chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
53 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Apiary - Lost In Focus

Chronique

Apiary Lost In Focus
Non pas que ma culture musicale ait des limites, ni ma tolérance (et je crois que je vous l'ai prouvé tout au long de mes chroniques de CD qui sont quand même allées de Dirty Shirt, l'inénarrable groupe d'électro roumain jusqu'à Tool) mais je n'avais jamais entendu parlé d'Apiary, étonnant, non ?

Donc pour tous ceux qui, comme moi, l'ignoreraient, Apiary est un groupe américain, et c'est à peu près tout ce que je sais. Autant dire que c'est pas grand-chose. Donc comme la bio est pour ainsi dire inexistante, je me suis concentré sur la musique. En même temps, ça tombe bien, j'ai leur CD sous les mains et c'est pour ça que je travaille bénévolement.

Et après quelques écoutes, ce groupe me rappelle furieusement d'un autre, qui est un chouia plus connu (mais vraiment d'un rien) qui s'appelle A life Once Lost.
C'est-à-dire, que pour Apiary, comme pour A life once lost, on est clairement dans un héritage polyrythmique issu des plus grandes formations suédoises, mâtiné de post-hardcore (pour les gros accords dissonants qui font tristes et tout ça) le tout croisé avec du hardcore pour le mosh. Donc ça tape, pas systématiquement de façon régulière, ça hurle, et ça désaccorde.
Le gros problème de ce type de groupes - et c'est le cas avec Apiary - c'est que j'ai parfois du mal à discerner une entité qui ferait une chanson avec un début, un milieu et une fin, tellement les hurlements sont linéaires, tellement il y a de breaks, tellement il y a de tout. Ce qui manque à ce genre et à une grande partie des groupes c'est quand même la conscience que s'ils font des chansons, il faut qu'il y ait une sorte de cohérence au sein même du morceau, c'est quand même la base, sinon on a droit juste à un enchaînement inepte d'accords de quintes diminuées.

Apiary pourrait servir de mètre-étalon à ce petit jeu. Alors d'accord, c'est super méga technique, il y a du sextolet en pagaille, des hurlements à fond de larynx (toujours à fond) ce qui a tendance à provoquer une certaine linéarité dans les chansons, la production est sèche mais efficace, directe et très bien équilibrée mais cela n'a pas suffit à me faire décoller de ma chaise à roulettes Conforama. Le pire c'est que finalement j'aime plutôt leur style, moins barré que Converge, mais en utilisant beaucoup de fois les mêmes plans, avec une relative absence de travail mélodique, cela finit par être usant pour mes petites oreilles. Finalement un disque qui aurait aussi bien pu être divisé de moitié, tellement je le trouve redondant par moments.

Bref si vous avez aimé "A great artist" d'A Life Once Lost, à priori ce disque devrait être dans vos cordes, et à défaut il sera dans vos ficelles. Je sais c'est à chier comme fin, mais j'ai pas envie de me casser le cul.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
27/06/2006 13:37
Pas accroché non plus, c'est paradoxalement à la fois trop linéaire et trop décousu!
$am citer
$am
25/06/2006 15:52
Merci, elle fut le fruit d'une longue rélfexion sur mon trône.
Sinon y'a du son sur leur page myspace.
citer
Ant'oïn (invité)
25/06/2006 12:42
La derniere phrase de la chro est quand même culte Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Apiary
Métal Barré
2006 - Ironclad Recordings
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  6.59/10

plus d'infos sur
Apiary
Apiary
Métal Barré - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Pain Is the Reason
02.   Descent
03.   Extract
04.   Omnipresence
05.   Intervention
06.   Bliss In Vain
07.   Forced To Breathe
08.   Lustrum
09.   Peril’s Divinity
10.   Solidified Foundation
11.   Fading Imprint
12.   These Walls Are Permanent
13.   Finding A Way Back

line up
Essayez plutôt
Meshuggah
Meshuggah
Destroy / Erase / Improve

1995 - Nuclear Blast
  

Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique
Eyehategod
New Orleans Is The New Viet...
Lire la chronique