chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Doomsword - The Eternal Battle

Chronique

Doomsword The Eternal Battle
Ho mince, comment j'ai pu passer à côté de ça ?! J'avais eu un premier contact avec Doomsword lors de la sortie de My Name Will Live On en 2007 via des morceaux myspace aguicheurs mais je n'étais pas allé plus loin, sans doute à cause de ma relation honteuse avec le genre à l'époque me forçant à cacher casques et haches sous des piles de CDs de Mogwai (j'ai fait mon coming-out depuis). Une erreur, au regard de ce cinquième album de Doomsword (quatrième pour l'écurie Dragonheart comptant dans ses rangs des formations telles que Manilla Road ou Thunderstorm) !

Ton boulot t'emmerde ? Ta femme te pèse sur les valseuses ? Ton gosse - mais pourquoi t'as eu un gosse en fait ? Ah oui, ta femme… - veut étudier la sociologie et tu te lèves chaque matin avec le visage blafard du salarié perdu dans une modernité éco-responsable, féministe et kafkaïenne ? Doomsword est là pour toi ! Imagine un heavy metal barbu et un poil doom (m'oblige pas à name-dropper Candlemass ou Solstice, t'as pigé l'affaire) chantant les louanges des temps anciens, du genre à guerroyer méthode « mano-a-Manowar » ! L'épique domine donc, et ce malgré un tempo relativement doomy ou mid (franchement rapide pour le style, cependant) couplé à des guitares frontales préférant trancher les talons d'Achille que les têtes au galop. The Eternal Battle peut se rapprocher du The Gates Of Slumber de Hymns Of Blood And Thunder mais là où ce dernier écrase de ses muscles de barbare en fin de carrière, les Italiens optent pour une technique plus expéditive et jouissive : morceaux dépassant rarement les six minutes, chant alternant paroles « Eternal sword of the unbreakable warrior who slays enemies in the Land of Forgotten Stories (with pagan gods on his side (and flames)) » et « Woooouuuuhooooohooo » tellement véhéments que t'en deviens Conan et surtout, surtout, des mélodies sans concession !

Le combo est juste dans ses appels aux armes, fort d'une recette d'une efficacité redoutable : citons l'enchainement parfait entre les trois premiers titres où se répondent rythmique ras-de-terre quasi-thrashy (on aura même droit au tchouka-tchouka typique sur le début de « The Fulminant »), leads mélo et autres soli entrainants sans virer à l'Oktoberfest douteux (« Varusschlacht »). Sacred Heart s'en donne à cœur joie tout en valorisant la relance façon twin-guitar (« The Battle At The End Of Time ») voire carrément tapping frénétique (« Soldier Of Fortune » !) sur le démonstratif. La traversée n'est pas de tout repos mais Doomsword sait ralentir la cadence quand il faut, à l'image d'un « Soldier Of Fortune » focalisé sur des boucles de trois-quatre riffs assez prenantes pour ne pas essouffler l'opus à mi parcours. Il y a de l'expérience et de la passion ici, ainsi qu'une grande constance (rien à jeter sur l'album), bien que The Eternal Battle change finalement peu sa formule. On regrettera l'absence d'un titre-fleuve ou le fait que l'interlude « The Time Has Come… » soit la seule digression acoustique de l'album, celle-ci arrivant en deux petites minutes à instaurer un climat contemplatif (que l'on retrouve malgré tout en filigrane sur la très Manilla Road « Song Of The Black Sword » ou « Warlife »).

En effet, il est clair que Doomsword joue sur des atouts vite définissables : un guitariste au jeu fluide (j'insiste, hallucinant comme tout s'enchaine sans faute de goût) possédant un ratio couilles/cheveux permanentés équilibré (« Warlife » ou la fin de « The Fulminant », à écouter en haut d'une colline en tenant fièrement son après-shampoing) et un Deathmaster charismatique au possible. Pas le chouineur doom ou la minette heavy, non non, mais un combattant qui a vécu, racontant les premières batailles avec gravité, vigueur et sobriété jusque dans les montées moules-burnes (sans pousser jusqu'aux tonalités suraiguës habituelles). Crois-moi, tu ne pourras rien faire face à lui, assis que tu seras à écouter le chevalier conter ses légendes. Ils ne s'y sont pas trompés d'ailleurs, le bonhomme étant largement mis en avant par la production (un peu trop, j'aurais apprécié un rendu plus organique). A ce propos, la basse peut être vu comme l'enfant-pauvre du mixage mais celui qui tendra l'oreille éprouvera du plaisir à entendre les notes élevées et cristallines de l'éponyme par exemple. Bref, impossible de résister, les quarante-trois minutes de l'essai passent toujours trop vite avec comme seul résultat un sourire candide et une main appuyant sur le bouton « Play » !

Attends-toi à un possible retour sur cette chronique pour replacer la galette dans la discographie des Italiens car je ne compte pas arrêter ici ma découverte de Doomsword. Celui-ci ne peut qu'entrainer un coup de cœur avec son metal racé, délicieusement intègre et exécuté avec une classe folle faisant vite oublier les quelques défauts évoqués plus haut. On en reparlera, sûr, et le prochain bébé de The Gates Of Slumber (prévu cette année) aura intérêt à présenter de sérieux arguments pour prétendre concurrencer The Eternal Battle !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Carcinos citer
Carcinos
25/02/2011 16:09
"Ton boulot t'emmerde ? Ta femme te pèse sur les valseuses ? Ton gosse - mais pourquoi t'as eu un gosse en fait ? Ah oui, ta femme... "

Excellent ! Gros sourire
Ikea citer
Ikea
24/02/2011 17:18
Pas un gros fan mais j'aime bien les deux derniers albums Sourire

Hâte de les voir au Hellfest d'ailleurs !
gulo gulo citer
gulo gulo
24/02/2011 17:12
putain, t'es fan de GoS, aussi ?! ça veut donc vraiment dire que je dois écouter ce truc
Ant'oïn citer
Ant'oïn
24/02/2011 10:28
La chronique donne envie, il ne me semble pas que les morceaux de cet album soit dispo sur leur myspace, mais de ce que j'ai écouté c'est vraiment simpa.
Momos citer
Momos
24/02/2011 01:36
C'est que ça sent presque le vécu, cette intro sur la famille. Mr Green
Ikea citer
Ikea
24/02/2011 01:36
Teuteuteu relis, c'est ton fils qui veut être sociologue.

(Mais oui, pour en avoir rencontré, tu as raison de frémir)
von_yaourt citer
von_yaourt
24/02/2011 01:29
Mon dieu, une femme sociologue. La vision d'horreur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Doomsword
Epic Heavy/Doom Metal
2011 - Dragonheart Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (13)  7.43/10

plus d'infos sur
Doomsword
Doomsword
Epic Heavy/Doom Metal - Italie
  

tracklist
01.   Varusschlacht (Varus Battle)
02.   The Eternal Battle
03.   Wrath Of The Gods
04.   Soldier Of Fortune
05.   Battle At The End Of Time
06.   The Fulminant
07.   Song Of The Black Sword
08.   The Time Has Come…
09.   Warlife

Durée : 43 Mns

line up
parution
28 Février 2011

Iron Maiden
The Number of the Beast
Lire la chronique
Blood Stain Child
Last Stardust (EP)
Lire la chronique
Chroniques à la con 13 : ça va couper !
Lire le dossier
Iskandr
Heilig Land
Lire la chronique
Finsterforst
#‎YØLØ (EP)
Lire la chronique
Season of Ghosts
The Human Paradox
Lire la chronique
Hån
Facilis Descensus Averni
Lire la chronique
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectra...
Lire la chronique
Seher
Nachzehrer
Lire la chronique
SubRosa
For This We Fought the Batt...
Lire la chronique
Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique