chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Wizar'd - Pathways Into Darkness

Chronique

The Wizar'd Pathways Into Darkness
Ceux connaissant mes goûts (« ah bon t'as du goût toi ? » Des goûts, pas la même chose) le savent : dès qu'un groupe joue la carte du salement rétrograde, je tombe en admiration, banane sur la face autant que dans le pantalon. Forcement, avec une pochette contenant un squelette enrobée d'un violet criard, un patronyme qui sent le « générateur de nom Jus Oborn 2000 » et des faciès duveteux affichant cheveux trop longs et vestes à patch trop décorées, Pathways Into Darkness ne pouvait que sonner le tocsin de la promesse dans mes oreilles d'avance béates. Ah, la bassiste est pas mal bonne aussi. Achat, hop.

Et autant dire que je me suis pris une vague de kitsch sur laquelle surfent ces quatre australiens avec une classe folle ! Partis d'un doom aussi vintage que fainéant avec Infernal Wizardry en 2008, deux ans plus tard, c'est un autre message que transmettent nos hérauts tradi : plus heavy, catchy, cheesy, Pathways Into Darkness évoque un Reverend Bizarre allant chez Manilla Road puiser soli et mélodies épiques sans renier une simplicité à l'effet instantané. Sur un tempo privilégiant le lent à la lourdeur excessive, la frappe bien placée à la variété, se greffent une section rythmique s'occupant d'enchainer des accords marqués du sceau du fougueux et une guitare répétant un enchainement de notes où l'on se demande si c'est une lead ou un solo que l'on écoute, méthode « mec, ça, c'est pour toi » en long, en large, jamais de travers ! Une formule à la limite du mongoloïde donc, mais d'une alchimie incroyable, synonyme de moments forts (le début de « Pathways Into Darkness », la lead de « Rainbow's End ») quand ce n'est pas tout le titre qui te met une déculottée de patron (« Living Dead » aurait été culte il y a quelques dizaines d'années). Surtout que le tout est loin d'être linéaire, un break en twin guitar (« Disease From The East ») ou une ligne de basse (« Some Like It Dead ») s'invitant souvent à la fête. Le son est daté sans virer au raw dégueulasse, parfait pour la musique pratiquée ici.

Le chant de Ol'Rusty Vintage Wizard Master (JE-SUIS-FAN) mériterait une chronique à lui tout seul : globalement clair, parfois à moitié hurlé à l'image du début de « Some Like It Dead », maladroit (ouch la montée sur « Disease From The East ») et au premier abord parodique façon « Nicolas Canteloup imite Osbourne en pleine gastro », il devient rapidement l'atout principal de Pathways Into Darkness. Aussi nasillardes que juvéniles, ses vocalises faites de château hanté et autres ambiances lugubres donnent des frissons, allant jusqu'à transformer une simple composition en épopée (« Frankie's Dungeon », le pic de l'album, tellement suggestive que tu te crois direct dans une version dépressive du clip « Venus » de Bananarama !). Il y a quelque chose de délicieusement historique là-dedans, ainsi que l'impression d'entendre un perdant fier de lui-même. Les textes, non consultables, ont semblé à mon piteux franglais être dans le ton général de l'opus : un alignement de clichés merveilleux « Satan-feu-âme-guerre-fierté ».

« The Wizar'd Are Metal Heads Not Artists » peut-on lire dans le livret de l'album. Cette affirmation résume ce qui rend Pathways Into Darkness bandant comme c'est pas humain : une musique de passionnés, connement jouée, connement chantée, exécutée avec un tel aplomb que l'on en regrette le temps où les instruments n'avaient pas besoin d'une production béton, où un disque ne se mesurait pas à son « songuevrahitinngue » dans une pesée « pour/contre » chère à ceux pensant que l'objectivité a quelque chose à foutre là-dedans (les bêtas), mais à la sensation d'entendre une réunion de personnes jouant ce qu'elle adore de la manière dont elle l'entend, en envoyant chier le reste. Finalement, ce qui transforme cet essai en démonstration, cette voix de merde en pathos communicatif à t'en faire inconsciemment serrer le poing, est cette attitude punk claquant tapping, chœurs viriles et refrains bêbêtes avec un je-m'en-foutisme autosatisfait faisant la différence. Le disque est malheureusement trop court (trente-trois minutes passant vite) mais apporte un plaisir unique, étrangement positif tant on éprouve de la joie à entendre la ferveur de ces petits servant une musique trop grande pour eux. Une déclaration d'amour au genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
31/12/2010 10:32
note: 8/10
Ce n'est pas une private joke, on s'est juste rendu compte qu'on avait regardé la même émission. Pour Venus de Bananarama, t'as le clip là :

http://www.youtube.com/watch?v=JH3WvI_S6-k
Carcinos citer
Carcinos
31/12/2010 10:06
Désolé, j'ai rien compris à la private joke....
von_yaourt citer
von_yaourt
30/12/2010 18:50
Keyser a écrit : Ikea a écrit : Keyser a écrit : Carcinos a écrit : La vache ça c'est de la chronique Oui mais par contre ça fait 2 fois en 10 jours que Bananarama est cité sur Thrasho Mr Green Peut-être avons-nous tous regardé le "spécial années 80" sur W9 Moqueur @Carcinos : j'espère que ça te plaira ! Grillé! J'adore ça en plus Mr Green
Bah on était 3 ! Merci S.A.W. ! Headbang
Keyser citer
Keyser
30/12/2010 15:26
Ikea a écrit : Keyser a écrit : Carcinos a écrit : La vache ça c'est de la chronique Oui mais par contre ça fait 2 fois en 10 jours que Bananarama est cité sur Thrasho Mr Green Peut-être avons-nous tous regardé le "spécial années 80" sur W9 Moqueur @Carcinos : j'espère que ça te plaira !

Grillé! J'adore ça en plus Mr Green
Ikea citer
Ikea
30/12/2010 14:25
note: 8/10
Keyser a écrit : Carcinos a écrit : La vache ça c'est de la chronique Oui mais par contre ça fait 2 fois en 10 jours que Bananarama est cité sur Thrasho Mr Green

Peut-être avons-nous tous regardé le "spécial années 80" sur W9 Moqueur

@Carcinos : j'espère que ça te plaira !
Keyser citer
Keyser
30/12/2010 12:38
Carcinos a écrit : La vache ça c'est de la chronique Oui mais par contre ça fait 2 fois en 10 jours que Bananarama est cité sur Thrasho Mr Green
Carcinos citer
Carcinos
30/12/2010 11:22
La vache ça c'est de la chronique ! Ça donne diablement envie ! Je teste !
Ikea citer
Ikea
24/12/2010 10:37
note: 8/10
Bonjour, gouleyant gulo.

(et merci pour la découverte, encore)
Invité citer
gulo
24/12/2010 10:09
OUI

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Wizar'd
Heavy / Doom Metal
2010 - Barbarian Wrath
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.33/10
Webzines : (3)  8.78/10

plus d'infos sur
The Wizar'd
The Wizar'd
Heavy/Doom Metal - Australie
  

tracklist
01.   Pathways Into Darkness
02.   Disease From The East
03.   Rainbow's End
04.   Frankie's Dungeon
05.   Living Dead
06.   Some Like It Dead
07.   Agents Of Misfortune

Durée : 33 Mns

parution
6 Février 2010

voir aussi
The Wizar'd
The Wizar'd
Ancient Tome of Arcane Knowledge

2014 - Barbarian Wrath
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Infernal Wizardry

2008 - Rusty Axe Records
  

Essayez aussi
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  
Paradise Lost
Paradise Lost
The Plague Within

2015 - Century Media
  
While Heaven Wept
While Heaven Wept
Of Empires Forlorn

2003 - Rage Of Achilles Records
  
Magic Circle
Magic Circle
Journey Blind

2015 - 20 Buck Spin
  
Cirith Ungol
Cirith Ungol
One Foot In Hell

1986 - Restless Records
  

Finsterforst
#‎YØLØ (EP)
Lire la chronique
Season of Ghosts
The Human Paradox
Lire la chronique
Hån
Facilis Descensus Averni
Lire la chronique
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectra...
Lire la chronique
Seher
Nachzehrer
Lire la chronique
SubRosa
For This We Fought the Batt...
Lire la chronique
Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique
Dystopia
The Aftermath (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum
Lire la chronique