chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
20 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Purgatory - Necromantaeon

Chronique

Purgatory Necromantaeon
On a beau être dans le milieu depuis près de 15 ans, on croise toujours des vieux groupes dont on n'avait jamais entendu parlé avant. Tant mieux j'ai envie de dire car tout l'intérêt d'une scène metal extrêmement riche est là: découvrir, toujours découvrir. Et donc depuis 1998, je n'avais jamais croisé le chemin de Purgatory, groupe allemand tout de même formé en 1993. Mieux vaut tard que jamais comme on dit et c'est donc avec ce nouvel album des Teutons, Necromantaeon, sorti il y a un an sur War Anthem Records, que je me suis familiarisé avec le death metal de Purgatory. Un death metal brutal, sombre et carré qu'il aurait été dommage de bouder plus longtemps.

Necromantaeon mélange ainsi un esprit à l'ancienne avec le son d'aujourd'hui. La production est énorme, puissante et moderne, avec la batterie mixée bien en avant pour renforcer le côté rouleau compresseur. Le quatuor ne fait en effet pas dans la finesse et c'est à une véritable démonstration de force que l'on assiste. Les morceaux sont courts, entre 3 et 4 minutes, et vont droit à l'essentiel par le biais d'un jeu très souvent rapide avec des blast-beats à foison et du thrashy accéléré entre deux fournées de blasts. En gros, ça chie dur! Purgatory lève de temps en temps le pied pour nous offrir des rythmiques mid-tempo efficaces, même si je trouve que l'album ne fait jamais aussi mal que quand il envoie la purée. Le morceau "Downwards Into Unlight", le moins véloce, est ainsi la piste la plus faible (ou disons la moins jouissive car elle reste de qualité) malgré la bonne ambiance qui y règne. Ambiance? Eh oui, Purgatory ne bourrine pas dans le vide et sait poser une atmosphère. Ce, grâce à un riffing sombre et démoniaque qui se veut l'un des points forts de la formation germanique. Impossible de résister à ces riffs aux légères mélodies ténébreuses qui vous emportent dans un tourbillon infernal (comme l'avertit la pochette clichée mais chouette), surtout portés par des gros blasts des familles ("Reaping The Diseased" à 0'30, "Where Darkness Reigns" à 2'24, l'énorme "Glorification Of The Lightbearer" dès le début, la très brutale "Scourging Blasphemies" à 0'22 qui n'a rien à envier à Hate Eternal, etc.). Le groupe se montre tout aussi dévastateur quand il blaste sur des riffs moins rapides voire saccadés comme sur "Reaping The Diseased" à 2'57, les ouvertures de "Where Darkness Reigns" et "Scourging Blasphemies" ou encore "Necromantaeon" à 0'18. On appréciera également le morceau éponyme pour sa mélodie hypnotique sur son tapis de double (on dirait un plat de grand restaurant!). Dommage par contre que Purgatory n'ait pas inclus davantage de solos quand on entend le résultat sur "Glorification Of The Lightbearer", seul titre en étant pourvu, avec un beau touché pour une ambiance plus aérienne. Comme quoi ce n'est pas si mal quand le quatuor décélère finalement, on s'en était déjà aperçu dès l'intro "Arrival Of The Undivine". Niveau chant, les Allemands s'en sortent aussi avec brio. Rien de révolutionnaire à nouveau mais le growl surpuissant de Dreier renforce la brutalité de l'opus. On a le droit également à des shrieks, parfois superposés aux growls pour plus d'effets, ainsi qu'à quelques intonations plus chuchotées histoire de rendre la chose plus vicieuse et hantée ("Downwards Into Unlight"). À noter le guest du chanteur de Hatespawn (le groupe qui avait fait un split avec Dead Congregation en 2008), ainsi que du guitariste, sans doute sur le seul solo de l'œuvre.

Voilà encore un bon petit album sorti l'année dernière qui aurait pu figurer dans mon bilan si je l'avais chroniqué à temps. Musclé et intense, Purgatory arrive aussi à planter un décor evil malgré une production aux petits oignons. Comme quoi il n'y a pas besoin de son sale et raw pour créer une atmosphère. Necromantaeon se fait juste un chouïa répétitif peut-être, mais sur un peu plus d'une demi-heure, ça ne se fait pas trop ressentir. Classique mais redoutable, ce sixième full-length des Allemands devrait ravir les fans de Immolation, Hate Eternal, Morbid Angel voire Deicide. Et moi, ce serait bien que j'explore le back catalogue d'un groupe qui semble mériter bien plus d'attention.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
02/02/2012 14:30
note: 7.5/10
Infestuus a écrit : Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .

Je vais plutôt me le prendre chez HHR. Y'a Luciferianism ausi. Merci du conseil en tout cas!
Invité citer
Infestuus
02/02/2012 14:15
Salut keyser , si t'as triqué sur celui ci va faire un tour sur Lavadome et prend le précédent "Cultus Luciferi" bien meilleur encore surtout au niveau du chant et riffing plus percutant .
Niktareum citer
Niktareum
02/02/2012 14:01
AxGxB a écrit : Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.
Pareil! Le genre de groupe qu'on connait sans connaitre.
AxGxB citer
AxGxB
02/02/2012 13:41
Chouette pochette et chronique qui donne envie. Je vais me pencher sur la questio ncar comme toi, je ne m'étais jamais penché sur ce groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purgatory
Death Metal
2011 - War Anthem Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (10)  7.1/10

plus d'infos sur
Purgatory
Purgatory
Death Metal - Allemagne
  

vidéos
Downwards Into Unlight
Downwards Into Unlight
Purgatory

Extrait de "Necromantaeon"
  

tracklist
01.   Arrival Of The Undivine
02.   Reaping The Diseased
03.   Where Darkness Reigns
04.   Glorification Of The Lightbearer
05.   Downwards Into Unlight
06.   Scourging Blasphemies
07.   Calling The Grand Destroyers
08.   Necromantaeon
09.   The Collapse Of Tides

Durée : 32'38

line up
parution
4 Février 2011

Essayez aussi
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder / Como Muertos
Genital Grinder/Como Muertos (Split 12")

2012 - Apathia Records
  
Altars
Altars
Paramnesia

2013 - Nuclear Winter
  
The Crown
The Crown
Death is not Dead

2015 - Century Media
  
Binah
Binah
A Triad Of Plagues (EP)

2014 - Dark Descent Records / Me Saco Un Ojo
  
Funebrarum
Funebrarum
The Sleep Of Morbid Dreams

2009 - Cyclone Empire
  

Première fois
Lire le dossier
La photo mystère du 3 Mars 2015
Jouer à la Photo mystère
Teitanblood
Death
Lire la chronique
Xibalba
Tierra Y Libertad
Lire la chronique
Antagoniste
The Myth Of Mankind
Lire la chronique
Sarpanitum pour l'album "Blessed Be My Brothers"
Lire l'interview
Benighted
Brutalive the Sick (Live)
Lire la chronique
Kvist
For Kunsten Maa Vi Evig Vik...
Lire la chronique
Ossuaire
Le Troubadour Nécrophageoph...
Lire la chronique
Scanner
The Judgement
Lire la chronique
Vrolok
Void (The Divine Abortion)
Lire la chronique
Black Sheep Wall
I'm Going To Kill Myself
Lire la chronique
Ad Hominem
Planet Zog - The End
Lire la chronique
Energumen
Void Spiritualism (EP)
Lire la chronique
Necrowretch
With Serpents Scourge
Lire la chronique
Suicide Silence
The Black Crown
Lire la chronique
Lacuna Coil
Shallow Life
Lire la chronique
Mamie Nova
Jouer au blindtest
Crypt Sermon
Out of the Garden
Lire la chronique
Under Four WIngs Of Death
Ascension + Bölzer + Dysang...
Lire le live report
Sport
Bon Voyage
Lire la chronique
Glaciation
Sur les falaises de marbre
Lire la chronique
Heavydeath
Eternal Sleepwalker
Lire la chronique
King Woman
Doubt (EP)
Lire la chronique
Stormwitch
Season Of The Witch
Lire la chronique
Crimson Swan
Unlit
Lire la chronique
The Ashes To Ashes Tour
Chelsea Grin + Oceans Ate A...
Lire le live report
Obscure Infinity
Perpetual Descending Into N...
Lire la chronique
Carach Angren
This is no Fairytale
Lire la chronique
Torche
Restarter
Lire la chronique