chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dead Congregation + Embrace Of Thorns + Nigredo

Live report

Dead Congregation + Embrace Of Thorns + Nigredo Le 27 Décembre 2015 à Athènes, Grèce (Kyttaro)
Les vacances de Noël, c'est chiant! Les fêtes de fin d'année et ses faux bons sentiments qui les accompagnent, très peu pour moi! Pour échapper à ce rituel commercial et hypocrite, j'ai donc décidé de continuer mes escapades à l'étranger. Pas pour un festival cette fois. Juste pour une simple date avec trois groupes. Et surtout un en tête d'affiche qui est même à l'origine de l'événement. Oui, cette année, mon cadeau de Noël à moi-même, c'est DEAD CONGREGATION sur son sol à Athènes qui se devait d'offrir un concert à ses fans grecs qui n'ont pu voir le groupe chez eux depuis un moment. Et comme le prix des places lorsque ce sont des combos étrangers qui tournent avec reste élevé, DEAD CONGREGATION a décidé de faire payer l'entrée seulement 6€! 6€ pour voir DEAD CONGREGATION à la maison! La bande d'Anastasis était en plus accompagnée d'un autre groupe hellène alléchant, EMBRACE OF THORNS, ainsi que d'une troisième formation athénienne que je ne connaissais pas, NIGREDO

Grosse foule à l'entrée du Kyttaro où va se dérouler la soirée. On sent qu'il s'agit d'un concert attendu. La salle, d'une capacité d'environ 800 personnes à vue de nez, se révèle bien agencée avec des bars de chaque côté et un balcon tout du long pour les feignasses. Un bisou à Anastasis de DEAD CONGREGATION bien occupé au stand de merch puis NIGREDO commence presque à l'heure prévue, 20h30. L'occasion de découvrir ce trio qui me plait d'entrée rien que par son nom me rappelant un morceau de Promulgation Of The Fall de la tête d'affiche. La suite me satisfera également même si on pourra reprocher au groupe un manque de prestance scénique et de communication avec le public partageant pourtant la même langue, le frontman bassiste au chant arraché (qu'il enrichit de temps en temps d'intonations plus hallucinées) se contentant de crier le titre des morceaux entre chaque composition. Une habitude de toute façon dans le genre. NIGREDO officie en effet dans un black metal simple et cru qui ne rigole pas. Beaucoup de passages rapides (pas forcément des blast-beats cela dit), un peu de mid-tempo ainsi que pas mal de dissonances à la mode tout du long. Bref, rien de vraiment nouveau ou original, c'est même un peu répétitif à la longue, mais ça fonctionne plutôt bien pour moi, surtout sur une demi-heure. Suffisamment en tout cas pour que j'aille ensuite m'acheter le MCD du groupe. Concernant les spectateurs, la salle n'est pas encore remplie (beaucoup de monde se trouve encore à picoler à l'extérieur) et les personnes présentes ne remuent pas des masses. Anastasis m'avait dit que le public grec était soit immobile soit déchaîné, il semblerait que ce soir ce soit la première option.

Un peu plus de monde pour EMBRACE OF THORNS que j'étais bien curieux de voir sur scène pour la première fois. Pas beaucoup de mouvements par contre à nouveau. Tant pis, on peut au moins contempler pénard le show même s'il n'y a pas grand chose à voir sur scène. Si sur album, les Grecs ont pris un virage plus death metal à partir de Atonement Ritual, c'est bien l'aspect black metal qui ressort en live. Les corpse paints, l'attitude et le look "true" clous-cartouchières, le son crade (bien moins clair que pour NIGREDO), le mode autiste interdisant tout échange avec le public et l'ambiance générale transpirent le côté obscur de la Force. Alternant quasi exclusivement parties blastées bestiales et gros mid-tempos headbangants que n'auraient pas reniés Archgoat, sur fond de cris possédés et de riffs blasphématoires, le quintette va délivrer un set des plus brutaux dont on n'aura pas tout compris (j'avais pourtant écouté le bon petit dernier album Darkness Impenetrable il n'y a pas si longtemps) mais qui aura fait du bien par où il est passé. Du coup, retour au merch pour choper en physique Darkness Impenetrable... que finalement j'avais déjà! Alzheimer is coming!

Après ces deux en-cas ma foi plutôt savoureux, il était temps de passer au plat principal de la soirée. Cinquième fois que je voyais DEAD CONGREGATION cette année après le Neurotic, le Brixia, le Old Grave et le Black Arts Ceremony mais je ne m'en lasse pas. J'avais en plus une revanche à prendre puisque mon état d'ébriété lors du festival lyonnais avait totalement noyé mes souvenirs du set de la formation le lendemain. Eh bien voilà une belle revanche car, sans surprise, DEAD CONGREGATION a une nouvelle fois tout écrasé sur son passage. Il faut dire qu'en jouant "Martyrdoom" en ouverture, soit une des intros death metal les plus incroyables (mon Satan cette ambiance dark à vous coller des frissons!), le groupe avait pour ma part déjà réussi son show. La suite ne fera qu'abonder dans mon sens en confirmant, s'il en était besoin, DEAD CONGREGATION comme LA place forte du death metal actuel. Le son s'avère très bon (oublié les premiers concerts du groupe en mode bouillie sonore!), de quoi savourer ces riffs sombres et evil ou ces blast-beats infernaux sans modération. Anastasis est aussi bien remonté pour cette date qu'il organise spécialement, que ce soit au niveau de ces growls qui me semblent toujours plus tonitruants, de son jeu de scène dégageant une assurance et une puissance qui forcent le respect ou de ces annonces passionnées aux spectateurs (que je ne comprends pas puisque logiquement en grec). Comme quoi on peut parler un peu aux gens sans dénaturer le côté evil de la musique! Côté setlist, si "Martyrdoom" a fait mon bonheur dès le début, le reste ne me laissera pas non plus sur ma faim. Avec une discographie aussi jouissive, difficile de se tromper de toute façon! Beaucoup de titres du dernier opus Promulgation Of The Fall bien sûr ("Quintessence Maligned", "Schisma", "Immaculate Poison" et le fantastique triptyque "Only Ashes Remain"/"Promulgation Of The Fall"/"Serpentskin") mais aussi du Graves Of The Archangels qu'il ne faudrait tout de même pas oublier vu la claque à sa sortie ("Martyrdoom", “Hostis Humani Generis”, "Graves Of The Archangels" et le génialissime "Teeth Into Red" bien tenu par un Vagelis en grande forme) ainsi qu'un peu de Purifying Consecrated Ground ("Auguring An Eternal War", "Vomitchrist"). Autre bonne nouvelle, le public s'est enfin lâché. Je l'aurais parié car le Kyttaro s'était rempli à ras-bord bien avant que DEAD CONGREGATION ne monte sur scène, les fans se massant devant la scène pour faire honneur à ses héros. Nous voilà tous serrés mais heureux tant le quatuor maîtrise son sujet. Pogos violents, headbangs frénétiques, air guitar, les spectateurs sont à fond. Grand moment pendant le rappel sur "Teeth Into Red" avant la séquence de blasts furieux qui amènent sur le break avec les chants orthodoxes: toute la salle qui headbange violemment à l'unisson sur ce fabuleux riff dark mid-tempo qui donne envie de tout péter. C'était beau à voir! Malheureusement ce sera sur ce morceau que DEAD CONGREGATION se retirera sous les hourras d'une foule totalement conquise. Comment ne pas l'être après un tel carnage?!!

Merci Papa Noël (a.k.a. moi-même) pour ce beau cadeau! Voir DEAD CONGREGATION jouer à domicile, ça n'a pas de prix (enfin si, plusieurs centaines d'euros!)! Où qu'il joue, le groupe terrasse la concurrence. J'ai beau les voir régulièrement, j'éprouve toujours le même plaisir à entendre en live ce death metal brutal, sombre et blasphématoire, ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle dans le style. En bonus, je ne regrette pas non plus d'avoir vu EMBRACE OF THORNS pour un set plus black metal que ce à quoi je m'attendais mais plaisant tout de même. NIGREDO m'a aussi fait une bonne impression en lever de rideau d'une soirée tout à fait satisfaisante peu de temps après avoir foulé le sol grec sur lequel je resterai jusqu'au samedi prochain pour faire mon touriste. On se dit rendez-vous dans deux semaines à la Satans Convention en Allemagne pour fêter ma dixième fois avec DEAD CONGREGATION, dans huit pays différents (Finlande, France, Belgique, Pays-Bas, Italie, Roumanie, Grèce, Allemagne)! On est fan ou on ne l'est pas!

1 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
06/01/2016 08:46
Merci msieur!
Décidément... il faut ABSOLUMENT que je les vois en concert! Ta passion est transmissible sieur Keyser. T'es limite à deux doigts de demander la nationalité grecque, avoue Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Congregation + Embrace Of Thorns + Nigredo
plus d'infos sur
Dead Congregation
Dead Congregation
Death Metal - 2004 - Grèce
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Death Metal - 1999 - Grèce
  
Nigredo
Nigredo
2013 - Grèce
  

Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast