chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Campaign for Musical Destruction Tour 2024

Live report

Campaign for Musical Destruction Tour 2024 Master + Napalm Death + Primitive Man + Wormrot
Le 24 Février 2024 à Magny le Hongre, France
J’étais resté sur une impression très mitigée suite au dernier concert de NAPALM DEATH auquel j’ai pu assister à Paris (« Live Report »), la faute à un line up décimé ainsi qu’à une ambiance générale ultra politisée qui avait fini par me casser les pieds. Cependant, ce passage surprise à Magny-le-Hongre (77) semblait déjà sur le papier bien plus attractif, notamment grâce à une affiche qui ne regroupe que des formations de grand standing, le package étant composé de PRIMITIVE MAN et surtout du génialissime WORMROT que j’avais eu le plaisir de voir en 2019 en ouverture de MISERY INDEX au Glazart. En prime, nous aurons aussi droit à MASTER en remplacement de BIERMACHT (loué soit le Seigneur), en revanche pas de PIG DESTROYER à l’horizon, hélas, mais je ne vais pas pleurer ou faire le museau, cette affiche du « Campaign for Musical Destruction Tour 2024 » est tout simplement parfaite telle qu’elle est. Comment ça il y a quatre groupes et je ne me plains pas que c’est trop ? Tu as vu le pedigree ? Le tourneur n’a pas fait les fonds de tiroirs, il n’y a que du lourd !

C’est avec une pointe de déception que nous apprenons que c’est à WORMROT que revient la tâche d’ouvrir la soirée. Je les aurais a priori plutôt vus en avant-dernier, bien que la réalité de la soirée finisse par me convaincre que le running order choisi était finalement le plus judicieux possible. Il y a déjà foule, tout le monde s’attend certainement à un saccage en règles, pour ma part j’ai surtout hâte de découvrir live les compositions de « Hiss », dernier album en date. Rasyid (guitare) et Vijesh (batterie) sont là, pas de bassiste, et c’est Gabbo Dubko, d’IMPLORE (entre autres), qui remplace Arif au chant. Sans lui faire offense, sa prestation me semble très loin du panel vocal de son prédécesseur, avec en plus une prestance scénique peut-être un peu trop effacée. Par conséquent, il faudra uniquement compter sur la section guitare – batterie pour assurer le spectacle : le set est rageur, très technique avec notamment des plans ahurissants de Vijesh, ma seule réserve étant que la performance nucléaire ne laisse pas transparaître toute la finesse du dernier album, avec ses passages parfois émo – screamo. L’accent est donc mis sur la sauvagerie totale mais, clairement, l’absence de basse ainsi que le chant de Gabbo, qui manque peut-être un peu de folie, ne rendent pas justice au potentiel réel de WORMROT. Le public semble cependant s’en foutre pas mal, il y a du circle pit, un peu de stage diving, les jeunes sont chauds ! Si le groupe est bien à sa place en premier : définitivement oui.

C’est ensuite un autre trio qui prend le relais : PRIMITIVE MAN. La salle est plongée dans la pénombre, la machine à fumée turbine dur, le gabarit des musiciens est pour le moins imposant, à la mesure du sludge doom noise de la formation. C’est lourd, c’est sale, fortement anxiogène, les types gardent tout du long une posture monolithique et, pour moi, il se passe un truc. J’avoue que j’étais assez impatient de découvrir les Américains et le spectacle ne m’a à aucun moment déçu, même s’il est évident qu’il n’y a rien de visuellement spectaculaire. Cela tient plus à l’atmosphère étouffante que dégage la musique, au chant possédé d’ELM, à la pesanteur funéraire de compositions qui ouvrent sous nos pieds de véritables gouffres peuplés de créatures cauchemardesques… Cela prend directement au bide, secoue les tripes, fracasse le crâne. Je ne peux évidemment pas comparer avec d’autres concerts mais j’ai vécu ce moment comme un instant parfait, suspendu, probablement aussi parce que les musiciens ne sont pas trop allés sur le terrain des longues plages bruitistes, centrant leur concert sur ce qu’ils font de mieux : les éboulements rythmiques, l’orgie sismique.

MASTER, à défaut d’être un groupe que j’affectionne, c’est tout de même l’un des pionniers du death thrash metal, cette visite étant certainement la seule occasion que j’aurai de voir Paul Speckmann, alias « le Yéti », alias « Gandalf le gris ». Le groupe, évoluant également à trois, parcourt l’ensemble de sa discographie, il y a parfois une dimension groove et presque rock, je suis surtout bluffé par le guitariste Alex Nejezchleba. Ses solos ultras techniques semblent un poil incongrus au milieu de ces titres somme toute très basiques, le mec a l’étoffe d’un guitar hero, il tartine tout ce qui passe, le show aurait été nettement plus chiant sans lui c’est une certitude. Il reste que l’expérience parle pour le groupe, qui ne compte que des fans dans la salle. Je comprends mieux leur troisième position, l’ordre des choses est finalement bien respecté. Excellent, tout simplement.

Bien entendu, le patron est et restera sans doute à jamais NAPALM DEATH. On regrettera l’absence de Shane Embury (qui ne serait ni mort ni malade selon Barney), son remplaçant a beau faire un boulot impeccable, il ne comble pas le vide dans nos petits cœurs. Quoi qu’il en soit, la foule se déchaîne, une nana se fait évacuer, il y a beaucoup de slams et le pogo semble particulièrement virulent, comment aurait-il pu en être autrement ? Bon, si je devais faire la fine bouche, je dirais que cinq titres de « Throes of Joy in the Jaws of Defeatism », c’est un peu trop, d’autant que le disque est sorti en 2020, on ne peut donc pas vraiment dire que les Anglais sont encore en tournée promotionnelle. Pour le reste, c’est un pur concentré de vitamines, Greenway a toujours cette même gueule d’éternel adolescent, dans dix ans encore ils seront certainement là pour nous broyer la tronche, avec cinq ou six LP de plus dans la musette, et le plaisir d’écouter « Suffer the Children » sera toujours le même, et « You Suffer » fera toujours marrer, et ils reprendront encore « Nazi Punks Fuck Off », et ça sera encore la même branlée.

Je finirai en glissant un petit mot sur l’organisation, parfaite sur tous les aspects : professionnelle sur la fouille à l’entrée, sympathique et souriante aux différents stands (nourriture, boisson, merchandising, tickets boisson). J’ajoute que la salle est vraiment très agréable avec son sol en bois, sa très bonne acoustique et son bon équipement : le son était excellent, le jeu de lumière sobre mais immersif, que des bons points ! Sans compter qu’une fois n’est pas coutume la bière était de qualité, bref la soirée idéale !

Setlist Napalm Death :
1. From Enslavement to Obliteration
2. Taste the Poison
3. Next on the List
4. Continuing War on Stupidity
5. Contagion
6. Rise Above
7. Resentment Always Simmers
8. That Curse of Being in Thrall
9. Amoral
10. If the Truth Be Known
11. Backlash Just Because
12. Fuck the Factoid
13. Suffer the Children
14. Mass Appeal Madness
15. Scrum
16. M.A.D.
17. Success?
18. You Suffer
19. The Code is Red… Long Live the Code
20. Dead
21. Nazi Punks Fuck Off
22. Instinct of Survival
23. Contemptuous

2 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
25/02/2024 13:09
C'est quand même assez loin de Paris, là j'y étais avec un pote véhiculé mais sans cela, je serai sans doute resté chez moi. Sinon, oui la salle est belle, spacieuse, on s'y sent de suite bien :-)
Lestat citer
Lestat
25/02/2024 13:02
Merci du report, ça avait l'air d'être une très bonne soirée !
A surveiller la programmation de cette salle.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Campaign for Musical Destruction Tour 2024
plus d'infos sur
Master
Master
Death/Thrash Metal - 1983 - Etats-Unis / République Tchèque
  
Napalm Death
Napalm Death
Death Metal - 1981 - Royaume-Uni
  
Primitive Man
Primitive Man
Extreme Sludge / Doom / Noise - 2012 - Etats-Unis
  
Wormrot
Wormrot
Grindcore - 2007 - Singapour
  

Mutilated By Zombies
Scenes From The Afterlife
Lire la chronique
Echoplain
In Bones
Lire la chronique
Aristarchos
Martyr of Star and Fire
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Apparition
Fear The Apparition
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Skeletal Remains
Fragments Of The Ageless
Lire la chronique
Carnifex
The Diseased And The Poisoned
Lire la chronique
Abigor
Taphonomia Aeternitatis
Lire la chronique
David Eugene Edwards
Hyacinth
Lire la chronique
Lemming Project
Extinction
Lire la chronique
Keys To The Astral Gates And Mystic Doors
Keys To The Astral Gates An...
Lire la chronique
Dödsrit
Nocturnal Will
Lire la chronique
Griefgod
Deterioration
Lire la chronique
Yattering
III
Lire la chronique
Mortual
Evil Incarnation (EP)
Lire la chronique
Belore
Eastern Tales
Lire la chronique
Malicious
Merciless Storm (EP)
Lire la chronique
Hysteria
Heretic, Sadistic And Sexua...
Lire la chronique
Bilwis
Hameln
Lire la chronique
Terranovem
Valley of Pariahs
Lire la chronique
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Endemic
The Church Of Destruction
Lire la chronique
Tressekter
Occult Astral Decimation (EP)
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Carnifex
Dead In My Arms
Lire la chronique
Worst Doubt
Immortal Pain (EP)
Lire la chronique
Acrid Death
Abominable Presence Of Blight
Lire la chronique