chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dehuman - Black Throne Of All Creation

Chronique

Dehuman Black Throne Of All Creation
Malgré une formation en 2006, ce n'est que cette année que Dehuman sort son premier full-length, Black Throne Of All Creation, sur le label nordiste Kaotoxin Records qui vient d'ailleurs de signer Ad Patres. Seul une démo quatre titres en 2007 accompagne ce premier album dans la maigre discographie des Belges. Comme chacun le sait toutefois, ce n'est pas la quantité qui compte mais la qualité. Et sans impressionner véritablement, Dehuman fait montre ici d'un potentiel prometteur.

Le logo et la pochette ne trompent personne, les Bruxellois font du death metal. Première chose intéressante, si on sent bien les influences du quatuor, il s'arrange pour avoir une touche relativement personnelle. Dehuman s'inspire en fait à la fois de la vielle et de la nouvelle école. En ce qui concerne le côté old-school, le chant arraché du bassiste Andrea Vissol, un des points forts du groupe, me fait penser à Max Otero de Mercyless. Des vocaux râpeux et agressifs qu'on retrouvait aussi chez Chuck Schuldiner et Martin Van Drunen et dans pas mal de groupes de la fin des années 1980 et du début des années 1990. Autre indice d'influences à l'ancienne, pas mal de riffs assez lourds et gras renvoient à Suffocation (logique avec un membre noir dreadlocké j'ai envie de dire!) comme sur "Monstrosity In The Hands Of God" à 3'12, "Eyes Of A Thousand" à 1'52, le début de "Spiral Of Loss" avec un très bon riff en tremolo par-dessus, "Black Mamba" vers 1'15 ou la première minute de "Path To Oblivion". Mais Dehuman n'est pas un énième groupe de brutal death. S'il blaste bien de temps en temps sur presque chacun des neuf titres de la galette, une grande partie de sa musique se veut davantage mélodique voire progressive, rappelant plus le Death du milieu des années 1990. Le combo fait ainsi preuve d'un bon sens de la mélodie que l'on retrouve dans des riffs souvent travaillés ou des leads/solos plutôt bien branlés ("Apocalypse And Perdition" à 3'32, "Spiral Of Loss" à 4'12, "Down With The World" à 3'30). On a même le droit à des petits sweeps mélodieux à partir de 0'35 sur "Black Mamba". Un bon feeling mélodique couplé à un sens aigu de la composition. La formation arrive à suffisamment varier son jeu pour que chaque morceau ait son identité propre, ce dont beaucoup de groupes de death, même confirmés, n'ont que faire. Toutes les rythmiques sont ainsi passées en revue, du blast au semi-blast en passant par le tchouka-tchouka thrash, le mid-tempo ou des breaks plus calmes et posés et Dehuman prend bien soin de varier également ses riffs et de poser à chaque fois une ambiance. "Apocalypse And Perdition" à 0'57 et l'intro de "Spiral Of Loss" apportent une touche épique légèrement blackisante par exemple. Un peu comme sur l'ouverture de "Path To Oblivion" aussi, avant qu'un riff à la mélodie orientalisante dans la veine de Behemoth vienne changer la donne. Ça, c'est une bonne chose et on sent que le groupe a travaillé. Sur un plan personnel toutefois, j'aurais préféré que les Belges élèvent leur vitesse de jeu et blastent davantage. Parce que quand ça blaste, c'est vraiment bon, surtout avec un son de batterie naturel et une caisse claire qui claque bien ("Apocalypse And Perdition" et "Down With The World" en ligne de mire). Là, le death de Dehuman se fait souvent trop mou malgré la diversité du jeu et les bonnes trouvailles mélodiques.

Mais ce n'est pas cet aspect qui me chagrine le plus. Comme je l'ai indiqué, Black Throne Of All Creation pioche à la fois dans le old et le new-school. Si son côté à l'ancienne me convient, il n'en va pas de même pour sa facette moderne, la moins convaincante sauf si vous êtes un grand défenseur du modern death contrairement à moi. Là, c'est plutôt syncopes et saccades sur riffs basiques en power chords purement rythmiques. "Monstrosity In The Hands Of God" à 0'32 sur des spoken worlds quelque peu déplacés (heureusement que quelques rafales de blasts viennent s'intercaler), "Eyes Of A Thousand" à partir de 1'06, "Down With The World" à 2'47 (les vocaux énervés limite hardcore qui suivent font mieux passer la pilule par chance), "Harvest The Sun" à 3'06, "Black Mamba" à 2'17, "Path To Oblivion" à 1'30: il y en a un peu partout et ces séquences inutiles (qui passeront sans doute mieux en live pour leur côté efficace et primaire) viennent souvent gâcher la fête. C'est par contre un peu mieux sur "Cast Of Assassination" et son break à la basse bien groovy.

Cette nécessité typique du modern death de syncoper les rythmiques m'échappe. Pire, elle m'irrite. Je n'avais pas cette réticence systématique il y a quelques années mais maintenant, je ne peux plus. Sans doute ai-je succombé au syndrome von_yaourt! Heureusement, ces passages restent minoritaires et Dehuman prouve régulièrement sur ce Black Throne Of All Creation de bonne facture qu'il vaut bien mieux que ça. Malgré son aspect par moment trop moderne pour moi et le manque de brutalité parfois, les Bruxellois ont réussi à me convaincre de leur potentiel. Ce, grâce à un sens intéressant de la mélodie, des riffs travaillés, une bonne diversité de jeu, des influences old-school qui me parlent (du gras à la Suffocation, une voix rageuse à la Mercyless) et une production puissante mais pas trop synthétique, avec notamment un son de batterie au rendu exemplaire, surtout pendant les blasts. Dehuman est clairement un groupe à surveiller, de très près même si le côté death moderne ne vous pose pas de soucis. Moi, je leur demanderais d'oublier les saccades bateaux et de revoir à la hausse la vitesse et la brutalité pour un prochain album. Là, ce sera parfait!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Kaotoxin records
20/11/2012 00:18
Merci, à nouveau, Keyser (avec encore plus de retard, du coup! Gros sourire)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dehuman
Death Metal
2012 - Kaotoxin Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  7.03/10

plus d'infos sur
Dehuman
Dehuman
Death Metal - Belgique
  

vidéos
Cast Of Assassination
Cast Of Assassination
Dehuman

Extrait de "Black Throne Of All Creation"
  

tracklist
01.   Apocalypse And Perdition
02.   Monstrosity In The Hands Of God
03.   Eyes Of A Thousand
04.   Spiral Of Loss
05.   Down With The World
06.   Harvest The Sun
07.   Cast Of Assassination
08.   Black Mamba
09.   Path To Oblivion

Durée : 43'49

line up
parution
30 Avril 2012

voir aussi
Dehuman
Dehuman
Graveyard Of Eden

2015 - Kaotoxin Records
  

Essayez plutôt
Deicide
Deicide
To Hell With God

2011 - Century Media
  
Deus Otiosus
Deus Otiosus
Murderer

2011 - F.D.A. Rekotz
  
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Stench Of Decay
Stench Of Decay
Where Death And Decay Reign (Démo)

2009 - Detest Records
  
Asphyx
Asphyx
Deathhammer

2012 - Century Media
  

Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique