chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
139 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellish Rock Part II

Live report

Hellish Rock Part II Helloween + Gamma Ray + Shadowside
Le 08 Avril 2013 à Paris , France (Olympia)
Grosse affiche power metal que proposait ce soir Base Productions avec la 2ème édition du Hellish Rock réunissant les frères jumeaux de HELLOWEEN et GAMMA RAY, accompagnés par les Brésiliens de SHADOWSIDE. Pour fêter l'évènement, ce n'est rien moins que l'Olympia qui accueillait le trio. L'occasion pour votre serviteur de découvrir cette salle culte de la Capitale, plus habituée à abriter de la variété française que de recevoir la visite de chevelus imbibés. Et, si je voyais la salle plus grande, je dois avouer que le décor est effectivement très classe. Même les toilettes sont propres! Après deux concerts d'affilée au Klub, ça change!

La salle du boulevard des Capucines n'est encore que timidement remplie quand le Hellish Rock Part II commence pile à l'heure à 19h30 avec les invités surprises de SHADOWSIDE dont je n'avais jamais entendu la moindre note. Le quatuor brésilien étant emmené par une chanteuse, aux formes généreuses attrayantes cela dit, j'avais un peu peur de me taper de la soupe commerciale à deux balles. Si je n'ai pas été subjugué par le heavy/power très classique de la formation (composée d'un bassiste et d'un guitariste tous deux gauchers, assez rare pour être souligné), j'ai toutefois été plutôt surpris par l'agressivité de sa musique, avec quelques accélérations bien rentre-dedans. Bien sûr, on n'échappe pas aux claviers (enregistrés) mais on est loin de la daube sirupeuse de la plupart des groupes à chanteuse. On a même eu le droit à une reprise d'"Ace Of Spades" de Motörhead! On préférera l'originale avec la voix grasse de Lemmy mais on ne se plaindra pas de cette bonne petite surprise. Concernant les propres morceaux des Sud-Américains, on a affaire à du heavy/power correct qui se laisse écouter, entre mid-tempo efficaces et rythmiques plus endiablées, même s'il manque clairement une étincelle pour faire décoller les morceaux. La chanteuse nous offre une prestation satisfaisante, mélodique, dynamique et avec suffisamment de communication avec le public, mais c'est le soliste qui m'a le plus convaincu. Plein de bons solos! Le bonhomme épaulera même sa chanteuse sur le morceau-titre de son dernier album, "Inner Monster Out", remplaçant les prestigieux invités de la version studio que sont Bjorn "Speed" Strid (Soilwork), Mikael Stanne (Dark Tranquillity) et Niklas Isfeldt (Dream Evil). La grosse majorité des titres sera d'ailleurs issue du même opus. Quant à la réaction du public, surprise là-aussi puisque que SHADOWSIDE a reçu un très bon accueil qui semblait sincère, les spectateurs n'hésitant pas à applaudir longuement les musiciens à la fin de leur demi-heure de set.

Setlist SHADOWSIDE:

I'm Your Mind
A.D.D.
Highlight
Hideaway
Ace Of Spades (Motörhead cover)
Gag Order
Waste Of Life
Angel With Horns


L'ambiance montera toutefois de plusieurs crans à l'arrivée de GAMMA RAY, l'un des leaders de la scène power metal européenne. Une popularité qui ne m'a pourtant jamais poussé à m'intéresser à la discographie des Allemands. D'autant plus étrange que je suis un grand fan du maître à penser Kai Hansen quand il évoluait encore dans HELLOWEEN. Ce concert était donc l'occasion pour moi de découvrir la musique du groupe, qui venait nous présenter son nouvel EP Master Of Confusion dont le joli visuel orne l'immense background ainsi que les deux grosses caisses du batteur Michael Ehré (ex-Firewind). Mais il faudra attendre les 5ème et 6ème morceaux pour entendre les deux nouvelles compositions de l'EP. Car c'est une 1ère partie old-school que nous sort GAMMA RAY avec que des vieux titres! Sans surprise, la ressemblance avec HELLOWEEN saute aux oreilles. Du bon power donc, avec son lot de rythmiques frénétiques, de mid-tempos catchy, de solos mélodiques rapides et de claviers kitsch heureusement peu audibles. Cependant, j'ai trouvé qu'il manquait quelque chose, cette petite étincelle qui fait la différence avec les grands classiques. Le live n'est peut-être pas le meilleur endroit pour découvrir ce genre de groupe alors il va me falloir choper quelques albums pour juger plus pertinemment. Si les compos ne m'ont pas accroché plus que ça (si ce n'est un "Rise" imparable), le jeu de scène des musiciens plus que rodés à l'exercice m'a en tout cas convaincu. Les Allemands prennent du plaisir à jouer, Kai Hansen chante bien, mieux qu'à ses débuts en tout cas techniquement parlant (merci le playback tout de même), communique avec le public et les spectateurs de l'Olympia, désormais bien rempli, en redemandent. Après le solo de guitare inévitable qui reprend notamment le thème de "In The Hall Of The Mountain King" vint mon moment préféré du set de GAMMA RAY: une reprise de... HELLOWEEN évidemment avec "Future World". Le public exulte, moi avec. Quelle différence tout de même entre des morceaux sympathiques mais sans plus et ce classique intemporel! Rien que pour ça, je ne suis pas venu pour rien! Après deux autres tubes, "To The Metal" et "Send Me A Sign", et une bonne heure de jeu, GAMMA RAY laisse la place à HELLOWEEN sous les tonnerres d'applaudissement de la foule qui a semble-t-il hautement savouré le set.

Setlist GAMMA RAY:

Anywhere In The Galaxy
Men, Martians And Machines
The Spirit
Dethrone Tyranny
Master Of Confusion
Empire Of The Undead
Empathy
Rise
Guitar Solo
Future World (Helloween cover)
To The Metal
Send Me A Sign


C'est vers 21h45 que HELLOWEEN, après de longs préparatifs sur scène, démarre son show, introduit par l'hymne interplanétaire "For Those About To Rock (We Salute You)". Une banderole noire légèrement transparente cache encore la scène. Puis l'interlude "Wanna Be God" issu du nouvel album Straight Out Of Hell retentit avec son phrasé rapide et son refrain puissant. Andi Deris a l'air bien en voix. La banderole enlevée, on peut admirer le décor de champ de guerre aux couleurs de la pochette de Straight Out Of Hell avec masques à gaz accrochés aux promontoires en forme de ruines de chaque côté de la batterie qui permettront aux musiciens de poser. "Nabatea" suit. Me voilà davantage convaincu que sur CD. Très bon refrain. Le groupe enchaîne sur le classique "Eagle Fly Free", morceau extrait de Keeper Of The Seven Keys Part II. Si j'ai bien accroché à un "Nabatea" très sympathique en guise d'amuse-gueule, il n'y a pas à dire, "Eagle Fly Free" est d'un tout autre niveau. Et on sent bien le public réagir différemment sur les autres grands classiques qui seront joués. Je n'étais venu que pour eux d'ailleurs car je connais très peu le reste de la discographie du groupe si ce n'est le sympathique Better Than Raw. Il me sera confirmé que les titres de Walls Of Jericho, Keeper Of The Seven Keys Part I et Keeper Of The Seven Keys Part II sont nettement au-dessus de tout ce qu'a joué HELLOWEEN, même si des nouveaux titres comme "Waiting For The Thunder" ou la power ballade "Hold Me In Your Arms" sont taillés pour le live. "Live Now!" (sur lequel le public sera mis à contribution) est par contre insupportable avec ces effets de voix horribles du guitariste Sascha Gerstner. Outre "Eagle Fly Free" (et "Future World" pendant GAMMAY RAY), on a eu le droit à "I'm Alive" en cours de set, "Dr. Stein" en 1er rappel puis pour finir un medley "Halloween"/"How Many Tears"/"Heavy Metal (Is The Law)" avec Kai Hansen en invité (le moment que j'attendais le plus de la soirée) et la géniale "I Want Out" avec tout GAMMAY RAY (sauf le batteur bien sûr) en clôture. Dommage, aucun titre de l'EP Helloween par contre, pourtant la meilleure sortie du groupe. Et dans l'ensemble, les Allemands auraient pu jouer davantage de vieux morceaux, surtout qu'il aura fallu attendre la fin du show pour atteindre le point culminant! Rien à redire par contre sur la prestation des cinq musiciens vétérans de la scène, notamment un Andi Deris charismatique et très communicatif, bien qu'il ne vaudra jamais Kai Hansen quand il ne maîtrisait pas encore vraiment sa voix, ce qui donnait à Helloween et Walls Of Jericho un charme incomparable, ou même Michael Kiske sur les Keepers. Un vrai frontman qui attire l'attention en tout cas, à l'inverse du très discret guitariste Michael Weikath, seul membre originel avec le bassiste Markus Grosskopf. Mais celui-ci assure ses parties sans faillir et avec toujours le sourire aux lèvres.

Du bon et du moins bon donc mais je m'y attendais. Du coup les presque 2h de concert m'ont paru un peu longues, heureusement que cette fin en apothéose valait le coup. Faute de goût par contre,HELLOWEEN dit longuement au revoir au public parisien avec en fond sonore la version symphonique chiante de "A Tale That Wasn't Right" tirée de Unarmed et non l'originale du 1er Keeper. Oui, je fais encore mon vieux con!

Setlist HELLOWEEN:

Wanna Be God
Nabataea
Eagle Fly Free
Straight Out Of Hell
Where The Sinners Go
Waiting For The Thunder
Steel Tormentor
Drum Solo
I'm Alive
Live Now!
Hold Me In Your Arms
If I Could Fly
Hell Was Made In Heaven
Power

Rappel:

Are You Metal?
Dr. Stein

Rappel 2:

Halloween/How Many Tears /Heavy Metal (Is The Law)
I Want Out


Ne connaissant pas du tout SHADOWSIDE et GAMMA RAY et n'appréciant que les vieux HELLOWEEN, j'étais surtout venu par curiosité. Sans avoir passé un moment inoubliable, je ne regrette pas. L'Olympia est une belle salle que je découvrais enfin et le son était correct, avec des solos bien audibles et des claviers en retrait (jamais été fan de cet instrument). Quant aux groupes, SHADOWSIDE a fait le boulot en 1ère partie. GAMMA RAY a donné un bon concert et j'étais content de voir la légende Kai Hansen, même si je trouve que leurs compos manquent de quelque chose. HELLOWEEN a été le gagnant de la soirée, notamment grâce aux rappels et à l'ambiance sur scène, sans non plus être renversant, la faute à une setlist inégale entre tueries power véloces et morceaux ampoulés trop gentillets. Dans ce genre que j'affectionne modérément, j'avais trouvé Firewind et HammerFall plus convaincants en live. Reste tout de même une soirée sympathique avec du monde, une bonne ambiance et un plateau relevé.

1 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
14/04/2013 10:26
Moyenne la setlist des citrouilles. Quelques tubes sont passés à la trappe depuis que je les ai vu au hellfest.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellish Rock Part II
plus d'infos sur
Gamma Ray
Gamma Ray
1989 - Allemagne
  
Helloween
Helloween
Speed metal - 1983 - Allemagne
  
Shadowside
Shadowside
2001 - Brésil
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique