chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mr. Death - Descending Through Ashes

Chronique

Mr. Death Descending Through Ashes
« Monsieur Mort » ? Un nom ridicule trop méconnu et pourtant… Le groupe de Stockholm a été formé en 2007 par deux des fondateurs de Treblinka et de Tiamat, le guitariste Stefan Lagergren et le bassiste Juck Thullberg. Tout simplement les géniteurs du death suédois, le bouquin de Daniel Ekeroth ira en mon sens. Quant à la qualité de Sumerian Cry c’est un autre débat (bientôt dans les colonnes de Thrashocore). Leur premier album Detached From Life avait été l’une de mes grosses surprises de 2009 malgré qu’il soit passé plutôt inaperçu. Les Scandinaves sortiront par la suite un EP Death Suits You en 2010 tout autant discret (moi-même ayant raté le coche). La faute à leur label Agonia Records ? Fort probable. Pour leur deuxième opus Descending Through Ashes le line-up « de luxe » reste identique à la différence que Mr. Death délaisse cette fois le mythique Sunlight Studio pour le studio Riddarborgen (The Hellacopters).

Remise en condition en réécoutant Detached From Life et je confirme mes dires (pied de nez aux chroniques négatives jonchant la toile) : du très bon death old school suédois primaire (et le mot est faible) façon symphonie de rouleaux compresseurs. La première partie de Descending Through Ashes sera ainsi assez déstabilisante… Une musique beaucoup moins directe qui laisse d’avantage de place au mid-tempo. Un mid-tempo assez éloigné des adjectifs « soporifique » et « pauvre » (contrairement à un Facebreaker). Un mal pour un bien à première vue, on sent que les membres ont cette fois voulu étoffer leurs compositions et l’ambiance de la galette. Le bloc uniforme de Detached From Life se détache ainsi peu à peu. Sans surprise (leitmotiv du « revival death ») on retrouvera des samples et l’atmosphère de films d’horreur de série Z (on se rappelle de l’artwork de Detached From Life en hommage à « Creepshow »), l’intro inquiétante au piano du furieux (et hit) « Stillborn In A Dying World » en tête de liste et des paroles « clichesques » au possible (« zombies and co »). Les immondices vocales incompréhensibles (tout le charme) du frontman Jocke Lindström (le titre éponyme vaut son pensant de crasse), sont un argument de poids. Et il faut parler du pachyderme Mr. Death. De ma modeste expérience et cela même sans la production de Tomas Skogsberg ce coup-ci, le son de Mr. Death n’a pas d’équivalent. Les potards de basse et de distorsion au maximum, c’est une maelstrom sonore (sous hormones de mammouths) et gras à souhait. Montez donc le volume et laissez la musique vous coller au siège. Vous n’en sortirez pas indemnes. Une production qui ne tombe jamais dans de la bouille sonore, un soupçon de clarté et de subtilité qui permet cette fois de se palucher sur chaque instrument (la batterie en avait souffert sur Detached From Life, cette intro basse-batterie sur « Another State Of Decay » gomme ce défaut d’un trait). Inutile de dire que lorsque Mr. Death commence à sombrer dans l’ultra violence, c’est avec un sourire sadique qu’un « Your Final Demise », « From The Valley of Defilement », « Stillborn In A Dying World » ou un « Descending Through Ashes » vous annihileront les tympans. Le plaisir d’écoute est bien là, le problème c’est qu’on en retiendra pas foncièrement grand chose. Trop de morceaux et de passages anecdotiques (« Come Winter » et « Bloodfalls » particulièrement) sans de réels points d’accroche ou de pointes d’originalité. L’aspect mid-tempo est plutôt honorable mais il faut avouer que Mr. Death excelle d’avantage lorsqu’il largue ses salves de riffs de bucherons à tout va.

Un premier album ravageur et des musiciens au CV inégalable, Descending Through Ashes sera toutefois peu mémorable. L’accentuation vers l’ambiance et une musique résolument mid-tempo est respectable mais la force primaire de leurs débuts est de fait masquée. Le plaisir d’écoute en subit les conséquences. Un bon album de death old school il est sûr (rien que pour le parpaing sonore) mais si vous ratez cette sortie il sera inutile de culpabiliser.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
14/11/2011 13:35
J'ai toujours trouvé ça plutôt assez lambda.
Je réécouterais quand même par acquis de conscience Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mr. Death
Death Metal
2011 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  6.04/10

plus d'infos sur
Mr. Death
Mr. Death
Death Metal - 2007 - Suède
  

tracklist
01.   To Armageddon
02.   The Plague and the World it Made
03.   Come Winter
04.   Your Final Demise
05.   Bloodfalls
06.   From The Valley of Defilement
07.   Another State of Decay
08.   Stillborn in a Dying World
09.   Descending Through Ashes
10.   The Coiled

Durée : 34:22

line up
parution
25 Septembre 2011

voir aussi
Mr. Death
Mr. Death
Detached From Life

2009 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Phrenelith
Phrenelith
Desolate Endscape

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  
Bölzer
Bölzer
Soma (EP)

2014 - Invictus Productions
  
Rude
Rude
Soul Recall

2014 - F.D.A.
  
Morgue
Morgue
Eroded Thoughts

1993 - Grind Core International
  
Taphos
Taphos
EP MMXVII (EP)

2017 - Autoproduction
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique