chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Profezia - Oracolo Suicida

Chronique

Profezia Oracolo Suicida
Ah enfin ! Je n’y croyais plus ! C’est le troisième album sorti chez Moribund Records que je chronique en un mois, et enfin je ne suis pas déçu ! Je me réconcilie ainsi non seulement avec le label mais également avec l’Italie puisque c’est de ce pays que venaient les ennuyeux VARDAN et APOSTOLUM. Mais à vrai dire, je savais que j’allais apprécier cet Oracolo Suicida puisqu’il est l’œuvre de Kvasir, le guitariste et bassiste d’ABHOR, un groupe qui m’a totalement emballé en 2011 sur Ab Luna Lucenti, Ab Nostua Protecti avec son black mélodique simpliste.

Il n’est pas donc pas étonnant de retrouver une ligne de conduite assez proche chez PROFEZIA, le copain d'ABHOR. Le black y est fait dans une vieille marmite, avec une production sans excès, un son brut et des compositions qui privilégient les ambiances, sombres, à la technique. L’approche globale est celle d’un black de base, atemporel, avec des vocaux tout aussi traditionnels, mais chantés en Italien. Et du coup, les 40 minutes de ce nouvel album auraient pu ne pas se démarquer des autres sortie s’il n’y avait pas... un violon ! Mais attention, que les détracteurs de cet instrument ne s’enfuient pas ! Celui-ci n’est pas utilisé pour créer des ambiances folk ou pagan, de manière festive et intempestive, mais apporte avec lui tension et mélancolie. Un rapprochement peut se faire avec les Français de MIND ASYLUM (Eodharius), mais alors que ces derniers avait tendance à l’utiliser sur des breaks efficaces mais par trop prévisibles, PROFEZIA l’intègre au reste, superpose les instruments et parvient à varier les effets. Il peut alors apporter de la douceur sur des titres comme « Senza il Giorno », se faire dramatique sur d’autres comme « Futuro Rivelato », et même prendre des allures tziganes comme sur « Dracolo Suicida ». Le fait qu’il ne soit pas omniprésent permet également de ne pas se lasser. Au contraire, l’on n’aurait pas rechigné sur quelques apparitions supplémentaires.

Parce qu’effectivement, lorsque le violon reste muet, la musique de PROFEZIA perd en intérêt. Le côté « sans prétention » a certes son charme et j’avoue préférer ce style humble aux symphonies pompeuses des groupes actuels tel que CARACH ANGREN, mais c’est certain que ces 6 morceaux auraient pu être plus forts. Ils auraient pu claquer plus. Quoi qu’il en soit, PROFEZIA est pour l’instant ce que Moribund propose de mieux en ce début d’année aux côtés de DODSFERD, même si en fait il s’agit d’une réédition du même album, sorti quelques mois plus tôt sur Raging Bloodlust Records...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Profezia
Trve Black à violon
2014 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (12)  6.01/10

plus d'infos sur
Profezia
Profezia
Trve Black à violon - 2000 - Italie
  

tracklist
01.   Oracolo Suicida
02.   Sacra Tempesta
03.   Senza Il Giorno
04.   Futuro Rivelato
05.   Il Gioco Del Parassita
06.   Nato Morto

Durée : 40:16

line up
parution
4 Mars 2014

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique