chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Clandestine Blaze - City of Slaughter

Chronique

Clandestine Blaze City of Slaughter
Allez, il est temps de ranger tes jouets, de planquer ton verre de lait et de prendre ta mine la plus sombre. CLANDESTINE BLAZE est de retour. Et je ne sais pas si tu le ressens comme ça, mais pour moi, ce groupe finlandais est la représentation même de la maturité. Mikko fait du black de papa, intègre, ne jouant pas dans la surenchère mais présentant les véritables atrocités de notre monde et de notre esprit. Il parvient à piocher avec talent dans nos ténèbres intérieures et le dégueulis qui nous entoure. Oui, sauf que depuis Falling Monuments il me faisait moins frissonner. Harmony of Struggle (2013) et New Golgotha Rising (2015) reprenaient les schémas habituels sans intégrer les mélodies de tueurs de ses aînés. Et comme le veut l’adage du « jamais deux sans trois », je m’apprêtais à trouver en ce City of Slaughter un nouvel album un peu en-dessous, créant des ambiances sombres, mais sans creuser plus loin J’en étais tellement convaincu qu’à la première écoute j’y ai cru. Je me suis dit : « Bon, des nouveaux titres dans la veine de ceux récents, une petite piqûre qui donne envie de ressortir les classiques ».

Mais dès la deuxième écoute, je me suis rendu à l’évidence, je me suis réveillé, j’ai retrouvé ces petits détails qui me faisaient vénérer CLANDESTINE BLAZE il y a une dizaine d’années, et ce dès le premier titre : « Remembrance of a Ruin ». Ah si ! Il ne renouvelle pas le groupe, mais il en retrouve le meilleur ! Le son étouffé, la voix qui postillonne son venin, la basse qui rugit en fond... et surtout, surtout, ces parties vicieuses qui font un petit trou dans la tête pour y introduire un fluide perfide. Sur ce début d’album, il y a d’abord la façon de chanter. Mikko te balance un phrasé, il t’invective, il t’écrase en compote juste avec sa voix. Le morceau est en lui-même bien agressif, mais arrive ce final... Ce final qui rend le titre délicieusement addictif : le passage à un mid tempo et une sorte de cuivre qui résonne. Tu restes scotché, mais suit directement un des titres les plus réussis de la carrière de CLANDESTINE BLAZE, « The Voice of our Mythical Past ». Là encore, alors qu’il semble juste une écrasante mais répétitive attaque sonore, c’est en plein milieu qu’il se révèle génial. Après 3 minutes de décrassage satanique, il freine, passe à un rythme plus observateur et malin, et te lance enfin le riff de la mort. Celui qui est tellement froid qu’il te brûle. C’est simple, c’est vrai, mais alors, mis là, au milieu des flammes dansantes, il subjugue. Et le pire c’est qu’il y a encore une surprise qui commence à la 5ème minute : un orgue occulte qui se rajoute au chaos ambiant. Putain, c’est Ragnarok ! Destruction massive ! Arrêtez tout, on pourra pas aller plus haut !

Eh bien si, peut-être bien, parce que l’album a l’avantage de varier. Il est fidèle au son et aux compositions habituelles de Mikko - on ne se recrée plus vraiment au bout de 20 ans - mais il y a de la place pour de grosses ambiances à la DARKTHRONE comme sur « Archeopyschic Fear » qui semble sortir de la trilogie culte. Pas une copie, mais véritablement l’original revenu dans le corps d’un autre. Haine frontale ! Et on pense aussi à FUNERAL MIST avec « Return into the City of Slaughter » et ses passages rampants inquiétants. Mortuus, es-tu là ?

Cet album se révèle terrible, jusqu’au dernier « Century of Fire » qui lâche toutes les dernières forces noires en stock. Crachats et fines lueurs d’espoir perdu. City of Slaughter impose le respect et parvient à nous propulser à nouveau dans une autre dimension, au panthéon des démons intérieurs, qui grattent toujours le fond de l’esprit pour se libérer et aller répandre leurs horreurs sur terre. Dommage qu'il n'y ait que 39 minutes, on en aurait bien repris un peu plus encore, et dommage que certains passages ressemblent un poil trop à d'anciens titres...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
13/04/2017 10:06
Oui oui, tu décris assez bien ce que je trouve de moraliste et de prédicateur chez CB, ces couleurs d'abattoir, et ces ambiances Trompes de la Fin du Monde, qui évoquent limite Elend ou In Slaughter Natives... Enfin, Harmony of Struggle, quoi !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/04/2017 08:19
note: 8.5/10
gulo gulo a écrit : Et moi elle me donne envie de lui offrir un repêchage, d'après elle l'album n'a pas l'air si différent de mon chouchou Harmony of Struggle. Il s'est décarcassé le père Sakri !

Ecoute vraiment attentivement, l'une des deux premières pistes de l'album, et je suis sûr que tu pourras ensuite plonger dans tout l'album. En l'écoutant comme ça, j'ai été emporté ! La crasse, la noirceur réelle, de notre monde.
gulo gulo citer
gulo gulo
13/04/2017 07:53
Et moi elle me donne envie de lui offrir un repêchage, d'après elle l'album n'a pas l'air si différent de mon chouchou Harmony of Struggle. Il s'est décarcassé le père Sakri !
dantefever citer
dantefever
12/04/2017 23:43
Jamais écouté Clandestine Blaze, mais ta chro me donne envie de m'y mettre

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Clandestine Blaze
Black Metal
2017 - Northern Heritage
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.6/10
Webzines : (2)  8.17/10

plus d'infos sur
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
Black Metal - 1998 - Finlande
  

tracklist
01.   Remembrance of a Ruin
02.   The Voice of Our Mythical Past
03.   Circle of Vultures
04.   Prelude of Slaughter
05.   Return into the City of Slaughter
06.   Archeopsychic Fear
07.   Century of Fire

Durée : 38:54

line up
parution
12 Février 2017

voir aussi
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
Harmony of Struggle

2013 - Northern Heritage
  
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
New Golgotha Rising

2015 - Northern Heritage
  

Essayez aussi
Negator
Negator
Die Eisernen Verse

2005 - Remedy Records
  
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
Goatslave
Goatslave
Procession Of Doom

2016 - Atavism Records
  
Judas Iscariot
Judas Iscariot
Distant in Solitary Night

1999 - Moribund Records
  
Immortal
Immortal
Pure Holocaust

1993 - Osmose Productions
  

Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy - Interview
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique
Les reprises BLACK METAL (Björk / Radiohead / Foufoune...) POURQUOI ?
Lire le podcast
Les sorties de 2017
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Kawir
Exilasmos (Εξιλασμός)
Lire la chronique
Incantation
Profane Nexus
Lire la chronique
Nephren-Ka
La Grande Guerre de l'Epice
Lire la chronique