chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aura Noir + Necroblood + Occvlta

Live report

Aura Noir + Necroblood + Occvlta Le 22 Mai 2017 à Paris, France (Petit Bain)
Les lundis, ça fait chier! Sauf quand il y a AURA NOIR! C'est le programme que nous proposait Garmonbozia pour nous soulager de notre peine du début d'une nouvelle semaine de boulot. Ça se passait dans cette salle-bateau très cool du Petit Bain amarrée près de Bercy avec NECROBLOOD et OCCVLTA en premières parties.

Il y avait un moment que je n'avais pas vu les Parisiens de NECROBLOOD. Pas que j'en sois triste remarquez, vu que je ne les apprécie que moyennement. Mais il était intéressant de voir si mon avis pouvait évoluer, d'autant que le combo venait de sortir son premier full-length Collapse Of The Human Race. Ce qui était de toute façon déjà le cas puisque je tolère désormais un peu plus qu'avant. Peut-être l'apport de davantage de death metal old-school dans leur black bestial d'origine à la Archgoat. Quoiqu'il en soit, j'ai effectivement trouvé que le black/death du groupe s'était quelque peu diversifié grâce à des rythmiques plus variées, des riffs plus discernables et une ambiance plus travaillée. J'ai même senti une influence early-Incantation dans certains riffs blasphématoires que je ne peux qu'approuver et je n'ai pas pu résister à certains mid-tempos bien headbangants. De bons points pour eux. Mais de là à trouver ça génial ou même vraiment bon, je n'irais pas jusque-là. Car la musique de NECROBLOOD reste, malgré une nette amélioration, trop monolithique et bas du front pour me satisfaire. Ça manque de riffs vraiment marquants et leur blastouille pataude typique black bestial m'horripile toujours, surtout que le son de la caisse claire était assez agaçant. Rien à dire sur le jeu de scène par contre, entre la voix d'outre-tombe guerrière du bassiste frontman et le côté à l'arrache des guitaristes parfait pour le style.NECROBLOOD jouant à domicile en tout cas, ils ont reçu un accueil chaleureux du public parisien même si celui-ci s'est montré encore timide niveau mobilité.

On enchaîne ensuite avec OCCVLTA dont je n'avais jamais entendu parlé. Il s'agit en fait d'un groupe allemand mené par trois frangins dont je raterai une grande partie de la prestation pour goûter au veggie burger au pesto et steak aux algues de la salle. Pas vraiment une réussite d'ailleurs, surtout pour le prix. Je n'assisterai donc qu'à une quinzaine de minutes de la prestation de la formation. Le temps d'admirer le look rétro original du chanteur charismatique au crâne rasé et à la moustache années 1910 et de bouger la tête au rythme plutôt lent de la musique des Berlinois, entre doom et black. Plutôt efficace, hypnotique et rock 'n roll, on pense un peu à certains Darkthrone. Rien de transcendant pour moi qui préfère le black qui appuie davantage sur l'accélérateur (ce que fait toutefois le groupe de temps en temps), je trouve tout de même un certain charme à OCCVLTA. Disons que ne voir qu'une partie de leur set a aussi dû jouer car il est peu probable que j'aurais été passionné tout du long si j'avais tout vu. Le public, comme moi, ne devait pas non plus connaître le combo d'outre-Rhin, car il s'est fait plutôt spectateur qu'autre chose.

Bon, ça passait ces deux premières parties mais j'étais évidemment là pour AURA NOIR, qu'il est toujours très plaisant de croiser sur les planches. La dernière fois, c'était d'ailleurs au Hellfest. Cette fois-ci sera bien différente. Je remarque en effet avec étonnement Apollyon en train de régler la batterie pendant la pause. C'est que, si c'est bien lui qui enregistre les parties de tam-tam sur album depuis l'"accident" d'Aggressor en 2005 qui le laissera handicapé des jambes, il s'occupe de la basse et du chant pour le live, épaulé par Kristian Valbo d'Obliteration en cogneur de session. On aura en fait vite la confirmation dès les lumières éteintes: on va avoir le droit à un AURA NOIR en mode power trio! Apollyon à la batterie, Aggressor au chant et à la basse et Blasphemer à la guitare. Autant dire que, malgré le caractère original et rare de cette configuration qui éveille ma curiosité, la déception pointe le bout de son nez. Une seule guitare, même tenue par l'ex-Mayhem, un Aggressor handicapé posé sur son tabouret à roulettes en frontman, un Apollyon pas le plus habile derrière les fûts, avouez que ça sentait un peu le coup foireux! Ce ne sera finalement pas le cas, même si ce set d'AURA NOIR fut sans doute le moins défonce-cul des quatre ou cinq auxquels j'avais déjà assisté. Le son est bon, le public venu en nombre déchaîné et la setlist old-school et rock 'n roll. De quoi tout de même passer un bon moment pendant près d'une heure au son de ce black/thrash vicieux à l'ancienne, mené par un Aggressor tout sourire et bien en voix (je préfère toutefois le plus méchant Apollyon en frontman). D'autant que, s'il aura manqué quelques classiques comme "Blood Unity", "Upon The Dark Throne", "Condor", "Black Metal Jaw", ou surtout l'énorme "Conqueror", on a eu le droit à des raretés fort sympathiques telles "The One Who Smite" (le pendant de "Proselytism Real" de Sodom qui sent bon aussi le Slayer et le Darkthrone), mid-tempo faussement calme avant l'accélération thrash, ou la préhistorique "Snake" en rappel. Le premier full-length Black Thrash Attack sera ainsi le disque le plus représenté. Un peu moins que d'habitude pour The Merciless ("Black Deluge Night" et "Sordid") et le dernier en date Out To Die qui n'aura qu'un seul représentant ("Fed To The The Flames"). Comment aussi ne pas succomber à des titres bien dansants comme "The Stalker", "Schitzoid Paranoid" ou la reprise de Venom "Heaven's On Fire"?! Du coup, malgré cette configuration à trois avec une seule guitare pas idéale (ça sonne un peu vide pendant les solos), une présence scénique minimale (Aggressor s'adressera tout de même de temps en temps aux fans) et un manque de violence dans le jeu par rapport à d'habitude (c'était un peu mou ici alors qu'on est pris à la gorge du début à la fin d'habitude), ce concert d'AURA NOIR fut tout de même plaisant. De bons morceaux restent de bons morceaux et les Scandinaves en ont pas mal dans leur besace! On aurait juste aimé plus de rab' que ces deux titres en rappel ("Snake" et "Black Thrash Attack") vite expédiés. Et on espère que les Norvégiens auront retrouvé leur batteur de session lors de la prochaine tournée afin qu'Apollyon retourne devant la scène, sa vraie place. En attendant, on remercie quand même ces vétérans pour cette petite leçon de black/thrash bien efficace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aura Noir + Necroblood + Occvlta
plus d'infos sur
Aura Noir
Aura Noir
Black/Thrash - 1993 - Norvège
  
Necroblood
Necroblood
Blackened Death Metal - 2010 - France
  
Occvlta
Occvlta
2004 - Allemagne
  

Galvanizer
Sanguine Vigil
Lire la chronique
Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique