chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anna Von Hausswolff + Swans

Live report

Anna Von Hausswolff + Swans Le 01 Novembre 2016 à Nantes, France (Stereolux)
Dilemme difficile, celui de devoir faire le sacrifice de Dead Congregation ou de Swans. A contrario de mes collègues rédacteurs qui ont succombé aux charmes grecs, c'est vers les Américains que je me suis finalement tourné. Une occasion qui, selon les rumeurs et murmures, est historique, car peut-être là l'une des dernières fois que le groupe se produira avec ce line-up. Direction un Stéréolux affichant complet pour recevoir une leçon tant de la part des maîtres que de l'une de leurs héritières, Anna Von Hausswolff, qui est chargée de l'ouverture.

Anna Von Hausswolff

Les aléas de l'orientation nantaise ayant eu raison de nous, c'est avec un léger retard que nous arrivons pendant la première piste d'Anna Von Hausswolff. Une mise en bouche plus qu'alléchante, la Suédoise se laissant aller à des tons légers, folk, parfois pop, et axés sur cette voix qui ne vous quitte plus. L'ensorcellement séduisant, en somme. Le trio aurait pu continuer sur cette lancée, oublier toute pesanteur pour se concentrer sur les capacités vocales de la jeune femme. Cette idée sera balayée d'un revers de distorsion dès l'instant suivant, et la mutation qui s'opère sous nos yeux est impressionnante. L'ambiance s'assombrit, une chape de plomb s'installe, le souffre nous entre dans les poumons et les Suédois s'évertuent à marteler, encore et encore, sans laisser de répit. Le metal apparaît subitement comme un être inoffensif. La musique la plus menaçante n'est pas là où on l'imagine. Tribal, ritualiste, fracassant, ce drone à la fois vibrant et introspectif se fait polymorphe et ne cesse de surprendre. Les vocaux deviennent secondaires, tantôt adoucis, tantôt cérémonieux, ne laissant aucun doute quant au fait qu'Anna, concentrée sur son clavier, est maîtresse à bord. Une version féminine de Scott Walker dans l'esprit, me souffle mon collègue. Quarante minutes d'un envoûtement qui n'aurait jamais du s'arrêter. Nous étions déjà ailleurs, assez loin pour que le retour à la réalité soit brutal. Et le charme total. On aurait pas dit non à une demi-heure supplémentaire, mais il faut bien laisser la place à Swans.

Swans

Je pourrais vous parler de Swans de façon impersonnelle. Vous bassiner de termes comme noise rock, d'accents industriels, drones, post-rock. Évoquer une setlist que je ne connais pas, n'étant pas fin connaisseur de la discographie des Américains. M'attarder sur le contexte de ce concert, l'un des derniers avant de tirer une nouvelle révérence, et qui s'est avéré exceptionnel par sa durée – 2h30, s'il vous plaît, si ça c'est pas de la dévotion. Et me rendre compte que je passe trop de temps sur ces détails, qui ont leur importance, c'est vrai, mais que je ne juge pas pertinent d'étaler. Tout simplement car c'est le ressenti qui parle, les sensations procurées par une musique qui n'est pas faite pour laisser indifférent. On adore, ou on déteste, difficile d'y concevoir un entre-deux.

J'ai mis du temps avant de comprendre où le groupe voulait nous amener. De comprendre et de finalement lâcher prise, faire tomber toutes barrières, toutes résistances, de s'abandonner à la musique. Se laisser entraîner par les vibrations, par les impacts toujours plus retentissants d'une section rythmique qui ne fait aucune concession. Se noyer dans cette vague, qui vous traîne, d'accalmie à tempête et s'écrase, avec toujours plus de précision, pour vous achever par d'ultimes coups de massue, frénétiques et impérieux. La voix de Michael Gira en devient un élément secondaire, mais indispensable. Possédée et possédante. Éprouvante expérience qui exténue et joue sur votre résistance. Tenir 2h30 de ces assauts répétés, de ces boucles qui n'en finissent plus, de l'enveloppe charnelle qui s'endolorit laisse forcément des traces, et à force d'être projeté comme les rochers, on ressort du concert cassé mais heureux. Avec cette satisfaction d'avoir assisté à quelque chose d'intense, de transcendant et d'unique. Cette sensation d'avoir été pris dans un moment qui restera gravé en nous. Et c'est bien assez pour affirmer que Swans, à Nantes, est grand.

Rater Dead Congregation? Cette déception s'est complètement envolée au fur et à mesure de ces deux fantastiques performances. Je n'ai plus de jambe, ni de nuque, ni d'esprit critique et on en a même oublié où la voiture était garée, mais si l'occasion se représente d'entrer à nouveau dans la broyeuse, c'est avec un plaisir immodéré qu'on s'y jettera à nouveau.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anna Von Hausswolff + Swans
plus d'infos sur
Anna Von Hausswolff
Anna Von Hausswolff
2008 - Suède
  
Swans
Swans
1982 - Etats-Unis
  

HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique