chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
45 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Oraculum - Always Higher

Chronique

Oraculum Always Higher (EP)
La première fois que nous vous parlions d’Oraculum, c’était il y a trois ans à la sortie d’un premier EP intitulé Sorcery Of The Damned paru sur Invictus Productions. Le groupe chilien est aujourd’hui de retour avec un nouveau format court intitulé Always Higher. Quatre titres inédits pour un groupe qui ne semble pas s’être particulièrement assagit.
Sorti une fois de plus sur le fameux label de Ranelagh, ce nouveau EP se présente finalement très vite comme une maigre suite à ce qui n’était déjà qu’une simple mise en bouche, certes particulièrement appétissante, mais tout de même bien vite avalée. Car en effet, sur les quatre titres proposés ici on trouve une introduction d’un peu moins de deux minutes ainsi qu’une reprise des Allemands de Poison ("Sphinx"). Je vous laisse faire les mathématiques mais le résultat n’est pas très compliqué à trouver...

Ce n’est donc pas avec les vingt-et-une petites minutes que durent ce Always Higher que nous allons nous étouffer. Enfin en ce qui me concerne cela a tout de même bien faillit être le cas car on ne peut pas dire que les premières écoutes aient été particulièrement concluantes. Je ne sais pas si c’est le choix de la production et le traitement donné à la voix qui m’ont autant décontenancé mais j’ai mis du temps à y revenir n’y trouvant alors clairement pas mon compte. Et si à force d’écoutes les choses vont mieux aujourd’hui, il y a tout de même quelques petits trucs qui me chiffonnent.
En effet, là où la production de Sorcery Of The Damned se montrait abrasive et épaisse à la fois, celle de Always Higher se fait beaucoup plus rachitique (tout en conservant néanmoins cet aspect rugueux). C’est dommage car ce léger son de tronçonneuse apportait une certaine puissance ainsi qu’un grain typiquement suédois au Death Metal d’Oraculum. En grand amateur de la scène scandinave, je trouve que celui-ci lui fait aujourd’hui un petit peu défaut. Bien entendu, tout ça n’est qu’une question de ressenti et cela ne m’empêche pas de trouver plein de charme à cette nouvelle production qui tire davantage du côté de la scène Thrash allemande de la fin des années 80 (Kreator, Sodom, Destruction et Poison). Si les compositions proposées ici par les Chiliens conservent alors une certaine âpreté, elles semblent également plus décharnées et donc un peu moins "impressionnantes" en terme de rendu. Aussi, par un truchement évident, le timbre de voix s’en trouve quelque peu changé. Pourtant, je n’ai rien à reprocher à la voix de Scourge Of God (également chanteur au sein de Wrathprayer) dont le timbre tire énormément vers celui de Necrophilos des Finlandais de Lantern. Sauf que me voilà quelque peu bouleversé par ces quelques menus changements.

Mais passé ce douloureux effet de surprise qui s’est depuis largement estompé, on se retrouve face à un groupe qui n’a clairement pas changé son fusil d’épaule et continue de tracer sa route en suivant les pas de ses précédentes réalisations. Une remise en question quasi-nulle (à l’exception du choix de production donc) qui saura contenter les gens comme moi peu enclin au changement (en tout cas en matière de musique). Simple mais redoutable, le Death Metal d’Oraculum possède tout ce que la scène chilienne à de meilleure à offrir c’est-à-dire du caractère et de l’authenticité ainsi qu’un intérêt certain pour les cadences soutenues et épicées. Si le groupe n’est pas sans ralentir parfois le rythme, c’est pourtant pied au plancher qu’il mène ses assauts à coup de blasts foutraques et tonitruants (ah ces cymbales qui résonnent comme il faut !), de riffs abrasifs et nauséabonds et de vocalises bestiales. Une odeur de mort fétide qui plane ainsi tout au long de ces quatre titres, même sur cette introduction beaucoup trop répétitive et à la transition foirée (ça ne sert à rien de laisser 5 secondes de blanc entre une intro et le titre suivant, il faut que ça s’enchaine pour qu’il y ait un quelconque impact). Oraculum clos ce nouveau EP avec une reprise particulièrement fidèle du titre "Sphinx" de Poison. Neuf minutes d’un Death/Thrash ultra efficace plus que jamais au goût du jour (avec l’aide d’une production évidemment plus moderne) et un clin d’œil évident à l’une de leurs principales influences.

Ce qui s’annonçait au départ comme une triste déception se transforme finalement en un sympathique petit EP qui, s’il ne supplantera pas l’excellent Sorcery Of The Damned, n’en reste pas moins d’excellente facture. On ne cesse de vous tanner sur le sujet mais le Chili est une scène à suivre de près depuis déjà quelques années. Oraculum ne fait aujourd’hui que le confirmer encore un peu plus avec cette très bonne seconde mise en bouche. Maintenant, il faudrait juste que le groupe se décide à passer aux choses sérieuses et accoucher d’un album dans les plus brefs délais. Allez, au boulot !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Oraculum
Death Metal
2017 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines : (3)  3.4/5

plus d'infos sur
Oraculum
Oraculum
Death Metal - 2011 - Chili
  

tracklist
01.   Exeunt  (01:50)
02.   Lex Talionis  (04:26)
03.   Semper Excelcius  (05:51)
04.   Sphinx (Poison Cover)  (09:11)

Durée : 21:18

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Oraculum
Oraculum
Sorcery Of The Damned (EP)

2014 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Illdisposed
Illdisposed
The Prestige

2008 - AFM Records
  
Facebreaker
Facebreaker
Dead, Rotten And Hungry

2008 - Pulverised Records
  
Necrowretch
Necrowretch
Now You're In Hell (EP)

2012 - Detest Records
  
FaithXtractor
FaithXtractor
Razing The World Of Myth

2008 - Aphotic Records
  
Firespawn
Firespawn
The Reprobate

2017 - Century Media Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report