chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit

Live report

Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit Le 29 Octobre 2018 à Lyon, France (Ninkasi-Kao)
Ce lundi soir se présentait sous ses meilleurs auspices. Un concert au Ninkasi Kao (cela faisait un bail que je n’avais plus mis les pieds dans cette salle), pour voir 2 pointures de l’écurie Nuclear Blast : Hypocrisy et Kataklysm. Malgré une météo effroyable, températures négatives et pluie glacée au menu, le KAO était correctement rempli ce soir là. Il est toujours très cocasse de voir ce lieu, encapsulée dans le Ninkasi Gerland qui est lui un haut lieu des soirées salsas, et donc de voir 2 publics aux antipodes l’un de l’autre se croiser lors de quelques évènements. L’accès « tee shirt noir à tête de mort » se faisant par la gauche de la salle principale, qui amène dans un espace « privé » avec le merch et deux bars généreusement garnis en choix de bières. Rien à dire sur ce point !

J’arrive peu de temps après la fin de THE SPIRIT, qu’on me décrira comme un Dissection-like moins anthologique ; dommage, la description aurait pu me plaire. Mais je suis surtout venu ce soir pour HYPOCRISY, que je n’avais plus revu depuis trèèèèèèès longtemps sur scène. N’ayant aucun nouvel album à promouvoir (on attend une sortie l’année prochaine, mais rien n’a encore filtré), les Suédois allaient miser ce soir sur une setlist on ne peut plus plus conventionnel mais efficace. Malheureusement, alors que le quatuor montait sur scène sur l’intro de « Fractured Millenium » et quelques acclamations se faisaient entendre, je sentais une absence de « montée en sauce » de la soirée. Plusieurs raisons à cela, et qui seront confirmés rapidement tout au long du set : des lights très inadaptés, le groupe jouant parfois avec la lumière éclairant le public, pour l’immersion c’est pas génial ; couplé à un public poli mais gère enthousiaste (aucun pogo, quelques headbangs tout au plus), cela faisait une impression bizarre, un peu comme quand tu fais venir des potes te voir jouer en répet et qu’ils ne savent pas trop quelle attitude adopter. Ajoutez à cela un son correct au départ, mais qui était exécrable sur la fin (j’ai tenté de me positionner à côté de la table de son, à part la double pédale et le chant le reste était inexistant), et la sauce ne pouvait définitivement pas monter. Le groupe, impeccable dans son exécution des morceaux (de ce que j’ai compris, en tout cas), s’est vite lui aussi fait rattraper par la lassitude ambiante, et Peter, après avoir tenté de chauffer plusieurs fois la scène (« Scream for me, i’ll screm for you ») sur « The Final Chapter », ou les incitations à bouger un minimum sur le medley brutal « Obsculum Obscenum / Penetralia », se fera une raison et les morceaux s’enchaineront à vitesse grand V pour évacuer la gêne de ce public un peu difficile, mais poli. Un petit « Roswell 47 » joué dans grande conviction après 1h de show sans ambiance, et les Suédois laissent la place aux Quebecois de Kataklysm, toujours dans une ambiance courtoise mais un peu froide.

J’ai toujours été partagé sur les albums de Kataklysm, l’excellent côtoyant le médiocre ; malheureusement leur dernier album est à classer du côté obscur de la Force, et malheureusement-bis, en toute logique ce soir là c’était une grande place laissée aux nouveaux morceaux qui fût proposé. A l’exception de « Guillotine », je n’ai pas retenu un seul nouveau morceau ; par contre les anciens sont toujours aussi magiques, à commencer par « Fire », « 10 seconds from the end », « As I Slither », « Crippled and Broken », bref tous les anciens morceaux sont eux taillés pour la scène MAIS aussi un plaisir à écouter. Dans la fosse, ça bouge davantage, j’aperçois les premiers pogos, probablement que l’aspect « punchy » des Quebecois convenait davantage ce soir au Melodeath parfois très midtempo des Suédois, qu’importe l’ambiance était meilleure cela va sans dire. Mais à mon niveau, n’étant pas hyper client des morceaux récents, je vais faire mon grognon et assumer d’avoir passé un bon moment mais sans la folie que j’y espérais. Maurizio, le chanteur, a l’avantage d’être francophone, et cela aida aussi à la communication avec la salle. Il a d’ailleurs confessé être aller chercher les Hypocrisy dans leur « caverne » pour monter cette tournée ensemble, au nom évocateur d’une époque révolue « Death…is just the Beginning » (comme la compil NB du même nom d’il y a quelques années) ; je l’en remercie mais ce n’est pas cette date d’Hypocrisy qui restera dans ma mémoire, ça ne peut pas être toujours génial. Espérons une nouvelle date à Lyon pour le prochain album face à un public plus en forme/enthousiaste !

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
05/11/2018 13:11
Tu confirmes les échos que j'ai eu, entre un public amorphe et les soucis de son, le tout avec les deux têtes d'affiche en pilotage automatique ... dommage que tu aies raté THE SPIRIT, je te conseille de te pencher sur l'album très sympathique au demeurant !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
plus d'infos sur
Hypocrisy
Hypocrisy
Death Mélodique - 1991 - Suède
  
Kataklysm
Kataklysm
Groove/Modern Melodeath - 1991 - Canada
  
The Spirit
The Spirit
Black/Death - 2015 - Allemagne
  

USBM is SH*T
Lire le podcast
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream
Lire la chronique
Sabaton
The Great War
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique