chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Asmodée - Chlorosis

Chronique

Asmodée Chlorosis
Si la chronique de Chlorosis avait échu à notre modèle unique de chroniqueur déjanté adepte du calembour à la Jean Roucas, j'ai nommé cglaume, on aurait sans doute eu le droit à un tas de jeux de mots foireux à base d'Asmodée, tels que « ass mode : hey » et autres « asthme aux dés ». Heureusement, c'est moi qui ait la gratifiante tache de chroniquer le déjà troisième album de ce qui est à mes yeux, comme à ceux d'un petit nombre d'initiés, l'un des meilleurs groupes de black metal français, qui s'est fait connaître avec l'excellent Symptômes de Ruines en 2002. Vous ne retrouverez donc pas dans cette chronique de jeux de mots foireux, ou de calembours de basse mode éculés.

Pour tous les trop nombreux lecteurs qui ne connaîtraient pas encore Asmodée, sachez que le groupe ne pratique pas un black metal conventionnel, mais plutôt un black metal technique très audacieux, à la fois rapide et mélodique, dont les influences techno-thrash voire techno-death se font ressentir à maintes reprises. Asmodée possède un style propre immédiatement reconnaissable, aucun autre groupe n'arrivant à mêler des sonorités black metal tout en jouant autant sur les dissonances et en variant les rythmes. Le groupe se paye même le luxe de compter en ses rangs un bassiste jouant fretless qui, en bon fan de Sean Malone, fait de nombreuses et remarquables interventions qui ne feraient absolument pas tâche chez Cynic ou tout autre légende du death technique. À ma connaissance, il n'y a guère que les hongrois de Tùrulver qui fassent aussi du black metal avec une basse fretless, c'est dire si pareil emploi de ce trop rare instrument est peu répandu !

Chaque écoute d'une œuvre d'Asmodée force le respect, tant par sa haute technicité que par son rendu réellement accrocheur, et cela faisait un petit moment qu'on attendait un successeur à Simulacres sorti en 2004. Avec Chlorosis, le groupe suit le chemin déjà emprunté sur l'EP Black Drop Journey et le mini Totems Of affliction (dont on retrouve justement les deux titres « Black drop Journey » et « Penitence » sur Chlorosis), à savoir un sentier nettement plus sinueux, torturé, pour ne pas dire aventureux. Mais il pousse sa démarche encore plus loin : non seulement, les contretemps, dissonances et ralentissements vicieux se sont multipliés, mais les passages épiques se sont aussi fait plus rares, ou plutôt devrais-je dire, moins omniprésents, car ils constituent toujours une large majorité des compositions, comme « Penitence », très représentatif des schémas de composition du groupe, le prouve. Asmodée apporte tellement de subtilités à ses compositions qu'il me serait bien difficile de vous les décrire en détail ici, mais en tout cas, Chlorosis diffère assez sensiblement du black/death très rapide et incisif pratiqué aux débuts du groupe, bien que les blasts et guitares en doubles croches soient toujours légion, comme on peut s'en rendre compte avec « Aux Chambres d'Oubli » ou l'intro de « Langalore/House Of Noise ». Pour vous faire une idée précise du contenu de l'album, le simple est que vous écoutiez les deux titres disponibles.

Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez déjà compris que Chlorosis est extrêmement bien foutu, mais est-il réellement bon pour autant ? La réponse est bien entendu affirmative, mais le tableau idyllique n'est pas sans souffrir de quelques menus bémols. Certes, le groupe offre des compositions d'une qualité admirable, complexes et pourtant très prenantes, avec des riffs qui sont indubitablement parmi les meilleurs de leur discographie, mais parfois quelques passages sont un peu plus faibles que le reste, et laissent un sale un petit arrière goût de peut mieux faire. Je pense particulièrement au morceau qui suit celui d'ouverture (pour sa part excellent), « Disconforct Scale » qui est déroutant, sans réelle accroche. Il est très loin d'être mauvais, mais il s'apprécie assez difficilement, et c'est le principal écueil de Chlorosis, où le meilleur côtoie en de rares occasions le un peu moins bon. Par contre, les morceaux en eux-mêmes ne comportent pas de passages inégaux et ne sont donc jamais frustrants, à l'exception de « The Cainist » qui comporte un passage magnifique à partir de la première minute, mais qui malheureusement ralentit trop, et s'installe dans une sorte de faux-rythme ; sans les nombreuses interventions de la guitare lead il en deviendrait presque laborieux. Il est également dommage que l'unique riff de l'outro « Xthxr » ne soit pas présent dans un vrai morceau, tant il est de qualité.

Au final cet album s'avère exceptionnellement bon, mais extrêmement difficile d'accès : il m'aura fallu une dizaine d'écoutes pour le maîtriser, et ce n'est qu'en le réécoutant ultérieurement que j'ai pu vraiment l'apprécier dans son entier. Chlorosis est plus aventureux et plus audacieux que ses prédécesseurs, mais aussi peut être un peu plus inégal, tant il est vrai que Simulacres et Symptômes de Ruines sont constants dans la qualité. Personnellement, je ne regrette pas que le groupe ait emprunté cette voie, mais la conventionalité a parfois aussi du bon : pour moi « Fractale » reste le meilleur morceau de l'album, et c'est peut être celui qui se rapproche le plus des précédents opus. Les fans verront si ils préfèrent cette orientation à la précédente, et ceux qui ne connaissent pas le groupe le découvriront probablement avec un sourcil haussé d'étonnement, tant ce qu'Asmodée nous propose est inédit. Tout cela ne doit pas occulter le fait que Chlorosis est un excellent album, bien au dessus de la masse des autres groupes de black metal, mais aussi… différent. Il serait fort dommage de passer à côté.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
03/08/2014 22:51
note: 7/10
Bon album mais bien en dessous de Symptômes de Ruine...Sur celui là il y avait tout ! Le chant était bien meilleur et plus varié et il me procurait de vrais émotions.
Je trouve celui là un peu plus fade et bien plus linéaire.

Vraiment un très bon groupe de Black Français.
Streker citer
Streker
03/08/2014 22:50
note: 7/10
Arnaud a écrit : Je découvre le groupe avec cet album qui m'a mis une belle claque. C'est vraiment excellent ce côté technique qui se dégage de ce Black froid et franchement c'est un régal la basse.
Magnifique, mais dommage que l'album passe si inaperçu malgré sa grande qualité.


Ecoute d'urgence Symptômes de Ruine...qui vaut 100 fois celui là.
cglaume citer
cglaume
18/05/2009 22:57
von_yaourt a écrit : basse mode éculés

Effectivement ! Clin d'oeil
von_yaourt citer
von_yaourt
18/05/2009 17:32
note: 8.5/10
Et encore, j'ai pas pu résister, il y en a un autre à la fin du premier paragraphe... Moqueur
cglaume citer
cglaume
18/05/2009 13:10
Citation : ... on aurait sans doute eu le droit à un tas de jeux de mots foireux à base d'Asmodée, tels que « ass mode : hey » et autres « asthme aux dés »

Mort de Rire
Je crois que ça aurait été assez dur à amener! Mais je vois que la relève est définitivement assurée !
Mort de Rire
OYC citer
OYC
16/05/2009 22:02
note: 7.5/10
Ahhhh voilà.
J'aime trop peu de classiques black, d'où mon appréciation d'Asmodée qui ont une composition bien plus élaborée qu'un canon black froid et pratiquement sans technique. Mais bon, le débat n'a pas lieu d'être ici Clin d'oeil
von_yaourt citer
von_yaourt
16/05/2009 16:56
note: 8.5/10
Bah, Vintersorg et Borknagar ça fait longtemps qu'ils ont commencé à évoluer vers le pagan en apportant une touche bien progressive à leur musique dernièrement. Lunaris fait dans une sorte de black/death expérimental avec du clavier partout. Et enfin les géniaux Augury font dans le death technique, un death technique, brutal, très expérimental, mais du death quand même.

Contrairement aux trois premiers groupes, Asmodée reste dans les canons du black metal, et arrive à expérimenter sans trop sortir de ce cadre, ce qui est une grande force.

Et en matière de black metal, à de rares exceptions près, je suis pour le classicisme. Mr Green
OYC citer
OYC
16/05/2009 16:14
note: 7.5/10
Euh, bé tu les définis comment toi les groupes cités?
Pour le chant, j'aurais vu un truc entre Absu et Behemoth perso. Ouaaiiiiis!
von_yaourt citer
von_yaourt
16/05/2009 12:26
note: 8.5/10
OYC a écrit : J'adore la musique de ces gars. Et j'abhorre le chant. Pas tant la voix, mais ce chant monocorde rytmiquement à la ramasse et sans accroche schématique, ça m'emmerde au plus haut point et ça ne colle pas au style particulièrement élégant de la composition. La moche tâche dans la belle toile comme bon nombre de créations du genre...

Tu vois je n'ai même pas parlé de la voix tellement elle me semble évidente sur du Asmodée. Personnellement elle ne me gêne pas du tout, je trouve même qu'elle apporte un côté dérangeant et possédé qui manque un peu à la musique.

Citation : Ah si ça t'interesse von_y: à la fretless en black, t'auras aussi Vintersorg, Lunaris, Augury et Borknagar entre autres Sourire

J'ai dis du black metal OYC ! Mr Green
Arnaud citer
Arnaud
16/05/2009 09:23
note: 9/10
Je découvre le groupe avec cet album qui m'a mis une belle claque. C'est vraiment excellent ce côté technique qui se dégage de ce Black froid et franchement c'est un régal la basse.
Magnifique, mais dommage que l'album passe si inaperçu malgré sa grande qualité.
OYC citer
OYC
16/05/2009 08:40
note: 7.5/10
J'adore la musique de ces gars. Et j'abhorre le chant. Pas tant la voix, mais ce chant monocorde rytmiquement à la ramasse et sans accroche schématique, ça m'emmerde au plus haut point et ça ne colle pas au style particulièrement élégant de la composition. La moche tâche dans la belle toile comme bon nombre de créations du genre...
Ah si ça t'interesse von_y: à la fretless en black, t'auras aussi Vintersorg, Lunaris, Augury et Borknagar entre autres Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asmodée
Black Metal Technique
2009 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Asmodée
Asmodée
Black Metal Technique - 1997 † 2013 - France
  

tracklist
01.   Aux Chambres D'oubli
02.   Discomfort Scale
03.   Langalore / House Of Noise
04.   Angle Noir / Hanging Eyes
05.   Fractale
06.   Scars Processor
07.   The Cainist
08.   Black Drop Journey
09.   Penitence
10.   Xthxr

Durée : 48:49

line up
parution
1 Janvier 2009

Essayez aussi
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Sentenced
Sentenced
North From Here

1993 - Century Media Records
  

Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique