chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Indicible + March of Scylla + Splice

Live report

Indicible + March of Scylla + Splice Le 23 Février 2024 à Eragny, France (Covent Garden Studios)
Le Thrasho lecteur est en passe de devenir connaisseur de la géographie francilienne et de la partie nord de la France. En effet, alors que Sosthène a publié sa chronique du live de NAPALM DEATH à Magny-le-Hongre (77), je vous amène de mon côté à Eragny (95) (aussi appelée Éragny-sur-Oise afin de la distinguer d’Éragny-sur-Epte (60)). A la limite du 78 et également non loin de la Normandie (il suffit de traverser le parc naturel régional du Vexin), la salle des Covent Garden Studios propose d’ailleurs de la bière de Gisors (27) (issue de la Brasserie de Sutter).


INDICIBLE

En plus de réviser ses départements, Thrashocore permet également à ses lecteurs de bénéficier du compte-rendu d’un événement ultra confidentiel puisqu’il n’y a pas plus de 5 personnes quand les Amiénois (80) ouvrent les hostilités. Le total des présents atteindra le chiffre de 30 au plus fort de la soirée, soit un quart de la jauge du Klub, pour vous donner une idée et souligner le côté totalement underground de l’événement. Et les absents vont regretter car les 40 minutes de jeu d’INDICIBLE me mettent sur le cul ! Je m’explique : après une intro bien glauque, ce quatuor inspiré par Lovecraft nous balance un Death Metal rouleau-compresseur très carré, qui plaira aussi bien aux inconditionnels de sonorités traditionnelles qu’à ceux qui apprécient les sons plus modernes, avec des incursions Slam/Deathcore/Djent. En fait, il y a tout pour me plaire dans leur style : bien sûr les accélérations nécessaires mais également des passages beaucoup plus lourds, avec un tempo nettement ralenti, ainsi que des parties syncopées qui font leur effet. Les voir en concert vaut aussi le coup pour le dynamisme scénique des musiciens, depuis le chanteur mobile jusqu’au batteur qui donne parfois l’impression d’être monté sur ressorts. Bon, après 7 titres entraînants, sont annoncés « les 2 morceaux les plus débiles », ils bourrinent donc jusqu’à la fin. Du très très bon, une découverte comme j’aimerais plus souvent en faire. Pour en savoir plus, écoutez leur EP éponyme disponible sur YouTube en attendant la sortie du n° 2 prévu dans l’année. Et pour les amateurs de sensations fortes, ils jouent à Rouen (76) le vendredi 8 mars avec KANINE, combo de Slamming Deathcore strasbourgeois (67).


SPLICE

On passe dans l’Oise (60) avec ce quintet venant de la ville de Compiègne, cité que je vous conseille pour son musée de l’automobile et son château de Napoléon. Anciennement SYPHILLIS, SPLICE avait officié entre 2011 et 2013, avant de reprendre du service 10 ans plus tard. C’est donc l’année dernière qu’ils sont revenus et ils en avaient profité pour nous offrir l’EP « Crypsoria’s Echoes » en octobre dernier.
Leur retour sur les planches est tout sauf pacifique car le chanteur nous prévient rapidement « On est venu vous botter le cul » ou encore « On n’est pas venu pour enfiler des perles ». C’est vrai que leur Brutal Melo Death Metal envoie et que tout bouge sur scène : un bassiste Punk (apparemment féru de BAMBIX) qui saute, le chanteur qui descend 2 fois de l’estrade, des guitaristes qui taquinent le manche et la batteuse qui n’est pas en reste. Ça doit être le pied pour les spectateurs musiciens tellement c’est riche avec ces supers guitaristes, la basse mise en avant, les samples de claviers épiques, etc. Pour moi qui suis profane, ce sont des changements de rythme très fréquents qui ne me donnent pas le temps de m’immerger pleinement dans leurs pièces musicales, ainsi que de nombreux sons dans différentes directions qui je pense, ne me permettent pas d’apprécier le travail de composition. Ce n’est cependant visiblement pas la perception générale puisque les fans réagissent positivement pendant ces 3/4 d’heure, au point qu’une personne du public demande « Qui veut une Folle FurieuꙄ ? » (nom de la bière à 9% servie au bar) aux membres du groupe !


MARCH OF SCYLLA

Comme je n’écoute pas de Metalcore, je m’étais dit que je partirai immédiatement après les prestations Death Metal. Mais bon, étant sur place, autant essayer, surtout que c’est apparemment la première fois que ce quatuor originaire de la Somme (80) vient jouer aussi près de Paris.
Ils se préparent devant le grand drap posé sur tout le mur du fond à l’effigie de leur entité et avec leurs samples, installent directement une ambiance sombre (qui me fait repenser aux Danois de CABAL), renforcée par des jeux de lumière bleu et rouge diffus. La voix meuglée, pour reprendre le terme de Sosthène dans sa chronique de leur EP « Dark Myth », me convient mais – vous me voyez venir – je bloque comme d’habitude sur le chant clair typique du Metalcore, ce qui me fait sortir au bout de 15 minutes. Dommage car le reste avait réussi à m’embarquer et j’aurais apprécié avec un chant Death à la place, ou en une version instrumentale, ce qui aurait fait une sorte de post-Metal moderne énervé ! De ce fait, je recommande seulement aux plus tolérants du timbre clair et je les invite à suivre l’actualité de MARCH OF SCYLLA car les nouveaux morceaux entendus ce soir pourraient préfigurer une prochaine production.



Satisfait de ma trouvaille val-d’oisienne du Covent Garden : une salle agréable, large et profonde, qui donne une excellente vue sur les groupes. Elle dispose en outre d’un bon matériel pour le son et l’éclairage, franchement, impeccable de ce côté-là. Et juste devant l’entrée, une cour avec des petites tables rondes promet des pauses rafraîchissantes pour les beaux jours. Enfin, comme l’événement est « Free Friday » c’est vraiment un effort à souligner car pouvoir découvrir des formations de cette qualité pour pas un rond doit se faire savoir, et on les en remercie !

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
29/02/2024 16:26
30 pelés ça ne fait pas lourd, d'autant que j'avais l'impression qu'il commençait à y avoir une petite hype autour de March of Scylla !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Indicible + March of Scylla + Splice
plus d'infos sur
Indicible
Indicible
2022 - France
  
March of Scylla
March of Scylla
Metalcore Progressif - 2022 - France
  
Splice
Splice
2011 - France
  

Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique