chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
95 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 2

Live report

METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 2 Angel Witch + Armory + Ascended Dead + Chevalier + Deus Otiosus + Impetuous Ritual + Killing + Mr. Thomsen + NyreDolk + Phrenelith + Spektr + Tormentor
Le 12 Juillet 2019 à Fredericia, Danemark
Le réveil est un peu difficile : la nuit a été courte (merci les voisins) et l'état du sol a eu raison de ma dernière séance d'ostéopathie. Enfin, le ciel est gris, lourd de menaces. Mettant un mouchoir sur ma pudeur, l'espace sanitaire étant commun, je tente de réparer les dégâts avec une bonne douche chaude et salvatrice, suivie d'un café un poil trop clair.



Je rejoins la tente et assiste dans un coin, telle une intruse, à la réunion des amis de MR. THOMSEN, personnalité du milieu, organisateur du Heavy Agger Festival. Seul sur scène, guitare acoustique sous le bras, ce sympathique personnage à la belle voix chaude et rocailleuse interprète notamment du Johnny Cash ou du Scorpions, que les copains reprennent en chœur, tapant dans leurs mains. Heine Thomsen échange avec l'assistance, tout le monde a la banane et rit à gorge déployée, mais je ne comprends rien à ce qu'il se passe (ma maîtrise du danois se limite à "tak"). Manquait plus qu'un coucher de soleil sur une plage devant un feu de camp. Etat d'esprit bon enfant et ambiance chaleureuse, la parenthèse est douce et jolie.

DEUS OTIOSUS a déjà sorti quatre albums, dont je n'avais jamais entendu parler. Joué sans prétention, mais avec beaucoup d'envie et d'énergie par des gars inspirant la sympathie malgré toute la hargne qu'ils essaient de faire passer dans leurs regards noirs, leur Death Metal, teinté de Thrash fait efficacement le job en ce début de journée avec quelques titres bien rentre-dedans, à l'instar d'un Disturbing the Dead, qui ne sont pas sans rappeler GHOUL. Un moment bien cool, un son encore une fois au top sous cette tente, animé par un front-man bodybuildé au growl puissant. Ça ne révolutionne rien, mais c'est vraiment sympa.

Setlist :
. Greater Horror
. Separatio Leparsorum
. Breeding Maggots
. Disturbing the Dead
. Sea Devil
. Don't Fuck with the Dead
. Return to Slavery
. Iron Rule
. Wake the Dead


KILLING, autre gloire nationale après SLÆGT et l'élevage intensif du porc, était attendu de pied ferme, au vu du nombre de t-shirts ou autres patchs fièrement arborés par nombre de festivaliers. Je m'étais penchée sur leur cas avant le départ et ces écoutes préalables m'avaient malheureusement paru bien pénibles. La version live ne me fera hélas pas changer d'avis, tant je ne tire aucun plaisir de ce Thrash ultra basique et sans une once d'originalité. Gros gros succès cependant, comme je me l’imaginais, mais vraiment sans intérêt pour moi, je fuis !

Ayant assisté aux balances, au cours desquelles le son de NYREDOLK paraissait prometteur, je trépignais d'impatience. Après un bon quart d'heure de retard sur le running-order (on est punk ou on ne l'est pas), les voilà enfin mes petits chouchous mystérieux, dont on ne connaît presque rien, si ce n'est cette incroyable démo quatre titres (jouée en intégralité) sortie l'année dernière (écoutez la si ce n'est déjà fait, c'est vraiment excellent). Le chanteur, affublé d'une cagoule de tissu blanc, avec des trous au niveau des yeux me rappelle vaguement et étrangement quelqu'un, mais qui ?



L'animal est en tout cas intenable et paraît bien entamé : dès le premier riff, il se jette littéralement dans la fosse et y reviendra sans cesse, réclamant de se faire bousculer, remontant sur scène pour molester ses camarades vêtus de cuir et la tête dissimulée sous des cagoules noires. Le son est maintenant cradingue, mieux valait connaître pour savourer (par chance c'est mon cas), c'est le chaos sur scène comme dans la fosse, une épaisse fumée mélangée à la surconsommation de tabac n'empêche pas de voir les gestes rageurs du groupe, qui distribue les fuck comme d'autres des bisous, mais je prends un plaisir fou à assister à ce set de Black/Punk complètement pété.... complètement pétée également la totalité des instruments, réduits en miettes par ces sauvageons survoltés. A ce stade du fest, je me dis que rien que pour voir ça, ça valait carrément le coup... pour une fois que je ne mise pas sur le mauvais canasson. Jouissif ! Sakrifiss, tu es déjà venu au Danemark ?





Mes amis proches n'en auraient pas cru leurs yeux s'ils m'avaient vue en t-shirt, sous la pluie, le poing levé devant CHEVALIER, groupe finlandais comme ne l'indique absolument pas son nom. Emma Grönqvist, la jolie chanteuse, vêtue de blanc nacré, scintille au milieu de la quintessence de la virilité selon Rob Halford : clous, cuir et moustaches. L'un des guitaristes a poussé le vice du look ultra étudié jusqu'à laisser ses cheveux courts devant / longs derrière, rouflaquettes et pendants d'oreilles. On se croirait propulsé au beau milieu des années 1980. Je me moque gentiment, mais leur Heavy/Speed est d'une rare qualité et m'a fait forte impression, bien plus subtil que la moyenne, très intéressant musicalement parlant avec ce chant toujours à la limite de la justesse, ces contretemps incessants et savoureux servis par d'excellents musiciens, au jeu de scène étonnamment inexistant. Je comprends mieux l'engouement que suscite le groupe ces derniers mois : ces Finlandais so old-school rendent un bien bel hommage à leurs aînés, sans les singer.

Setlist :
. Road of Light
. The Messenger
. The Sorcerer
. Curse of the Dead Star
. In The Grip of Night
. A Warriors Lament
. Chevalier




Impossible d'échapper à Torturdød lorsqu'on vient au Danemark, et pourtant... en baragouinant avec quelques locaux, je me suis aperçue que certains d'entre eux ne connaissaient ni le bonhomme, ni aucun de ses groupes et ignoraient même jusqu'à l'existence du Kill-Town Death Fest. J'ai bien compris que le Metal extrême n'est pas le style de prédilection de la majorité du public, mais quand même ! De plus, le clivage capitale/province ne semble pas être l'apanage de la France. Toujours est-il que PHRENELITH monte sur scène et que cette fois, contrairement au KTDF, je vois enfin ce qu'il s'y passe ! Pas grand-chose en réalité, car les musiciens sont statiques et gardent le visage fermé, même Torturdød, presque privé de micro, est presque sage comme une image. Un son puissant au service d'une prestation carrée, propre, gagnant progressivement et inexorablement en intensité, finissant par rameuter un public de plus en plus nombreux dans une débauche de crinières virevoltantes. Solidité, efficacité, the danish touch.



ARMORY n'a malheureusement rien d'autre à proposer que cette soupe insipide mais toutefois indigeste ressemblant à un générique de feuilleton américain agrémenté de quelques guitares gentiment saturées et de cris suraigus mal maîtrisés. Il paraît qu'il y a un public pour ça, mais non, vraiment, ça, je ne peux pas... Pourtant, ils ont su en faire du bon Heavy en Suède, il me semble, non ? Tout fout le camp...

Une fois de plus, j'avais une revanche à prendre après le KTDF 2018 avec les Américains d'ASCENDED DEAD, dont je ne me lasse pas de leur Abhorrent Manifestation. Mais quelle bande d'assassins ! Je n'ai repris mon souffle qu'en quittant la tente, complètement retournée par ce déferlement de violence ! Droit sur ses pédales, le visage impassible, Charles Koryn matraque sans relâche. Ses comparses n'ont de cesse de nous tenir en haleine, que dis-je, de nous asphyxier avec des riffs ultra rapides, mais parfaitement exécutés, alors que Jon Reider crache rageusement sa haine dans le micro. Pur set de Death d'une brutalité inouïe, malfaisant, mené tambour battant, sans un seul temps mort, profitant une fois de plus de l'excellent son de cette petite scène, où l'ensemble était parfaitement compréhensible. Un bref mais sympathique échange avec Charles Koryn sera l'occasion de revenir sur cette prestation de l'an dernier, dont il garde un aussi mauvais souvenir que moi, on en a plaisanté ensemble.

Setlist :
. Arcane Malevolence
. Bloodthirst
. Mortification of Souls
. Bestial Vengeance
. Nexus of the Black Flame
. The Promise Tome
. Perdition
. Dawn of Armageddon
. Subconscious Barbarity
. Fissue of Chaos
. Ensnared for Eternity




Depuis leur come-back, les Anglais d'ANGEL WITCH enquillent les concerts, qui se suivent et se ressemblent. La même setlist, dans le même ordre, il n'y a plus de surprises et le groupe paraît avoir enclenché le mode pilote automatique, à l'exception de son bassiste, dont j'apprécie toujours l'attitude et la façon de jouer. La prestation se suit malgré tout sans déplaisir, si l'on fait abstraction des habituelles défaillances vocales de Kevin Heybourne et de ses agacements lorsque surviennent de petits problèmes techniques. Et puis, reprendre en chœur le titre Angel Witch, ça fait toujours son petit effet, il faut bien le reconnaître.



Etais-je prête pour IMPETUOUS RITUAL ? Alors que résonne une longue intro avec des voix féminines, les Australiens prennent possession de la scène baignée de lumière rouge, au milieu d'une épaisse fumée, simplement vêtus d'un préhistorique sous-vêtement, le corps badigeonné de rouge et de noir, la chevelure emmêlée, ce qui a eu le don d'émoustiller une bande de nanas passablement éméchées, appréciant sans aucun doute la plastique de ces messieurs. Les compos d'IMPETUOUS RITUAL ne sont pas ce qu'il y a de plus facile à appréhender, on ne va pas se mentir, ce n'était pas forcément et totalement compréhensible, mais au moins parfaitement audible. Au-delà d'un banal concert, la démarche artistique semble plutôt être une expérience métaphysique, la promesse d'une performance allégorique du chaos et de la fureur. Ai-je aimé ou pas ? Difficile de trancher cette question et la réponse n'a finalement pas beaucoup d'importance. J'ai "vécu" cette expérience, j'ai été happée par leurs dissonances abyssales, embarquée au cœur d'un rituel bestial, comme si j'avais assisté au même moment aux concerts de PORTAL, FAUNA et ALUK TODOLO. En fait, si, je crois que je viens de répondre à la question. Petites anecdotes inutiles : le batteur a perdu une baguette pendant un long moment sur le premier morceau sans que cela se remarque et le chanteur/guitariste n'a pu attendre la fin du set pour fumer et demandera au guitariste de SUNKEN au premier rang de lui coller sa clope au bec pour de longues bouffées.



Difficile de ne pas croiser la route de TORMENTOR depuis l'été dernier. Deux mois après leur passage au NETHERLANDS DEATH FEST, qui m'avait fait forte impression, je retrouve Attila Csihar et ses camarades, au demeurant d'excellents musiciens, pour un show parfaitement rodé, toujours aussi efficace, enchaînant les titres de Anno Domini et The 7th Day of the Doom, de plus de trente ans d'âge, mais qui n'ont pas pris une ride. Attila, bien que moins exubérant qu'à Tilburg, prend un plaisir visible à jouer le maître de cérémonie. A l'issue d'une prestation sans faille, ayant bénéficié d'un son excellent, les membres de TORMENTOR savourent avec émotion leur triomphe et restent un bon moment sur le devant de la scène, bras dessus, bras dessous, sensibles aux chaleureuses acclamations du public qui scande leur nom.

SPEKTR... SPEKTR ?!? Pas d'affolement, il ne s'agit malheureusement pas du groupe français, j'en suis la première contrariée ! Le METAL MAGIC FESTIVAL a lui aussi son ovni avec cette sorte de GOBLIN à la sauce danoise, revisitant les thèmes musicaux de films cultes (horreur ou science-fiction) des années 1970-1980. Ce n’est pas inintéressant, mais je m'ennuie gentiment, un Exotic Disease à la main.

DOSSIERS LIES

Metal Magic XII
Metal Magic XII
Juillet 2019
  

4 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
22/07/2019 17:01
Jean-Clint a écrit : Franchement ARMORY j'avais écouté leur premier album ("World Peace ... Cosmic War") et c'était franchement pas terrible, et ça sentait terriblement la naphtaline et sonnait daté à mort ... et surtout sans aucune agressivité.

Il est nettement moins agressif que le second, c'est sûr. Je l'aime plus pour ses mélodies, perso. Après, pour le côté daté, c'est voulu, ils flirtent aussi avec les codes du heavy revival (si c'est ça que t'as voulu sous-entendre!).
Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/07/2019 13:05
Franchement ARMORY j'avais écouté leur premier album ("World Peace ... Cosmic War") et c'était franchement pas terrible, et ça sentait terriblement la naphtaline et sonnait daté à mort ... et surtout sans aucune agressivité.
ERZEWYN citer
ERZEWYN
22/07/2019 11:51
andreas_hansen a écrit : Mon petit coeur s'est brisé à la lecture de ces quelques lignes sur Armory, c'était LE groupe que j'aurais aimé voir! Sur CD, y a une telle puissance, ça va à 200 à l'heure, les riffs sont efficaces et techniques, le chant est assez loufoque et les mélodies sont superbes, visiblement, sur scène, ça doit avoir une toute autre allure. XD

Quelle journée! Je jalouse aussi le concert de Chevalier et de Angel Witch. Et peut être aussi Nyredolk, qui avait l'air bien nawak.


Désolée, je suis peut-être un peu dure, mais ce genre-là, c'est au-dessus de mes forces !
andreas_hansen citer
andreas_hansen
22/07/2019 11:14
Mon petit coeur s'est brisé à la lecture de ces quelques lignes sur Armory, c'était LE groupe que j'aurais aimé voir! Sur CD, y a une telle puissance, ça va à 200 à l'heure, les riffs sont efficaces et techniques, le chant est assez loufoque et les mélodies sont superbes, visiblement, sur scène, ça doit avoir une toute autre allure. XD

Quelle journée! Je jalouse aussi le concert de Chevalier et de Angel Witch. Et peut être aussi Nyredolk, qui avait l'air bien nawak.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 2
plus d'infos sur
Angel Witch
Angel Witch
1978 - Royaume-Uni
  
Armory
Armory
2012 - Suède
  
Ascended Dead
Ascended Dead
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  
Chevalier
Chevalier
Heavy Metal - 2016 - Finlande
  
Deus Otiosus
Deus Otiosus
Death Metal - 2005 - Danemark
  
Impetuous Ritual
Impetuous Ritual
Death Metal - 2006 - Australie
  
Killing
Killing
2013 - Danemark
  
Mr. Thomsen
Mr. Thomsen
Danemark
  
NyreDolk
NyreDolk
Danemark
  
Phrenelith
Phrenelith
Death Metal - 2013 - Danemark
  
Spektr
Spektr
2000 - Danemark
  
Tormentor
Tormentor
1985 - Hongrie
  

voir aussi
METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 1
METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 1
Le 11 Juillet 2019 à Fredericia, Danemark
  
METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 3
METAL MAGIC FESTIVAL 2019 - Jour 3
Le 13 Juillet 2019 à Fredericia, Danemark
  

ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique
Fifth Angel
Third Secret
Lire la chronique
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Memoriam
The Silent Vigil
Lire la chronique
Aeon Winds
Stormveiled
Lire la chronique
Wormrot
Abuse
Lire la chronique
Dagger Lust
Siege Bondage Adverse To Th...
Lire la chronique