chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

1996-2016 20 Years Tours

Live report

1996-2016 20 Years Tours Shining + Slegest + Taake
Le 05 Décembre 2016 à Paris, France (Petit Bain)
Le Petit Bain est une salle parisienne dans laquelle je n’avais pas encore mis les pieds. J’y serais bien allé plus tôt, notamment pour voir Inquisition il y a quelques semaines ou MGLA et Aosoth il y a quelques mois mais la vie d’adulte nous impose parfois certains choix. Bref, il aura donc fallu attendre ce lundi 5 décembre 2016 pour que je mette enfin les pieds sur cette péniche largement réaménagée située dans le 13ème arrondissement de Paris. La raison principale de ma venue ? Le passage des Norvégiens de TAAKE venus accompagner les Suédois de SHINING dans le cadre d’une tournée un peu particulière visant à célébrer les vingt ans de carrière de la sulfureuse formation originaire d’Halmstad. Pour les accompagner, un autre groupe norvégien dont je n’avais jamais entendu parler, SLEGEST.

Après avoir fait la queue quelques minutes entre le quai et la passerelle, je découvre donc le Petit Bain pour la première fois. Pour ce qui est de la salle, celle-ci ressemble dans sa configuration à celle du Batofar. Un espace relativement grand et bien aménagé qui permet, grâce à une scène largement surélevée, de voir tout ce qui s’y passe peu importe l’endroit où l’on se trouve. Je le découvrirais un peu plus tard dans la soirée mais les propriétaires ont également aménagé un rooftop au sommet de ce qui ressemble davantage à un cube qu’à une péniche. Une idée brillante qui permet d’aller prendre l’air entre chaque groupe.

Lorsque j’arrive dans la salle, SLEGEST est déjà en train de jouer devant un public relativement nombreux. Ne connaissant rien de ce groupe, un rapide tour sur YouTube m’a permis de me mettre à la page. Les Norvégiens, formés par un ex-Vreid (Stig Ese), pratiquent une espèce de Black’n’Roll essentiellement mid-tempo qui n’a rien de bien transcendant. N’ayant rien de mieux à faire (oui, les concerts seul ont cet inconvénient), je me pose sans grande conviction à côté de la console pour assister à la prestation de SLEGEST. En dehors de quelques moments à taper légèrement du pied et à dodeliner mollement de la tête, on ne peut pas dire que j’ai été particulièrement transporté par la musique des Norvégiens. La faute à des titres beaucoup trop mid-tempo pour être accrocheur et à des riffs un brin passe-partout qui me laisse froid le plus clair du temps. Stig Ese et ses musiciens mettent du cœur à l’ouvrage, c’est certain, mais j’ai tout de même vite fait de m’ennuyer malgré tout. Tant pis, après tout je n’étais pas venu pour eux. Ainsi, après vingt minutes qui m’ont quand même permis de me réchauffer un peu, SLEGEST tire sa révérence devant un public certes nombreux mais encore bien calme et réservé.

Après quelques minutes à patienter sur mon téléphone, les Norvégiens de TAAKE investissent les planches aux alentours de 20h15. Etant la raison de ma venue ce soir, j’attendais évidemment beaucoup de leur prestation. Et il ne m’a pas fallu plus de quelques secondes pour comprendre que je serais comblé ce soir. Entre une setlist aux petits oignons, un son de qualité et une attitude fière et conquérante, Hoest et sa bande ne laisseront rien au hasard quitte à piquer la vedette à la fameuse tête d’affiche célébrant ce soir ses vingt ans de carrière. Cheveux plaqués en arrière, veste en cuir et manches remontées, t-shirt anti-islam, maquillage dégoulinant, le norvégien n’est pas là pour amuser la galerie. Dès les premières mesures de l’excellent "Nattestid Ser Porten Vid 1" le ton est donné. Et même si on pourra regretter une guitare lead un peu trop discrète, on ne pourra que s’enthousiasmer face à l’énergie déployée essentiellement par Hoest qui assure son rôle de frontman avec talent. Remontant ainsi d’album en album, TAAKE va enchaîner les titres avec puissance et panache (ces trémolos !), offrant ainsi au public parisien un tour d’horizon relativement complet de sa discographie sans faille (oui, même le petit dernier qui n’a d’ailleurs jamais été chroniqué ici...). De Over Bjoergvin Graater Himmerik ("Over Bjoergvin Graater Himmerik 4") à Hordalands Doedskvad ("Hordalands Doedskvad 1 et 3") en passant par Taake ("Umenneske"), Noregs Vaapen ("Nordbundet", "Du Ville Ville Vestland", "Fra Vadested Til Vaandesmed", "Myr") et Stridens Hus ("Orm"), rien n’est laissé de côté. Seul véritable moment d’improvisation dans ce set parfaitement rodé, ce moment où le chanteur de SLEGEST est venu taper l’incruste sur "Hordalands Doedskvad 3" (un instant un brin gênant où Stig est venu susurrer à l’oreille de Hoest ce que j’imagine devait être l’expression de son irrépressible envie d’aller pousser la chansonnette, le chanteur de TAAKE lui répondant d’un geste nonchalant signifiant « fais-toi plaisir »). Pour le reste c’était un incroyable sans faute puisque pour couronner le tout on aura même le droit au banjo sur l’excellent "Myr". Une petite heure de jeu rondement menée qui aura su électriser un public rapidement conquis.

Après avoir vu SHINING lors de la dernière édition du Fall Of Summer, je n’étais pas forcément pressé de les revoir. D’autant que comme je le disais, je n’ai pas vraiment suivi les sorties du groupe suédois depuis VII: Född Förlorare paru en 2011. Ceci étant dit, cette tournée revêt tout de même un caractère un petit peu spécial puisqu’il s’agit pour Niklas et sa bande de célébrer les vingt ans de carrière de SHINING. J’avais donc bon espoir de pouvoir entendre des titres plus anciens, notamment ceux de III: Angst, Självdestruktivitetens Emissarie et IV: The Eerie Cold qui restent mes albums préférés de la formation au line-up souvent remanié. Néanmoins, la première question qui me venait à l’esprit était surtout de savoir si Niklas serait capable d’assurer sa prestation, ce dernier étant vraisemblablement particulièrement malade depuis le début de la tournée, vomissant ainsi copieusement entre chaque morceau depuis trois ou quatre soirs…
Après presque trente minutes d’attente, le groupe arrive finalement sur scène face à un public toujours très enthousiaste. Le concert n’est pas complet mais il y a du monde en ce lundi soir pour assister à cette date parisienne. De son côté, Niklas n’a pas l’air trop mal en point, distribuant d’emblée une bouteille de whisky au public qui n’en demandait pas tant. En tous les cas, il n’y a pas de seau à ses pieds pour se soulager ce qui semble plutôt encourageant. Malgré tout, on va très vite pouvoir se rendre compte qu’il semble un peu plus à la peine sur les passages en chant clair où il donne l’impression de manquer cruellement de souffle. Néanmoins, cela ne semble pas entacher son cynisme légendaire qui, je l’avoue, m’aura fait sourire à quelques reprises comme ce moment magique où il adressera à une fille du premier rang un joli : "I know you want to get fucked but I won’t fuck you". Ou encore lorsqu’il demandera au public : "You like Black Metal ?", réponse quasi collégiale "Yessss", "Because I don’t"... Bref, je l’ai connu moins drôle et beaucoup plus agaçant. Des traits d’humour qui viendront compenser un show en dent de scie essentiellement plombé par des séquences trop mollassonnes où l’on s’ennuie un peu et une durée un peu excessive d’une heure et demie. Heureusement, les deux guitaristes savent jouer de leur instrument et rendent ainsi ces passages moins pénibles. On regrettera quand même une setlist essentiellement tournée sur les albums les plus récents de SHINING. Certes, il y a aura bien quelques anciens titres tels que "Submit To Self Destruction", "Claws Of Perdition" sur lequel Hoest de TAAKE viendra remplacer Niklas sur la première moitié ou bien encore "Vemodets Arkitektur" mais l’essentiel des titres joués en ce lundi soir proviennent de V: Halmstad (Niklas Angående Niklas) et des albums suivants. Pour couronner le tout, SHINING terminera son set sur cette infâme reprise de Seigmen ("Ohm (Sommar Med Siv)") qui me sort vraiment par les trous de nez…

Au moment de dresser le bilan de la soirée, celui-ci s’avère plutôt positif, essentiellement grâce à l’excellente prestation de TAAKE qui n’a pas déçu, bien au contraire. SLEGEST s’est montré plutôt quelconque (sans être désagréable) alors que SHINING a plutôt bien fait le taf (avec un Niklas presque sympathique) même si, encore une fois, le set aurait mérité soit d’être raccourci soit d’être composé de titres plus anciens (rien sur les deux premiers albums alors qu’il s’agit d’une tournée anniversaire) afin de donner un autre rythme à l’ensemble de la prestation. Enfin bon, entre le son plus que correct, un set magistral de TAAKE et des prestations soignées, je quitte le Petit Bain tout à fait satisfait. A la prochaine...

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
07/12/2016 11:45
Bah pour le coup, il y avait à boire et à manger sur cette date alors qu'en septembre dernier au FoS c'était assez chiant dans l'ensemble et Niklas était effectivement bien pénible et pas très drôle...
Stockwel citer
Stockwel
07/12/2016 11:40
Pas vu ce concert mais j'ai vu Taake plusieurs fois récemment et 2 fois Shining avec leur setlist spécial 20 ans.
Taake c'est toujours en top en live, jamais déçu.
Par contre Shining qu'est-ce que c'est chiant... Niklas fait pitié, il est ni drôle ni intéressant, sa provoc est pourrie et surtout musicalement c'est vraiment pas top, assez mou sans grand intérêt.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
1996-2016 20 Years Tours
plus d'infos sur
Shining
Shining
Black Metal - 1996 - Suède
  
Slegest
Slegest
2010 - Norvège
  
Taake
Taake
Black Metal - 1995 - Norvège
  

Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique