chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rotten Sound - Cursed

Chronique

Rotten Sound Cursed
Voici venu le temps pour ROTTEN SOUND de livrer un successeur à l'excellent « Cycles » (2008), dernier album d'une longue série chez Spinefarm avant un retour dans le giron Relapse entériné avec l'EP hommage à qui vous savez, sobrement intitulé « Napalm ». Une tournée avec ABORTED et un changement de bassiste plus tard – Kristian Toivainen remplace Toni Pihlaja au pied levé – les requins marteaux Latva/Niinima et Aalto jettent un nouveau parpaing dans une mare grind dont ils ont sondé les tréfonds de la brutalité avec les indispensables « Exit » et « Murderworks », deux skeuds harpons capables de ramener dans leurs filets le plus blasé des blastéiculteurs. C'est pas l'homme qui prend la mort, c'est la mort qui prend l'homme ? Le jet ski finlandais prend de l'avance sur la faucheuse en noyant l'humanité sous 16 nouvelles vagues grind death de rang, dans la grande tradition d'un NASUM dont ROTTEN SOUND a brillamment pris la relève post « Shift ».

Faisant fi de toute directive européenne visant à limiter la pêche aux pains de plastique, ROTTEN SOUND poursuit donc sur sa lancée grind n' roll abrasive en livrant la suite on ne peut plus logique de « Cycles » : même production ultra compacte en mode lavage/essorage/désossage (avec le grain suédois habituel comme assouplissant), à ceci près qu'on ne s'embarrasse même plus d'un opening track façon S.O.D. pour privilégier la baston de (mo)rue. « Alone » donne le thon d'une sévère reprise en main à la nordique, la première petite surprise réservée par le groupe étant cette propension assez récente à hacher l'auditeur menu à l'aide d'un riffing plus saccadé, plus heurté que de coutume, un peu comme si les nerds de MESHUGGAH lâchaient les hippocampes en jouant sur trois cordes. Quelques vociférations hardcore plus tard (« Superior ») et alors qu'on s'attend à essuyer un déluge de blasts sans la moindre baisse d'intensité, ROTTEN SOUND réutilise quelques ficelles mélodiques propres à « Cycles » et injecte une bonne dose de lourdeur sur plusieurs titres (« Hollow », « Terrified »), le gros de « Cursed » donnant le sentiment d'avoir affaire à un remake surboosté du « Wolverine Blues » d'ENTOMBED ; la bonne pioche dans ce mélange des genres somme toute déjà orchestré sur l'album précédent (et même sur « Consumed To Contaminate » à y regarder de plus près), c'est la capacité de la dynamo Sami Latva a éviter l'écueil de plans grind trop éculés. Alors qu'on guette une accélération meurtrière à la NAPALM DEATH, on se retrouve avec du up tempo thrashy ou un ralentissement death lugubre (« Declare »), « Cursed » ménageant son lot de retournements de situations dans des eaux déjà passablement usées. C'est ce qui sauve ce nouveau full length de la plus complète redite car malgré tous les efforts déployés ici, le sentiment d'aller à la pêche aux chutes de studio de « Cycles » reste prédominant.

Aussi prévisible que « Piège En Haute Mer » sur la forme générale, « Cursed » pâtit d'un manque d'inspiration évident sur la longueur, aucun morceau n'ayant l'envergure d'un « Mindkill », « Units » ou encore « Colonies ». Si ROTTEN SOUND avait miraculeusement échappé aux redondances qui accompagnent d'ordinaire les sorties grind, ce n'est malheureusement plus le cas ici, le guitariste Mika Aalto éprouvant les pires difficultés à se renouveler, comme en témoigne le final en queue de poisson d'un duo « Scared »/ « Doomed » loin d'être inoubliable. Un sentiment d'érosion qui touche également l'aboyeur Keijo, dont la partition monocorde ne restera pas dans les annales. Pas de quoi mettre les voiles ceci dit, surtout que ceux qui découvriront le groupe par ce biais resteront soufflés par tant de puissance et l'agressivité débridée dont fait toujours preuve le groupe. Les habitués resteront en revanche légèrement sur leur faim et guetteront avec attention un changement de cap souhaitable vers un son moins propret, plus old school, à la « Murderworks ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
07/06/2011 17:33
note: 7/10
Mmarsupilami a écrit : Hello,
J'ai fait une référence à votre article dans ma chronique. En quelque sorte, le salut du "généraliste" au "spécialisé". Je vous ai également intégré à la Blog Roll...
http://mmarsup.blogspot.com/2011/06/cursed-rotten-sound-6710.html


Merci à toi, ça fait toujours plaisir d'avoir des retours détaillés sur nos chroniques! Pour ce qui est de Rotten Sound, je te recommande vivement les albums "Exit" et "Cycles" que je trouve bien plus extrêmes. Un groupe de scène à voir absolument.
Invité citer
Mmarsupilami
07/06/2011 09:37
Hello,
J'ai fait une référence à votre article dans ma chronique. En quelque sorte, le salut du "généraliste" au "spécialisé". Je vous ai également intégré à la Blog Roll...
http://mmarsup.blogspot.com/2011/06/cursed-rotten-sound-6710.html
Invité citer
bmflesh
04/03/2011 10:51
Un peu un retour à ce qu'il faisaient avant de devenir les nouveaux Nasum, c'est à dire un retour à leur période pre-Murderworks. Ce qui me va très bien personnellement!
gulo gulo citer
gulo gulo
21/02/2011 17:14
note: 8/10
sachez, monsieur, que la locution "wolverine blues" est passible d'amende pour racolage dans de nombreux états ... grmblblblblchié

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Rotten Sound
Grindcore
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (6)  7.75/10
Webzines : (26)  8.03/10

plus d'infos sur
Rotten Sound
Rotten Sound
Grindcore - Finlande
  

écoutez
vidéos
Self
Self
Rotten Sound

Extrait de "Cursed"
  

tracklist
01.  Alone
02.  Superior
03.  Self
04.  Choose
05.  Hollow
06.  Ritual
07.  Green
08.  Machinery
09.  Power
10.  Plan
11.  Declare
12.  Addict
13.  Exploit
14.  Terrified
15.  Scared
16.  Doomed

Durée : 27:47

line up
parution
15 Mars 2011

voir aussi
Rotten Sound
Rotten Sound
Consume To Contaminate

2006 - Spinefarm Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Napalm (EP)

2010 - Relapse Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Species At War (EP)

2013 - Season of Mist
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Cycles

2008 - Spinefarm Records
  

Essayez aussi
Brutal Truth
Brutal Truth
Need To Control

1994 - Earache Records
  
Inhumate
Inhumate
Expulsed

2013 - Autoproduction
  
Complete Failure
Complete Failure
The Art Gospel Of Aggravated Assault

2013 - Season of Mist
  
Napalm Death
Napalm Death
Utopia Banished

1992 - Earache Records
  
Lycanthrophy
Lycanthrophy
Lycanthrophy

2011 - Bones Brigade Records
  

Swallowed
Lunarterial
Lire la chronique
Dephosphorus
Ravenous Solemnity
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth I
Lire la chronique
Raise Hell
Holy Target
Lire la chronique
Domains
Sinister Ceremonies
Lire la chronique
Dir En Grey
Arche
Lire la chronique
N.K.V.D.
Hakmarrja
Lire la chronique
Hypomanie
A City in Mono
Lire la chronique
Calm Hatchery
Fading Reliefs
Lire la chronique
Witchden
Consulting The Bones
Lire la chronique
Gloomy Grim
Grimoire (Démo)
Lire la chronique
More Than Life
Love Let Me Go
Lire la chronique
Combichrist
Lire le live report
AC/DC
Rock Or Bust
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Dark...
Lire la chronique
Behemoth
Zos Kia Cultus
Lire la chronique
Defeater
Travels
Lire la chronique
Sordide
La France a Peur
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)
Lire la chronique
Riot V
Unleash The Fire
Lire la chronique
Heart In Hand
A Beautiful White
Lire la chronique
Artificial Brain
Labyrinth Constellation
Lire la chronique
Latitude Egress
To Take Up The Cross
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
There Is a Hell, Believe Me...
Lire la chronique
Starofash
Lakhesis
Lire la chronique
Ad Patres + Gorod + Morbid Angel
Lire le live report
Dressed In Streams
The Search for Blood (EP)
Lire la chronique
Cendres de Haine
Nihil Mirari
Lire la chronique
Iron Monkey
Iron Monkey
Lire la chronique
The Body
Master, We Perish (EP)
Lire la chronique