chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Purgatory - Necromantaeon

Chronique

Purgatory Necromantaeon
On a beau être dans le milieu depuis près de 15 ans, on croise toujours des vieux groupes dont on n'avait jamais entendu parlé avant. Tant mieux j'ai envie de dire car tout l'intérêt d'une scène metal extrêmement riche est là: découvrir, toujours découvrir. Et donc depuis 1998, je n'avais jamais croisé le chemin de Purgatory, groupe allemand tout de même formé en 1993. Mieux vaut tard que jamais comme on dit et c'est donc avec ce nouvel album des Teutons, Necromantaeon, sorti il y a un an sur War Anthem Records, que je me suis familiarisé avec le death metal de Purgatory. Un death metal brutal, sombre et carré qu'il aurait été dommage de bouder plus longtemps.

Necromantaeon mélange ainsi un esprit à l'ancienne avec le son d'aujourd'hui. La production est énorme, puissante et moderne, avec la batterie mixée bien en avant pour renforcer le côté rouleau compresseur. Le quatuor ne fait en effet pas dans la finesse et c'est à une véritable démonstration de force que l'on assiste. Les morceaux sont courts, entre 3 et 4 minutes, et vont droit à l'essentiel par le biais d'un jeu très souvent rapide avec des blast-beats à foison et du thrashy accéléré entre deux fournées de blasts. En gros, ça chie dur! Purgatory lève de temps en temps le pied pour nous offrir des rythmiques mid-tempo efficaces, même si je trouve que l'album ne fait jamais aussi mal que quand il envoie la purée. Le morceau "Downwards Into Unlight", le moins véloce, est ainsi la piste la plus faible (ou disons la moins jouissive car elle reste de qualité) malgré la bonne ambiance qui y règne. Ambiance? Eh oui, Purgatory ne bourrine pas dans le vide et sait poser une atmosphère. Ce, grâce à un riffing sombre et démoniaque qui se veut l'un des points forts de la formation germanique. Impossible de résister à ces riffs aux légères mélodies ténébreuses qui vous emportent dans un tourbillon infernal (comme l'avertit la pochette clichée mais chouette), surtout portés par des gros blasts des familles ("Reaping The Diseased" à 0'30, "Where Darkness Reigns" à 2'24, l'énorme "Glorification Of The Lightbearer" dès le début, la très brutale "Scourging Blasphemies" à 0'22 qui n'a rien à envier à Hate Eternal, etc.). Le groupe se montre tout aussi dévastateur quand il blaste sur des riffs moins rapides voire saccadés comme sur "Reaping The Diseased" à 2'57, les ouvertures de "Where Darkness Reigns" et "Scourging Blasphemies" ou encore "Necromantaeon" à 0'18. On appréciera également le morceau éponyme pour sa mélodie hypnotique sur son tapis de double (on dirait un plat de grand restaurant!). Dommage par contre que Purgatory n'ait pas inclus davantage de solos quand on entend le résultat sur "Glorification Of The Lightbearer", seul titre en étant pourvu, avec un beau touché pour une ambiance plus aérienne. Comme quoi ce n'est pas si mal quand le quatuor décélère finalement, on s'en était déjà aperçu dès l'intro "Arrival Of The Undivine". Niveau chant, les Allemands s'en sortent aussi avec brio. Rien de révolutionnaire à nouveau mais le growl surpuissant de Dreier renforce la brutalité de l'opus. On a le droit également à des shrieks, parfois superposés aux growls pour plus d'effets, ainsi qu'à quelques intonations plus chuchotées histoire de rendre la chose plus vicieuse et hantée ("Downwards Into Unlight"). À noter le guest du chanteur de Hatespawn (le groupe qui avait fait un split avec Dead Congregation en 2008), ainsi que du guitariste, sans doute sur le seul solo de l'œuvre.

Voilà encore un bon petit album sorti l'année dernière qui aurait pu figurer dans mon bilan si je l'avais chroniqué à temps. Musclé et intense, Purgatory arrive aussi à planter un décor evil malgré une production aux petits oignons. Comme quoi il n'y a pas besoin de son sale et raw pour créer une atmosphère. Necromantaeon se fait juste un chouïa répétitif peut-être, mais sur un peu plus d'une demi-heure, ça ne se fait pas trop ressentir. Classique mais redoutable, ce sixième full-length des Allemands devrait ravir les fans de Immolation, Hate Eternal, Morbid Angel voire Deicide. Et moi, ce serait bien que j'explore le back catalogue d'un groupe qui semble mériter bien plus d'attention.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
02/02/2012 14:30
note: 7.5/10
Infestuus a écrit : Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .

Je vais plutôt me le prendre chez HHR. Y'a Luciferianism ausi. Merci du conseil en tout cas!
Invité citer
Infestuus
02/02/2012 14:15
Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .
Niktareum citer
Niktareum
02/02/2012 14:01
AxGxB a écrit : Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.
Pareil! Le genre de groupe qu'on connait sans connaitre.
AxGxB citer
AxGxB
02/02/2012 13:41
Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purgatory
Death Metal
2011 - War Anthem Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (10)  7.1/10

plus d'infos sur
Purgatory
Purgatory
Death Metal - Allemagne
  

vidéos
Downwards Into Unlight
Downwards Into Unlight
Purgatory

Extrait de "Necromantaeon"
  

tracklist
01.   Arrival Of The Undivine
02.   Reaping The Diseased
03.   Where Darkness Reigns
04.   Glorification Of The Lightbearer
05.   Downwards Into Unlight
06.   Scourging Blasphemies
07.   Calling The Grand Destroyers
08.   Necromantaeon
09.   The Collapse Of Tides

Durée : 32'38

line up
parution
4 Février 2011

Essayez aussi
Caliber 666
Caliber 666
Blood Fueled Chaos

2010 - Ibex Moon Records
  
Dismember
Dismember
Dismember

2008 - Regain Records
  
Coldworker
Coldworker
Rotting Paradise

2008 - Relapse Records
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Ghouls Of The Endless Night

2011 - Pulverised Records
  
Vorum
Vorum
Grim Death Awaits (EP)

2009 - Woodcut Records
  

Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique
Hateful Abandon
Famine (Or Into The Bellies...
Lire la chronique
Jute Gyte
Discontinuities
Lire la chronique
Ten Masked Men
Revenge Of The Ten Masked Men
Lire la chronique
American Heritage
Prolapse
Lire la chronique
Slugdge
Gastronomicon
Lire la chronique