chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Devin Townsend Band / Devin Townsend - Accelerated Evolution

Chronique

The Devin Townsend Band / Devin Townsend Accelerated Evolution
Il est de ces œuvres, engendrées par des artistes majeurs, qui demeurent souvent dans l’ombre malgré leurs qualités intrinsèques, tant elles peuvent être éclipsées par des colosses écrasants de renommée et de prestige. Accelerated Evolution est de celles-là. Parce que lorsque l’on aborde l’œuvre gargantuesque de Devin Townsend (et ses divers projets), ce sont souvent les mémorables Ocean Machine, Infinity, ou encore le monument Terria qui s’imposent, et en imposent par la même occasion. Mais l’album dont il est question ici voit quant à lui le jour sous le nom « The Devin Townsend Band ». Le but étant à l’époque de doter le prolifique Canadien d’un line-up dédié à sa carrière solo (on retrouvera d’ailleurs la plupart de ses musiciens dans le Devin Townsend Project six ans plus tard).

Alors, cet Accelerated Evolution mérite-il que l’on s’y attarde ? Difficile de trancher, pour vous faire une réponse de Normand. On retrouve ici tous les éléments indissociables d’un disque de Devin Townsend, si forts qu’ils en constitueraient presque un sceau en nom propre. Et le charme agit toujours au premier contact, On le retrouve instantanément dans ce son puissant et clair, constitué d’un empilement multicouche de guitares et de claviers aboutissant à un édifice sonore chargé, mais limpide au possible. Assurément, l’album est, sur la forme, dans sa production et son interprétation (le chant est toujours assez fantastique), quasiment inattaquable. Le problème est ailleurs. Si Accelerated Evolution parvient un instant à nous rappeler la pureté et l’efficacité d’un Ocean Machine (l’opener « Depth Charge » est assez impressionnant à ce niveau) le côté bien plus accessible et moins ambitieux du disque déçoit, comme si Devin cherchait (et réussi dans l’idée) à livrer une version plus tempérée, qui laisse malheureusement une désagréable sensation de tiédeur. Des chansons comme « Traveller » ou « Slow me Down » sonnent bien trop plates et convenues pour convaincre. Dans une veine assez proche, « Sunday Afternoon » bien qu’un tantinet plus agréable (ce refrain cotonneux) ne marque pas non plus. Comme si dans un registre plus typiquement pop, Devin n’était pas encore en totale confiance…

Et justement, c’est quand l’album s’éloigne un peu de cette formule qu’il place quelques gemmes. La plus célèbre d’entre elle bien sûr, la magnifique « Deadhead », que ses huit minutes, tout en atmosphère et en sensibilité traversées par les vocaux déchirants de Devin, font encore aujourd’hui un classique du vaste répertoire du Canadien. Le genre de titre qui survole le reste et vaut à lui seul l’achat du disque. On retiendra aussi un « Storm » majestueux, mais concis et accrocheur, les mélodies vocales faisant mouche. Un petit tour de force en soit qui n’aurait pas dépareillé sur les précédentes œuvres cités plus haut. C’est ensuite le bien trop méconnu « Suicide » qui finira de nous épater avec ses riffs « meshuggesques » (les guitares sont d’une netteté et d’une puissance peu commune pour l’époque) et son solo flashy. Assez rare chez Devin, qui se sera finalement (et judicieusement) abstenu de faire des démonstrations techniques stériles tout au long de sa carrière.

Accelerated Evolution laisse une impression mitigée. La sensation d’avoir affaire à une œuvre franchement inspirée dans sa première partie s’efface aussi vite qu’elle est venue dans la deuxième. Dommage pour un artiste qui semble peut-être se répéter pour la première fois sur cet album dédié à sa femme Tracy, évoquée à de nombreuses reprises. Pourtant les qualités sont là, mais quand il s’agit d’un génie de la trempe de Devin Townsend, difficile de ne pas être déçu. On réécoutera donc Accelerated Evolution pour ces meilleurs moments entre deux cures d’Ocean Machine et de Terria.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
01/10/2017 13:41
Pour moi c'est le début de la fin pour Devin Townsend, c'est trop mielleux, même s'il y a de bon moment, mais c'est largement en dessous d'un Terria, d'un Infinity et d'un Ocean Machine.
Et ça a été même cet album qui a provoqué un désintérêt certain pour cet artiste, car entre ça et les derniers albums de SYL, c'était franchement pas la panacée. Bref, c'était mieux quand il était réellement fou.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Metal Progressif
2003 - HevyDevy Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Devin Townsend Band
The Devin Townsend Band
Soft Out of this World Metal - 2002 † 2007 - Canada
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Out of this World Metal - 1997 - Canada
  

écoutez
  • Suicide / The Devin Townsend Band
  • Storm / The Devin Townsend Band

tracklist
01.   Depth Charge
02.   Storm
03.   Random Analysis
04.   Deadhead
05.   Suicide
06.   Traveller
07.   Away
08.   Sunday Afternoon
09.   Slow Me Down

Durée : 54:30 minutes

line up
voir aussi
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Deconstruction

2011 - InsideOut Music
  
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Synchestra

2006 - InsideOut Music
  
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Ki

2009 - InsideOut Music
  
Devin Townsend
Devin Townsend
Terria

2001 - InsideOut Music
  
Ocean Machine / Devin Townsend
Ocean Machine / Devin Townsend
Biomech

1998 - HevyDevy Records
  

Essayez aussi
Oceans of Slumber
Oceans of Slumber
The Banished Heart

2018 - Century Media Records
  
To-Mera
To-Mera
Transcendental

2006 - Candlelight Records
  
Witherscape
Witherscape
The Inheritance

2013 - Century Media Records
  
Dream Theater
Dream Theater
The Astonishing

2016 - Roadrunner Records
  
Foscor
Foscor
Those Horrors Wither

2014 - Alone Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report