chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
22 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Tinnitux 耳鳴 - As The Aether Burns「聽見蒼穹燃燒」

Chronique

Tinnitux 耳鳴 As The Aether Burns「聽見蒼穹燃燒」
La première fois que j'ai visité Kuala Lumpur, j'ai pris une énorme claque. C'était la première métropole d'Asie que je voyais et cette découverte a balayé toutes mes certitudes d'occidental présomptueux. Ce jour, là, dominé par la masse imposante des majestueuses Petronas Towers, j'ai pris conscience que le vingt et unième siècle serait asiatique. L'Asie d'aujourd'hui n'a en effet plus grand chose à voir avec la bédé Le Lotus Bleu, le film Anna et le roi ou la série télé Franck Chasseur de fauves. Il faut avoir séjourné récemment dans un pays d'Asie pour mesurer l'écart hallucinant entre l'image mièvre qu'on peut en avoir et la réalité crue.

La première fois que j'ai écouté 聽見蒼穹燃燒, le debut album de 耳鳴, j'ai pris une énorme claque. C'était il y a quelques jours, mais ma joue a encore la marque du giroflée à cinq pétales. Alors, n'écoutant que ma passion, j'ai dégainé mon clavier et fiévreusement tapé la chronique que tu es en train de lire. TINNITUX (en caractères romains) est un groupe de Stoner / Doom / Heavy Psych fondé en 2009 à Kuala Lumpur. Leur debut album sorti en avril 2017 s'appelle As The Aether Burns et ça fait un bon moment que je n'avais pas entendu un truc aussi haut perché. Pourtant le quatuor n'invente rien et se contente de reprendre à la sauce malaise une recette hyper fuzzée plutôt éprouvée. Mais est-ce le climat, la tropicalité ou le piment ? Il y a dans leurs compos un je ne sais quoi de folie dense, de contrastes agressifs, une typicité asiatique ? A moins que ce soit le chant féminin ?

Dans les six pistes de As The Aether Burns, vous êtes agressé par une basse mixée très en avant et qui domine le jeu des autres instruments, sans pour autant les écraser. Malgré cette présence anormale et oppressante, on entend distinctement le jeu de la batterie, très naturel, les chants masculin et féminins et enfin la guitare qui joue à cache-cache avec la basse, tantôt dissimulée derrière, tantôt pleinement libérée, à l'occasion de quelques évasions arachnéennes et envoûtantes ("The Phase", "Fox"). Côté chant, un homme et une femme se partagent le micro, le premier servant à introduire ("The Time") ou souligner le féminin ("Fox"). Les voix sont noyées sous une épaisse couche d'effets, perdus dans un océan de reverb. La voix de l'interprète féminine Vanessa Ching a un petit quelque chose de Beth Gibbons (PORTISHEAD), notamment sur "Fox".

De la place centrale de la basse aux envolées instrumentales psychédéliques ("Time River") en passant par le chant lointain, le travail sur le son et les longs instrus psychédéliques, TINNITUX me fait penser à une version orientale de MARS RED SKY, avec une chanteuse tout aussi expressive et inspirée que Julien Pras (le chanteur de MRS), mais dans un registre différent, plus mélodique et moins évaporé. TINNITUX est une petite pépite de gras, qui se déguste comme qui rigole, effaçant le temps l'instant d'une parenthèse enchantée. Coup de cœur !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
05/09/2017 17:08
Ah oui c'est vraiment très cool, merci !
Kedran citer
Kedran
05/09/2017 13:16
Super sympa, merci pour la découverte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tinnitux 耳鳴
Stoner / Doom
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Tinnitux 耳鳴
Tinnitux 耳鳴
Stoner / Doom - 2009 - Malaisie
  

tracklist
01.   The Times 时代  (09:28)
02.   The Phase 定相  (06:02)
03.   Time River 时间河流  (07:45)
04.   Clockwise 时针  (06:20)
05.   Pisces 双鱼座  (06:39)
06.   Fox 狐狸  (05:33)

Durée : 42:00

line up
parution
21 Mai 2017

Essayez aussi
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmachine Split LP (Split 12")

2017 - Music Fear Satan
  
Huata
Huata
Atavist Of Mann

2012 - De Arte Magica
  
Monolord
Monolord
Empress Rising

2014 - Easyrider Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  

Découverte de l'année
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Nuit Macabre
Perversion de Dieu (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity + Origin + Rings Of Saturn + Graveslave
Lire le live report
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique