chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Presumption - Presumption

Chronique

Presumption Presumption
Sortez les chandeliers à treize branches, les bougies en cire noire, les pentagrammes, les têtes de chèvre et polissez l'autel sacrificiel, je crois qu'on tient l'album Doom de l'année !

L'auteur de ce méfait de haut vol est le quatuor PRESUMPTION, fondé au Mans en 2007. Je ne les découvre pas avec ce premier album éponyme, je les pratique depuis leur EP From Judgment to the grave paru en octobre 2014. Voici ce que j'ai écrit à l'époque, à propos de ce disque : "C’est une musique Heavy, un rien Southern Rock. L’influence Doom se fait ressentir dans les thématiques et certains arrangements, mais le gang ne se laisse pas emprisonner dans un trip lourd et gras. Les compos assez longues laissent aux cordistes le temps de s’exprimer dans de longues plages instrumentales et de très bons soli. Mais PRESUMPTION se distingue aussi par le chant de Moomoot. Le frontman chante aussi bien en français (“La Meffraye”) qu’en anglais. Mais il déclame la langue de Shakespeare avec un accent frenchie assumé. Une voix grave, rugueuse, rocailleuse qui rappelle celle de Reuno quand il chante avec MUDWEISER. La musique est ample et le trio de cordistes remplit bien l’espace, mais c’est surtout sur les soli épiques (“Samsara”, “Anvil Devil”) qu’Adrien et Marvin envoient toute la puissance, développant un dialogue épatant. C’est vrai que dans ces moments, le groupe s’éloigne bien du Doom pour surfer avec un Stoner couillu. "

Pour mieux les situer, je dirais que PRESUMPTION est le HEXECUTOR du Doom. A l'instar de leurs voisins Rennais, les Mansois proposent en effet des créations intelligentes, sulfureuses et orthodoxes dans leur approche musicale. Les deux combos sont menés par un frontman haut en couleur, au chant caractéristique, qui peut être un peu irritant mais contribue beaucoup à l'identité de leur projet. Enfin, les deux groupes bossent beaucoup leurs thématiques, ont osé une chanson en français et ils ont tous les deux sorti un excellent debut album.

Car oui, n'y allons pas par quatre chemins, Presumption est vraiment un excellent disque. Le combo y remet l'église au centre du village en livrant un album de Doom qu'on pourrait qualifier de oldschool. C'est une musique qui sent le soufre et la messe noire : chacune des pistes de la galette est un hymne au malin. C'est également un disque sur lequel plane l'ombre tutélaire de BLACK SABBATH. Du côté musique, la rythmique hyper saturée est mise en avant dans le mixage afin de noyer les compos dans un marigot noir et épais, aux motifs hypnotiques. Ils sont d'autant plus hypnotiques que les pièces maîtresse de la tracklist dépassent toutes les six minutes, laissant à l'auditeur le loisir de se noyer dans le reverb ("Dr Satan" ou "Red Death"). Il y a encore quelques beaux soli de guitare ("Presumption", "Dr Satan", "Deadly Barrels"), mais confinés derrière le mur de gras, ils n'ont pas la flamboyance un peu clinquante de celui de "Samsara". Le méfait offre une collection de riffs plus sabbathiens les uns que les autres ("Presumption", "Pale Blue Horse", "Atomic Fear"). Le chant de Moomoot qui pouvait paraître uniforme et exagérément mal accentué sur l'EP est aujourd'hui beaucoup plus digeste. La voix est plus posée, plus ronde et moins caricaturale. Ajoutant du corps à son propos, Moomoot varie désormais les tessitures, alternant un chant clair noyé dans la boue, un screaming démoniaque ("Deadly Barrels"), et même des rires hystériques de dément rappelant fortement ceux dont Ian Gillian avait parsemé la tracklist de Born Again lors de son passage chez BLACK SABBATH! ("Red Death"). La tracklist alterne pièces longues, respirations plus courtes et incisives ("Deadly Barrels") et courts instrus servant de transition (ça ne vous rappelle personne ?). Mais plus que la somme de ses détails, c'est un projet qui dans son ensemble évoque un hommage appuyé au groupe de Tony Iommi. En étant plus Doom que Doom, plus satanique que Satan, il m'évoque l'album Headless Cross, un disque de retour aux sources sur lequel la musique hyper heavy du tandem Tony Iommi / Cozy Powell sert de toile de fonds aux lyrics les plus sataniques de l'oeuvre du Sab, Tony Martin ayant voulu, lui aussi, respecter le cahier des charges : “Tony Martin had just come into the band and he assumed, oh, BLACK SABBATH, it’s all about the Devil, so his lyrics were full of the Devil and Satan. It was too much in your face.” (Tony Iommi, 2012).

Vous pourriez trouver que Presumption ne brille pas par son originalité, et c'est vrai que ce n'est pas sa vertu première. Sa qualité première, c'est sa qualité justement. Respectant à la lettre la recette de l'album de Doom, PRESUMPTION livre une création d'une grande cohérence stylistique.Un pur album de Doom comme il y en a finalement assez peu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
21/11/2017 19:13
J'avais vu le groupe en concert dans une salle à Angers il y a bien trois ans, on devait être 10 dans le public à tout casser. Pourtant, je me rappelle avoir passé le concert à bouger avec quelques autres gars comme rarement. Leur EP était un peu maigre et j'avais été un peu déçu en l'écoutant chez moi, mais je vais jeter une oreille avec plaisir sur leur premier album. En tout cas en live, c'est simplement génial

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Presumption
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Presumption
Presumption
Doom - 2007 - France
  

tracklist
01.   Pale Blue Horses  (05:58)
02.   Atomic Fear  (03:42)
03.   Midnight Suffering  (01:20)
04.   Dr Satan  (07:08)
05.   Nomen Est Omen  (01:06)
06.   Red Death  (09:36)
07.   Deadly Barrels  (03:24)
08.   Presumption  (09:12)
09.   Sand Witch (Bonus Track)  (08:02)

Durée : 49:28

line up
parution
17 Novembre 2017

Essayez aussi
The Wounded Kings
The Wounded Kings
The Shadow Over Atlantis

2010 - I Hate Records
  
Caronte
Caronte
Yoni

2017 - Ván Records
  
Candlemass
Candlemass
Candlemass

2005 - Nuclear Blast Records
  
Green Carnation
Green Carnation
A Blessing In Disguise

2003 - Season Of Mist
  
Sleep
Sleep
The Sciences

2018 - Third Man Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique