chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

La Division Mentale - L'eXtase des fous

Chronique

La Division Mentale L'eXtase des fous
Il me ferait presque peur.

Je me demande déjà si après un nombre d’écoutes assez impressionnant, mon esprit est capable de comprendre ce disque. Et si effectivement j’ai tout compris, ce n’est pas dit que j’arrive à ressortir ça sur le papier. Mais d’un autre côté, je me dois de rendre justice à cet opus et je ne me sens pas de priver Thrashocore d’un tel chef-d’œuvre.

« La Division Mentale ». Boum ! Rien que le nom claque des portes et incite à découvrir le groupe. La Division Mentale est un projet répartit grosso-modo quelque part entre la Moselle et Dijon. Composé de Mriik (aux voix), mais surtout de Cypher, mastermind du groupe, La Division Mentale se fout royalement des autres. « L’eXtase des fous » est un disque complètement frappé, allumé au sens propre du terme, marqué au fer rouge par l’industrie lourde mais aussi par la camisole de force. Il est bon de signaler que le groupe disperse aussi dans son disque des samples ambiants effectués par deux groupes du style : Absent et Babylone Chaos.

Décrire le groupe musicalement parlant, c’est compliqué. On pourrait faire le chroniqueur de base et dire que c’est du Black Metal avant-gardiste, industriel avec de nombreux passages ambiancés et électroniques, etc… Mais non, parce que Le Division Mentale, c’est bien plus que ça, c’est la bande-son de l’asile psychiatrique. Les chambres capitonnées, les voix dans la tête, les délires maladifs, les cachets, les menottes, les trois seaux, l’explosion et l’annihilation totale de la conscience, voilà ce qu’est réellement La Division Mentale.

Vaste programme me direz-vous et vous aurez bien raison. Surtout que rien ne prédispose l’auditeur à ce déferlement de sensations toutes plus malsaines et tordues les unes que les autres. L’artwork peut certes éveiller un peu le doute, avec cette fillette masquée façon « Horror Show ». Ce n’est pas non plus la réputation du groupe qui nous aura avertis, La Division Mentale n’étant une formation que trop peu connue. Et en plus de ça, le groupe est incomparable. Hormis Wolok (et c’est plus une histoire de timbre vocal que d’autre chose), on ne peut rapprocher La Division Mentale de rien. Qui met du Xylophone dans son Black Metal (cf : « Le Tout Indivisible ») ? Qui ajoute des voix de fillettes aux allures de gentilles illusions de notre esprit ? Qui utilise le son d’un encéphalogramme comme base rythmique (cf : « La gale de mon passé ») ? Qui met de la derbouka en fond rythmique (cf : « Illusions décharnées ») ? Qui saupoudre une longe mélodie finale de chant ethniques (cf : « Discipline ») ? Personne, excepté La Division Mentale.

En ce sens, le groupe a poussé le vice très loin. Les paroles peuvent être interprétées de manière différente selon chacun. Des métaphores aussi complexes que variées ponctuent le tout. Le livret est d’ailleurs bien construit, dans un mélange de gris/blanc immaculé qui permet de bien situer l’univers du groupe et lire les paroles en écoutant le disque. La production très propre fait paradoxalement ressortir le bordel très organisé de l’œuvre. Les guitares sont très propres, légèrement en retrait avec un grain très saturé, très Black Metal en fin de compte. La boîte à rythme se fend parfois de rythmes électroniques, mais conserve quand même une ossature en majorité centrée sur l’imitation d’une batterie organique. Cette dualité sert plutôt bien le rythme, encore renforcé par les différentes gimmicks éléctro-indus.

Mais on remarquera plusieurs détails qui font de ce disque une réussite totale. Déjà, malgré cette affluence de variété, le disque reste très cohérent, surtout grâce aux nombreux interludes qui lient les titres entre eux. Deuxio, on observera que chaque riff est finalement extrêmement efficace. Chaque mélodie, aussi tordue soit elle, se retient et revient nous hanter des heures après l’écoute. Le dernier point est sans doute le plus important. C’est très passe-partout comme phrase, mais il y a « quelque chose » dans ce disque, quelque chose de plus fort qu’un simple goût de reviens-y. Une puissance qui nous pousse à l’écouter en boucle, en dépit de toute sa difficulté d’accès. D’ailleurs, j’ai pas mal séché pour écrire cette chronique. La Division Mentale me dépasse en terme de qualité, me transcende et j’ai vraiment du mal à trouver le pourquoi du comment dans cette histoire. Et du coup, j’ai également du mal à trouver les mots pour décrire précisément cet album.

Ce dont je suis sûr par contre, c’est que vous devez absolument écouter cet album, vous le procurer, et en être fier. Si vous êtes suffisamment fous, l’extase devrait vous tomber dessus comme un piano sur la tête de Georges Clooney. Un (très) très grand disque, de (très) très grandes émotions, et une (très) très haute note sur Thrashocore.

« Une splendeur globale, quel beau matériel, un regard abyssal et la douceur du miel », peut-être est-ce juste ça, La Division Mentale ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
15/06/2012 20:03
Le player ne gère pas les liens Myspace.
C'est aussi simple que ça.

Mr Green
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
15/06/2012 17:55
note: 10/10
J'ai surtout l'impression que Myspace à de plus en plus de mal au niveau des titres en écoute. Je crois bien que sur la chronique de NI262, ça avait buggé également chez moi.

En tout cas, si j'ai réussi à attiser ta curiosité avec ma chronique ça me va parfaitement ! De plus les deux titres sur Tube sont à mon avis les deux meilleurs du disque (avec "Discipline").
tasserholf citer
tasserholf
15/06/2012 16:42
Hum les titres en écoute ne se lancent pas... Quelqu'un d'autre à ce même problème ? (désolé Dead flemme de debugger tout ça, je l'ai déjà trop fait cette semaine pour le boulot).

Maisbon j'ai pu écouter 2 titres sur le tube ("..Le tout indivisible" et "Illusions Décharnées") et c'est vraiment sympa.

L'ambiance "Hôpital Psy" est très bien rendue et pour une fois les rythmes electros sont travaillés et originaux. (oui même ceux de The berzeker me soûlent par leur facilité).

edit : Et t'en fais pas FleshovSatan t'as su à mon humble avis très bien retranscrire l'atmosphère du disque.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

La Division Mentale
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (6)  6.83/10

plus d'infos sur
La Division Mentale
La Division Mentale
Black Industriel / Avant-garde - France
  

tracklist
01.   La voix des ombres
02.   La gale de mon passé
03.   L'abandon au réel
04.   Satan inside
05.   Illusions décharnées
06.   En mon âme et conscience
07.   Discipline
08.   Retour à l'onirique...
09.   ... Le tout indivisible
10.   L'eXtase des fous.

Durée : 41.36 min.

line up
parution
4 Mai 2007

voir aussi
La Division Mentale
La Division Mentale
Totem Simius LP

2012 - Foedus Aeternus
  

The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique