thomas Johansson a écrit :
Merci! L'affiche du vendredi était taillée sur mesure pour toi il me semble. Sinon Maximum The Hormone, vu le nom débile, je croyais que c'était du metalcore donc ...


Des groupes que je veux voir oui (Down, Clutch, Morbid Angel, CoC...) mais l'annulation de The Gates Of Slumber et mon banquier ont eu raison de moi Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
29/06/2011 21:09
Ikea a écrit : cglaume a écrit : Gros manque dans votre report si je puis me permettre : pas de mention aux excellents Maximum The Hormone ... Engagez un amateur de Nawak metal les gars !!! Sourire)))))))

J'aime bien l'album de MTH mais j'ai encore un peu de scrupule à chroniquer ce genre de truc. Et puis, il y a plus important pour moi Sourire

Très bon report, limite je suis jaloux malgré l'affiche qui a perdu en intérêt au fil des annulations.


Merci! L'affiche du vendredi était taillée sur mesure pour toi il me semble. Sinon Maximum The Hormone, vu le nom débile, je croyais que c'était du metalcore donc ...
lkea citer
lkea
29/06/2011 17:11
cglaume a écrit : Gros manque dans votre report si je puis me permettre : pas de mention aux excellents Maximum The Hormone ... Engagez un amateur de Nawak metal les gars !!! Sourire)))))))

J'aime bien l'album de MTH mais j'ai encore un peu de scrupule à chroniquer ce genre de truc. Et puis, il y a plus important pour moi Sourire

Très bon report, limite je suis jaloux malgré l'affiche qui a perdu en intérêt au fil des annulations.
cglaume citer
cglaume
29/06/2011 15:13
Gros manque dans votre report si je puis me permettre : pas de mention aux excellents Maximum The Hormone ... Engagez un amateur de Nawak metal les gars !!! Sourire)))))))
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
29/06/2011 07:28
Caacrinolas a écrit : Confondre "World Of Shit" et "Nevermore" c'est assez tendu quand même...

Deux possibilités : soit ils l'ont jouée avec les pieds, soit j'avais bu trop de bière Moqueur
Caacrinolas citer
Caacrinolas
29/06/2011 00:09
Confondre "World Of Shit" et "Nevermore" c'est assez tendu quand même...
Henrik citer
Henrik
28/06/2011 19:52
Héhé une première journée sous le signe du Stoner, à part l'habituelle pâtée que nous ont mis les marteleurs de Krisiun, on s'est bien fait encrasser au cambouis. Et putain que ce style est taillé pour la scène. Après un Roadburn aux petits oignons, ce Hellfest 2011 vient rajouter sa liste de groupe de légende. Ça fait du bien!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
28/06/2011 18:02
Niktareum a écrit : cglaume a écrit : C'était sympa de vous croiser en vrais les loulous ! Clin d'oeil
Plaisir partagé! Clin d'oeil


De même!
cglaume citer
cglaume
28/06/2011 16:03
"en vrai" d'ailleurs, même si vous étiez 3 Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
28/06/2011 15:57
cglaume a écrit : C'était sympa de vous croiser en vrais les loulous ! Clin d'oeil
Plaisir partagé! Clin d'oeil
cglaume citer
cglaume
28/06/2011 12:30
C'était sympa de vous croiser en vrais les loulous ! Clin d'oeil
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
28/06/2011 08:48
La suite à venir dans la semaine Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellfest 2011 - Premier jour
plus d'infos sur
Church Of Misery
Church Of Misery
1995 - Japon
  
Clutch
Clutch
Stoner rock bluesy - 2005 - Etats-Unis
  
Corrosion Of Conformity
Corrosion Of Conformity
1982 - Etats-Unis
  
Down
Down
Stoner Rock - 1991 - Etats-Unis
  
Eyehategod
Eyehategod
Sludge - 1988 - Etats-Unis
  
Karma To Burn
Karma To Burn
1994 - Etats-Unis
  
Kemet
Kemet
Dark Sensual Metal - 1997 - France
  
Krisiun
Krisiun
Brutal Death - 1990 - Brésil
  
Kruger
Kruger
Post-Hardcore/Sludge - 2001 † 2015 - Suisse
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Death Metal - 1984 - Etats-Unis
  
Rob Zombie
Rob Zombie
Etats-Unis
  
The Damned Things
The Damned Things
Etats-Unis
  

voir aussi
Hellfest 2011 - Deuxième jour
Hellfest 2011 - Deuxième jour
Le 18 Juin 2011 à Clisson, France
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast