chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Martyr - Warp Zone

Chronique

Martyr Warp Zone
Il y a peu, je faisais ce triste constat: les albums dits « classiques » découverts sur le tard se révèlent en règle générale – tout du moins en ce qui me concerne – être de véritables déceptions. Et c'est encore pire avec les albums « cultes ». Le « Blood Fire Death » de Bathory fut pour moi une récente et heureuse exception à cette règle. « Warp Zone » par contre, non. Je me rappelle encore, lors de la sortie européenne de l'album via le label Sekhmet en 2002, qu'un concert de louanges unanimes avait accueilli ce nouvel espoir d'une scène technodeath alors franchement moribonde. Habitué à commander sur les 3 grosses VPC nationales de l'époque, je n'avais pas réussi à mettre la main dessus… Jusqu'à récemment, où le 2e album de nos amis québécois se décidait enfin à rejoindre le bestiaire musical de ma cdthèque.

Entre temps, les enthousiastes s'étant à nouveau enthousiasmé sur le retour du fils prodigue, j'avais craqué pour le 3e et plus récent des méfaits de la bande aux Mongrain brothers, « Feeding the Abscess ». Bien que fan de technodeath et passablement impressionné par le numéro de haute voltige offert à cette occasion, j'étais resté stoïque et froid, à se demander si je n'étais pas atteint de frigidité auriculaire. Comble du manque de réceptivité, le seul morceau qui m'avait vraiment marqué, c'était « Brain Scan », la reprise de Voivod. Bref, ça partait plutôt mal …

Le constat est un peu moins noir pour « Warp Zone », quoique, à peine. Mais laissons un instant les impressions pour en revenir aux faits. La musique proposée par le groupe se situe à la croisée de trois grandes influences notables:
* cette batterie jazzy, cette basse alerte, ces fulgurances soudaines, ce canevas complexe: la patte d'Atheist est ici clairement identifiable, même si la touche tech'death se traduit également par quelques faux airs de Nocturnus (cf. le début de « Virtual Emotions », aux alentours de 0:30) et de Cynic (sur certaines parenthèse zen et jazzy, comme celle à 3:31 sur « The Fortune-Teller »)
* ces dissonances sombres et froides, cette pointe de neurasthénie spatiale, ce mimétisme vocal occasionnel (sur « Deserted Waters » ou à 2:05 sur « The Fortune-Teller »): les grands-frères et voisins de Voivod se sont clairement penchés sur le berceau du bébé martyrisé
* enfin ces saccades franches, ces crocs-en-jambe rythmiques et autres passages peu fluides aussi agréables que le port d'un string doublé en laine de verre: à n'en pas douter, le train Meshuggah a marqué l'arrêt dans cette gare

Sur le papier tout cela pourrait être alléchant. Sauf qu'une fois encore, après le constat d'échec du « Measuring the Abstract » de Terminal Function, je me dois de constater que le technodeath de papa et le modern metal syncopé de cousin Kevin n'ont toujours pas trouvé la recette de la symbiose parfaite. D'autant plus que les frères Mongrain, quand ils ne lorgnent pas vers les platebandes de Snake, ont une fâcheuse tendance à adopter l'aboiement éraillé et irritant récemment popularisé par les jeunes scènes en –core (« … un mâtin », rajouterait Jean-Jacques, au comble de la Québec attitude). Conséquence de ce choix et pièce à conviction supplémentaire à mettre au dossier des erreurs Martyriennes, le groupe nous livre un trop plein de refrains à la limite du supportable (« Virtual Emotions », « Carpe Diem », « Retry? Abort? Ignore? »).

Personnellement, je ne suis pas insensible au charme des saccades à forte teneur en bûcheronnitude, à condition qu'elles apportent groove ou supplément de puissance. Trepalium, Textures, voire Decapitated ont su, chacun dans leur registre, tirer avantageusement parti de ce gimmick rythmique. Et Martyr, n'en déplaise aux intégristes, réussit lui aussi parfois à en tirer le meilleur, notamment en support d'échappées lead ou solo remarquées (à 1:42 sur « The Fortune-Teller » par exemple, à 1:42 encore sur « Virtual Emotions ») comme lors de l'ouverture de « Warp Zone ». Mais l'adjonction de dissonances, d'arythmies et de parties rebrousse-poilesques à son technodeath est une faute de goût fatale. Non mais franchement, il vous branche vous, le début de « Deserted Waters »? Et celui de « Fortune-Teller »? Pareil pour celui de « Realms of Reveries » qui est tout retors … Et des morceaux comme « Endless Vortex Towards Erasing Destiny » et « Carpe Diem » qui n'ont de cesse de provoquer, dans un enchevêtrement inextricable des genres, frissons de plaisir et de quasi-dégoût. Aaaaah, ce « Endless Vortex Towards Erasing Destiny »: comment peut-on démarrer ainsi un morceau avec la grâce d'un Cynic et continuer dès 0:46 sur un tel sac de nœuds, l'horreur commençant réellement à 1:14? Certes, le retour dans les hautes sphères se fait à nouveau vers 1:50, mais le mal est fait. Quel gâchis vraiment!

Heureusement, le groupe nous abandonne sur deux superbes morceaux où la composante « modern casse-tête » reste la portion congrue – ou tout du moins se dissout bien mieux dans l'ensemble – et où la magie commence enfin à opérer. En effet, si l'on occulte son refrain immonde, « Retry? Abort? Ignore? » (un hommage à l'Amstrad de mes années collège?) fait preuve de l'effervescente maestria d'un Atheist ne tenant pas en place et de la finesse d'un Cynic en pause flânerie, le tout agrémenté d'un solo des plus psychédéliques. De son côté, « Realms Of Reverie » porte bien son nom, et même s'il est loin d'être exempt de toute malheureuse dissonance, il nous transporte agréablement au royaume des songes, après nous en avoir fait magistralement passer les lourdes porte lors d'une ouverture fantastique à 0:26. Ce final fait d'autant plus regretter les errances du reste de l'album…

Bref, « Warp Zone » est plein de (très) bonnes choses disséminées ça et là, au milieu de la tourmente, sans que jamais – à l'exception des 2 derniers titres – aucun morceau vraiment solide de bout en bout ne sorte du lot. Personnellement, je vois ça comme un énorme gâchis, mais je me console en me disant qu'après tout, on n'est pas si nombreux que ça à le penser. N'empêche, au vu de ce constat, du featuring que fait Luc Lemay sur 3 des titres de l'album et de cette maudite malédiction qui m'empêche d'apprécier un classique comme celui-ci, j'appréhende fortement le jour où je réussirai enfin à mettre la main sur un exemplaire du « Obscura » de Gorguts à un prix raisonnable …

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 15:57
note: 8.5/10
Un bon album, parfois un peu lourd à digérer suivant certains plans, mais c'est consistant sur la durée, puis les riffs globalement sont assez fouillés et recherchés . Du Techno-Death/Thrash de qualité !
cglaume citer
cglaume
06/01/2010 09:09
note: 7.5/10
Ander a écrit : c'est dommage que tous les titres ne soient pas à l'image de Retry? Abort? Ignore? ou Realms Of Reverie

On se rejoint sur ce point !!
Ander citer
Ander
05/01/2010 22:25
note: 8/10
Le groupe continue son évolution vers un son plus moderne, plus Meshuggien, seulement c'est dommage que tous les titres ne soient pas à l'image de Retry? Abort? Ignore? ou Realms Of Reverie (raah le solo final, que de frissons!) qui s'éloignent vraiment du carcan death technique et sonnent presque expérimental. Feeding The Abscess confirme que Martyr n'est pas qu'un énième groupe de techno-death sans personallité et a de l'inspiration à revendre!
crocoscar citer
crocoscar
04/01/2010 18:03
note: 9.5/10
Un son vraiment unique et vivant (comparé à la masse de groupes-robot de death technique)
2nd° Decapitation citer
2nd° Decapitation
31/12/2009 11:22
note: 9.5/10
Pas d'accord avec la chronique, mais je peut comprendre qu'on adhère pas à ce style de techno-death!!!
Pour moi cet album est une vrai perle en matière de composition.

cglaume citer
cglaume
30/12/2009 16:27
note: 7.5/10
Laveur de raton malte a écrit : Bien que j'apprécie les qualités techniques de Gorod cela reste ennuyant à mon oreille.

Gasp, Gorod ennuyeux ??? Tu mériterais que je fasse une chronique tiède de "Warp Zone" tiens !!! Moqueur Clin d'oeil
citer
Laveur de raton malte
30/12/2009 16:17
J'avoue moi aussi ne pas avoir été emballé lors des premières écoutes car c'est assez difficile de rentrer dans les albums techniques. Sans compter que la ligne est mince entre la technicité démonstrative ennuyante tout en oubliant d'écrire une chanson (qui a dit masturbation à la Necrophagist?) et de véritable composition technique intéressante.

Cela dit après quelques écoutes je suis vraiment tombé dedans à l'époque. J'avais apprécié le premier album Hopeless hopes mais tout est mieux sur ce warp zone. Mon seul bémol se situerait au niveau de la voix qui n'est pas transcendante. Ça passe mais ça pourrait être mieux.

Pour moi aussi un 7.5/10 alors que Feeding the abscess mériterait un gros 9/10. Ce dernier est tout simplement excellent et meilleur que warp zone!

Martyr est un excellent groupe technique et il est devancé seulement par Psycroptic à mon avis. Peut-être que je suis un peu chauvin tout comme nos cousins français qui aiment bien Gorod. Bien que j'apprécie les qualités techniques de Gorod cela reste ennuyant à mon oreille.
cglaume citer
cglaume
30/12/2009 14:29
note: 7.5/10
La note fait la moyenne entre ma déception et l'exceptionnel niveau technique et les multiples bonnes choses qu'on peut trouver sur l'album ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Martyr
Technodeath torturé
2000 - Galy Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (9)  8.44/10
Webzines : (13)  8.35/10

plus d'infos sur
Martyr
Martyr
Choisissez vous même - 1994 † 2012 - Canada
  

écoutez
tracklist
01.   Warp Zone
02.   Virtual Emotions
03.   Endless Vortex Towards Erasing Destiny
04.   Deserted Waters
05.   Carpe Diem
06.   The Fortune-Teller
07.   Speechless
08.   Retry? Abort? Ignore?
09.   Realms of Reverie

+ bonus:
10.   Warp Zone (demo version)
11.   Virtual Emotions (demo version)
12.   Deserted Waters (demo version)
13.   Carpe Diem (demo version)

Durée : 38:44

line up
voir aussi
Martyr
Martyr
Hopeless Hopes

1997 - Galy Records
  
Martyr
Martyr
Feeding The Abscess

2006 - Galy Records
  

Dormant Ordeal
It Rains, It Pours
Lire la chronique
Full of Hell / The Body
Ascending a Mountain of Hea...
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Deus Salutis Meæ
Lire la chronique
Gwar
The Blood of Gods
Lire la chronique
Sektarism
La mort de l'infidèle
Lire la chronique
Bloody Alchemy
Kingdom Of Hatred
Lire la chronique
Mötley Crüe
Dr. Feelgood
Lire la chronique
Wampyrinacht
We Will Be Watching (Les cu...
Lire la chronique
Vaela
Corrupted Youth (EP)
Lire la chronique
Spectral Voice
Eroded Corridors Of Unbeing
Lire la chronique
Gravity
Noir
Lire la chronique
Through The Eyes Of The Dead
Disomus
Lire la chronique
Ripping Corpse
Dreaming With The Dead
Lire la chronique
Tetragrammacide
Primal Incinerators of Mora...
Lire la chronique
Abkehr
In Asche (EP)
Lire la chronique
Thyrgrim
Vermächtnis
Lire la chronique
With The Dead
Love from with the Dead
Lire la chronique
Dark Habits
Cave Paintings (EP)
Lire la chronique
Nazghor
Infernal Aphorism
Lire la chronique
Ritual Knife
Hate Invocation
Lire la chronique
Second Lash
Tabula Rasa
Lire la chronique
Unfragment
Les Courbures de l'Ame
Lire la chronique
Tomb Mold
Primordial Malignity
Lire la chronique
Arkhon Infaustus
Passing The Nekromanteion (EP)
Lire la chronique
Cold Insight
Further Nowhere
Lire la chronique
Soundgarden
Badmotorfinger
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit + Regarde Les Hommes Tomber
Lire le live report
Savage Annihilation
Quand S’abaisse La Croix Du...
Lire la chronique
Continental Crucifixion
Archgoat + Bölzer + Eggs Of...
Lire le live report
Le BM du Québec se limite à 3 groupes... MON CUL !
Lire le podcast