chargement...

haut de page
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Elizabeth - Where Vultures Land

Chronique

Elizabeth Where Vultures Land (EP)
Sans rien demander à personne, Throatruiner poursuit son petit bonhomme de chemin en continuant de signer des groupes de qualité au potentiel avéré. L'une de ses dernières trouvailles est un petit groupe Suisse du nom d'Elizabeth. Formé en 2009 par Charly Boson et Matthieu Baumann, le groupe prend véritablement forme avec l'arrivée de Julien Diels à la basse et surtout de Javier Varela, ancien chanteur de Nostromo. Le line-up ainsi complété, le groupe s'attèle à la composition de sa première démo. Outil indispensable pour la majorité des groupes, celle-ci lui ouvrira les portes de bien des salles à travers toute l'Europe. Elizabeth se fait ainsi un nom, se taille une réputation auprès du public et se laisse finalement embarquer pour une coproduction Franco-belge entre Throatruiner et I For Us répondant au nom de Where Vultures Land.

Si la pochette, réalisée par Mark Maggiori (ancien chanteur de Pleymo), pourra attirer l’œil des plus lubriques elle reflète cependant assez bien ce que représente le groupe. Car derrière la douceur de ce nom féminin se cache tout de même une musique écorchée et intense. En cela, l'image de cette femme menue à la poitrine dénudée qui représente donc une certaine forme de féminité volant pourtant en éclat par le paradoxe flagrant de cet énorme fusil d'assaut qu'elle porte en son sein et de cette scène de guérilla urbaine en arrière plan donne la pleine mesure de ce qu'est Elizabeth: un groupe sournois paré de ses plus beaux atours mais dont les propos se veulent noirs et véhéments.

Fidèle à la ligne artistique que s'est tracé Throatruiner depuis ses débuts, les Suisses nous offrent avec Where Vultures Land un mélange de Crust/Hardcore parfaitement ancré dans ce qui ce fait aujourd'hui. Les influences sont évidentes et il est d'ailleurs très difficile de ne pas penser à Rise And Fall et surtout Converge à l'écoute de ces huit titres. Si c'est assurément un gage de qualité, c'est aussi probablement la faiblesse du groupe aujourd'hui. Arriver en 2012 sur le "marché" déjà fortement saturé du Crust/Hardcore de salon alors que Southern Lord nous a déjà plombé les oreilles avec plus de sorties en deux ans qu'on a pu en avoir entre 2000 et 2010 tout en espérant se démarquer relève véritablement du chemin de croix. Elizabeth souffre à mon avis d'une personnalité encore trop peu affirmée et d'un lien de parenté trop pesant pour véritablement se distinguer de la masse..

Mais au delà de ce constat qui ne gâche en rien la musique d'Elizabeth, il faut reconnaitre au groupe une certaine aisance dans l'exécution de ces huit petits brûlots. Nous sommes en effet face à d'excellents musiciens qui connaissent leurs instruments sur le bout des doigts et qui surtout savent jouer ensemble. Comme Converge, la batterie tient ici un rôle prépondérant. C'est elle qui pose les fondations rythmiques de chaque titre et Dieu sait quelles sont mises à mal. Pas aussi démonstratif et radical qu'un Ben Koller, Matthieu Baumann n'en est pas moins doué pour autant. Ca cogne dur et avec assurance. Chaotique as fuck, Elizabeth ne mise cependant pas tout sur ses changement de rythmes incessants et ses plans syncopés à vous faire devenir épileptique. Non, la musique des Suisses transpire une certaine urgence Punk/Hardcore qui insuffle une énergie incroyable à ce EP. Le format ultra court des compositions (2 minutes en moyenne) aide également beaucoup à cette impression générale. Les riffs nerveux servit par l'unique guitariste du groupe sont plutôt simples mais d'une efficacité primaire à toute épreuve. Ils savent cependant prendre parfois quelques tournures mélodiques même si dans l'ensemble on en prend plein les dents du début à la fin. Là encore, le jeu de guitare de Charly Boson n'est pas sans rappeler celui de Kurt Ballou. Enfin, intéressons-nous au chant de Javier Varela. A la première écoute de Where Vultures Land j'ai eu bien du mal à reconnaitre le chant de l'ex-Nostromo. Il faut dire que cela fait bien longtemps que je n'ai pas écouté un de leurs albums. Toujours est-il que j'avais en mémoire une voix plus grave. Finalement, le chant crié de Javier Varela se rapproche assez de celui de Tomas Lindberg. C'est plutôt flagrant sur le premier titre "Darkness" même si cela tend à s'estomper légèrement par la suite. Et si le chant est lui aussi sans surprise pour le style pratiqué, il possède cependant une certaine personnalité. Je me rends compte surtout au fils des écoutes que je retrouve les intonations de Javier et donc en quelque sorte sa marque de fabrique.

Dans tout ce chaos, on notera la présence d'un titre plus en retenu, l'excellent "Sailor's Grave" qui vient illuminer l'atmosphère et casser cette dynamique Punk/Hardcore chaotique par des sonorités plus Noise (cette basse lourde et saturée). Un bon point qui évite à Elizabeth de taper violemment dans le vide en offrant davantage de nuance, notamment dans le chant. Des nuances que l'on peut retrouver tout au long de ce EP à travers des breaks souvent plus modérés qui permettent à l'auditeur de sortir un peu la tête de l'eau. Bien vu là encore.

Alors effectivement, l'influence de Converge se ressent énormément à l'écoute de ce Where Vultures Land. Toutefois, cela n'empêche pas d'entrevoir tout le potentiel dont est capable ce jeune groupe. Plutôt friand de ce genre de douceurs, l'urgence et l'intensité dont fait preuve ce EP suffisent à me satisfaire. Peut-être aurait-il mérité une production un poils plus crade pour se démarquer du lot, un peu à la manière d'un Early Graves que j'espère voir chroniqué sur ces mêmes pages rapidement. Si comme moi vous n'êtes pas trop regardant sur l'originalité d'un groupe et que vous lui préféré une efficacité à toute épreuve, Elizabeth vous comblera sur tous les points. Les autres auront de toute façon passé leur chemin depuis le troisième paragraphe.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Crom -Cruach
13/04/2012 09:47
Nostromo évoqué dans une kro c'est quand-même synonyme de grosse boucherie.
Parfaitement okay avec Daminoux
AxGxB citer
AxGxB
12/04/2012 20:38
note: 3.75/5
Ikea a écrit : Uhuh, merci pour la piqure de rappel mais j'y songe déjà (le temps manque) Sourire

Je t'en prie Gros sourire Il est vraiment redoutable!
Ikea citer
Ikea
12/04/2012 20:08
note: 3.5/5
Citation : un peu à la manière d'un Early Graves que j'espère voir chroniqué sur ces mêmes pages rapidement

Uhuh, merci pour la piqure de rappel mais j'y songe déjà (le temps manque) Sourire

Sinon, prometteur cet EP. Un peu trop en dents de scie, on oscille entre le convergien (trop) rigoureux et le tire-larme déloyal. J'espère qu'ils accentueront ce goût pour les crocs en jambe à la "Sailor's Grave".
DR.Jkl citer
DR.Jkl
12/04/2012 19:18
note: 4/5
Parfaitement ma came, il tourne beaucoup ici aussi.
Invité citer
daminoux
12/04/2012 16:45
cette ep tourne beaucoup chez moi.(merci pour le cd avec le vinyl Throatruiner ) .. je trouve que les premier morceaux passe super bien plus proche de rise and fall. les morceaux plus posé sont une bouchée d'air frais pour le style... j'ai moins accroché au dernier morceaux où la référence converge est trop présente ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Elizabeth
Crust / Hardcore
2012 - Throatruiner Records
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (6)  3.75/5
Webzines : (3)  3.7/5

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Darkness
Darkness
Elizabeth

Extrait de "Where Vultures Land"
  

tracklist
01.  Darkness
02.  The Call
03.  Sharp Teeth And Knives
04.  Sailor's Grave
05.  Candles
06.  Black Eyed
07.  Heartbeats
08.  Rising Kingdom

Durée : 20:02

line up

parution
4 Avril 2012

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Elizabeth
Elizabeth
Insomnia (EP)

2013 - Throatruiner Records
  

Essayez aussi
Damad
Damad
Rise And Fall

1997 - Prank Records
  
Direwolves
Direwolves
Me From Myself, To Banish (EP)

2012 - Throatruiner Records
  
Hierophant
Hierophant
Hierophant

2010 - Demons Run Amok Entertainement
  
Mörse
Mörse
Mörse (EP)

2012 - Eastrain
  
Geraniüm
Geraniüm
Geraniüm

2012 - Autoproduction
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful