chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre

Live report

Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre Le 01 Juin 2024 à Paris, France (Le Cirque Electrique)
Le samedi 1er juin, Paris fait Nuit blanche et célèbre l'art contemporain. Le Cirque Électrique participe aux festivités et réunit danseurs, circassiens, peintres, musiciens et performeurs. Cela s’accompagne d’un événement dans sa partie Anticlub, organisé par smart & confused qui nous propose une affiche très Punk dans l’âme mais surtout éclectique. Ce n’est pas vraiment Métalleux mais je vois du Grindcore au programme alors allons voir ça, surtout que le lieu est très sympa.


KAASK

Le set de ce jeune combo havrais commence par un son strident et tout ce qui s’en suit s’avère relever d’un véritable « OSNI » (Objet sonore non identifié). Bien malin, en effet, sera celui capable de labeliser le style du quartet tant il sonne original, du jamais écouté. Voyons déjà ce que nous avons sur scène : une chanteuse-claviériste, un saxophoniste, un guitariste-chanteur ainsi qu’un batteur. Pas le line-up « classique » vous en conviendrez. Et comment ça sonne tout ça ? Lorsque le clavier est utilisé, c’est plutôt de façon expérimentale, diffusant des sonorités peu habituelles. Le chant féminin (en français) peut être crié et quand il est parlé, cela se rapproche du slam/rap, ils disent Spoken. Dans ses textes, Claire semble dénoncer les travers de la société (guerre, politique…) et son t-shirt More women on stage me fait penser que le féminisme pourrait également être un sujet abordé. Fiches à la main (qu’elle jette négligemment une fois lues), elle parodie maintenant un discours électoral, c’est juste dommage que l’on ne comprenne pas tout ce qu’elle déclame comme le gros son des instruments la concurrence. Le chanteur prend quant à lui une voix rauque et son jeu de guitare est varié, allant même parfois me rappeler ce qui peut se faire dans le Metal industriel. Quelques passages calmes se font entendre, contrairement à l’avant-dernier titre saturé qui comporte des cassures de rythme, le batteur est au taquet. C’est le moment où le saxophone aurait pu être davantage mis en avant dans le mixte mais sinon sa contribution s’apprécie aisément. Voilà, quasiment 50 minutes de Spoken Noise dont vous pouvez trouver sur Bandcamp les 2 titres de leur démo sortie en octobre dernier.


VISION 3D

La demi-heure suivante est l’occasion de découvrir un combo de Tournai (Belgique) qui se constitue d’une bassiste-chanteuse, d’un guitariste et d’un batteur. Internet nous apprend que ce « powerpunxtrio » s’est formé en 2017 avec des membres de THEE MARVIN GAYS (Punk-Rock/Garage) et MARIA GORETTI QUARTET (Post-Punk), ce qui donne du « postpoppoppingpunk » selon le groupe. Les premières minutes de jeu donnent l’impression de Garage Punk « générique » pour se rendre compte assez rapidement qu’ils ont leur patte, avec des passages instrumentaux et une guitare assez variée au final (je crois entendre un passage Psychobilly sur un morceau). Ils déploient de l’énergie et de la bonne humeur (même quand ils foirent le début de leurs titres, lol). Ça fait plaisir, on passe un bon moment. On nous annonce à présent une chanson sur Saint-Nicolas (« St nic » ?). Je suis curieux de savoir ce que ça raconte mais bien que les textes soient en français, j’avoue que je ne distingue que quelques mots, comme la chanteuse est moins facilement compréhensible en live que sur enregistrement. Pendant ce concert, elle s’efforce plutôt de communiquer son enthousiasme auprès du public, et cela fonctionne ! Eh oui, ça se bouscule dans la fosse, mais pas trop fort hein, ils ont dû lire la note sur l’interdiction de pogos violents ;-).


GUMMO

Depuis le temps qu’un prénommé Sébastien fait la promotion des Lillois en portant leur t-shirt aux concerts, il me presse de découvrir GUMMO, d’autant plus que le Grindcore en live ne me déçoit jamais. Tiens, on dirait que je ne suis pas le seul à m’être déplacé pour eux car bien que la salle fût correctement remplie jusqu’à présent, elle est devenue clairement pleine pour ce nouveau trio. Tout le monde se tient prêt (gentiment mis dans l’ambiance par VISION 3D) et dès les première notes lâchées, un pogo se déclenche ! Il faut dire qu’on a en face de nous du Play Fast / Strike Hard avec un chanteur qui se déplace beaucoup et qui est secondé par le guitariste, donc ça déménage. On a aussi une jeune femme (Em Stef) qui vient hurler derrière le micro, quelle énergie ! Quelques mots doux pour la police (ACAB), de nombreux slams et on arrive vite en fin de set. Une belle démonstration de Grindcore/PxV (Power Violence), donc plus orienté Hardcore que Metal, ce qui est bien dans le ton du plateau de ce soir. S’il y a trois mots à utiliser pour caractériser ce show, je dirais « carré », « efficace » et « intense ». Ils sont à voir, et dans l’attente, vous pouvez toujours aller faire un tour sur leurs pages Facebook et Bandcamp.


CHIENS

On délaisse le nord pour les terres de l’est, le temps de la prestation des CHIENS qui nous viennent de Nancy. Il s’agit d’un collectif formé il y a 15 ans, connu et apprécié chez Thrashocore puisque Sagamore a déjà rédigé trois chroniques les concernant, dont celle de « 1.8.7. MYSELF », leur dernière production en date (figurant d’ailleurs parmi les meilleurs albums de la rédaction pour l’année 2023). « Une dinguerie, pure et simple » écrivait-il. Eh oui, avec 4 micros sur scène et 2 guitares, on s’en prend plein les oreilles et c’est un vrai bordel que crée le quartet : énormément de slams (en départ du sol et de la scène) et des verres qui volent (j’en connais qui ne récupéreront pas leur consigne…). Ils nous jouent du Grindcore très énervé et tiens, comme je me suis retrouvé au fond de la salle, et que je ne vois quasiment rien d’où je suis avec des grands devant moi, ça m’énerve aussi et je couperais bien des têtes ! De leur côté, c’est à nouveau auprès des forces de l’ordre qu’ils en ont (ça va devenir la thématique de la soirée) et ils y vont de leur petite anecdote. Une foule ultra compacte pour les écouter aujourd’hui, qui se souviendra longtemps de ces aboiements, quelle punition auditive :-) !


JODIE FASTER

Voilà des artistes qui aiment manier les mots, et je constate que les stars féminines du showbiz américain inspirent. En effet, après TINA TURNER FRAISEUR que nous avons live reporté et interviewé en début d’année, on vous parle cette fois de JODIE FASTER ! Les jeux de mots continuent puisqu’ils se réclament venir de brookLILLE (ça me rappelle un ancien collègue suisse qui était soi-disant de LAUSANNEgeles). Les paroles sont également travaillées et à titre d’exemple, on nous présente un chanson sur les douaniers (petite variante des policiers), « ces personnes en uniforme qui gardent des frontières imaginaires tracées par des criminels de guerre » ou encore « 6 Years Old Conservatives » pour « Darmanin et Estrosi qui ont un rapport à la réalité comme des enfants 6 ans ». Un mot sur la Palestine également « où des enfants se font massacrer » pour comprendre que les thématiques du quartet sont sociales et revendicatives. Tout cela se met en musique via un Punk Hardcore doté de 4 micros (comme pour CHIENS), d’une unique guitare, ainsi que d’une section rythmique basse/batterie particulièrement entraînante. Le chanteur expressif vit à fond sa prestation, il bouge sur toute la scène, il est… survolté ! Un gros succès côté fosse comme le démontre le pogo quasi continu pendant toute la durée de leur performance.
Ils ont sorti un split avec CORRUPT VISION en novembre, allez y jeter une oreille ou deux en attendant le prochain album.


PRIX LIBRE

Ils prennent leur temps pour s’installer et le reconnaissent : « Désolé, on est chiant » nous adressent-ils. Mais bon, il y a un intérêt à patienter car la communication de l’événement promet que les PRIX LIBRE « nous feront le plaisir de présenter leur nouveau line-up et leurs nouveaux morceaux ! ». Donc on attend ce second « OSNI » de la soirée (Objet sonore non identifié, pour ceux du fond qui ne suivent pas) et le t-shirt MANTAR porté par le chanteur annonce du lourd. Effectivement lorsque le commando se lance, c’est pour nous envoyer 40 minutes d’un mélange très bruyant de gros Sludge accompagné de samples Indus joués très forts. Le chanteur crie beaucoup et ce sont surtout ses aigus qui ressortent ; il est plus largement audible quand il se saisit du micro du guitariste.
Pendant leur session, le pogo se répand dans toute la moitié de la salle, c’est impressionnant. Et ce ne sont plus des gobelets vides qui se baladent dans les airs, mais de la bière qui vole : attention aux shampooings au jus de céréales !
Je n’ai pas l’habitude de porter des bouchons d’oreilles mais là, j’aurais clairement dû (on se croit en boîte de nuit). Si quelqu’un connaît un gynéco pour oreilles, dîtes-moi car j’ai les conduits auditifs en sang...
Bon, ils nous quittent en partageant la confidence que c'était leur meilleure soirée (affirmation confirmée sur leur Facebook trois jours après, ça doit donc être vrai :-)). Ils avaient sorti un premier EP intitulé « (Mais respectueux) » en 2019 et pour ceux qui voudraient réécouter ou découvrir les nouvelles compos, la démo « (En l’état) » toute fraîche (de fin avril) et non mixée (à par le premier morceau) est disponible sur leur Bandcamp. Enfin, pour les Thrasho lecteurs qui poseront leurs yeux sur cette chronique dans les temps, sachez que PRIX LIBRE est à l’affiche d’un concert avec GUMMO (et les punks de NIGHT VISION) le 15 juin à Brasserie Spore d’Evreux (Normandie).


Merci à VISION 3D et GUMMO pour les photos.


Wahou, quel spectacle qui nous a tenus jusqu’à 1h20 du matin. Je ne sais pas si c’est le contexte de la Nuit blanche ou la programmation (sans doute les deux) mais c’était plus que sold-out, « archi complet » pour reprendre l’expression de smart & confused, l’organisation. On y a vu du monde, même des membres de groupes qui ne jouaient pas (je pense entre autres à SERPILLERE, PORC ou encore ANSIAX), ce qui est bien cool de leur part. Bref, merci à nouveau aux organisateurs (en plus l’entrée était prix libre), à tous les artistes et au public ! On compte renouveler l’expérience pour la Nuit blanche 2025.

3 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
07/06/2024 10:05
Sagamore a écrit : J'ai cru suivre l'anecdote sur insta, Michol s'est fait confisquer sa weed sur le trajet je crois Mr Green

Oui, c'est bien ça l'anecdote à laquelle je faisais référence dans le live report, mdr.
Sagamore citer
Sagamore
07/06/2024 08:18
Chiens n'est rien de moins que l'une des meilleures choses qui soit arrivées au Grindcore ces quinze dernières années. Baffe incroyable au Lixivat l'année dernière, en concert, la sauvagerie du quatuor prend tout son sens (et toute son ampleur). J'ai cru suivre l'anecdote sur insta, Michol s'est fait confisquer sa weed sur le trajet je crois Mr Green
Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/06/2024 17:45
Ah ouais ça a fini à 1h20 du matin quand même ! Sacrée soirée visiblement (dixit Jean-Pierre Foucault), ça avait l'air cool ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
plus d'infos sur
Chiens
Chiens
Grindcore / Powerviolence - France
  
Gummo
Gummo
2018 - France
  
Jodie Faster
Jodie Faster
2016 - France
  
Kaask
Kaask
France
  
Prix Libre
Prix Libre
France
  
Vision 3D
Vision 3D
2017 - Belgique
  

Kerasfóra
Six Nights Beyond The Serpe...
Lire la chronique
Seiden
Ryûkyû Reisen Shinkô (EP) (...
Lire la chronique
Complot!
Victimes innocentes (d'une ...
Lire la chronique
Todesstoss
Das Liebweh​-​Dekret
Lire la chronique
Tzompantli
Beating The Drums Of Ancest...
Lire la chronique
Replacire
The Center That Cannot Hold
Lire la chronique
Scurrilous
Necromantik Self Devourment...
Lire la chronique
Ahab
The Coral Tombs
Lire la chronique
Incipient Chaos
Incipient Chaos
Lire la chronique
Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique