chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sacred Son - Sacred Son

Chronique

Sacred Son Sacred Son
Nouveau one-man-band britannique de Black Metal, SACRED SON lance un sérieux défi a tous ceux qui pensent pouvoir s'affranchir du contexte pour apprécier un disque. En effet, l'emballage est une telle somme d'énigmes et de contresens qu'il amène l'auditeur à toutes sortes de suppositions, avant même d'avoir écouté la galette. Comme ça, au débotté, on pourrait penser que SACRED SON est :

1. Un progueux frustré : un gratteux obsédé par la technique qui se gausse de la simplicité du Black Metal, musique frustre et basique. Pour faire la démonstration de la fausseté et de la simplicité du genre, il pousse le vice jusqu'à enregistrer son propre album de Black Metal en prenant soin de masquer son identité derrière un pseudo intraçable. Afin de bien montrer sa différence, il l'illustre avec une photo anonyme piquée sur Instagram et un logo repompant la graphie de celui de EMPEROR.

2. Un intellectuel retors : Plus préoccupé par la signification que par le signifiant, il choisit une illustration décalée pour forcer les auditeurs à se poser des questions et chercher un sens à des choses qui n'en ont pas. Dans la même logique, il invente un logo repompé sur EMPEROR pour marquer une appartenance et susciter des images dans l'esprit des auditeurs. Son nom, quant à lui, ne renvoie à aucun historique, dans le Black Metal ou ailleurs. Véritable John Doe de la musique extrême, il pourrait être une sommité de la scène comme un parfait inconnu.

3. Un mec vraiment torturé : Il choisit cette illustration qui nous parait celle d'un après-midi heureux mais qui représente pour lui le cauchemar le plus absolu. Il abhorre ce cliché, il souffre rien qu'à imaginer un joyeux après-midi ensoleillé au bord de la mer. A moins que la photo soit celle d'un beau-père tortionnaire, d'un pasteur pédophile, d'un petit copain sadique... Il a choisi le logo parce qu'il aime bien EMPEROR et n'a pas vraiment de temps à consacrer à la création d'une graphie originale. Il a choisit un nom d'une banalité à pleurer car, à l'instar de cette image qu'il vomit, s'appeler Dana Cross est bien plus effrayant et démoniaque que tous les patronymes démoniaques du Black Metal.

La force de Sacred Son, c'est que la musique ne vient démentir aucune hypothèse.

Elle peut-être celle d'un progueux frustré qui veut démontrer la vacuité du Black Metal en composant trois morceaux de structure quasi identique, avec une rythmique reposant sur un unique riff, un martèlement rapide et obsédant et un cri inarticulé et lointain, l'effet étant ponctué par un interlude acoustique ("Eternal Light (interlude)") à la finalité incertaine.

Elle peut-être celle d'un intellectuel retors cherchant, par la répétition sérielle d'un concept en trois morceaux (et un interlude) à faire réfléchir l'auditeur sur la signification de ce qu'il entend ou bien sur l'existence même d'une signification. Voire sur la nécessité de trouver en chaque chose une signification. Voire, si l'on tire encore le concept, sur le rapport entre signification et épanouissement.

Elle peut enfin être celle d'un mec vraiment torturé qui exprime son cauchemar en trois morceaux qui sont autant de variations autour de ses psychoses, l'interlude apportant un petit peu de lumière dans la flaque d'ombre.

Prises isolément, les compos ne donnent qu'une idée tronquée du tableau d'ensemble, la force de Sacred Son, c'est de faire sortir l'auditeur de sa zone de confort en brouillant les codes et les messages. Ce n'est pas juste du Black Metal, c'est de l'art conceptuel!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sulphur citer
Sulphur
19/09/2017 10:12
Niveau 'zik, ça s'écoute bien. En effet, pas de quoi se taper les couilles contre un coin de table, mais c'est plutôt bien produit.

Par contre l'idée derrière la pochette me gonfle un peu. Alors oui, c'est cool de vouloir être original, de ne pas suivre les modes du type "perfecto-cagoule". Mais le selfie de Bordelais en vacances dans le Sud, ça ne me raconte rien du tout (pardon amis bordelais). Enfin si, ça me raconte juste que le gars derrière ce projet avait besoin de s'affirmer d'une manière ou d'une autre. Et ça, je m'en fous.

C'est évidemment pas un objet que je peux écouter à la maison, le livret en main, et je trouve qu'il est assez juste de parler ici "d'art conceptuel". Bien vu.
gulo gulo citer
gulo gulo
19/09/2017 10:04
Sagamore a écrit : Meilleure pochette de l'année.
Musicalement, c'est pas mal, mais pas de quoi se taper le derrière au sol non plus.

[quote]Black Metal, musique frustre et basique.


Pas d'accord du tout.[/quote]

Ben oui : c'est "fruste".
Sagamore citer
Sagamore
19/09/2017 09:47
Meilleure pochette de l'année.
Musicalement, c'est pas mal, mais pas de quoi se taper le derrière au sol non plus.

Citation : Black Metal, musique frustre et basique.

Pas d'accord du tout.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sacred Son
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
Sacred Son
Sacred Son
Black Metal - 2017 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Cleave the Alicorn  (07:39)
02.   Apocalyptic Winter  (07:52)
03.   Ethereal Light (Interlude)  (05:23)
04.   Sepulchral Ritual  (09:06)

Durée : 30:00

line up
  • Dana Cross / Guitare / Basse / Batterie / Chant / Piano

parution
25 Août 2017

Essayez aussi
Chaos Invocation
Chaos Invocation
Black Mirror Hours

2013 - World Terror Committee
  
Gzekhratüs
Gzekhratüs
Masters Of Universal Mysteries (EP)

2014 - Triangulum Ignis
  
Besatt
Besatt
Tempus Apocalypsis

2012 - Witching Hour Productions
  
Sytris
Sytris
Pod sztandarami otchłani (EP)

2016 - Werewolf Promotion
  
Goatslave
Goatslave
Procession Of Doom

2016 - Atavism Records
  

French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique