chargement...

haut de page
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Purgatory - Necromantaeon

Chronique

Purgatory Necromantaeon
On a beau être dans le milieu depuis près de 15 ans, on croise toujours des vieux groupes dont on n'avait jamais entendu parlé avant. Tant mieux j'ai envie de dire car tout l'intérêt d'une scène metal extrêmement riche est là: découvrir, toujours découvrir. Et donc depuis 1998, je n'avais jamais croisé le chemin de Purgatory, groupe allemand tout de même formé en 1993. Mieux vaut tard que jamais comme on dit et c'est donc avec ce nouvel album des Teutons, Necromantaeon, sorti il y a un an sur War Anthem Records, que je me suis familiarisé avec le death metal de Purgatory. Un death metal brutal, sombre et carré qu'il aurait été dommage de bouder plus longtemps.

Necromantaeon mélange ainsi un esprit à l'ancienne avec le son d'aujourd'hui. La production est énorme, puissante et moderne, avec la batterie mixée bien en avant pour renforcer le côté rouleau compresseur. Le quatuor ne fait en effet pas dans la finesse et c'est à une véritable démonstration de force que l'on assiste. Les morceaux sont courts, entre 3 et 4 minutes, et vont droit à l'essentiel par le biais d'un jeu très souvent rapide avec des blast-beats à foison et du thrashy accéléré entre deux fournées de blasts. En gros, ça chie dur! Purgatory lève de temps en temps le pied pour nous offrir des rythmiques mid-tempo efficaces, même si je trouve que l'album ne fait jamais aussi mal que quand il envoie la purée. Le morceau "Downwards Into Unlight", le moins véloce, est ainsi la piste la plus faible (ou disons la moins jouissive car elle reste de qualité) malgré la bonne ambiance qui y règne. Ambiance? Eh oui, Purgatory ne bourrine pas dans le vide et sait poser une atmosphère. Ce, grâce à un riffing sombre et démoniaque qui se veut l'un des points forts de la formation germanique. Impossible de résister à ces riffs aux légères mélodies ténébreuses qui vous emportent dans un tourbillon infernal (comme l'avertit la pochette clichée mais chouette), surtout portés par des gros blasts des familles ("Reaping The Diseased" à 0'30, "Where Darkness Reigns" à 2'24, l'énorme "Glorification Of The Lightbearer" dès le début, la très brutale "Scourging Blasphemies" à 0'22 qui n'a rien à envier à Hate Eternal, etc.). Le groupe se montre tout aussi dévastateur quand il blaste sur des riffs moins rapides voire saccadés comme sur "Reaping The Diseased" à 2'57, les ouvertures de "Where Darkness Reigns" et "Scourging Blasphemies" ou encore "Necromantaeon" à 0'18. On appréciera également le morceau éponyme pour sa mélodie hypnotique sur son tapis de double (on dirait un plat de grand restaurant!). Dommage par contre que Purgatory n'ait pas inclus davantage de solos quand on entend le résultat sur "Glorification Of The Lightbearer", seul titre en étant pourvu, avec un beau touché pour une ambiance plus aérienne. Comme quoi ce n'est pas si mal quand le quatuor décélère finalement, on s'en était déjà aperçu dès l'intro "Arrival Of The Undivine". Niveau chant, les Allemands s'en sortent aussi avec brio. Rien de révolutionnaire à nouveau mais le growl surpuissant de Dreier renforce la brutalité de l'opus. On a le droit également à des shrieks, parfois superposés aux growls pour plus d'effets, ainsi qu'à quelques intonations plus chuchotées histoire de rendre la chose plus vicieuse et hantée ("Downwards Into Unlight"). À noter le guest du chanteur de Hatespawn (le groupe qui avait fait un split avec Dead Congregation en 2008), ainsi que du guitariste, sans doute sur le seul solo de l'œuvre.

Voilà encore un bon petit album sorti l'année dernière qui aurait pu figurer dans mon bilan si je l'avais chroniqué à temps. Musclé et intense, Purgatory arrive aussi à planter un décor evil malgré une production aux petits oignons. Comme quoi il n'y a pas besoin de son sale et raw pour créer une atmosphère. Necromantaeon se fait juste un chouïa répétitif peut-être, mais sur un peu plus d'une demi-heure, ça ne se fait pas trop ressentir. Classique mais redoutable, ce sixième full-length des Allemands devrait ravir les fans de Immolation, Hate Eternal, Morbid Angel voire Deicide. Et moi, ce serait bien que j'explore le back catalogue d'un groupe qui semble mériter bien plus d'attention.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

4 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
02/02/2012 14:30
note: 7.5/10
Infestuus a écrit : Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .

Je vais plutôt me le prendre chez HHR. Y'a Luciferianism ausi. Merci du conseil en tout cas!
Invité citer
Infestuus
02/02/2012 14:15
Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .
Niktareum citer
Niktareum
02/02/2012 14:01
AxGxB a écrit : Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.
Pareil! Le genre de groupe qu'on connait sans connaitre.
AxGxB citer
AxGxB
02/02/2012 13:41
Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Purgatory
Death Metal
2011 - War Anthem Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (10)  7.1/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Downwards Into Unlight
Downwards Into Unlight
Purgatory

Extrait de "Necromantaeon"
  

tracklist
01.   Arrival Of The Undivine
02.   Reaping The Diseased
03.   Where Darkness Reigns
04.   Glorification Of The Lightbearer
05.   Downwards Into Unlight
06.   Scourging Blasphemies
07.   Calling The Grand Destroyers
08.   Necromantaeon
09.   The Collapse Of Tides

Durée : 32'38

line up

parution
4 Février 2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Tyrant Goatgaldrakona
Tyrant Goatgaldrakona
Horns In The Dark

2013 - Metalhit
  
Sinister
Sinister
The Silent Howling

2008 - Massacre Records
  
Death
Death
Symbolic

1995 - Roadrunner Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Altars Of Madness

1989 - Earache Records
  
Loudblast
Loudblast
Burial Ground

2014 - Listenable Records
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful