chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem

Live report

Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem Le 05 Novembre 2019 à Paris, France (Machine du Moulin Rouge)
Des Grands Anciens du black metal norvégien, il n’y en a finalement que très peu que j’ai vu en concert. Et en écrivant “très peu”, je réalise qu’il faut le prendre au sens “aucun” de l’expression “très peu”. J’ai eu quelques occasions pourtant … Au fond, je n’ai pas vraiment envie de les voir en concert. Bien sûr, si une occasion vient se pointer juste sous mon nez, je vais la saisir. Mais ce ne sont pas des groupes que je tiens particulièrement à voir en concert, à la différence de dizaines de groupes de heavy, de death, de doom ou de thrash par exemple. J’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer sur Thrashocore, mais ma chapelle musicale définitive est le black metal, et s’accompagne bien évidemment du culte des formations légendaires qui lui sont associées. Mais je préfère écouter et ressentir ces albums dans la solitude, chez moi, sans personne autour pour me déranger, afin de m’imprégner totalement de leur atmosphère. Tout est une question d’ambiance dans ces disques, ils ne sont rien d’autre que la capture sur support physique des univers intérieurs de leurs géniteurs. Cependant, Mayhem constitue une exception. Parce que Mayhem, ce n’est pas “simplement” du black metal. Mayhem, c’est une entité musicale qui est passée par beaucoup de phases différentes, en embrassant et définissant au passage différentes tendances musicales au gré des années. Le groupe a préfiguré le black metal en noircissant un thrash morbide et primitif, puis a sorti l’album le plus représentatif du black metal norvégien, pour mieux le déconstruire par la suite en lui faisant subir d’improbables mutations. Et justement, il semblerait qu’après deux décennies d’expérimentation, le groupe ait décidé de revenir aux atours de leur plus grande œuvre en sortant un sixième album très proche du black metal de De Mysterii Dom Sathanas. The Past is Alive !

Pour parler (enfin) du concert de ce Mardi 5 Novembre qui avait lieu à la Machine du Moulin Rouge, il faut rappeler que l’organisation avait décidé de laisser la première partie de la soirée se dérouler sous les assauts de Gost, formation synthwave américaine qui embrasse cette tendance du mouvement à reprendre les codes du satanisme à la sauce kitsh des 80’. N’y connaissant absolument rien à la musique électronique et n’ayant aucun attrait pour ce genre, je resterai complétement de marbre face à la prestation, remarquant vaguement le mélange difficilement supportable à mon goût de grosses rythmiques synthétiques agressives avec des voix hurlées par-dessus. Je ne vais pas mentir, j’ai poussé un gros soupir de soulagement à la fin du set. Tout le monde a bien le droit d’aimer ce qu’il veut, et je trouve moi-même parfois mon compte sur quelques pistes de Perturbator, mais j’ai trouvé cette première partie particulièrement pénible, et surtout absolument pas adaptée au reste de la soirée. Si cette mode très discutable et fatigante qui sévit depuis quelques années consistant à programmer des groupes de synthwave avant des groupes de black pouvait enfin cesser, j’en serai définitivement le premier ravi.

Vient ensuite le premier groupe intéressant de la soirée, Gaahls Wyrd. Vous connaissez le principe, Gaahl et ses compagnons jouent des titres composés pour ce nouveau projet, mais aussi des titres de God Seed, des titres de Trelldom et enfin des titres de Gorgoroth tirés de la période Ad Majorem Satanas Gloriam. Je suis, à titre personnel, très fan de cet album, ainsi que des deux premiers Gorgoroth. En revanche, je ne connais pas du tout God Seed, et j’avoue penser que les titres du très intéressant premier album de Gaahls Wyrd ne me semblent qu’assez peu convenir au live. Il était donc fort probable que je ne connaisse pas la plupart des titres jouées ce soir. Enfin, voyons ce que cela donne. Les musiciens arrivent sur scène, se campent devant les retours et commencent à envoyer un titre que je ne reconnais pas. Gaahl arrive après quelques mesures, avec sa démarche d’illuminé, sa stature de prophète, son corpse paint si caractéristique et son expression habitée. Il n’exprime rien, se contente de se placer devant nous et de chanter. Et quelle voix, mes aïeux, quelle voix ! Susurrante, grondante, hurlante, cérémonielle parfois … Gaahl possède une impressionnante maîtrise de ses cordes vocales. Il s’autorisera même quelques montées dans les aigus à la King Diamond. Le set se déroule tout seul, sans trêve, avec quelques interludes plus ambient entre les titres. Je reconnais la très célèbre “Carving a Giant”, qui fait réagir le public comme il se doit. En revanche, je nagerai un peu en plein inconnu pour le reste du set, la faute à un son très brouillon, appauvri par des guitares faiblardes et une batterie trop forte sur le premier quart du concert. D’une manière générale, tout tourne autour de Gaahl, de ses gestes lents, de ses errances sur la scène, de son regard intense et de ses talents de vocaliste. Sans même bien connaître les morceaux joués, je reste pourtant accroché par le set, sans toutefois m’y immerger complétement. Il faut bien admettre que Gaahl reste magnétique et incroyablement charismatique. Tout ce beau monde se retire après une cinquantaine de minute, sans avoir joué LE morceau que j’attendais, à savoir “Prosperity and Beauty”. Gros coup dur, moi qui l'espérais de pied ferme, sachant qu’il est joué presque à chaque fois par le groupe en fin de live. Dommage … Un concert globalement bon, mais entaché de plusieurs défauts dont beaucoup me sont directement imputables.

Vingt grosses minutes de pause, et c’est au tour de Mayhem de venir nous agresser. C’est pour eux que je suis venu, et je les attends de pied ferme. Le décor est posé, avec l’énorme batterie de Hellhammer qui doit faire pas loin de deux mètres de haut. Une montagne de tomes et de cymbales, à se demander comment ce cher Jan Axel fait pour atteindre les plus hautes cimes de son kit. Des étendards aux couleurs du dernier album sont également plantés de part et d’autre de la scène. Toute de suite, le set commence avec le débarquement sur scène de Gul et Teloch, tous deux taillés sur le modèle de grands et gros biftecks de muscles. Chacun d’un côté de la scène, en cols roulés impeccables, les cheveux rasés, le pantalon noir et les grosses pompes posées sur les retours. Ils dégagent immédiatement quelque chose de totalitaire, une autorité sobre et froide. Necrobutcher fait complétement contraste à côté, avec sa tête de Gollum croisé avec Tortue Géniale, ses trois mèches filasses attachées derrière son maigre crâne, sa carrure rachitique et son attitude de petit teigneux pas commode. Lui flotte complétement dans le même uniforme que ses comparses guitaristes. Le maître de cérémonie entre enfin en scène. Attila, le démon Attila avec son étole profanatoire, son gigantesque crucifix inversé autour du coup, son masque rituel cornu et sa capuche. Le concert commence en envoyant quarante minutes de titres majoritairement tirés du dernier album, assortis d’un ou deux titres de The Grand Declaration of War et peut-être un de Chimera, que je n’ai plus écouté depuis longtemps. Le son est parfait, les guitares sonnent divinement mauvaises, la basse de Necrobutcher tonne et menace comme s’il avait réellement décidé de tirer Euronymous de sa tombe pour l’y renvoyer par la suite comme il l’avait bien évidemment prévu à l’époque (hin hin), et la batterie de Hellhammer martèle avec la précision et la puissance qu’on lui connaît. On note d’ailleurs des parties de batterie particulièrement intéressants sur les morceaux du dernier album.

Je crois me souvenir que Teloch avait été baptisé “l’andouille premier choix” dans une chronique du très regretté FleshOvSatan, et il faut bien admettre que tout ce qu’a produit le monsieur a tendance à me gonfler. Mais alors dans Mayhem, pardon, mais le gars est bon. Esoteric Wafare restait très correct, et il fallait bien que Teloch se mette dans les pompes de compositeur attitré du groupe le plus légendaire du black metal norvégien, chargé qui plus est de remplacer l’immense Blasphemer. Son tour de chauffe était très honorable, et il semble maintenant avoir atteint son évolution finale. L’excellent dernier album de Mayhem le prouve, et sa prestation scénique également. Pas le moindre accroc, une présence scénique sévère et intimidante … Pas si mauvaise que ça, cette andouille ! Ghul ne fait pas du tout dans la déconne de son côté non plus, avec (malgré ?) sa petite moustache d’inspecteur de police d’ex-RDA nostalgique de la SS reconverti en producteur de porno. Necrobutcher est, comme à son habitude, manifestement sous substance, avec ses grands tremblements de tête, son regard de dingue, ses gestuelles de punk désabusé qui sonnent autant exagérées que réellement cyniques, ses vacillements et sa basse plus grosse que lui … Mention spéciale à l’instant scénique culte où il part boire un coup de Vitel pour revenir la recracher en un long jet rageur sur la scène pour ensuite nous beugler dessus en agitant sa tête de lézard comme s’il venait d’égorger un veau … Parfait. Mais surtout, c’est Attila qui retient toute l’attention. Attila et ses gestes grotesques, Attila et ses poses tragiques, Attila et ses pas de danse chaloupée, et surtout sa putain de voix incroyable qui louvoie avec une aisance incroyable entre chant diphonique, hurlements de damné, grognements de fond de trachée et grondements gutturaux. Il n’a cessé de me faire penser à une goule exultant sans fin dans une joie morbide, s’amusant avec sa croix d’os inversée et son nœud de pendu. C’est bien simple, avec l’autre sorcière ricanante de Necrobutcher à côté, j’avais l’impression d’être plongé dans le vieux film danois Häxan. Cette espèce d’ambiance presque grand-guignolesque, théâtrale, grotesque, qui pourrait si facilement tomber dans le ridicule, mais qui impose finalement une telle présence morbide qu’on ne peut qu’être pris dans le concert. Attila est un possédé qui s’est offert au Maître et rit dans Sa Joie, imposant sans pudeur la scénette mortifère de son exaltation diabolique.

Après quarante minutes, les musiciens quittent la scène, et c’est un nouveau décor, beaucoup plus religieux, qui est installé sur la scène. La lumière devient bleue, la fumée envahit les planches. On sait tous ce qui arrive. Les musiciens reviennent, dans de longues bures de moines, et c’est l’inégalable De Mysterii Dom Sathanas qui vient faire planer son ombre sur la salle. Aux premières notes de “Freezing Moon”, j’ai immédiatement un frisson dans le dos. LE morceau culte de Mayhem. Grandiose. Attila devient un dévot satanique, sublimant la chanson de son chant terrible. Seul petit bémol, le légendairee solo assez peu audible. Suivent la monstrueuse “Pagan Fears” avec son riff de début irrésistible et ses trémolos hantés, la mystique “Life Eternal” avec son arpège possédant, et enfin le morceau éponyme avec ses riffs hostiles et le chant déclamatoire d'Attila. Je n’aurais pas craché sur un petit “Buried by Time and Dust” ou un "Cursed in Eternity" en plus, mais c’est du pinaillage. Quatre morceaux d’anthologie, joués avec une incroyable conviction. L’aura du groupe est immense. Voilà exactement la raison pour laquelle je voulais voir Mayhem sur scène, le pressentiment que les morceaux de De Mysterii Dom Sathanas ne peuvent qu’être sublimés sur scène.

Dernier changement de décor, Necrobutcher nous revient en exposant son torse de prisonnier politique syrien, Attila a sorti la veste en jean aux couleurs de son groupe et expose enfin son visage clairement, avec sa coupe de cheveux improbable et son étrange maquillage. Le bonbon final, tout Deathcrush. Grosse énergie punk, musique thrash primitive, feeling rock sombre et crade de dingue. Enorme moment, qui passe à tout allure. “Chainsaw Gustfuck” joué après le morceau éponyme casse tout, et le carnage ultime arrive sur le final “Pure Fucking Armaggedon”. Enfin, le groupe se retire après près d’une heure et demie.

Poulalah … Quelle soirée. Le mauvais moment Gost et l’intéressant Gaahls Wyrd ont été complétement éclipsés par l’aura intouchable de Mayhem. On sait que les performances du groupe ont souvent été critiquées, certains ne supportant définitivement ni la voix ni le jeu de scène d’Attila. Mais alors là … Aucun reproche possible. Mayhem a été impérial. Le groupe affiche une conviction et une forme impressionnante malgré son histoire si troublante et sa fondation en 1984. La caravane de mort continue sa route, et on s’étonne que le très frêle Necrobutcher ait réussit à survire à son propre groupe après toutes ces années. Et pourtant, malgré tout, Mayhem est toujours là, et bande toujours avec une vigueur satanique.

19 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
11/11/2019 09:43
choochoo a écrit : grintold a écrit : DARKFACHOR a écrit : dantefever a écrit : DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?

Non mais je déteste les...
Bref.



Tu devrais écouter Worhs, un groupe de queer black metal, vraiment très bon Clin d'oeil

Sinon je suis le seul à avoir trouver le public stupide (à Lyon), un wall of death pendant Freezing Moon, si si, je vous assure..


Pendant le concert de Rennes, un membre du public a crié 'j'aime la bite!.." pendant le set de Gaahl's Wyrd


De là à gueuler ce genre de conneries pendant le set en question, faudrait peut-être pas exagérer, c'est franchement débile et irrespectueux, si tu n'aimes pas et bien tu fais comme moi, tu n' y va pas et point-barre. J'ai certes mes griefs, et mes raisons (très personnelles) pour agir de la sorte, mais je sais encore me tenir en public.
Ce sera l'occasion de m'envoyer une binouze pendant ce temps-là tiens, tous les prétextes sont bons Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
11/11/2019 09:34
Pas mieux.
Dysthymie citer
Dysthymie
11/11/2019 08:55
choochoo citer
choochoo
11/11/2019 03:19
grintold a écrit : DARKFACHOR a écrit : dantefever a écrit : DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?

Non mais je déteste les...
Bref.



Tu devrais écouter Worhs, un groupe de queer black metal, vraiment très bon Clin d'oeil

Sinon je suis le seul à avoir trouver le public stupide (à Lyon), un wall of death pendant Freezing Moon, si si, je vous assure..


Pendant le concert de Rennes, un membre du public a crié 'j'aime la bite!.." pendant le set de Gaahl's Wyrd
grintold citer
grintold
11/11/2019 01:39
DARKFACHOR a écrit : dantefever a écrit : DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?

Non mais je déteste les...
Bref.



Tu devrais écouter Worhs, un groupe de queer black metal, vraiment très bon Clin d'oeil

Sinon je suis le seul à avoir trouver le public stupide (à Lyon), un wall of death pendant Freezing Moon, si si, je vous assure..
Bras Cassé citer
Bras Cassé
07/11/2019 20:26
DARKFACHOR a écrit : dantefever a écrit : DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?

Non mais je déteste les...
Bref.


Les bras m'en tombent!!
lkea citer
lkea
07/11/2019 11:43
gulo gulo a écrit : Comme a dit quelqu'un, les homophobes, c'est vraiment des tapettes.

Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
07/11/2019 11:31
Sagamore a écrit : gulo gulo a écrit : Ah ouais, quand même...

Je ne comprends pas, Gulo, on dirait que tu découvres les blackeux. Mr Green


C'est vrai que j'ai lu dans un thread fb quelqu'un rendre Attila et sa tenue pinou d'y a quelques années coupable pour tous les déguisés en fest (lesquels méritent la peine de mort pour le mal fait à la scène, bien sûr).

Par contre je me rappelle très bien qu'au Bataclan peu après le coming out, je n'ai pas entendu une fois en face de l'intéressé les lazzi qu'on entendait dehors ou sur les forums.

Comme a dit quelqu'un, les homophobes, c'est vraiment des tapettes.
Sagamore citer
Sagamore
07/11/2019 10:58
gulo gulo a écrit : Ah ouais, quand même...

Je ne comprends pas, Gulo, on dirait que tu découvres les blackeux. Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
07/11/2019 10:15
Ah ouais, quand même...
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
07/11/2019 09:22
dantefever a écrit : DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?

Non mais je déteste les...
Bref.
dantefever citer
dantefever
07/11/2019 09:19
DARKFACHOR a écrit : Dommage qu'il fasse se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...

Ben quoi ? T'aimes pas Satan ?
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
07/11/2019 14:32
Cool pour Mayhem, on jugera de tout ça la semaine prochaine au Tyrant Fest. Ça me fait penser que l'album sort demain.
Dommage qu'il faille se taper l'autre andouille de Ghaal, que j'éviterai soigneusement d'aller voir pour des raisons d'éthique personnelle...
ellestin citer
ellestin
06/11/2019 17:21
J'aurais du venir...
Troll Traya citer
Troll Traya
06/11/2019 16:38
Oh là là, un report qui fait regretter de ne pas avoir été là... Et tout Deathcrush en plus ! J'aurais bien envie d'espérer qu'il y'ait la même chose au Tyrant fest, mais il est prévu que Mayhem ne fasse un set ne durant qu'une petite heure...
dantefever citer
dantefever
06/11/2019 16:32
Fabulon a écrit : Excellent report, punaise ça donne envie!
Par contre tu t'es emmêlé les pinceaux il me semble, avec Cursed by Time and Dust, tu devais penser à Buried by time and dust ou Cursed in eternity Clin d'oeil


Je rectifie ça, merci ! C'est sûrement parce que je voulais voir les deux ...
Fabulon citer
Fabulon
06/11/2019 15:51
Excellent report, punaise ça donne envie!
Par contre tu t'es emmêlé les pinceaux il me semble, avec Cursed by Time and Dust, tu devais penser à Buried by time and dust ou Cursed in eternity Clin d'oeil
Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/11/2019 15:49
Excellent live-report bourré de références de haut vol (parler de ce classique absolu du muet qu’est "Haxan" mérite le respect total) et qui donne franchement envie !

Setlist impressionnante effectivement, et pour parler de Necrobutcher celui-ci s’était envoyé une bouteille entière de vin rouge lors de la dédicace à Gibert quelques heures avant (il était d’ailleurs bien entamé à la fin de celle-ci) d’où son état semi-comateux ! (il a pris un sacré coup de vieux pépère n’empêche).

Du super boulot en tout cas !
AxGxB citer
AxGxB
06/11/2019 15:42
Très chouette report et putain, la chance, "Deathcrush" en entier quoi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
plus d'infos sur
Gaahl's Wyrd
Gaahl's Wyrd
2015 - Norvège
  
Gost
Gost
2012 - Etats-Unis
  
Mayhem
Mayhem
Black Metal - 1984 - Norvège
  

Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound
Lire la chronique
Witch Mountain
Witch Mountain
Lire la chronique
Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique