chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dragged Into Sunlight - Hatred For Mankind

Chronique

Dragged Into Sunlight Hatred For Mankind
La présentation de Dragged Into Sunlight sera plutôt succincte étant donné qu'ils n'existent que très peu d'informations autour de ces énigmatiques Anglais. Formé en 2006 à Liverpool par cinq membres cagoulés et différenciés par une lettre de l'alphabet, Dragged Into Sunlight sortira quelques démos avant d'exposer son premier album Hatred For Mankind en 2009 via Mordgrimm Records (le label qui lança Anaal Nathrakh). Des débuts qui auront eus le privilège de marquer la présence de Justin Bartlett (Gorgoroth, Sunn O))), Aura Noir) et le controversé Mike Diana (un coup d'œil dans Google) pour l'artwork mais aussi celles de Tom Dring et Billy Anderson (Neurosis, Eyehategod, High On Fire) pour la production. Les nombreux retours élogieux de cette galette et de leurs concerts quelque peu avant-gardistes (le groupe joue dos au public dans une salle quasi-noire), atteindront les oreilles du Prosthetic Records qui les signeront fin 2009. En attendant leur deuxième opus, le label ressortira alors Hatred For Mankind en ce mois de janvier 2011.

Autant vous l'annoncer de suite, comme son nom l'indique, Hatred For Mankind n'est pas à mettre dans toutes les oreilles. Car ici, ce sont des titres longs (d'une moyenne d'un peu moins de 10 minutes), mélangeant habilement sludge, death, black, doom ou grind dans une atmosphère « dérangée » et suffocante au possible. Un « melting pot extrême » qui n'est pas sans rappeler celui des Américains de Withered. Certes, mais un Withered qui serait tombé dans une folie incommensurable ! Il suffit d'écouter les hurlements inhumains d'aliénés (modulations à outrance et gémissements indescriptibles) à la V.I.T.R.I.O.L (Anaal Nathrakh). Le son pachydermique sans nuance (les potards de basse mis au maximum) et d'une puissance de feu hallucinante, n'aidera d'ailleurs pas vraiment l'accès à la musique des Anglais. Les premières écoutes laisseront ainsi penser à un gros bloc monolithique sans contraste et à la digestion bien douloureuse… Cela faisait longtemps que je n'avais pas écouté une musique aussi brutale (« To Hieron » ne vous laissera pas indemne) ! Mais une fois que vos oreilles commenceront à être immunisées par ce condensé d'ultra violence, vous vous réécouterez ce Hatred For Mankind avec un plaisir masochiste. Viendra même ensuite la sensation d'un certain raffinement.

L'épaisse fumée noire se dissipera ainsi peu à peu et vous remarquerez des compositions plutôt riches et bigarrées, mêlant riffs inspirés par le death de Stockholm (« Boiled Angel »), passages sludge (« Lashed To The Grinder And Stoned To Death »), grind chaotique (le batteur doit être sous substances), le black scandinave (« Buried With Leeches », « To Hieron », « I, Aurora ») voire le drone (« Totem Of Skulls »). L'aspect black metal se retrouvera en plus de cela dans l'imagerie de la bande, mais aussi dans l'ambiance glauque dégagée, le groupe n'hésitant pas à (trop ?) matraquer ses titres de samples en tout genre (certains auront reconnu le fameux interview de Charles Manson). Personnellement j'approuve. Reste qu'avec même un bon nombre d'écoutes, difficile de tenir les 50 minutes de ce Hatred For Mankind. Quelques passages bourrins ou doomy étant parfois peu appropriés (là ou Withered arrive à rendre sa musique plus fluide) ou trop poussifs. Comme si Dragged Into Sunlight n'arrivait pas à totalement canaliser son énergie et ses idées. Je n'imagine pas la suite, lorsque le groupe aura affûté son style (unique) et l'atmosphère de sa musique (qui gagnerait en noirceur).

Les Anaal Nathrakh du sludge/doom ? La comparaison me semble juste. Les misanthropes de Dragged Into Sunlight offrent en effet un metal extrême nihiliste bien peu facile d'accès. 50 minutes pour un voyage en enfer des plus éprouvants mais tant prenant… Pour auditeurs avertis. Un album qui prouve que l'on peut faire une musique extraordinairement brutale sans tomber dans la surenchère de technique et de vélocité. Je n'ose imaginer un deuxième opus mieux maitrisé. Un des ovnis de ce début d'année qui ne laissera aucun indifférent. A vous de tenter l'expérience.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
11/10/2017 12:25
note: 8/10
Du " Black ", sale et barré, ça me la fait bien ça !
Aargg !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
11/10/2017 11:59
note: 9/10
1000 ans plus tard je les vois enfin en live et j'ai pris une claque sévère en ouverture de Mayhem.

Et ça fait franchement plaisir d'avoir eu un petit enchaînement Buried With Leeches / Volcanic Birth en live, je ne pensais pas qu'ils jouaient encore autant de titre de ce disque. Sans oublier le gros final "Lashed To a Grinder & Stoned To Death" qui fait salement plaisir.
Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
27/11/2012 18:23
Il piquotte sévère ce disque !
Mitch citer
Mitch
20/04/2012 18:16
note: 8/10
Tasserholf, penche toi sur Agruss (voir ma chronique), ça sort la semaine prochaine et ça devrait sûrement te plaire ! Devil
tasserholf citer
tasserholf
20/04/2012 16:33
note: 8.5/10
Jolie découverte, un style encore nouveau pour moi pour qui le black /death s'était arrêté en 1999-2000.
De la violence, de la noirceur surtout, ce nihilisme qu'on ressent dans les compos, tout un plaisir.

Décidément vos chroniques me rabibochent avec le metal extrême moderne.
gulo gulo citer
gulo gulo
25/02/2011 18:00
note: 7.5/10
nanard ?
Invité citer
bmflesh
25/02/2011 17:32
Les nouveaux Pugent Stench? C'est fou comme ça sonne presque comme les premiers albums du défunt groupe autrichien.
En tout cas, c'est tout bon tout ça!
Mitch citer
Mitch
22/01/2011 12:05
note: 8/10
2nd° Decapitation a écrit : Merci pour la decouverte, c'est tout bonnement excellent!

Content que ça te plaise ! Clin d'oeil
2nd° Decapitation citer
2nd° Decapitation
22/01/2011 10:05
note: 8.5/10
Merci pour la decouverte, c'est tout bonnement excellent!
Ikea citer
Ikea
16/01/2011 23:39
note: 7.5/10
"Les Anaal Nathrakh du sludge/doom"

Comment faire bander le meuble avec quelques mots. Le morceau sur leur myspace était bien porc ébouillanté, noté ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dragged Into Sunlight
Blackened Sludge/Death/Doom/Grind extrême
2011 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  8/10
Webzines : (14)  7.34/10

plus d'infos sur
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Blackened Sludge / Death / Doom - 2006 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Boiled Angel
02.   Buried With Leeches
03.   Volcanic Birth
04.   To Hieron
05.   Lashed To The Grinder And Stoned To Death
06.   I, Aurora
07.   Totem of Skulls

line up
  • T / Chant
  • A / Guitare
  • C / Basse
  • J / Batterie

parution
18 Janvier 2011

voir aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Widowmaker

2012 - Prosthetic Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report